Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. // CAN 2017
  2. // Groupe D
  3. // Présentation

CAN : la fiche du Ghana

Le Ghana, finaliste de l’édition 2015, devra assurer pour s’extirper d’un groupe D compliqué, où il sera opposé au Mali, à l’Égypte et à l’Ouganda.

Modififié

La piste en terre battue


Pour s’inviter au Gabon, le Ghana n’a pas pris la piste. Il a préféré passer par l’autoroute, c’est bien plus confortable. Le tank ghanéen a tout écrasé et personne n’a réussi à le stopper. Le Mozambique, l’île Maurice et le Rwanda, avec leurs petites cylindrées, n’ont pas réussi à encombrer le parcours des Black Stars. Pas d’embûche ni d’embuscade : les hommes d’Avram Grant ont débuté sur les chapeaux de roue, en collant sept buts aux pauvres Mauriciens. La suite, ce sont trois autres succès et une qualif’ décrochée dès le mois de juin. Un léger ralentissement ensuite, avec deux nuls pour conclure. Mais il y a encore de l’essence dans le moteur.


Le joueur qui leur manque


On aurait pu citer Kevin-Prince Boateng ou Sulley Muntari, dont les spéculations quant à un éventuel retour alimentaient la presse ghanéenne. Problème : le premier est toujours persona non grata, et les excuses du deuxième n’ont pas convaincu. Donc, le vrai absent, c’est Kwadwo Asamoah. Le milieu de terrain de la Juventus est aussi fort que fragile. Un peu comme Abou Diaby. Perturbé par les blessures, depuis deux ans maintenant, Asamoah a lui-même demandé à son sélectionneur d’être exempté. Pour se soigner et mieux revenir ensuite. Lors de l’édition précédente de la CAN, en 2015, il avait déjà dû renoncer, après une rupture des croisés. Un bon poissard.



Onze types


Braimah - Afful, Amartey, Mensah, Baba - Agyemang-Badu, Partey, Wakaso, Atsu - A. Ayew, Gyan


L’inexpertise d’Emmnanuel Boateng


« Je sais qu'il y a plusieurs Boateng qui ont représenté l'équipe du Ghana. Mais moi, je ne suis pas du tout du tout de la famille de Kévin-Prince. Mais je le connais un peu, quand même. Je crois qu’il joue en Espagne maintenant, non ? Je vais évidemment regarder la CAN. Le Ghana, j’aime bien cette équipe. Ils sont forts. Si je devais parier sur une équipe pour la victoire finale ? Je dirais le Nigeria. J’aime bien le Nigeria, c’est solide en général.  »


Le bestiaire


Pas de Lions rugissants, de Panthères affamées ou de Requins aux dents aiguisées à l’horizon. Non, les Ghanéens ont préféré se démarquer un peu. En bons patriotes, ils ont choisi de faire référence à leur histoire. L’étoile noire au centre du drapeau n'a aucun rapport avec Star Wars. Elle est en revanche le symbole de l’indépendance (le Ghana a été le premier pays africain à l’obtenir) et renvoie au militant panafricain Marcus Garvey, à son combat pour l’émancipation de l’homme noir et à sa compagnie maritime, la Black Star Line. Ceux dont le niveau d’anglais approche du néant n’auront peut-être pas compris le lien. Pour les autres, ça coule de source...



Comment Dédé Ayew va inventer la danse de l’éléphant


On joue la 89e minute, ce jeudi 2 février à Franceville. Le Ghana doit s’imposer contre la Côte d’Ivoire, sa bête noire, pour se hisser en finale. André Ayew est fauché dans la surface. Penalty. Qui va le tirer ? Gyan ? L’attaquant de Shanghai se saisit du ballon sous le regard anxieux de son entraîneur. Ça s’agite. Ayew lui fait entendre raison. À 0-0, c’est trop de stress, trop de risques. L’ancien Marseillais embrasse le ballon, fixe le gardien, prend son élan et claque une incroyable Panenka. Rendez-vous au poteau de corner : Ayew et Gyan éclatent de rire et lancent la danse de l’éléphant ! Une choré spécialement inventée pour l’occasion. Les pachydermes, les vrais, quittent la compète.

Vidéo


Le Bongoefficient


53%. Comme le pourcentage de voix avec lequel Nana Akufo-Addo a été élu président du Ghana il y a quelques jours, prenant ainsi le relais de John Mahama. Un scrutin plutôt serré, signe de démocratie et bien loin des standards africains, où des 90-10 sont monnaies courantes. Dans un continent ravagé par la corruption et saccagé par les dictatures, le Ghana fait office d’exemple. Les droits et libertés individuels y sont respectés, la presse n’est pas oppressée, les richesses ne profitent pas qu’aux hautes sphères du pouvoir et leurs bons potes... Le pays a aussi su profiter de ses ressources (or, pétrole et cacao notamment) pour moderniser ses infrastructures. Seul hic : depuis la chute des cours des matières premières, le Ghana a enregistré un net recul économique. Il est désormais le pays d’Afrique subsaharienne le plus endetté...


Pourquoi le Ghana va triompher


Cette année est celle du Ghana. Les Black Stars vont tout écraser. Car, s’ils ont porté haut les couleurs de l’Afrique en atteignant les quarts de finale de la Coupe du monde 2010, ça fait déjà belle lurette qu’ils n’ont plus rien gagné. Trente-cinq ans, en fait. Depuis, ce sont trois finales (1992, 2010, 2015) pour autant de défaites, dont deux contre la Côte d’Ivoire. De quoi avoir les boules et un sacré esprit de revanche. En plus, ils ont un effectif en béton, puissant et complémentaire.



L’hymne du tournoi


Les Ghanéens sont un peu jamaïcains dans l’âme. À chaque match son moment de détente. En chanson, bien sûr.

Vidéo


Par Pauline Omam Biyik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:45 Leeds enchaîne 17
Partenaires
Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
vendredi 17 août Inceste, homosexualité, sacrifice de sa mère : Shiva N'Zigou déballe tout 168