Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Groupe F
  3. // Naples/Arsenal (2-0)
  4. // Notes

Callejón ne suffit pas, Giroud aérien

Dans un match tout bizarre, les Napolitains ont longtemps buté sur une équipe d'Arsenal pas trop emmerdée techniquement. Ils ont fini par trouver la faille grâce à Higuaín et Callejón, mais ne sont pas parvenus à faire sauter la banque.

Modififié

Napoli :


Rafael (5) : Le Brésilien, qui remplaçait Reina blessé au dos, n'a pas eu grand-chose à faire. Si ce n'est un arrêt assez facile sur une frappe de Giroud et sortir une fois. Du coup, disons que ce n'est pas un chef-d'œuvre.

Maggio (5) : Le capitaine n'a pas eu le rendement escompté, n'apportant finalement que bien peu souvent le danger dans son couloir. Et puis cette tentative de lob qui passe largement au-dessus, c'est non.

Albiol (6) : Ce soir, il avait décidé de laisser Giroud prendre tous les ballons de la tête. Histoire de ne pas se décoiffer sans doute. Mais derrière, il ne l'a jamais laissé passer. Ce qui dans l'ensemble est plutôt un bon deal.

Fernandez (6,5) : Pareil que son compère. Sauf que lui s'est aussi permis de claquer deux-trois transversales de qualité. Ce qui est toujours un plus dans ce monde de brutes.

Armero (7) : Quelle énergie ! Le Colombien courait partout, tout le temps, et souvent à bon escient. D'ailleurs, le premier but vient d'un de ses innombrables centres. De là à y voir les effets de la blanche, il n'y a qu'un pas qu'on n'oserait franchir.

Behrami (6,5) : Valon a passé sa soirée à tacler, tirer, dégommer, harceler, pour un total de cinq fautes. La vraie prouesse, c'est d'avoir réussi à ne pas être averti dans ces conditions. On appelle ça de l'intelligence tactique. Ou une pute.

Dzemaili (6): Tout pareil que son compatriote suisse. Avec moins de brio : il a fait moins de fautes, mais a pris une biscotte. Après, peut-on vraiment en vouloir à un type qui s'appelle Blerim ?

Callejón (7,5) : Ángel Di María peut bien pleurer de ne pas être titulaire au Real avec l'arrivée de Bale. Il n'avait qu'à se tirer comme José. Vif et tranchant sur le côté droit, décisif dans l'axe (passeur et buteur), il a porté son équipe sur ses épaules. Il ne gagnera peut-être pas de titre, mais est-ce que c'est ne pas mieux d'être aimé ?

Mertens (4) : Indéniablement, Dries a du ballon. Trop même. Du coup, il passe son temps avec et a une fâcheuse tendance à tout vouloir faire tout seul. Et à tacler à tout va. Ce qui donne un sympathique croisement entre Cyril Rool et Messi. Une fusion contre-nature, évidemment.

Pandev (3) : Il y a un peu plus de 2300 ans, Alexandre III de Macédoine (aussi connu sous le nom d'Alexandre le Grand) marchait sur le monde. Le 11 décembre 2013, son lointain descendant macédonien n'a même pas mis un pied dans le milieu des Gunners. Heureusement qu'il a laissé sa place à l'heure de jeu à Insigne, qui a comme toujours beaucoup apporté. Mais pourquoi diable n'est-il pas titulaire ?

Higuaín (7) : On accuse souvent le natif de Brest de ne pas être un grand neuf, tout ca parce qu'il ne marque pas dans les matchs importants. Maintenant, on va lui dire qu'il ne marque pas assez dans les matchs importants. Un but c'est bien, deux ça aurait été mieux.


Arsenal :


Szczęsny (~~) : Le petit Wojciech devait sûrement rêver d'être un pirate. Un rêve qu'il n'a toujours pas abandonné : sur chaque action, il part à l'abordage. Mais attention, un gentil pirate, qui refile le ballon sur ses relances.

Jenkinson (2) : Non content d'avoir un nom à évoluer avec le XV de la Rose, le type en a aussi la technique. On n'ose imaginer le dépit de ses coéquipiers, qui au bout d'une belle action bien construite, lui passe la balle et le voit la perdre misérablement. Réussir à faire regretter Sagna, c'est quand même fort.

Mertesacker (6) : Il est tout lent et a l'air assez maladroit. Et pour les relances, il est plutôt dans le genre grosse mine devant. En revanche, dans le placement, l'anticipation et le jeu de tête, difficile d'aller le chercher.

Koscielny (6,5) : Pas toujours très classe, mais diablement efficace. Le mec s'est même permis un petit rush tranquillement après avoir claqué un lob sur un Napolitain. Si Arsenal a tenu aussi longtemps, c'est quand même en grande partie grâce à lui.

Gibbs (5,5) : Pas franchement mauvais, pas spécialement intéressant, le latéral gauche a fait le travail. Mais au risque de se répéter, avec un nom pareil, il est nécessaire d'être bien au-dessus de tout le monde. Comme Jethro.

Flamini (6-1) : Contrairement aux apparences, Mathieu n'est pas revenu à Arsenal pour faire de la figuration. Loin d'être ridicule lors des possessions de balle à base de petites passes, il gratte en outre un nombre de ballons non-anecdotiques. En revanche, il va vraiment falloir travailler sur les frappes.

Arteta (7-1) : L'Espagnol est clairement arrivé à maturité. Le nombre de seconds ballons qu'il récupère est impressionnant, ses petites passes sont un délice, et difficile de lui prendre la gonfle. Le tout sans faire de fautes. Enfin si, deux, pour deux jaunes et une expulsion. Dur.

Özil (0<–>10) : Mesut est un esthète, qui ne joue définitivement pas au même jeu que le commun des mortels. Difficile dans ces conditions de le comprendre. Disparaît-il parce qu'il s'ennuie ou pour aller sauver le monde ?

Rosický (6,5) : Le petit Mozart se fait vieux, mais régale toujours avec la chique. Après, quand on lui demande de défendre, il le fait, mais c'est pas brillant. Un peu comme Mozart, l'Opéra Rock.

Cazorla (\_/): Non content d'avoir une tête de lapin, Santi joue pareil. Un crochet, et hop je saute. Un trou ? Je le prends. Un joueur qui marche à la carotte.

Giroud (8,848) : Soit la hauteur du Mont Everest. Soit la raison pour laquelle toute son équipe n'a fait que chercher (et trouver) sa tête pendant tout le match. Comme dirait Mr Freeze : « Cool party  » .

Par Charles Alf Lafon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68