1. // CdF
  2. // Quevilly/Paris SG

« Calais, c'était différent »

« Rappelez dans une demi-heure, je suis en train de faire un tennis avec mon frère » . Joris Colinet a 27 ans, et n'a pas besoin d'avoir le brassard autour du biceps pour être l'emblème de l'US Quevilly. Attaquant reconverti milieu de terrain dans les grandes occasions, il prépare la demi-finale face au PSG, tranquille.

0 0
Ça a donné quoi ce tennis ?


J'ai pété mon cordage au bout de quarante minutes, on n'a pas pu faire de match.

Bon, c'est sérieux, cette menace de boycott de la demi-finale contre le PSG ?


Ça, c'est plus politique qu'autre chose. Ils ne sont pas disposés à ce qu'on joue à Diochon, tant pis pour nous. Et puis c'est la sécurité qui prime, il ne faut pas prendre de risques avec ça.

Les soucis qui s'accumulent avec les supporters parisiens, ça t'inspire quoi ?


Ce ne sont pas des choses qu'on aime voir. C'est assez incompréhensible de voir ça, mais en même temps, il y a tellement d'argent là-bas, les supporters s'investissent et investissent financièrement, alors quand les résultats ne suivent pas, il y a de quoi être mécontent. Pour ce qui est du huis-clos, je pense que c'est une décision qui a été choisie juste pour marquer le coup. Il faut frapper plus fort, comme en Angleterre. Là-bas, il y a eu des problèmes et maintenant, quand un joueur marque, il part enlacer un spectateur. Regarde Tevez, hier, après son but, il a sauté dans les tribunes. Il ne pourrait pas le faire en France... sauf s'il joue en DH !

La demi-finale devrait se dérouler au Havre ou à Caen. Quelle est ta préférence ?


C'est dommage car on commençait à avoir nos repères à Rouen. Mais bon, moi je suis joueur, et si tu me dis que ça se joue ailleurs, eh bah je vais jouer ailleurs. A choisir, je préfère Caen. J'ai déjà joué à Deschaseaux il y a deux ans, quand on avait reçu Bordeaux en 32e de la Coupe de France (défaite 1-3, ndlr). Caen, je n'y ai jamais joué, mais c'est un stade fermé, et ça risque de faire plus de bruit. Ça peut être mieux pour nous.

N'empêche, cet événement extra-sportif, il renforce un peu plus le caractère épique de votre aventure...


Je ne sais pas. C'est quelque chose qu'on ne maîtrise pas en tant que joueurs. On s'en rendra peut-être compte quand tout sera terminé. Pour l'instant, on essaie de rester les mêmes mecs. On n'est pas des grands joueurs, on le sait, alors il n'y a pas de raison qu'on change.

Le parallèle avec les anciens de 68 et le parcours de Calais il y a dix ans n'est-il pas trop pesant ?


Personnellement, je trouve ça beau de reparler de ceux qui ont fait ça en 68. Leur demi-finale fait partie de l'histoire du club. Pour ceux qui sont de la région comme moi et qui ont mon âge, on a tous des parents qui avaient une quinzaine d'années à l'époque et qui avaient vibré grâce à eux. C'était important de faire ce rappel. Calais, c'est différent. Les mecs ne nous ressemblaient pas, les contrats fédéraux n'existaient pas encore...

Revenons à Paris. C'est vraiment le pire tirage possible ?


Les gens ne voulaient pas jouer Paris pour l'extra-sportif. Après, ça reste un beau tirage car c'est Paris, quoi ! On ne parle pas d'un petit club de Ligue 1 mais d'un club qui a gagné une coupe d'Europe. Dans l'équipe, il y a deux anciens du PSG : Fodié Traoré et Sébastien Vaugeois. Sinon, il y a Zanké Diarra (le frère d'Alou, ndlr) qui est parti de Quevilly à Paris cet été.

Tu as déjà joué contre le PSG ?


Plein de fois contre la réserve. L'an passé, il y avait Kezman. Les autres années, on a déjà croisé Ljuboja, Cristian Rodriguez, Benachour. Et même Dhorasoo quand je jouais à Bois-Guillaume.

Au fait, ça s'est passé comment le déplacement à La Vitréenne ce week-end ?


On menait 2-1 à la mi-temps (buts de Coquio et Laup, ndlr), et puis on a fini par s'en prendre deux en fin de match. C'est injouable de jouer sur les deux tableaux, et nous, cette année, c'est la Coupe.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Le Journal des Losers
0 0