1. //
  2. // CAN 2015
  3. // Groupe B
  4. // Présentation

CAN : la fiche du Cap-Vert

Plus petit pays qualifié, le Cap-Vert n'en finit plus de grandir et de surprendre depuis quelques années. Attention, il ne fait pas bon se baigner trop prêt de ces requins bleus.

Modififié
7 2
  • Indice Ebola : 99,9%

    Le destin a encore fait des siennes : le Cap-Vert débutera la CAN 2015 en défiant la Tunisie, contre qui il avait perdu sur tapis vert lors des qualifs' pour la Coupe du monde 2014. Une fois de plus, les Cap-Verdiens s'imposent face aux Tunisiens 1-0 grâce à un but de Varela. Mieux, ils sortent vainqueurs de leur poule et atteignent les demies, du jamais vu. C'est alors qu'un scandale éclate. Le Varela qui a inscrit le pion victorieux contre la Tunisie n'était pas Fernando, mais Silvestre, l'international portugais, subtilement dissimulé par le sélectionneur Rui Aguas dans son effectif. Malgré ce plan machiavélique, les Requins bleus sont une fois de plus éliminés sur tapis vert. Ne sachant pas par qui remplacer les Cap-Verdiens, les organisateurs décident de reporter la compétition.

  • Portrait-robot

    - 45% Liga Sagres
    - 20% magouilles
    - 15% équipe casse-gueule
    - 10% requins
    - 10% Kizomba

  • Les gardiens

    On ne sait pas vraiment ce que valent les deux meilleurs portiers cap-verdiens, si ce n'est qu'ils s'appellent Kevin et Ivan Cruz, qu'ils ont respectivement 20 et 18 ans, qu'ils ont très peu d'expérience et qu'ils n'ont que très peu joué cette saison avec leurs clubs (Nacional Funchal pour le premier, Gil Vicente pour le second). Si les deux se valent, il semblerait que le plus jeune soit mieux parti pour défendre les cages des « Tubarões Azuis » lors de la CAN. Jeunesse rimant bien souvent avec inexpérience, il y a moyen d'assister à de belles sorties foireuses et des cagades en tout genre. Comme dans toutes les autres équipes, en fait...

  • L'équipe type

    Ivan Cruz - Carlitos, J. Fortes, Kay, F. Varela, Nivaldo - Nuno Rocha, Platini (aucun lien), T. Varela, Sérgio Semedo - Héldon (c) et Ryan Mendes (ou O. Fortes)

  • Le requin bleu et les Chinois

    Quand on est entouré par l'océan Atlantique, il n'y a rien d'étonnant à ce que son animal fétiche vive en mer. Accros aux encornets et aux maquereaux, le « tubarão azul » est grand et maigre (jusqu'à 4 mètres) et présente une peau bleue, comme son nom l'indique. Comme nombre de ses congénères, le requin bleu est touché par le « shark finning » , une pratique qui consiste à les capturer, à leur couper les ailerons et la nageoire caudale, puis à les rejeter mutilés à la mer. Tout ça pour préparer une soupe dont les Chinois raffolent, notamment à l'occasion des mariages. Une question de goût…

  • Tavarès le bouliste

    Avec le Lillois Ryan Mendes et le Rémois Odair Fortes, Julio Tavarès est l'autre « Français » du Cap-Vert pour cette CAN 2015. Si Dijon occupe la 2e place du classement de Ligue 2, le club bourguignon le doit en partie à son attaquant cap-verdien (auteur de 4 buts et 4 passes décisives). Après un début de saison ratée, Tavarès vise de nouveau juste. Quoi de plus normal pour un type dont le premier amour reste… la pétanque. Dans le village de Montreal la Cluse (dans l'Ain) où il a vécu, il était même considéré comme un champion. Puis son destin bascule quand on lui propose de suppléer le gardien de l'équipe locale en 4e division de District. Mais Julio ne reste pas longtemps en cages et passe en attaque où il fait des ravages. Deux ans et quelques refus plus tard, il range le cochonnet pour de bon et rejoint Bourg-Péronnas en CFA2. Dijon le repère en 2012 et lui fait signer son premier contrat pro. La famille Rocher peut respirer, Julio Tavarès est rangé pour l'instant des terrains de pétanque.

  • Pourquoi le Portugal va soutenir le Cap-Vert

    De l'ancien empire colonial portugais, le Cap-Vert apparaît comme un confetti perdu au milieu de l'Atlantique comparé au Mozambique et l'Angola. Au pays de Césaria Evora, on n'a peut-être pas de pétrole, mais on réalise des miracles avec un réservoir de 500 000 habitants. Première équipe qualifiée pour cette compétition, la sélection entraînée par Rui Aguas (buteur légendaire de Benfica dans les années 80) s'appuie aussi sur des joueurs formés au Portugal. Tout est réuni pour soutenir les requins bleus. Et a priori, ils ne pourront pas perdre en finale contre la Grèce

    Par William Pereira et Alexandre Pedro
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    DocteurHappy Niveau : CFA
    Ce sera une des surprises pour moi ! Je les vois aller loin !
    Tiens je pensais que la Kizomba était la danse des Angolais :p
    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    7 2