Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // OM/Bayern Munich

Capitaine Lahm

Si l’OM doit principalement craindre les joueurs offensifs du Bayern Munich, il ne faudra pas oublier que le danger peut venir de derrière également. Certes, Philipp Lahm ne sera pas aligné à son poste de prédilection, mais le capitaine saura montrer à sa manière toute sa détermination et son envie d’être dans son stade le 19 mai prochain. Si les Marseillais ne font pas gaffe, ils subiront les foudres du tueur à tête d’enfant.

Modififié
Outre les cartons passés à l’Australie, l’Angleterre et l’Argentine, il est une autre image classe à retenir de l’épopée allemande lors du Mondial 2010. Celle de Philipp Lahm. A 3-0 à dix minutes de la fin du match face aux Argentins, le capitaine de la Mannschaft stoppe un adversaire dans la surface, le fait tomber, trouve le temps de remettre son brassard bien autour et relance, tranquille. Une image qui pourrait aisément symboliser le bonhomme: sang-froid, calme, sobriété. Sauf que les choses sont un peu plus compliquées que cela.

Ce brassard, à la base, il appartient à Michael Ballack. Le numéro 13 s’étant fait charcuter par Kevin-Prince Boateng (d’abord descendu en flammes par le pays qui l’a élevé, l’Allemagne, avant de se voir porter aux nues comme un sauveur de la nation un mois après), Joachim Löw décida de le confier à un cadre qui serait son image sur le terrain, à savoir élégant, intelligent et plein de bonnes intentions. C’est ainsi que le brassard échut à Philipp Lahm. Qui était prêt à le rendre, dans un premier temps; dans un second, sotenu par Löw, Lahm finira par le garder, et Ballack ne sera plus appelé. Celui qu’on appelle « Il Capitano » aura beau crier ça et là qu’on s’est foutu de sa gueule, plus personne ne veut l’entendre. Aujourd’hui, la Mannschaft est devenue sexy, et de nos jours, ce qui est sexy a raison (la plupart du temps).

Un double-capitaine à tête d’enfant

Depuis maintenant quarante ans, le capitaine de l’Allemagne est généralement le capitaine du Bayern. Cette double fonction, Philipp Lahm la remplit, comme Franz Beckenbauer, Karl-Heinz Rummenigge, Lothar Matthäus et Oliver Kahn avant lui. Mais là aussi, la transition ne s’est pas forcément faite dans la douceur. Bien sûr, en tant qu’enfant du pays et très au courant de ce qui se passe au Bayern, Philipp Lahm était naturellement vice-capitaine. Il l’est d’ailleurs devenu sous Louis van Gaal, quand Mark van Bommel est parti se faire un dernier petit kif au Milan avec des mecs aussi barrés que lui. « Je verrais bien Bastian Schweinsteiger me succéder » , avait d’ailleurs déclaré le Néerlandais à l’aube de cette saison. Mais non; Jupp Heynckes en a décidé autrement: ce ne sera pas le certes précieux (mais un peu gueulard sur les bords) Schweini, mais Philipp Lahm, alias le gentil petit élève, l’homme qui a trouvé le secret de la jeunesse éternelle.

Le droitier meilleur à gauche


Bon, après, faut pas déconner. Philipp Lahm, c’est avant tout un homme qui porte très mal son nom de famille (ça veut dire « faible » , « paralysé » , « éclopé » ). Oui, Lahm, c’est fort. Très fort, même. On s’imagine aisément Jerome Boateng et Holger Badstuber, qui le côtoient en club et en sélection, lui dire: « Capitaine Lahm, tu n’es pas de notre galaxie » . Et ils auraient raison. Bien sûr, le petit Philipp est bien plus expérimenté qu’eux, mais sauf que lui, il a toujours joué à un niveau élevé. Bien des clubs ont essayé de venir le chercher, mais lui est heureux à la Säbener Strasse. Et il fait encore plus d’envieux quand il joue sur son côté où il est le plus fort. Car Heynckes n’est pas fou, il a compris qu’il fallait remettre le droitier à gauche. Il savait que ses combinaisons avec Ribéry et sa capacité à pénétrer étaient primordiales dans le jeu du Bayern. Il l’a d’ailleurs montré tout au long de la saison, lui qui a disputé tous les matchs de son équipe en championnat jusqu’à présent.

Ces derniers temps, Rafinha étant blessé, Lahm a dû être décalé à droite. Une situation qui ne plaît pas à tous, apparemment. «  Je ne suis pas fan de Lahm à droite, mais bon, il peut jouer tous les postes, sauf gardien, parce qu’il est trop petit  » , ironise Franz Beckenbauer. A la vérité, à droite, à gauche, le numéro 21 du Bayern fait ce qu’on lui dit de faire, sans piper mot. Si Schweinsteiger est le rassembleur de troupes, Lahm, lui, veut être celui qui rassure. Il veut convaincre ses camarades que gagner tous ces titres (championnat, Coupe, Ligue des Champions, voire Euro, pour certains), ça le rendrait aussi heureux qu’un gamin qui ouvre la première fenêtre de son Adventskalendar. Mais attention, il y a dix ans, un homme s’est hissé en haut de plusieurs compétitions avant de se casser la gueule à la dernière marche. Cet homme, c’est Michael Ballack. Achtung, Herr Lahm: il se peut que votre brassard soit maudit.


Par Ali Farhat, à Bonn
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25
À lire ensuite
Top 10 : Foot & Mitard