1. //
  2. //
  3. // Tout Puissant Mazembe

Carteron : « On est arrivés la veille du match, il y avait des bulldozers sur le terrain »

Depuis plus de deux ans maintenant, Patrice Carteron a posé ses valises en Afrique. Après une expérience mitigée à la tête du Mali, l'ancien coach de Dijon dirige avec bonheur le TP Mazembe, l'un des clubs les plus prestigieux du continent. Entretien fleuve avec un expatrié heureux, où l'on parle d'organisation à l'africaine, de milliardaires congolais, de guerre au Kivu et de Trésor Mputu.

Modififié
143 7
Bonjour Patrice. En championnat, le TP Mazembe reste sur quatre titres d'affilée, dont deux acquis sous vos ordres. Que vous inspire cette situation de suprématie nationale?
Très honnêtement, c'est un exploit permanent. Pour la simple et bonne raison qu'en dehors de Kinshasa et Lubumbashi, la qualité des terrains est telle qu'arriver à garder ce titre en déjouant tous les pièges qui sont sur notre route, je trouve que c'est admirable. Quand on voyage dans le Congo, on voit les disparités : tu as deux villes qui sont développées, Kinshasa et Lubumbashi, et le reste du pays qui vit pratiquement comme il y a cinquante ans. Je pense que les gens n'imaginent pas les conditions dans lesquelles on joue parfois… C'est indescriptible (mimique désabusée)…

C'est-à-dire ?
J'ai une anecdote assez récente, avec l'Entente sportive de Matadi. Ils nous avait prévenus qu'on ne jouerait pas sur leur terrain habituel parce qu'ils font des travaux pour installer un synthétique. Finalement, on a joué sur un terrain militaire. En gros, on est arrivés la veille du match, pour s'entraîner, ils étaient carrément avec des bulldozers en train de construire le terrain. Quand je dis construire, c'est vraiment des mecs qui piochent dans la terre pour faire en sorte d'avoir une surface sur laquelle on peut tracer un terrain de foot… C'est inimaginable (rires). Finalement, pour s'entraîner, on a pris une petite partie du terrain et on a joué dessus le lendemain. Et après, les gens me demandent : « Mais pourquoi l'équipe fait des 0-0 à l'extérieur ? »

Certes, mais votre équipe semble quand même bien plus à l'aise à domicile.
Dans notre stade, on est vraiment dans le Colisée, c'est une enceinte de 20 000 places, mais l'ambiance est absolument incroyable. Devant leur public, les joueurs jouent leur tête, ils ne peuvent pas se permettre d'être moyens, cela les transcende. Alors que parfois à l'extérieur, dans des contextes beaucoup plus favorables, on n'a pas senti la même générosité et la même motivation. Il faut aussi voir que lorsqu'on joue à l'extérieur, on est l'équipe à abattre, c'est le match de l'année pour nos adversaires, ce qui nivelle les écarts.

Cela fait maintenant plus d'un an que vous entraînez en République démocratique du Congo. Comment s'est créée l'opportunité ?
J'ai été sollicité, on m'a demandé si c'était quelque chose qui pouvait m'intéresser et spontanément, j'ai répondu oui. J'avais un peu entendu parler du club. Je m'en rappelle, j'avais lu un article pendant leur épopée à la Coupe du monde des clubs (ndlr : finale perdue contre l'Inter de Milan). Comme tout le monde, forcément, je m'étais intéressé. Mais bon, c'est assez étonnant quand j'y pense : dans tous les choix que j'ai eu à faire pendant ma carrière, ça a été à chaque fois un ressenti spontané qui m'a guidé. Comme lorsque j'ai pris les rênes de la sélection du Mali par exemple.

Vous avez d'ailleurs dû abandonner la sélection, ce qui a créé un petit imbroglio avec la Fédération malienne…
C'est vrai, il s'est posé la question de comment gérer la fin avec le Mali. En même temps, la proposition du TP Mazembe est arrivée à une période où je ne voyais pas comment, en continuant de manière aussi peu professionnelle, on pouvait espérer amener la sélection vers le plus haut niveau. Je laissais une énergie folle, avec des histoires pas possibles… Je pourrais t'en raconter pendant des heures.

Bah, racontez-moi.
C'était sur la durée un potentiel de joueurs fantastiques, mais après, en termes d'organisation, il y avait beaucoup de choses à améliorer. Je me suis retrouvé une fois à Paris à l'aéroport à six heures du matin, on partait pour le Rwanda et on découvre à ce moment qu'on n'avait pas de visas… Puis le lendemain, Seydou Keita qui m'appelle pendant la nuit, son billet d'avion n'avait pas été envoyé… Le potentiel est immense, mais tu laisses trop d'énergie dans l'extra-sportif. J'ai quand même profité. J'avais décidé de venir habiter et vivre au Mali. Ce n'était pas facile, car le pays était en guerre à ce moment-là, mais c'était malgré tout un choix fort, car s'imprégner de la culture et de la mentalité du pays, cela me semble fondamental, du moins c'est ma façon de faire. Toutes ces expériences, c'est d'une richesse personnelle formidable. Surtout, j'ai participé à la CAN. Vivre cette compétition, ça a été pour moi une expérience exceptionnelle. On est allés jusqu'en demi-finale, on a décroché la troisième place contre le Ghana.

Niveau instabilité, vous êtes aussi servi en RDC. Depuis des années, le Nord-Est du pays est secoué par un terrible conflit dans la région du Kivu. Quel regard portez-vous sur cette guerre ? Impacte-t-elle votre travail de manière plus ou moins directe ?
Non. (Il réfléchit) Ici, on sait que les équilibres restent fragiles, mais très sincèrement, à Lubumbashi, même si de temps en temps il y a des alertes, pour rester poli, avec le gouverneur je me sens plutôt en sécurité. C'est plus mes amis et ma famille qui voient les nouvelles qui sont inquiets, mais nous ici, cette notion de danger, on ne la vit pas au quotidien.

Qu'est-ce qui vous plaît dans le continent ?
Au fond de moi, je pense que c'est quelque chose qui est personnel. Déjà depuis tout petit, je n'étais attiré que par des femmes de couleur (rires). C'est bête ce que je te dis… Mon père m'a toujours dit à l'époque que je marierais avec une femme de couleur. J'ai eu des enfants avec une femme de couleur et, par contre, je pense que j'ai hérité de la Bretagne pour ce côté aventurier. J'ai toujours voulu voyager, ça fait partie de mon caractère et de ma personnalité. J'aime beaucoup l'Afrique, car je trouve que l'aspect humain est accentué. Tout ce qu'on vit est beaucoup plus fort. Dans le relationnel, dans les joies et les peines, tout est intensifié. Il y a beaucoup plus de lâcher prise que ce qu'on peut vivre en Europe où on est parfois dans le non-dit. Surtout, les joueurs africains ont un côté vraiment très attachant. Le coach en Afrique est souvent le deuxième père. J'ai rencontré des parents de joueurs, tu sens vraiment dans la façon dont ils approchent que c'est comme s'ils te donnaient leur enfant. Ils t'offrent une confiance totale, c'est un rapport vraiment très fort. L'année dernière, j'ai eu la chance de faire un séminaire de sélectionneurs en Égypte. J'étais dans l'avion avec Claude Leroy et on a passé plusieurs jours à parler ensemble. C'est assez marrant parce qu'on est originaires en Bretagne de deux villages à 10 ou 15 kilomètres d'écart. Enfin bref, il me disait qu'on a du mal à exprimer quelque part le côté attachant qui se dégage du continent africain une fois qu'on y a posé les pieds.

Quelles sont au contraire les difficultés qui vous font regretter l'Europe ?
En Afrique, le principal problème, comme je l'ai expliqué, c'est l'organisation. Mais à côté de ça, ce qui fait le charme, c'est une faculté absolument hallucinante de retomber sur ses pattes à la dernière minute. Je n'ai jamais vécu ça. Dans certaines circonstances, tu sais que ça ne sert à rien de t'énerver. Tu as une approche qui est totalement différente. Sans tomber dans les généralités, les Africains ont tendance à gérer les choses à la dernière minute, mais bon, on s'en sort toujours. Quand je bossais pour le Mali, j'étais à Orly, à l'hôtel en train d'attendre, je recevais les billets d'avion sur ma boîte mail les uns après les autres, les joueurs m'appelaient, ils n'avaient rien reçu... Alors que tu sais deux ou trois mois à l'avance que tu vas avoir ton déplacement (soupir).

Sur un terrain plus sportif, où se situe le niveau du championnat congolais ?
C'est trop difficile pour moi de faire un comparatif avec la France. Parce que le niveau footballistique est parfois atténué par l'état des terrains. Néanmoins, le fait de jouer dans des conditions précaires, c'est vraiment un bon moyen de préparer mentalement et physiquement les joueurs à des compétitions plus élevées par la suite. Sinon, niveau football pur, les mêmes équipes qui nous posent des problèmes chez elles, très souvent on les bat assez facilement chez nous. L'écart entre une équipe à l'extérieur et à domicile est déjà tellement énorme que ce n'est pas possible de donner un niveau moyen.

Pourquoi ce club du TP Mazembe est-il si particulier ? C'est presque une anomalie en soi sur le continent africain...
C'est dû à deux choses. D'abord, à la passion et l'engagement du président, Moïse Katumbi Chapwe (ndlr : aussi gouverneur de la province du Katanga), qui a permis à ce club de prendre une dimension internationale. Il n'y a qu'à voir les infrastructures du club. La salle de sport qui est là, par exemple (il se retourne, ndlr), c'est la salle de gym du TP Mazembe, juste derrière il y a une clinique, près du stade. On a des masseurs, des hamams, une piscine... Si tu n'as pas quelqu'un qui aime autant le foot et qui a autant les moyens que le gouverneur, ça me paraît mission impossible d'avoir nos résultats. En second lieu, son investissement est renforcé et motivé par l'engouement qu'il y a autour de l'équipe. C'est quelque chose d'incomparable. Il y en a tellement que parfois, même, tu as un sentiment d'insécurité. C'est sans commune mesure avec ce que l'on peut vivre en France, y compris en Corse. Il y a quelques semaines, malheureusement, il y a eu des morts à Kinshasa, mais l'ambiance d'un match entre le TP Mazembe et l'AS Vita club, c'est une rivalité qui est incomparable. Quand tu vas te promener partout en ville, le jour du match, tous les gens sont en noir et blanc. Mais quand je dis tout le monde, c'est tout le monde, et partout dans le Congo. Le TP Mazembe, ça représente une image de réussite, dans un pays où tout n'est pas toujours facile. Nos succès ont permis de décomplexer la population quelque part, pas seulement les Congolais, mais l'Afrique noire dans son ensemble.

Un autre facteur de réussite, c'est que vous avez aussi les moyens de retenir vos meilleurs joueurs en leur offrant de bons salaires.
L'argent, c'est le nerf de la guerre. Je peux t'assurer que le président reçoit beaucoup de propositions, mais c'est comme quand, à l'époque, les gens contactaient Aulas à Lyon. Ils savaient que s'ils voulaient le joueur, il fallait qu'ils mettent beaucoup, beaucoup d'argent, car lui n'avait pas besoin d'argent. C'est pareil pour Moïse qui est milliardaire. Une fois, on a eu une proposition de plusieurs millions d'euros en provenance du Dynamo Kiev pour un joueur, je ne peux pas te dire son nom. Le président a juste dit : « Bof, ça ne m'intéresse pas, le joueur ne va pas aller là-bas. » Où peut-on imaginer ça dans un autre contexte en Afrique ? Quand tu vois les équipes encore en lice en Ligue des champions cette année, tu as six clubs du Maghreb et deux du Congo. C'est un exploit d'avoir deux clubs du même pays à ce stade de la compétition, mais pour le reste, c'est logique. En Égypte, beaucoup de joueurs vont rester faire carrière dans leur pays, car ils auront des conditions financières intéressantes. Si on prend le Ghana par exemple, ils ont développé les centres de formation et leurs meilleurs joueurs s'exilent rapidement. Difficile dans ces conditions pour les clubs du pays de briller sur la scène continentale.

Quels sont vos objectifs pour le futur ?
Il me reste une année de contrat. Pour l'instant, la qualité relationnelle que j'ai avec le président me satisfait pleinement. C'est quelqu'un qui a une intelligence au-dessus de la moyenne, qui aime comprendre les choses et qui est capable d'échanger avec toi. Il est à l'écoute et me met dans de bonnes conditions. Après, mes ambitions... Quand tu arrives au TP Mazembe, c'est toujours la même chose. Quelles que soient les conditions, tu dois gagner. Cette année, on est dans un contexte difficile de transition, avec les départs de joueurs majeurs comme Nathan Sinkala, Sunzu Stopil ou Trésor Mputu, mais notre ambition reste intacte, on veut le championnat et la Ligue des champions. Tu sais, il y a des clubs où soit tu acceptes cette pression-là, soit tu commences à parler et à trouver des excuses et tu n'avances jamais. Le côté frileux, très peu pour moi.

Vous venez de parler de Trésor Mputu, le joueur le plus excitant que le Congo ait jamais connu. Pouvez-vous nous le présenter plus en détail ?
On est restés six mois ensemble. Sur ce que j'ai vu, Trésor, au niveau talent pur, c'est quelqu'un qui aurait dû avoir une grande carrière européenne. Cela serait sans doute arrivé s'il n'avait pas été dans le contexte du TP Mazembe, où il était capitaine et où on va dire qu'il était souvent protégé par le président. C'est son chouchou. Il n'a jamais eu le déclic d'aller jouer en Europe. Il est allé faire des essais à Arsenal et à Lille, à chaque fois ça s'est bien passé, mais il n'a jamais réussi à avoir le petit truc supplémentaire pour se détacher de ses racines. C'est dommage, car c'est quelqu'un qui, pour moi, avait vraiment le talent pour jouer dans un des plus grands clubs européens. Le fait qu'il ne soit jamais parti en Europe a d'un autre côté permis au TP Mazembe d'avoir un joueur hors norme pendant des années. Maintenant qu'il a signé en Angola, les supporters ont du mal à comprendre, ils me demandent : « Mais pourquoi on ne remplace pas Trésor Mputu ? » J'ai envie de leur dire : « Mais pourquoi on ne remplace pas Zidane ? » , c'est pareil. Des joueurs avec ce talent-là, il y en a un tous les dix ans.

Malgré tout, la sélection de RDC obtient des résultats très mitigés depuis des années. Selon vous, quel est le problème ?
Aujourd'hui, au niveau du Congo, il y a un énorme problème de formation. À l'heure où je parle, le pays est seulement en train de commencer à se doter d'infrastructures, car ils ont l'ambition d'organiser une CAN dans les prochaines années. Hors TP Mazembe, il n'y a pas de véritable centre de formation. Les gens se plaignent du manque de relève, mais dans le championnat et les équipes qu'on rencontre, je ne vois pas assez de bons joueurs dignes d'être recrutés. Il y a un gros déficit. Même des nations de petit niveau comme la Mauritanie, le Rwanda, l'Éthiopie ou la Libye, cela fait une vingtaine d'années qu'ils travaillent sur la formation. À un moment donné, ces équipes-là sont forcément récompensées. Longtemps, la RDC a réussi à se maintenir à un niveau acceptable grâce à l'éclosion de joueurs talentueux, mais le travail de fond n'est pas là. Il y a quelques semaines, les U20 se sont fait éliminer en tour préliminaire de la CAN contre le Malawi. Contre le Malawi! À Kinshasa ! 2-0 ! (indigné) Et après les gens se demandent pourquoi on ne prend pas les jeunes congolais ? Ces jeunes-là, ils n'ont pas perdu contre la Côte d'Ivoire, le Cameroun ou le Ghana, ils ont perdu contre le Malawi 2-0 à domicile. On va prendre qui de cette équipe au TP Mazembe pour rester au niveau ? C'est impossible... Il va falloir des années pour rattraper ce déficit.

En France, on vous a quitté sur la relégation de Dijon en Ligue 2. Quels souvenirs gardez-vous de cette période ?
Je reçois encore beaucoup de messages de fans sur Facebook. Ce que j'en garde ? Eh bien la fierté, pendant deux ans, d'avoir réussi l'exploit de monter en Ligue 1 et de s'y battre pendant 37 journées avec un si petit budget. Jusqu'à la fin, on aurait pu se sauver, mais il aurait fallu garder en interne une plus grande solidarité pour préserver les joueurs et c'est ce qu'on n'a pas réussi à faire. Dans l'euphorie de la montée, on n'a pas réussi à se maintenir, mais bon c'est le foot, ça fait quand même partie de mes bons souvenirs.

Vous suivez toujours les résultats du club ?
J'ai tendance à regarder les résultats de tous mes anciens clubs. L'année dernière, j'étais très content que Sunderland réussisse à se sauver dans les dernières journées. C'était génial. J'ai vécu six mois là-bas, mais c'était formidable, quel souvenir ! Le foot anglais, c'est quand même sympa. Et puis Rennes, où j'ai eu la chance d'être capitaine en étant breton, un rêve de gosse. Laval aussi. À Lyon, j'ai joué des matchs de très haut niveau avec des grands joueurs comme Sonny Anderson, et j'ai connu un président, Jean-Michel Aulas, vraiment au-dessus des autres. C'est le plus intelligent. Comme le gouverneur Katumbi, ce sont des gens qui sont au-dessus de la mêlée. Saint-Étienne, enfin, l'aspect émotif, mes adieux à Geoffroy-Guichard avec mes fils qui sont arrivés sur le terrain pour me faire la surprise, et l'ovation de 45 000 personnes. De mémoire de Stéphanois, ça a été assez inédit et ça a récompensé mes cinq années dans ce club. Et une pensée enfin pour Cannes. À l'époque, j'étais resté sur une quatrième place en National, et malheureusement le club a chuté.

Pour finir, vous voyez-vous revenir en France à plus ou moins long terme ? Quels défis pourraient vous attirer à l'avenir ?
Déjà, pour être tout à fait honnête et parler de tous les aspects, d'un point de vue financier, il y a trop peu de clubs qui pourraient me payer aujourd'hui en France. C'est le premier point. Et le deuxième, c'est que je m'épanouis vraiment dans ce que je vis. Une fois que tu baignes dans l'Afrique, tu ne peux plus repartir. Regarde Hervé Renard, il a passé six mois en France et à l'arrivée il revient encore à ses amours africaines (même s'il a déclaré regretter ne pas être retenu par Aulas à l'OL, ndlr). C'est quelque chose de très très fort. Donc pour tout ça, aujourd'hui, très sincèrement, je ne suis pas dans l'optique de revenir. Surtout, pour faire quoi ? Avec le plus petit budget de Ligue 2, j'ai réussi à faire monter Dijon en Ligue 1, donc qu'est-ce qui m'intéresserait maintenant ? Si c'est pour me battre pour le maintien dans un petit club, je sais à quel point c'est difficile, et je l'ai déjà fait.


Propos recueillis par Christophe Gleizes, à Lubumbashi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Lamine Turgut Niveau : CFA
Vivant actuellement dans une ville congolaise de 300'000 habitants (au Nord-est du pays), je confirme les 2 points :

- même assez loin de Lubumbashi, les mecs sont tous frapa-dingues du TiPi (fierté nationale)

- les infrastructures sont plus que perfectibles : il y a 4 mois, la ville a posé ses 100 premiers mètres de goudron sur l'artère principale …
Attaque-Defonce Niveau : Loisir
Patrice, c'est pas celui qui a cart(er)onné la femme d'Aulas ?
un salaire plus important que celui qu'il toucherait en Europe, un statut incomparable avec celui d'un entraineur moyen de L1, des femmes magnifiques, les quart ou demi voire plus de la CAF...Patrice Carteron est un homme heureux à n'en pas douter et la vie à Lubumbashi est assez douce.

Bon et sinon, le journaliste intello qui pose des questions sur la guerre au Nord Kivu (on n'est quand meme un peu loin de Lubumbashi), note que la situation la plus fragile en RDC actuellement est au Katanga, dans la zone de Pweto-Manono-Mitwaba aka le "triange de la mort". Et là on n'est déjà un peu plus proche de la zone d'activité de Moise et tu TPM.

By the way, Lamine je t'ai reconnu. A quand un grand club à Bunia!!
Lamine Turgut Niveau : CFA
Message posté par fromDRC
un salaire plus important que celui qu'il toucherait en Europe, un statut incomparable avec celui d'un entraineur moyen de L1, des femmes magnifiques, les quart ou demi voire plus de la CAF...Patrice Carteron est un homme heureux à n'en pas douter et la vie à Lubumbashi est assez douce.

Bon et sinon, le journaliste intello qui pose des questions sur la guerre au Nord Kivu (on n'est quand meme un peu loin de Lubumbashi), note que la situation la plus fragile en RDC actuellement est au Katanga, dans la zone de Pweto-Manono-Mitwaba aka le "triange de la mort". Et là on n'est déjà un peu plus proche de la zone d'activité de Moise et tu TPM.

By the way, Lamine je t'ai reconnu. A quand un grand club à Bunia!!


Ahahah ....
On y travaille, on y travaille :-)
Message posté par Attaque-Defonce
Patrice, c'est pas celui qui a cart(er)onné la femme d'Aulas ?



Y'a eu une rumeur comme ça... Pour le punir, JMA l'aurait transféré à Saint-Etienne. Ça tient pas trop debout: s'il avait voulu s'en débarasser, il l'aurait envoyé, je sais pas, moi, au T. P. Mazembe, par exemple. Parce que, bon, Saint Etienne-Lyon, c'est à peine une heure de route, pas suffisant pour éloigner l'amant. Et puis bon, des rumeurs dans ce genre ont couru avec Wiltord aussi...
Message posté par Attaque-Defonce
Patrice, c'est pas celui qui a cart(er)onné la femme d'Aulas ?


Et puis bon, Patrice le dit lui-même, il n'est "attiré que par des femmes de couleur". Ce qui n'est pas le cas de Madame Aulas.
Milliardaire ...Afrique, ça sent vito corleone du Congo
Hier à 22:27 Le missile en lucarne de Podolski 5 Hier à 21:02 Quand Kylian Mbappé va aux cages 14
Hier à 17:15 Une réforme de la réglementation des transferts ? 13 Hier à 16:35 SO FOOT CLUB - Spécial Coupe de France Hier à 15:22 Deniz Aytekin ne sera pas suspendu 17
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 14:36 Monaco aurait refusé 110 millions pour Mbappé 85 Hier à 14:06 L'agent de Lacazette nie avoir rendu visite à l'Atlético 40 Hier à 13:38 Madère baptise son aéroport en hommage à CR7 18 Hier à 12:03 Une vidéo anti-Wenger embarrassante 35 Hier à 11:23 Un lob soyeux au Chili 2 Hier à 10:43 Rooney de plus en plus proche d'Everton 42 mardi 21 mars Baston entre parents pendant un match de jeunes à Majorque 20 mardi 21 mars La praline de Novick 5
mardi 21 mars En cas de montée en L2, Chambly jouerait au Mans 11 mardi 21 mars David James voit Joe Hart à la Juve 34 mardi 21 mars Bizutage en règle pour les néo-Bleus 17 mardi 21 mars Courtois n'ira pas au Real 27 mardi 21 mars Sven Kums expose ses photos Instagram 15 mardi 21 mars La boulette du gardien de San José 5 mardi 21 mars Schweinsteiger à Chicago 26 lundi 20 mars Un arbitre ghanéen suspendu à vie 21 lundi 20 mars Une équipe de D2 agressée à son hôtel 9 lundi 20 mars Jallet en renfort 40 lundi 20 mars Gago écrase son adversaire 11 lundi 20 mars Florentin et Mathias Pogba font le show à la télé 26 lundi 20 mars Le capitaine de Derry City retrouvé mort 11 lundi 20 mars Mon Petit Gazon : les tops et les flops de la 30e journée 5 dimanche 19 mars Rabiot relève le PSG 1 dimanche 19 mars Draxler donne l'avantage au PSG 2 dimanche 19 mars Lacazette ouvre le score au Parc 1 dimanche 19 mars Le caramel de Griezmann 8 dimanche 19 mars Quand le match Chambly-Marseille Consolat dégénère 19 dimanche 19 mars Le coup franc magistral de Mertens 10 dimanche 19 mars Pronostic PSG Lyon : jusqu'à 600€ à gagner sur l'affiche de Ligue 1 dimanche 19 mars Puni, il doit nettoyer les sièges du stade 14 dimanche 19 mars Un joueur ghanéen se trahit en interview 6 samedi 18 mars Les Ultramarines rendent hommage à Triaud, qui craque un fumigène 9 samedi 18 mars La bataille du ciel pour Wenger 15 samedi 18 mars La femme de Michael Essien rachète un club de D3 italienne 6 samedi 18 mars Un gardien complètement fou en Angleterre 8 samedi 18 mars Yaya Touré à United ? 15 samedi 18 mars Fernandão se fracture le bras vendredi 17 mars Une statue parodique de Peter Lim aux Fallas de Valence 3 vendredi 17 mars Golazo en Copa Libertadores 4 vendredi 17 mars Crystal Palace veut garder Sakho 12 vendredi 17 mars Le musée de la FIFA se sépare de la moitié de ses collaborateurs 10 vendredi 17 mars 211€ à gagner avec Monaco & Naples jeudi 16 mars Les buts de Roma - Lyon 1 jeudi 16 mars Les Aigles noirs à la fête 2 jeudi 16 mars La Ligue 1 aura bientôt son naming 51 jeudi 16 mars Pendant ce temps-là, Benzema se la coule douce au soleil 56 jeudi 16 mars À table avec Carlo Ancelotti 38 jeudi 16 mars Le triple arrêt d'Oblak contre Leverkusen 12 mercredi 15 mars Le coup de boule de Bakayoko mercredi 15 mars Leroy Sané sonne Monaco mercredi 15 mars Fabinho double la mise pour l'ASM mercredi 15 mars Le but de Mbappé mercredi 15 mars L'UJSF demande d'arrêter de filmer en tribune de presse 11 mercredi 15 mars Golazo en Uruguay 7 mercredi 15 mars Un club de D2 suédoise veut sanctionner ses joueurs qui simulent 15 mercredi 15 mars Des photos de mariage au stade d'Anderlecht 2 mercredi 15 mars Lukaku a refusé une prolongation à 140 000 livres par semaine 25 mercredi 15 mars 7000 km pour un match de D2 russe 15 mercredi 15 mars Une émission espagnole dévoile un maillot parodique du Barça 13 mercredi 15 mars Pronostic Monaco Manchester City : jusqu'à 735€ à gagner sur l'affiche de Ligue des Champions mardi 14 mars Deux joueurs suspendus un an pour agression sur un arbitre 5 mardi 14 mars Pirlo : « Pour rivaliser, la MLS doit supprimer les restrictions de transferts » 27 mardi 14 mars Un ultra de D3 argentine tire sur des supporters adverses 24 mardi 14 mars Les candidats de l'UEFA au Conseil de la FIFA sont connus 1 mardi 14 mars Des nouvelles de Michael Essien 8 mardi 14 mars Au Brésil, un match vire au chaos total 17 mardi 14 mars Wylan Cyprien sera opéré ce mardi 14 mardi 14 mars Le bourreau d'Axel Witsel lourdement sanctionné 37 mardi 14 mars Everton veut blinder la clause de Lukaku 11 lundi 13 mars Après son carton rouge, il est rétrogradé en équipe réserve 9 lundi 13 mars Ils s'embrouillent pour tirer un péno... et le ratent 9 lundi 13 mars Wayne Shaw vend des tourtes 5 lundi 13 mars Il se balade sur le terrain avec une barre de fer 26 lundi 13 mars Yuya Kubo se balade dans la défense adverse 4 lundi 13 mars Mon Petit Gazon : les tops et les flops de la 29e journée 17 lundi 13 mars Reprise de folie au Kosovo 5 lundi 13 mars 299€ à gagner avec Monaco - City & Leicester - FC Sévillle lundi 13 mars Bale investit dans un pub au pays de Galles 9 lundi 13 mars Un Sénégalais tente de jeter un sort dans le but zambien 7 dimanche 12 mars La belle boulette de Navas 9 dimanche 12 mars Le but dingue de Depay 13 dimanche 12 mars Mats Hummels s'offre le tacle de l'année 15 dimanche 12 mars Wylan Cyprien revient sur sa blessure 12 dimanche 12 mars Un fan de Tottenham remercie la Croix rouge flamande 1 dimanche 12 mars L'œil de faucon d'un arbitre américain 7 dimanche 12 mars King Kazu devient le plus vieux buteur de l'histoire 8 dimanche 12 mars Un but « bumper » en Ukraine samedi 11 mars Pedro Caixinha nouveau coach des Rangers 3 samedi 11 mars Infantino appuie Čeferin contre Trump 6 samedi 11 mars Grève des arbitres au Mexique 1 samedi 11 mars Un csc ridicule au Danemark 4 samedi 11 mars Une mine en championnat tunisien 2 vendredi 10 mars Kaboré plaît en Chine 9 vendredi 10 mars En prison depuis 2010, Bruno pourrait reprendre le foot 29 vendredi 10 mars Hitzlsperger : « On ne fait pas son coming-out pour énerver les hétéros » 22 vendredi 10 mars 321€ à gagner avec PSG, Spartak & Chievo - Empoli vendredi 10 mars Zaza définitivement à Valence dès ce week-end 3 vendredi 10 mars Le stade fumi-friendly d'Orlando 9 vendredi 10 mars Un cavalier allemand trolle le BvB 3 vendredi 10 mars Le tifo fumeux de Copenhague 2 vendredi 10 mars Joe Hart ne veut pas retourner à City 16 vendredi 10 mars Gerrard bientôt dans le staff de la sélection ? 5 vendredi 10 mars La séance de tirs au but remise en question 13 jeudi 9 mars Les buts de Lyon - Roma 7 jeudi 9 mars Cruzeiro sort un maillot spécial 7 jeudi 9 mars Anthony Vanden Borre accueilli en héros en RDC 16 jeudi 9 mars L'Asie monte à son tour au créneau pour le Mondial à 48 24 jeudi 9 mars Arsenal casse sa tirelire pour prolonger Özil 26 jeudi 9 mars Xabi Alonso raccrochera en fin de saison 4 jeudi 9 mars André-Pierre Gignac enfonce Paris 38 jeudi 9 mars Neymar chambre le PSG 17 mercredi 8 mars Jérémy Mathieu se lâche dans les vestiaires 27 mercredi 8 mars Sergi Roberto abat le PSG 8 mercredi 8 mars Neymar relance tout ! 3 mercredi 8 mars Le penalty de Messi ! 2 mercredi 8 mars Kurzawa se troue pour Barcelone mercredi 8 mars Le but de Suárez d'entrée 1 mercredi 8 mars Eric Thomas détruit la FFF 2 mercredi 8 mars Everton veut retenir Lukaku à tout prix 2 mercredi 8 mars La Juventus bouillante sur Tolisso 47 mercredi 8 mars Mourinho aime Mbappé 49 mercredi 8 mars Christopher Aurier en garde à vue 35 mercredi 8 mars Un match caritatif entre des légendes françaises et italiennes 11 mercredi 8 mars BT fait monter les droits TV de la Premier League 17 mercredi 8 mars Les Parisiens discutent du match retour avec des pizzas 25 mercredi 8 mars Le président de Palerme se fait tatouer le blason du club 6 mercredi 8 mars Isco intéresse Paris 28 mercredi 8 mars Chapecoense gagne en Copa Libertadores 9 mercredi 8 mars Le Bayern trolle encore Arsenal 75 mercredi 8 mars Les Bleues remportent la She Believes Cup 13 mercredi 8 mars Pronostic FC Barcelone PSG : jusqu'à 1100€ à gagner sur l'affiche de Ligue des Champions 8 mardi 7 mars Dortmund se positionne sur Lacazette 45 mardi 7 mars Deux rescapés de Chapecoense retenus en Copa Libertadores 3 mardi 7 mars Le Munich 1860 maintient son boycott médiatique 9 mardi 7 mars Le Roi Bendtner rejoint Rosenborg 20 mardi 7 mars Les réformes proposées par la FA jugées insuffisantes 11 mardi 7 mars Huit ans de prison pour l'ancien président de la fédé du Salvador 11 lundi 6 mars Carlo Tavecchio réélu à la Fédération italienne 9 lundi 6 mars Au Monténégro, zéro but en cinq matchs 8 lundi 6 mars Il marque sur la remise en jeu 2 lundi 6 mars Des fans foutent le bordel en D8 anglaise 11 lundi 6 mars Un arbitre belge sauve un joueur 7 lundi 6 mars Mon Petit Gazon : les tops et les flops de la 28e journée 3 lundi 6 mars Chapecoense revient en Copa Libertadores 3 dimanche 5 mars 296€ à gagner avec Barcelone - PSG & Dortmund - Benfica 4 dimanche 5 mars Verratti a désormais sa chanson au Parc 25 dimanche 5 mars La chaude ambiance du PAOK 23 dimanche 5 mars Un entraîneur autrichien viré pour trafic de coke 6 dimanche 5 mars Dries Mertens, un buteur qui a du chien 7 dimanche 5 mars Modrić sort sous l'ovation du public d'Eibar 8 dimanche 5 mars Les Pays-Bas, c'est le Brésil ! 9 dimanche 5 mars Mathias Pogba marque au bout de 48 secondes dans le derby de Rotterdam 7 dimanche 5 mars Des supporters du Benfica lancent un siège sur un gardien 3 dimanche 5 mars Coman bientôt définitivement au Bayern 33 dimanche 5 mars Deux golazos en deux minutes à Cruz Azul 1 samedi 4 mars Bientôt la vidéo dans le football anglais ? 4 samedi 4 mars Les futures séances de tirs au but se joueront-elles au tie-break ? 14 samedi 4 mars Guardiola a Yuri Berchiche dans son viseur 19 samedi 4 mars Bientôt des caméras sur les arbitres amateurs anglais? 1 vendredi 3 mars Le foot français pleure son Kopa 3 vendredi 3 mars Un gardien se prend une douche de (faux) billets 2 vendredi 3 mars Un supporter passe un test de langue pour acheter des tickets 6 vendredi 3 mars Les joueurs argentins en grève 3 vendredi 3 mars Les joueuses suédoises remplacent leur nom par des citations 5 vendredi 3 mars D'après la CGT, ils étaient cinq à réclamer le départ d'Alexis Sánchez d'Arsenal 25 vendredi 3 mars Plus de 2000 arbitres amateurs anglais en grève ce week-end 1 vendredi 3 mars Exclu : 150€ offerts au lieu de 100€ chez France-Pari ! vendredi 3 mars 200€ à gagner avec Monaco & la Juventus jeudi 2 mars Les fans de deux clubs manifestent contre leur président Duchâtelet 1 jeudi 2 mars Freddy Adu vers la D2 polonaise ? 23
143 7