En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. // Coupe des confédérations
  2. // Groupe A
  3. // Italie/Brésil (2-4)

Carton plein pour le Brésil

En s'imposant face à l'Italie (4-2) à Salvador de Bahia, le Brésil enchaîne sa troisième victoire d'affilée dans le tournoi et évite vraisemblablement l'Espagne en demi-finale.

Modififié
Brésil-Italie : 4-2
Buts : Dante (45e+1), Neymar (55e), Fred (66e, 89e) pour le Brésil ; Giaccherini (51e), Chiellini (71e) pour l'Italie.


Dans cette « finale » du groupe A entre les deux équipes déjà qualifiées pour les demi-finales, l'Italie se présente à l'Arena Fonte Nova sans Pirlo, blessé au mollet droit, ni Daniele De Rossi, suspendu. Avec son onze type, la Seleção démarre pied au plancher. Hulk puis Oscar menacent tour à tour Buffon. La Squadra Azzurra sort la tête de l'eau et Balotelli se crée la première occasion italienne, sur un centre de Marchisio, sorti vainqueur de son duel avec Hulk (17e). Marcelo réalise une belle incursion dans l'arrière-garde transalpine, mais ne parvient pas à trouver Fred, bien entouré (19e). Les Brésiliens dominent, pressent, remuent, mais l'Italie ne cède pas. Oscar obtient un bon coup franc, à l'angle de la surface de réparation, qui ne donne rien (22e). Sur une déviation exquise d'Oscar, Neymar décroise trop sa frappe, qui passe devant le poteau gauche de Buffon (24e). Neymar, suivi comme son ombre par la défense italienne, se mue en premier défenseur et écope d'un carton jaune, pour une faute sur Abate. Blessé à l'épaule sur l'action, ce dernier est contraint de sortir. Deux minutes plus tard, c'est au tour de David Luiz de déposer les armes, cédant sa place à Dante.

Dante tombe à pic

Un Buffon survolté tient la baraque azzura, donnant de la voix sur chaque coup de pied arrêté. Sur un coup franc de Neymar, Fred voit sa tête repoussée par Buffon. Dante, qui a bien suivi, envoie le ballon au fond des filets dans les arrêts de jeu (1-0, 45e+1), sous les yeux d'un Kobe Bryant tout sourire en tribune d'honneur. La première mi-temps repart sur les chapeaux de roue. Luiz Gustavo cafouille dans la surface sur un coup franc de Marcelo (50e) et sur la contre-attaque italienne, Balotelli relaye le ballon sur une aile de pigeon acrobatique qui termine sa course sur Giaccherini. Ce dernier trompe Júlio César d'une frappe croisée nette et sans bavure (1-1, 51e). Avec Pirlo et Balotelli, le Turinois est le meilleur Italien de la compétition. Le Brésil n'est pas du genre à douter très longtemps, comme le démontre Neymar, bousculé à l'entrée de la surface par Maggio. Le néo-Barcelonais se charge de la sentence. Il enroule le ballon dans la lucarne gauche de Buffon (2-1, 55e). Troisième but en trois matchs. Troisième perle. Il n'y a plus grand monde au Brésil pour dire qu'il n'a pas les épaules…

Neymar en seigneur

L'Italie monte d'un cran, les Auriverdes laissent l'orage passer et Fred, sur une délicieuse ouverture de Marcelo, se débarrasse avec vivacité de la défense centrale italienne avant d'allumer Buffon (3-1, 66e). Le héros de la nation, Neymar, sort sous les acclamations de la torcida, suppléé par Bernard. Sur un corner confus, Chiellini réduit le score (3-2, 71e). Les Brésiliens protestent auprès de l'arbitre, prétextant avoir entendu un coup de sifflet durant l'action. L'Italie se fait à nouveau pressante. Maggio fait trembler la barre transversale (80e) à la suite d'un corner. Sur coup franc, Balotelli hérite d'un ballon en retrait, mais manque le cadre (83e). C'est finalement Fred qui parachève la victoire auriverde. L'ancien Lyonnais s'offre un doublé en reprenant un ballon repoussé par Buffon sur un tir de Marcelo, décidément intenable (4-2, 89e). L'Italie devrait affronter l'Espagne, jeudi, en demi-finale, pour une revanche du dernier Euro. Le Brésil, lui, devrait retrouver l'Uruguay, à Belo Horizonte, mercredi, pour un remake de la finale 1950, remportée par la Céleste au Maracanã. L'occasion d'exorciser un vieux démon sur son sol, à un an de la Grand-Messe.

Par Florent Torchut, au Bresil
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon coeur et de toute mon âme » 1
PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 3 il y a 5 heures Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 13
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4