Cappa : « Pastore transforme la réalité »

Idéologue du football, Angel Cappa est au toque ce que Coco Suaudeau est au jeu à la nantaise. C'est aussi un mec qui a découvert Pastore et qui lui envoie des mails après ses matchs. Entretien avec un génie.

2 8
C'était une surprise de voir Pastore signer à Paris pour 42 millions d'euros ?


Moi les millions, je m'en fous. Cela m'a rendu heureux, parce que c'est un pas en avant pour lui. Je crois qu'il a choisi le bon endroit, car la France est un pays qui convient à ses qualités. Ou le contraire : Pastore correspond parfaitement aux particularités du football français. Jouer en Ligue 1 va lui offrir l'opportunité de progresser et de démontrer toutes les qualités qu'il a accumulées en à peine un an et demi dans le football européen.

Il y a une place pour les artistes en Ligue 1 ?


En France, dans les matchs que j'ai vus, le plaisir du jeu a encore sa place. Les gens profitent du bonheur des joueurs. C'est quelque chose qui est quasiment interdit dans le football italien. Même dans le football espagnol, à part à Barcelone, c'est très difficile de produire le même jeu qu'en France.

Le PSG, c'était donc un bon choix pour Pastore ?


Les joueurs doivent grandir sans brûler trop d'étapes dans leur formation. La plupart des joueurs qui ont voulu aller trop haut trop vite en ont beaucoup souffert. Il suffit de regarder les carrières de garçons comme Gago ou Aimar. Le but pour un joueur devrait être de gravir les échelons un à un, et d'arriver à son apogée à 26 ou 27 ans. Javier Pastore a encore tellement de choses à apprendre. Il doit gagner en continuité par exemple, devenir un joueur sur lequel son équipe puisse compter pendant 90 minutes.

Qu'est-ce qui vous à séduit chez Pastore quand vous le lancez en primera avec Huracan ?


Moi j'ai passé ma vie, et je passe ma vie, à essayer d'encourager les joueurs à jouer au football. La plupart d'entre eux n'arrive pas à prendre des risques, même quand l'entraîneur les pousse à le faire. Pastore, lui, allait plus loin que moi dans le danger ! C'est ce que j'ai aimé chez lui, c'est pour cela que je vis le football. Je me tue à dire à mes joueurs qu'il ne faut pas avoir peur de se tromper. Avec Javier, je n'ai pas eu besoin d'insister. J'ai même été parfois obligé de lui dire que mettre un petit pont n'était pas toujours utile. Il adore tellement ça. Mais il faut savoir investir son talent à bon escient, il y a des endroits sur le terrain où cela ne sert à rien de vouloir ressembler à José Gonzales (guitariste d'origine argentine, ndlr). Je répète toujours à mes joueurs que si on parie un million de dollars pour en gagner un, on se trompe. On ne gagne rien en faisant un petit pont au milieu du terrain. Mais si je le fais dans la surface adverse, je peux gagner un but. Et là, oui, il ne faut pas hésiter à étaler son talent.

Quelle fut l'importance de Pastore dans la saison historique où Huracan termine deuxième du championnat ?


Il a été décisif dans beaucoup de matchs, mais il a surtout été un joueur contagieux par son audace. Pastore rapetisse l'adversaire. A Huracan, des mecs comme Pastore, De Federico ou Bolatti s'en foutaient de se tromper. Quand ils rataient un dribble ou un petit pont, ils le retentaient l'action d'après. Psychologiquement, cela change une équipe. Pastore est un joueur effronté, courageux, qui se transforme sur le terrain. Il a réussi à prendre des risques en Italie. Avec ça, tout est dit.

Depuis son arrivée en Europe, Pastore a essentiellement été positionné comme numéro 10, alors qu'à Huracan il évoluait plutôt sur le côté gauche...


Dans mon équipe, le seul joueur à avoir un poste fixe était Bolatti. Les autres se positionnaient indistinctement. Pastore apparaissait à droite, De Federico à gauche, Pastore devant. De Federico à droite, Pastore derrière. Toranzo à droite ou à gauche. C'était l'arme principale de l'Huracan de Pastore : il surgissait là où on ne l'attendait pas. Javier comprend très bien le jeu et sait utiliser les espaces au bon moment. A Paris, il faut qu'il trouve les coéquipiers qui partagent sa conception du football. Pour le moment, c'est une équipe en construction, à laquelle il faut donner du temps.

Maradona l'a défini comme un « mal élevé » du football. Vous partagez cette avis ?


Oui, parce que Pastore manque de respect au sérieux et à la peur. Il n'appréhende jamais au moment de rentrer sur le terrain. C'est ce qui a fait de lui une star du football européen en si peu de temps. Mais Pastore est aussi un joueur de toque, même s'il lui reste beaucoup de concepts footballistiques à incorporer. Il doit comprendre, et il va le faire, que s'il perd cinq ballons par match, il doit aspirer à n'en perdre qu'un, et ensuite zéro, comme Iniesta ou Xavi le font aujourd'hui. Mais ce sont des garçons qui ont des années d'expérience derrière eux. Pastore, lui, n'a que 22 ans.

Quel peut être son rôle dans la sélection argentine pour les prochaines années ?


Le rôle de Pastore est toujours le même, peu importe l'équipe où il joue. C'est un ailier imaginatif, qui peut aider à la récupération et qui peut sortir son équipe de n'importe quel guet-apens. En deux actions, il résout une situation compliquée. Pastore transforme la réalité.

Vous lui envoyez toujours des mails pour lui délivrer votre analyse après ses matchs ?


Pas forcément après tous les matchs, mais oui, on s'écrit régulièrement. Je me permets de lui donner mon avis, mais avant tout comme à un ami. Depuis qu'il a signé au PSG, je l'ai vu jouer quelques matchs et je lui ai écrit pour lui donner quelques conseils...

Vous aimeriez coacher Pastore à la tête du PSG ?


Bien sûr, cela me plairait. J'aime entraîner les équipes qui m'offrent la possibilité de rêver.


Propos recueillis par Pierre Boisson

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Article intéressant. Je ne connaissais pas le personnage, il mériterait à être connu. D'ailleurs vous auriez pu mettre sa photo en guise d'illustration !
Mouai, il dit un peu nimp le Cappa Mondial.

Honnêtement en quoi passer de Palerme au Pez et donc de la Serie A à la Ligue représente il un vrai bond en avant sportif?
En quoi la Ligue 1 laisse t'elle plus de place aux artistes (il a pas du regarder un match de Serie A depuis belle lurette, l'an dernier la moyenne de buts y était largement supérieur à la Ligue 1).
Il qualifie Pastore d'ailier, re re mouai...
@AriGold

Mais arrête! Tu sais bien que la Ligue 1 c'est du spectacle en cascade et un niveau largement supérieur à la série A

D'ailleurs, regarde nombre de trophée européens gagnés par les 2 championnat ces 10 dernières années : y a pas photo. Elle est costaude notre ligue 1, nan?

--->
Les trophées Européens ne représentent pas forcement le niveau d'un championnat, ce n'est pas parce que Man U à 1/2 milliard de déficit et donc "achète" les trophées que leur championnat est meilleur. Vous me faites marrer, toujours à taper sur la ligue 1, bande de nazes, allez vous palucher sur cricri,mini, et winnie, c'est si super de regarder un match en sachant qui va gagner?
ligue 1, série A, on s'en tape ! vous pouvez vous p.ignoler devant canalsat, même avec un championnat à 0,5 but de moyenne par match, je lâcherai toujours mon billet pour voir un tel jouOr. quant à critiquer les propos d'Angel Cappa, cela démontre la fosse footbalistique dans laquelle certains sont tombés, le cerveau sucé par tous les débats bidons qu'on leur sert tous les soirs de la semaine. vive le quatar, vive le fric, et bénie soit la mère qui t'as enfanté, Javier Pastore !
on a le droit de kiffer la série A nan?
On a aussi le droit de pas avaler les mer.des servies pas les médias sur Pastore depuis 2 mois également nan?

L'autre qui me parle de fosse footballistique et qu'est le premier à se toucher le bout sur un reportage Téléfoot sur les contrôle de Pastore à l'entrainement..

L'autre qui me parle de championnat déséquilibré alors qu'en Série A, bien malin sera celui qui pourra dire quelle équipe sera championne.
Par contre en France, quand tu dépenses en transfert l'équivalent du 3ème budget, tu sais déjà qui va gagner.

Votre pauvre ligue 1 merd.ique est bien plus déséquilibrée que la Serie A et t'enlève Pastore, elle est en plus moins spectaculaire.

Et je le disais déjà à l'époque où l'OM gagnait le championnat (d'ailleurs l'OM c'est le symbole de la pauvreté de ce championnat)
@Scotch_OMsoccer

Et bien ! Impressionnant le nombre de conneries qui peuvent être débitées en quelques lignes :-).
ton argumentation est encore plus impressionnante....

tiens, une autre "--------" pour faire plaisir à ta mère : je te chi.e à la gueul.e sac à foutre


bisou tendre et langoureux sur ton ampoule rectale
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2 8