1. //
  2. // Ligue 1- 10e journée
  3. // Toulouse/Brest

Casanova : « Ben Yedder bluffe tout le monde »

Une victoire 4-0 à Évian Thonon Gaillard et le TFC reçoit des fleurs. Le premier tiers du championnat passé, Alain Casanova fait donc le bilan, calmement, en défendant son projet, discret 4e de Ligue 1. Ne vous trompez pas, l'air de rien, le TFC sait très bien où il va.

0 3
Quel est votre bilan après le premier tiers du championnat ?
L'entame est bonne. Après neuf journées, on n'a perdu qu'un seul match, au Parc. Aussi bien dans nos intentions de jeu que dans les résultats, on est dans le rythme espéré. On essaie d'avoir une plus grande efficacité sur le plan offensif et donc on cherche à trouver le plus juste équilibre entre bien défendre et bien attaquer. Cela demande du temps, mais on voit du mieux. On travaille tous les jours pour améliorer nos automatismes, nos principes de jeu, nos ajustements, les changements de rôle sur les passages de phase défensive à phase offensive, et je pense qu'on progresse. Les résultats valident ce travail de fond, c'est très positif.

Avoir des attaquants en confiance, ça change tout, non ?
Oui, c'est certain. Sur les neuf premiers matchs, le groupe a été tiré vers le haut par la réussite étonnante de Wissam Ben Yedder, et nos progrès offensifs ont été récompensés, ce qui change un peu par rapport à la saison passée. Mais Manu Rivière aussi retrouve son efficacité. Le but à Troyes lui a redonné confiance, il a marqué en amical pendant la trêve et il vient de mettre un doublé à Évian. Après, évoquer seulement les attaquants ne veut rien dire. Je n'oublierais pas la qualité des autres joueurs qui sont décisifs en ce moment comme Étienne Didot, et les latéraux qui sont mieux, mais que j'espère encore plus constants dans la durée, plus efficaces dans la finition. Franck Tabanou progresse, mais ça doit être le cas de tous les joueurs.

Ben Yedder, on sait que c'est un joueur que vous prépariez au plus haut niveau depuis quelque temps déjà, mais le voir si fort, si vite, c'est une vraie surprise, non ? Ça l'a titillé un peu, Emmanuel Rivière ?
Il y a un peu de ça. Je pense que quelque part, les buts de Wissam Ben Yedder ont stimulé Emmanuel Rivière, mais lui ont aussi enlevé un peu de pression, car il s'est dit qu'un autre joueur pouvait aussi marquer. Il a également vu que si je n'avais pas mis en place de hiérarchie entre les deux, je lui témoignais une très grande confiance, il s'est beaucoup investi, je l'ai vu, il a travaillé dur, a répété les efforts et s'est recentré sur son jeu. Et il retrouve aujourd'hui le chemin du but. Mais ma satisfaction est surtout collective, j'ai un groupe qui s'investit et qui s'approprie le projet collectif avant de penser à ses petits problèmes. Ben Yedder ? Je savais qu'il avait du talent à l'entraînement, je le voyais tous les jours. Le transposer en Ligue 1, c'est autre chose, et oui, il bluffe un peu tout le monde.

En poste depuis 2008, vous vivez votre cinquième année sur le banc du TFC. C'est un travail de long terme qui paie, en fait ?C'est>Yannick Djalo, c'est un pari de fin de mercato ?
C'est un joueur que l'on suivait depuis deux ou trois ans déjà. L'opportunité s'est présentée en fin de mercato, on cherchait depuis pas mal de temps un milieu excentré à droite et ça s'est fait sous forme de prêt. Il a un an pour faire ses preuves et ça a bien démarré.

Le groupe manquait d'épaisseur sur les ailes ?
Oui, je voulais considérer Daniel Braaten comme un attaquant avec Wissam Ben Yedder et Manu Rivière. Il ne restait après sur les côtés que Franck Tabanou et Adrien Regattin, et on venait de perdre Pablo Machado. Il fallait donc prendre un joueur en plus.

Vos objectifs ont-ils changé ?
Non, on a toujours le même objectif mathématique : le maintien le plus tôt possible, en essayant de garder une constance dans les résultats et au niveau du jeu. On essaie de progresser sans se mettre de pression inutile.

La sélection d'Étienne Capoue a incité Moussa Sissoko à se bouger un peu ?
Les deux ont des histoires différentes, même s'ils méritent chacun leur sélection. Moussa avait déjà été sélectionné il y a trois ans. Et il a eu, comme tout jeune joueur, un contre-coup. On a été plus exigeant avec lui, et il a fallu assumer, à vingt ans. Il avait beaucoup de pression parce qu'il était très jeune international. Il a une super mentalité, il a beaucoup travaillé, avec beaucoup d'humilité, et il revient bien avec un bon début de saison, c'est logique qu'il soit sélectionné. Ça doit l'encourager à continuer dans ce sens.

Vous avez bon espoir de le voir prolonger ?
J'aimerais évidemment qu'il s'inscrive dans la durée, car je le connais très bien, et il a une très grosse marge de progression. Un joueur du centre de formation, on a forcément envie de l'amener le plus loin possible, mais ça se décidera entre le président et lui.

Le remplacement de Daniel Congré par Jonathan Zebina est également une réussite ?
Oui, on est très content de Jonathan Zébina. Il n'a pas pu encore donner sa pleine mesure à cause de petites blessures, c'est le seul bémol. Mais sur les matchs qu'il a joués, on a vu ce qu'on cherchait : un joueur expérimenté avec beaucoup de qualités, et une très grande maturité.

En parlant de Daniel Congré, il semble avoir du mal à Montpellier...
Je ne suis pas le mieux placé pour en parler aujourd'hui... Daniel, je connais ses qualités, j'ai confiance en lui, il va montrer à Montpellier qu'ils ont fait un bon choix en le prenant, je n'ai pas de doutes là-dessus.

Propos recueillis par Antoine Mestres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Je trouve le discours de Casanova un peu séducteur,non?
Petites précisions.
Nous ne sommes pas encore au 1/4 du championnat (9/38 = 23.7 %).
Machado a pour prénom Paulo, et non pas Pablo.

Sinon interview sympa.
:)
Génial, tout simplement génial.

ps : les balises html faut les fermer, sinon tout le reste du site continue en bold :)
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
De l’art de bien simuler
0 3