En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. // CAN 2017
  2. // Groupe C
  3. // Présentation

CAN : la fiche de la Côte d'Ivoire

Tenante du titre, la Côte d'Ivoire s'avance au Gabon avec un groupe moins clinquant que par le passé. Heureusement, les marabouts d'Akradio sont encore de leur côté. Suffisant pour espérer le doublé ?

Modififié

La piste en terre battue


En Côte d'Ivoire, qualification rime avec tension. En 2015, les Éléphants avaient composté leur billet pour la phase finale en terminant à la seconde place, loin derrière le Cameroun, mais juste devant la République démocratique du Congo. Cette année, le groupe était beaucoup moins relevé, et offrait a priori deux victimes expiatoires, la Sierra Leone et le Soudan, le Gabon étant déjà qualifié en tant que pays organisateur. Las, encore une fois, les Éléphants ont souffert le martyr, terminant premiers à l'arrache. Bilan des courses : une petite victoire en quatre matchs, pour seulement trois buts marqués et deux buts encaissés. Les optimistes se consoleront avec une certitude : grâce à leur défense, les tenants du titre sont restés invaincus.


Le joueur qui va leur manquer : Yaya Touré


Didier Drogba, Boubacar Barry Coppa et Kolo Touré sont loin. Cheick Tioté est fâché. Gervinho est lui parti en Chine avant de se blesser. La sélection actuelle inaugure donc pratiquement la fin d'une génération qui aura fait trembler l'Afrique entière. Le grand absent se nomme bien sûr Yaya Touré. En janvier 2016, Michel Dussuyer nous confiait toujours espérer un retour de son leader. Il devra composer sans, puisque que le quadruple Ballon d'or africain a récemment mis un terme à sa carrière internationale, après de longs mois de réflexion. « Le football est tout pour moi. Il m’a donné tant de choses dans ma carrière que maintenant je ne me sens plus capable de me fixer de nouveaux objectifs avec les Éléphants de Côte d’Ivoire , a commenté sur sa page Facebook le remplaçant de Manchester City, désireux de passer le témoin. J'arrête parce que je pense que c'est le moment. Je veux que mes jeunes frères participent à la CAN et qu'ils aient cette faveur-là. Des regrets, on en a toujours, parce que je me sentais quand même apte. Mais bon, certaines choses ont fait que je me suis retiré. »


Onze types


Sylvain Gbohouo (TP Mazembe) - Serge Aurier (Paris SG), Éric Bailly (Manchester United), Wilfried Kanon (ADO La Haye), Adama Traoré (FC Bâle) - Franck Kessié (Atalanta Bergame), Geoffroy Serey Dié (FC Bâle), Jean-Michael Seri (OGC Nice), Max-Alain Gradel (Bournemouth) - Salomon Kalou (Hertha Berlin), Jonathan Kodjia (Aston Villa)


L’inexpertise de Sophie Goetghebeur et Tony Verhulst, fondateurs du « Elephant Heaven » à Bussière-Galant


« C'est un projet de sanctuaire qu'on a lancé il y a cinq ans en Haute-Vienne. Notre but est de créer la première maison de retraite pour les 690 pachydermes présents en Europe. On aimerait qu'ils nous rejoignent dans le Limousin plutôt que d'être euthanasiés dans les cirques ou les zoos. Concernant la CAN, je dirais que la Côte d'Ivoire a de grandes chances de conserver son titre. Les éléphants sont les véritables rois de la savane. Ce sont les mammifères les plus intelligents, ils travaillent en équipe autour d'un leader, et excellent dans la stratégie. Enfin surtout les femelles, car les mâles sont avant tout solitaires. Si les choses tournent mal, il y a un risque qu'ils oublient de passer le ballon. Vous dites qu'ils sont en voie d'extinction ? C'est vrai que l'éléphant est une espèce menacée, mais c'est surtout à cause du braconnage. Dans l'absolu, ils n'ont pas grand-chose à craindre des autres animaux. Les léopards passent leur vie à dormir dans des arbres et les éperviers ratent souvent leur cible, je ne vois pas le danger venir de là. Le lion reste un adversaire valable, mais je dirais que le pire match-up pour eux serait contre les serpents (heureusement, les Mambas du Mozambique ne se sont pas qualifiés, ndlr). »

Vidéo


Pourquoi ils vont... battre le Ghana en finale


Parce que la malédiction des sorciers d'Akradio est enfin levée. En 1992, la Côte d'Ivoire remporte la finale aux tirs au but, contre le Ghana d'Abedi Pelé. Mais les sorciers d'Akradio, un petit village situé à deux heures de route d'Abidjan, ne touchent pas les primes promises par la Fédération. Résultat : les Éléphants sont maudits. Malgré la présence de Didier Drogba et un statut constant de favori, ils échoueront systématiquement pendant plus de deux décennies, en témoignent ces deux finales perdues contre l'Égypte et la Zambie. Au pays, la grogne monte. Avant la CAN 2015, le gouvernement ivoirien décide donc de se rendre au village en catimini. Quelques valises de billets apaisent le conflit. Les sorciers sont de retour du bon côté. Quelques mois plus tard, la Côte d'Ivoire s'impose contre toute attente. Aux tirs au but. Contre le Ghana.


Le bestiaire


Un pays qui a le mot « ivoire » dans son nom peut-il décemment choisir un autre symbole que l'éléphant ? Non. Allégorie de la puissance et de la sagesse dans la culture occidentale, l'animal correspond parfaitement à Serge Aurier. En Afrique, il incarne plus volontiers la figure paternelle, en sa qualité de chef des animaux. C'est pourquoi il a été choisi par Félix Houphouët-Boigny comme emblème officiel du rassemblement démocratique africain, à l'indépendance du pays en 1960. Depuis, il orne les armoiries nationales, encadré par un soleil et deux palmiers (le palmier était autrefois le symbole du parti progressiste de Côte d'Ivoire, opposé au PDCI libéral de Felix Houphouët-Boigny pendant la période coloniale, ndlr), afin de représenter l’union et la solidarité des différentes mouvances politiques face à l'adversité.


La célébration de but qu'ils vont inventer


À chaque but marqué, les joueurs vont se tirer la trompe. Attention cependant à ne pas enlever le short, sous peine de carton jaune.


Le Bongoefficient


En 2010, la Côte d'Ivoire est en pleine guerre civile, entre le Sud, chrétien et loyaliste, et le Nord, musulman et rebelle. À l'époque, le chef des rebelles, Guillaume Soro, accuse le président Gbagbo d'occuper le palais présidentiel et de ne pas respecter le verdict des urnes : « Gbagbo est non seulement un tricheur, mais un dictateur. Quiconque n'accepte pas le jeu démocratique, le verdict du peuple et les résultat des élections est un dictateur. » Le conflit aboutira finalement en avril 2011, avec l'arrestation rocambolesque du mari de Simone. Depuis, Alassane Ouattara, favori des puissances occidentales, a pris le pouvoir, sur les cendres encore chaudes de la division. Au moment du transfert de Charles Blé Goudé à la Cour pénale internationale en 2014, le parti de l'ancien président a à son tour qualifié le régime d'Alassane Ouattara de « dictature » au « visage hideux » . Ce qui nous donne, une fois cumulé, un coefficient de respect de la dictature proche des 3%.


L’hymne du tournoi


Même si les choses ont changé, que les fleurs ont fané, la Côte d'Ivoire aura à cœur de connaître « une autre étincelle » en 2017. Quitte à balancer les formules magiques des marabouts d'Afrique. « Fallait pas commencer, m'attirer, me toucher, fallait pas tant donner, moi je sais pas jouer » , hurle Wilfried Bony en pensant à la coupe Total.

Vidéo


Par Christophe Gleizes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88
À lire ensuite
Cabañas : Brest in peace