En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. // Éliminatoires
  2. // Mondial 2014
  3. // Groupe I
  4. // Biélorussie/France

Capoue attendra encore un peu

Annoncé chez les grands d'Europe, Étienne Capoue est finalement resté à Toulouse. Etonnant contre l'Uruguay, mais remplaçant contre la Finlande sans être entré en jeu, il connaîtra sa deuxième sélection ce soir, à la place de Diaby. Le phénomène Capoue est en marche. Mais rien ne presse, tout n'est qu'une question de temps.


En ouverture des éliminatoires contre la Finlande, il n'a pas eu droit à sa deuxième sélection. Pourtant la première avait été excellente. « Je l'ai pris car il a des qualités. Contre l'Uruguay, il en a laissé entrevoir beaucoup. Ça lui a fait du bien, car ensuite il a enchaîné avec son club. À lui de prendre conscience de ce niveau international et de confirmer sur la durée » , justifiait aisément Didier Deschamps, qui ne cache pas apprécier le Toulousain. Étienne Capoue devrait se faire une place dans la nouvelle équipée bleue aux côtés des titulaires en puissance Yohan Cabaye, Rio Mavuba et Abou Diaby. Diaby, éternel blessé, ressemble encore davantage à un pigiste ponctuel qu'à un titulaire du poste, Lass est parti s'exiler loin, très loin, et M'Vila est nul en ce moment. Lui n'a jamais été aussi bon. Sans se précipiter, ni sauter les étapes. Protégé depuis cinq années dans un contexte calme, cajolé par un entraîneur qui l'admire, peu médiatisé, il a pu enchaîner les grosses performances sans que celles-ci ne soient décortiquées, jugées ou interprétées. Il n'est donc pas à une année près, ni du genre pressé.

« Je ne me dis pas : "J'ai le Barça, je ne fais plus rien maintenant »

Annoncé très sérieusement cet été à Arsenal et Barcelone, il est finalement resté dans la ville rose. Tito Vilanova lui a préféré un joueur plus mûr, un projet plus abouti, Alexandre Song, alors qu'Arsène Wenger a, lui, misé sur Cazorla et le retour (espéré) du grand Diaby. L'été 2012 fait donc figure de point de rupture dans sa lente progression, mais dès que l'euphorie pointe, la réalité se ramène pour la modérer. Contre Saint-Étienne, après un joli but sur un corner malin joué à deux avec Tabanou, il a ensuite raté un pénalty avant d'en causer un sur une faute bête. Un petit rappel à l'ordre dans un été où tout a marché pour la grande tige niortaise. Point d'orgue, cette prestation majuscule et unanimement saluée contre l'Uruguay lors de laquelle il a trouvé le moyen, en 45 minutes, de sortir toute sa panoplie, d'envoyer tout son jeu : jeu court, jeu long, des coups pour faire le dur et une grosse dose de nonchalance pour plaire, car Étienne Capoue sait tout faire. Puissant mais longiligne, relâché mais imposant, il renouvelle le genre. Avec style. Joueur conscient, il se sait désormais attendu et regardé : « Je ne me dis pas : "J'ai le Barça, je ne fais plus rien maintenant." Au contraire, tu te donnes encore plus. Mon agent, Stéphane Courbis, m'avait dit qu'il y avait quelques contacts. Moi, je pense au terrain, lui à l'extra-sportif. Je ne dois pas me prendre la tête. »

Le plus grand joueur du TéFéCé

Alain Casanova, son vieux survet et son regard paternaliste savent très bien qu’Étienne Capoue entre dans une période charnière. Lui qu'il décrit comme le plus grand joueur passé au TFC sait pertinemment que son poulain est en train de changer de stature : « Depuis trois semaines, il vient de se passer certains événements dans sa vie, dans sa carrière, qui expliquent ce déclic. Il a pris conscience de ce qu'il devait faire et de son potentiel, et il a vu qu'il avait le niveau par rapport aux grands joueurs. Je suis fier de ce qu'il a montré et content pour lui. » Pour avoir trop expressément formulé ses envies d'ailleurs, M'Vila est désormais bloqué à Rennes, à vivre avec ses doutes et son annonce trop précoce. Plus discret, mieux maîtrisé, le vrai-faux départ d'Étienne Capoue ne perturbera, lui, pas la bonne saison toulousaine. Il pourra alors tranquillement continuer à se former. En attendant le décollage.

Par Antoine Mestres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 84
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40