Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options

Carlos Tévez, retour gagnant

Onze ans après, Carlos Tévez est de retour chez lui. Contre Quilmes, l'Apache a mené son équipe vers une victoire compliquée. Retour sur une folle semaine en Argentine.

Modififié
« Je sais ce que je génère, et je me charge d'absorber toute la pression. » À la fin du match contre Quilmes, Carlos Tévez résume parfaitement son retour dans son club de cœur. Toute la semaine, de sa présentation dans une Bombonera complète pour l'occasion jusqu'au coup d'envoi de cette rencontre, l'ancien joueur de la Juventus a fait les gros titres de la presse argentine. Dans les rues de Buenos Aires, on a tout entendu. « Carlos Tévez revient au meilleur de sa forme » , « C'est ce qu'il est arrivé de mieux au football argentin depuis longtemps » , ou encore les démagogiques « Il a renoncé à l'argent pour revenir » et « Ce n'est pas comme Lucho et Saviola, qui reviennent quand River peut gagner la Libertadores » . Certes, Tévez a refusé quelques offres stratosphériques pour pouvoir porter une nouvelle fois son maillot floqué « Carlitos » , mais le sacrifice de Boca Juniors pour le recruter n'en est pas moindre. Le club xeneize a cédé à la Juventus l'un de ses plus grands espoirs : Guido Vadalà, ainsi que la majorité des droits de trois autres promesses du club, Betancur, Cristaldo et Cubas. Mais ça, la Bombonera s'en fout. Carlos Tévez, le joueur du peuple, l'homme qui a triomphé au Brésil, en Angleterre et en Italie, qui chante avec les artistes populaires argentins ou avec le groupe de son frère, qui a joué deux Coupes du monde, partagé le vestiaire avec Messi et Cristiano Ronaldo, est de retour à la maison. Et mérite un sacré hommage.

Maradona et des banderoles


En début de semaine, la Bombonera avait répondu à l'invitation de Tévez pour sa présentation. Environ 10 000 personnes se sont même vues refoulées à l'entrée du mythique stade de Boca Juniors. L'ancien joueur de Manchester United a malheureusement témoigné de la triste réalité argentine. Pour une association, Tévez invitait chaque supporter à offrir un aliment à l'entrée du stade. À la fin de sa présentation, les dons ont été volés par quelques mauvais malins venus gâcher la fête de l'Apache.

Samedi, avant le match contre Quilmes, le quartier entier de la Boca vit au rythme du retour de l'idole. Les banderoles pour Tévez sont rapidement sorties dans les travées du stade Alberto José Armando. Les enfants de Tévez ont visiblement œuvré à la confection des étendards : « Papa, aujourd'hui, tu reviens pour continuer à écrire l'histoire » peut-on lire sur la « bandera » déployée dans la loge familiale. Diego Maradona, déjà présent lundi, et qui ne rate jamais une occasion de se montrer devant les caméras, est aussi de la fête. Dans la loge qui lui est réservée, le Diez y est aussi allé de sa banderole : « Merci d'avoir renoncé à l'argent pour ton amour pour le maillot de Boca » . L'immense toile offerte par Tévez à la barra de Boca n'est cette fois-ci pas déployée. Mais l'entrée des joueurs sera tout de même spectaculaire. La Bombonera renonce même aux chants contre River pour se concentrer sur Tévez.

Calleri, homme du match


Sur le terrain, l'attaquant argentin justifie son statut. Dès son premier ballon, Tévez place un superbe coup du sombrero sur un défenseur de Quilmes. Dans un rôle de meneur de jeu, le joueur originaire du quartier de Fuerte Apache s'est régalé. Pourtant, le début de match est compliqué pour les hommes de Rodolfo Arruabarrena. Quilmes, qui est habituellement là pour ambiancer les fêtes, est venu gâcher celle-ci. Entouré des jeunes Palacios et Calleri, Tévez est bien cerné par la défense adverse. Le but de Palacios à la vingt-sixième minute ne change pas la donne : tous les yeux sont rivés sur Tévez. 3865 jours après son dernier match avec le maillot bleu et jaune, l'Apache rejoint le vestiaire exténué. Au retour des vestiaires, c'est un Boca transformé qui foule l'affreuse pelouse de la Bonbonnière. Calleri et Palacios profitent des espaces créés par Tévez. Après une énorme frappe sur la barre de l'ancien de la Juventus, Jonathan Calleri décide de lui voler la vedette. Sur un contre de Boca, l'attaquant de 21 ans tente d'offrir une passe décisive à Tévez, en retrait. Contré par un défenseur, Calleri place un somptueux coup du foulard qui lobe le gardien de Quilmes.



Quelques minutes plus tard, c'est Cata Díaz, le défenseur central et capitaine de Boca, qui tente de faire le spectacle avec un retourné acrobatique sur la barre. Malgré la réduction du score de Quilmes, Boca s'impose et garde la première place de la Primera. Une chose est sûre : venus voir le retour de Tévez, les supporters de Boca se souviendront toujours du but de Calleri.

Par Ruben Curiel, à Buenos Aires
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 10:02 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Hier à 15:49 Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? Hier à 14:00 Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 5
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 12:20 Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? Hier à 11:33 Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 9 Hier à 10:00 Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 Hier à 09:54 La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou mercredi 20 juin Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 49 mercredi 20 juin Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34 mercredi 20 juin La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain