Carrasso et les ballons

Modififié
2 14
À quelques heures du coup d’envoi de la rencontre entre les Girondins et Valenciennes, Cédric Carrasso a pris quelques minutes pour parler de son quotidien dans les 5,50 mètres. Et notamment du ballon, de plus en plus capricieux.

« Le ballon est compliqué ; il est flottant, du moment où il est mouillé, explique le portier bordelais. Et comme à Chaban-Delmas on a du sable, ça donne une sensation encore différente… Il bouge, il est glissant, il n’accroche pas. Mais bon, c’est pas une excuse » , prévient-il, avant de jauger la fonction.

« On essaie d’être efficace, mais ce sont des choses qui arrivent : les ballons de la nouvelle génération, depuis quelques années, sont vraiment compliqués, insiste-t-il. Ça change un peu le métier de gardien, dans l’approche du jeu, la vision est différente. On repousse plus les balles car on est obligé de prendre moins de risques. Si on en prend plus, on le paiera d’une façon ou d’une autre. Alors, parfois ça passe, mais c’est limite. Mais ça fait partie du jeu… »

Avec des attaquants qui ont les pieds carrés et une pelouse en lambeaux, pas évident de se motiver, à Bordeaux. LB, à Bordeaux
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

On aime le ton décalé de vos articles, mais par moment c'est vraiment critiquer pour exister. La pelouse de plusieurs grand stade en France et en Europe vient de gironde. Notamment celle choisie pour le grand stade de Lille. Et Bordeaux n'est certes pas la meilleure attaque de ligue mais la deuxième meilleure défense, alors donner du sens a vos articles. Arrêter de critiquer pour critiquer.
Les gardiens tiennent le même discours depuis 10 ans et tous les ans il y a une nouvelle interview de gardien qui dit la même chose que ses prédécesseurs.
C'est parce que les ballons changent tous les ans mais on ne leur a pas encore dit, c'est la surprise.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
2 14