Cafu et le business opaque des fondations

Modififié
0 7
À l’occasion des dix ans de la fondation Cafu, qui vient en aide à 750 enfants issus de quartiers défavorisés de São Paulo, le seul joueur à avoir disputé trois finales de Coupe du monde d’affilée est revenu dans Estado do São Paulo sur les difficultés rencontrées pour trouver des investisseurs lors du lancement de sa structure. En effet, l’ancien latéral droit de la Roma et du Milan évoque les soupçons de blanchiment d’argent, une pratique courante à l’époque :

« Ils ne savent pas si l'argent qu'ils mettent dans l'institution sert vraiment aux enfants. Quand j'ai monté la Fondation Cafu, j'ai payé pour les erreurs des autres. Parce que beaucoup de gens créaient leur fondation pour blanchir de l'argent, détourner des fonds... Je frappais à la porte des patrons et on me disait : "Mais toi aussi tu trempes là-dedans, Cafu ?" Je demandais : "Mais tremper dans quoi ? Je ne vois pas." Là, j'ai commencé à comprendre la situation et tout ce qu'on avait à affronter pour arriver à mettre un projet sur pied. »

Capitaine courage.



PP
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Balaise Matuidi Niveau : Loisir
Le Brésil n'a jamais pris aussi cher en terme d'image que depuis qu'ils organisent la coupe du monde, les moindres faits et gestes sont relayés dans les médias.

Limite le nombre de touristes sera plus faible après qu'avant la coupe du monde ...
Once uppon a time...

https://pbs.twimg.com/media/BlRDZfiCMAAB86v.jpg

(Je sais que ça n'a rien à voir avec le sujet de l'article mais je devais partager ma douleur.)
"Et le brésil prendra encore plus cher en terme d'image, quand une autre nation gagnera le tournoi et que le public affamé les mangera en direct, grillés avec un peu de salade de gazon en direct, 3 min après le coup de sifflet final." Marc Mawoerds
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 7