Canto appelle à la Révolution

Un événement passé un peu inaperçu. Et pourtant... Le camarade Cantona a fixé au mardi 7 décembre la date de la nouvelle révolution française ! En gros, « faire sauter le système en faisant sauter les banques » . Pas con, comme idée ? Juste un peu démago, surtout.

0 16
Bon, d'abord rappel des faits et des déclarations. C'est le quotidien anglais, The Guardian, qui a ressorti récemment une vidéo d'une interview de Canto réalisée le 6 octobre dernier alors qu'il tournait un film à Nantes et alors que les manifs contre le projet gouvernemental sur la réforme des retraites battaient leur plein. Au cours d'un entretien filmé pour le quotidien Presse Océan, Bolch-Eric dégoupille : « ... Aller dans la rue, manifester aujourd'hui, c'est quoi ? Ils te retournent le truc contre toi (...) Puisque le système est bâti sur le pouvoir des banques, il peut être détruit par les banques (...) La révolution est très simple à faire, elle se fait dans les banques. Au lieu qu'il y ait 3 millions de gens avec leurs machins (geste de pancartes), ces 3 millions de gens, ils vont à la banque, ils retirent leur argent et le système s'écroule. C'est une vraie menace, la vraie révolution, et là on va nous écouter autrement » . La-Ré-vo-lu-tion ! Le mot est lâché ! En Mao méthodique, le Grand Cantonier précise : « S'il y a 20 millions de gens qui retirent leurs sous des banques le système s'écroule, la révolution se fait par les banques » . Eric se fait un peu hippy : « Pour parler de révolution, on va pas prendre les armes (...) On va pas aller tuer des gens (...) Pas d'armes, pas de sang, à la Spaggiari » . Enfin, Cantoguevara balance un petit taquet avec le sourire aux syndicats : « Les syndicats... faut leur donner des idées des fois » . Par la suite, un groupe Facebook (qui totaliserait plus de 13 000 membres) appelle à un « Cash Day » pour le mardi 7 décembre encourageant la population française à retirer son argent de la banque. Ce Facebook est baptisée « Révolution, le 7 décembre, on va tous retirer notre argent des banques » . Ouf !...


Eric-le-Rouge. C'est la couleur vive du polo qu'il porte pendant l'interview... Le malaise habituel : ceux qui pensent pour le Peuple. On rappelle la phrase de Lénine (ou bien était-ce Marx ?) : « Quand j'entends certains révolutionnaires parler du Peuple ou au nom du Peuple, je me demande toujours quel mauvais coup on lui prépare » . Ouais, facile... On sait bien que Canto n'est pas une lumière et qu'il ne se rêve pas en Fouquier-Tinville, procureur impitoyable de la Terreur. Ceci dit, les leçons politiques faites aux « gens d'en bas » et aux syndicats, c'est toujours un peu crispant. Surtout quand on est une personne très fortunée comme Eric, lequel Eric oublie que le fameux « système » qu'il rêve de voir s'écrouler, ce n'est pas que les banques. Ce sont aussi les multinationales, sociétés pas vraiment philanthropiques mais pour lesquelles notre canto n'hésite pas à assurer la promotion à travers des pubs hautement rémunératrices... Et puis tant qu'on y est, Canto : donne l'exemple ! Va vider ton compte, d'abord ! Et on suivra tous, c'est juré ! Parce qu'il est aussi là, le hic, cette rhétorique un peu méprisante : tout au long de son discours, Canto parle en gros des « gens » , des « ils » et des « eux » qui seraient bien inspirés de faire sauter le système. Pourquoi Eric n'emploie-t-il pas le « nous » ou le « on » collectif ? Il ne dit « on » qu'à la fin : « on va nous écouter autrement » . On résume : « faîtes ceci, faîtes cela et ON nous entendra » . Du début à la fin, Eric reste le grand Ordonnateur de la Révolution en marche, l'inspirateur initial puis le grand confiscateur final de la dynamique insurrectionnelle. Le Peuple n'étant que l'obéisseur docile et un peu demeuré qu'il convient de guider. Rien de bien nouveau sur l'éternelle condescendance gauchiste...

Autre travers gênant : la référence à Albert Spaggiari, le Cerveau du célèbre Casse du Siècle de Nice (1976), avec pillage de la banque en passant par les égouts et illustré par la formule demeurée célèbre, peinte sur les murs de la succursale : « Ni armes, ni violence » . Sauf que Alabert Spaggiari n'avait pas tellement le profil du Robin des Bois que Canto et beaucoup d'autres lui prêtent. Spaggiari était un dangereux malfaiteur, ancien de l'OAS, pas vraiment humaniste et encore moins «  ami du Peuple » . C'est dit. Enfin, pour expédier une rapide leçon de finances, faire sauter le système bancaire, c'est évidemment précipiter les plus économiquement faibles dans les pires conditions de vie ! Ce sont « les pauvres » qui trinqueront en premier de la désorganisation du crédit et des banques. On rappelle à Eric que quand le système bancaire argentin s'est cassé la gueule, c'est le petit peuple des grandes villes qui s'est retrouvé dans la mouise, d'abord, et à la soupe populaire, ensuite... Enfin, plutôt que d'appeler à la Révolution en France, Canto serait bien inspiré d'aller faire ça dans le pays qu'il considère comme sa deuxième patrie : l'Angleterre. Qu'il aille à Londres ! Ca tombe bien : les mouvements sociaux et étudiants s'y multiplient ! Pas sûr, cependant, que Canto se fasse plébisciter : l'Angleterre déteste les nantis qui crachent dans la soupe.

Voilà. On ne va pas aller plus loin. Juste rappeler, à la décharge d'Eric Cantona, qu'il a une « conscience politique » vraiment sincère et qu'il est réellement concerné par les injustices sociales. Le souvenir d'un père qui a bossé toute sa vie comme infirmier dans un hôpital psychiatrique ? Oui, en plus aussi du souvenir de sa région natale, économiquement défavorisée (Marseille, les Bouches du Rhône) et d'amis de jeunesse dans la galère... Récemment, Eric Cantona s'est investi auprès de la fondation de l'Abbé Pierre dans un clip où il joue le rôle d'un agent immobilier véreux. C'est dans ce registre-là que Canto est le plus crédible.









Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Bonne analyse de Chérif.

Qui démonte bien les contradictions des gauchistes mondains.

Et de la révolution. Qui va la faire? Les pauvres? Les intellectuels? Les bourgeois?
Les banques s'arrêtent, tout le système s'arrête: salaires publiques, système de santé et d'éducation, transports - et par conséquent pénurie et anarchie totales dans les villes et ailleurs. Le système bien huilé pour nourrir et entretenir 7 milliards de personnes s'arrêterait net et laisserait place à un gros bordel sans nom. Ca serait marrant.

Mais bon, Canto c'est qu'un gros clown, incarnation contradictoire d'une nostalgie ouvriériste virile et fanfaronne en phase terminale, donc pas vraiment de quoi s'inquiéter.
est ce qu'il y a vraiment besoin d'un article pour détruire la super thèse de canto!
L'article est intéressant, et merci pour cette info. Il y a beaucoup de vérités: oui dans les révolutions ce sont les plus faibles qui prennent souvent le plus mal, oui Canto est probablement blindé d'argent, oui il dit "ils" et non "nous", ce qui montre qu'il est assez loin de tout ça,...

Mais dire que ce n'est pas une lumière en se basant sur son idée de faire péter la banque,je trouve ça un peu sévère. Pourquoi?

Premièrement, l'idée qu'il défend (faire la révolution par la destruction du système bancaire) n'est pas de lui.
Deuxièmement, elle est relativement sensée et a été largement débattue par des gens, qui sont des lumières, justement (économistes, écrivains, cinéastes).
Troisièmement, il a au moins raison sur un point: les syndicats français manquent d'idées.
Désolé mais son raisonnement est totalement vrai à notre ami Cantona.

J'irai même plus loin puisqu'il n' y a vraiment pas besoin de beaucoup de monde tellement les banques n'ont quasiment aucun fond propre. En plus elles dissimulent et possèdent encore des actifs pourris. Des les premier impossibilités de retraits, tout les prédateurs de la finance mondiaux se débarrasseront des actifs de la banque incapable de faire face et ainsi de suite jusqu'à contamination totale du système financier...

Est-ce que c'est une bonne chose si ça se passe? Là bien sur on peut discuter mais Cantona ne dit rien là dessus. Sinon son raisonnement est exact contrairement à cet article qui raconte plusieurs fois de monstrueuses absurdités... chapeau au moment où on nous sort "le système c'est pas seulement des banques, c'est aussi des multi-nationales"... donc les multis se baladent avec des mallettes remplieset mettent leur pognon transformé en lingots d'or dans des coffres privés c'est ça, tout en recourant exclusivement à l'autofinancement c'est ça ?

On voit à quel point le rédacteur n'a aucune connaissance sur le sujet, ou plutôt un niveau a des années lumières de cette vérité simple et crue que Cantona, lui, a bien compris. C'est possible que Cantona ne soit pas une lumière comme le dit ouvertement l'article, mais dans ce cas le rédacteur qui a démontré un niveau de raisonnement largement en dessous doit certainement avoir des difficultés à réaliser les taches les plus simple...

Eric Cantona a totalement raison dans son analyse, du début à la fin. Ensuite on peut seulement discuter des éventuelles conséquences: on paierait tous les pots cassés ce qui n'est pas top... autant attendre un an ou deux et les banques s'effondreront d'elles même puisqu'elles sont ruinées par des actifs irrécouvrables. On paiera alors tous quand même les pots cassés, mais au moins nous ne seront pas désignés coupables de l'effondrement contrairement à ce qui se passerait en suivant les conseil d'Eric Cantona.

Pour le reste cet article est du même niveau que les articles écrit par les spécialistes des OVNI, de la voyance, de 2012 et autres créationnistes etc, tellement sûrs de leurs faits... je suis sur que celui qui l'a écrit est totalement persuadé que c'est Cantona l'idiot, mais que voulez-vous: Le sage aura beau montrer la lune, les mouettes suivront toujours les chalutier...
D'accord avec Ernest-Antoine Ghemmour, écrasons la racaille banquicide.

Soyons sérieux, et ne te fais pas passer pour plus con-tona que tu ne l'es. La "Révolution", le black-out total de banques mondialisées, la fin du pesos, évidemment que tout ça, Canto n'y croit pas. (Pourtant la fédération belge...des banques craint pour ses fesses - voir Le Figaro, je n'invente rien).

C'est juste un beau buzz bien fait, co-sponsorisé par l'Abbé Bic et par les rasoirs Pierre. Petit pont sur les banques, grand pont sur les médias, pleine lucarne, Cantona a feinté tout le monde. Même toi.
Simple petite remarque qui bizarrement n'a pas encore été faite, si 5, 10 ou 20 millions de personnes retiraient leur argent des banque en même temps on assisterais à une explosion de la criminalité, donc au final on ferais peut être rapidement péter le système, mais beaucoup s'en mordraient les doigts très rapidement en se retrouvant encore plus sur la paille qu'avant. Car, sans banque, pas de droit au découvert (c'est sans doute la seule, l'unique raison pour laquelle je tiens à remercier mon banquier d'exister)!
Quand j'écoute le morceau d'interview, j'entends nul part Cantona m'inviter à retirer mon argent à la banque. Il fait seulement le constat que les manifestations contre la réforme des retraites n'ont eut au final aucune influence sur le vote.
Il développe ensuite son idée de mettre sous pression les banques en y retirant son argent pour avoir une oreille qui nous écoute, et enfin avoir un poids plus important qu'en manifestant dans la rue.
Et sur ce point, il a surement raison sur toute la ligne.

Alors pour nous présenter un Cantona à la Guevara où à la mode coco, essais d'écouter un peu mieux l'interview au lieu de te laisser porter par la polémique qui a déjà 1 mois et demi de retard.
Et pour ta phrase d'accroche bien racoleuse "Le camarade Cantona a fixé au mardi 7 décembre la date de la nouvelle révolution française ! " , fait preuve d'un peu de sérieux, il n'a rien à voir avec ça.

Ensuite concernant les pauvres qui trinquent... Tout le monde sera logé à la même enseigne si le système s'écroule, mais entre un bourgeois qui a toute ces économies placées et un pauvre qui vit au mois par mois avec sa paye(si tant est qu'il en ai une), et qui est bien mieux habitué à la débrouille, qui trinque le plus?
Je ne peux que conseiller de regarder l'émission "Ce Soir ou Jamais" du jeudi 25 novembre où il y a un débat sur ce que dit Cantona.

C'est dispo sur le site de l'émission.
Dés qu'un mec dénonce le système ultra capitaliste et propose des solutions pour équilibrer les richesses, c'est un Coco ou trotskiste....
Le mec suggère juste un moyen de répondre démocratiquement au pouvoir et à l'oppression des banques dans la société, je ne vois pas ce que vient foutre le fait qu'il fasse des Pubs ou qu'il gagne plus d'argent que la moyenne. C'est juste une suggestion.
Encore une fois Chérif,t'es à coté de la plaque...
un peu facile, non, de se moquer du Canto?
Plus facile quand on a rien à dire...
On vit dans un monde invivable, où le jeu de la démocratie est bien atteint, alors pourquoi pas lancer une idée utopique quand on a une tribune... quitte à prendre le risque du ridicule face à ceux qui se moquent sans agir...
Canto super Héros?
Article bien plus insupportable, naïf et plein de vacuité intellectuelle que les propos qu'il tente de ridiculiser.

Sans reprendre unes à unes les contrevérités, les affirmations péremptoires mais pourtant erronées, les leçons et autres généralisations, il convient de ne dire qu'une seule chose : lis, documente toi, lutte, et tu viendra donner des leçons sur ce qui est "gauchiste" ou ce qui est "crédible" ou pas. Le sujet est bien trop sérieux pour être traiter avec la volonté méprisante et téméraire que justifie les propos habituels de l'auteur. Les conséquences de ce genre de diffusions d'opinions sont importantes. Prendre le contre-pied de tout ce qui semble opinion de masse, ce n'est pas très grave quand il s'agit de dire que le barça, c'est pas si bien. Alors qu'il continue de s'éclater dans son domaine de prédilection, mais qu'il ne s'aventure pas sans préparation véritable et réflexion sur des questions qui, semble-t-il, ne lui réussissent pas.

Ou alors : qu'il le fasse dans son blog ! Là où il aurait eu tout loisir d'exprimer son opinion, qui bien que simpliste, désorientée et falsificatrice à mon sens, est heureusement libre.
Le mépris, il est dans cet article; bien plus que chez l'autre comique d'Eric.

Ghemmour, Zemmour : finalement, rimer avec humour, ça fait pas forcément rire. Au contraire.
Karl Heinz Schaffer - Utopia


C'est peut être ça la solution
Schériff, on t'appelles plutôt Lucky Luke ou Boss Hogg ?
Bref, légitime à toi de faire un article sur ce que déclare Canto même avec du retard mais sais-tu réellement ce qui s'est passé en Argentine pour parler comme ça des pauvres etc...
Après 10 années horribles de privatisation et de dévaluation de la monnaie pour palier à une inflation grimpante, à cette époque (pas si lointaine Décembre 2001) le "corralito" limitait les retraits d'argent a 250 pesos/semaine.
Dans le même mois, le FMI décide de ne plus alimenter en dollar le pays, les banques qui du coup n'avait plus de liquidités pour permettre aux argentins de retirer leur argent en Dollar!! Toutes les classes sociales étaient concernées, toutes!!
cf The Take on Daily Motion.

En attendant les banques peuvent servir mais ne leur demandez pas de crédit car c'est depuis les crédits qu'est crée l'argent.
www.zeitgeist.com
Recevez vôtre salaire (versement si pas d'autre choix), faites vos versements si besoin pour payer vos factures, loyer etc et dès que possible retirez tout de suite vôtre argent en ne laissant que des miettes sur vôtre compte car vôtre argent dès qu'il passe par vôtre compte il part à l'autre bout du monde dans d'interminables transfert de monnaies, demande de prêts et de projets plus véreux les uns que les autres.
Moi je le fais et mon banquier baisse les yeux quand il me voit (presque jamais d'ailleurs).

Toutes les banques investissent des milliards dans le nucléaire par exemple personne ne le sait...avec quel argent? Celui du peuple!

Au lieu de s'attaquer à toutes les banques il suffit de s'en prendre à une ou deux (les plus grosses) et là tout le reste suivra.
cher if, facile de tirer sur une ambulance. c'est devenu ta spécialité apparemment depuis ta récente "médiatisation". Cantona, Maradona, Romario, sont ce qu'ils sont avec leurs qualités et leurs défauts, mais ils demeurent aussi les dernières grandes gueules du ballon rond qui peuvent encore ce sentir concernés par le monde qui les entoure.
La révolution peut se faire sans violence, il suffit de jeter les télévisions, de se parler dans la rue, de recréer du lien social, de vivre ensemble et de relocaliser les échanges en indexant la TVA sur la provenance de la production, en favorisant les pays en développement. Moins de pollution, plus d'amour, et de la vie bordel!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Sans Gênes
0 16