Caen : Un vent d’ouest en direction de la Ligue 1

Le Stade Malherbe a donc été la seconde équipe à assurer sa montée en Ligue 1, après son match en retard disputé mardi dernier contre Nîmes (1-1) et à la faveur d’une différence de buts largement positive. Les Caennais reviennent pourtant de loin, et ne doivent leur place sur le podium qu’à un dernier tiers de championnat traversé à tombeau ouvert. Retour sur une saison agitée, au terme de laquelle le favori a finalement créé la surprise.

Modififié
0 4
Un premier acte sans relief

« On ne le cache à personne : notre objectif, c’est de monter, et rien d’autre. » Fort d’une encourageante 4e place décrochée pour sa première saison sur le banc du SMC, Patrice Garande compte bien franchir le pas, en s’appuyant sur un groupe qu’il connaît sur le bout des doigts. Le recrutement vise surtout à ajouter de la profondeur à l’effectif et à compenser les départs de Sorbon et Guerreiro, partis s’éclater à l’étage supérieur. Le retour au club prometteur de Jérôme Rothen et les premières foulées normandes semblent confirmer les déclarations ambitieuses du tacticien normand : le Stade Malherbe entame l’exercice 2013-14 pied au plancher et rafle la mise lors des trois premières journées. Sauf que l’étincelle ne prend pas, et qu’il n’y a pas grand monde pour souffler sur les braises. Caen se fait sortir de la Coupe de la Ligue et enchaîne sur trois défaites consécutives en championnat.

Pendant que ses concurrents montent en puissance, Malherbe perd du temps à panser ses plaies : secteur défensif inconsistant, et qui n’a semble-t-il pas digéré le départ de ses deux meilleurs éléments, manque d’équilibre évident entre les lignes, et surtout, un mental de plomb qui coûte très cher aux Caennais… Corrigés à Arles-Avignon (3-2) et à Auxerre (3-2) après avoir chaque fois compté deux buts d’avance, rattrapés à Clermont (2-2) suite à des errements défensifs éhontés, et sans ressources contre leurs concurrents directs Nancy (1-2) et Lens (2-1), les Normands vivotent dans la première partie de tableau, et comptent au soir de la 15e journée autant de victoires que de défaites (7 succès et 7 revers). Un début de parcours difficilement compatible avec les ambitions d’un futur promu…

Et comme si le fardeau n’était déjà pas assez lourd à porter pour Patrice Garande, la déception sportive semble avoir des répercussions jusqu’au sein du vestiaire : Jérôme Rothen quitte le club dès le mois d’octobre, suite à plusieurs désaccords avec son entraîneur. Si le SMC n’est pas encore décroché, il ne le doit qu’à l’efficacité de son secteur offensif, qui ne démentira jamais. À la trêve, le Stade Malherbe pointe donc à une anonyme 8e place, très loin des temps de passage qu’il s’était fixé, et nombreux sont les supporters qui ont déjà abandonné tout espoir de montée…

Les individualités au rendez-vous

Pour s’extirper de la foule de candidats au podium et toiser ce championnat de Ligue 2 plus homogène que jamais, il fallait donc impérativement faire preuve de régularité et réussir à amorcer une bonne série de résultats, comme celles qui ont mené Niort (8 victoires, 3 nuls et 1 défaite entre la 18e et la 29e journée) et Nancy (2 petites défaites entre la 9e et la 25e journée) à se mêler à la course à la montée malgré une première partie de championnat bien délicate.

Si le Stade Malherbe disposait assurément, cette saison, de l’un des effectifs les plus riches de la compétition, il lui a fallu du temps pour assembler les bons ingrédients et parvenir à créer les conditions d’une dynamique positive. Les contours d’une équipe se dessinent pourtant petit à petit, au gré de quelques frissons (la célébration du Centenaire du club lors d’une victoire en amical face au Milan AC, l’élimination de la Coupe de France à Lille au terme d’un match épique), et grâce à l’émergence de quelques individualités… Avant le renfort bienvenu de José Saez cet hiver, le jeune Ngolo Kanté, venu tout droit du National et de Boulogne, était déjà la sensation du championnat de Ligue 2 au milieu de terrain, pendant que Fayçal Fajr et Mathieu Duhamel, le premier à la passe et le second à la finition, continuent de garnir leur ligne de stats comme des gloutons. En défense, Patrice Garande semble avoir trouvé la bonne formule en associant l’expérimenté Jean-Jacques Pierre et le très prometteur Molla Wagué…

Dès le mois de janvier, l’effectif bas-normand présente quelques gages de stabilité, malgré deux nouveaux revers subis à Tours (2-1) et chez le leader messin (2-1). Malherbe avance toujours masqué, comme s’il avait peur de déranger, en se contentant de tabasser plus petit que soi avant de s’écraser dès que sa route croise celle d’un concurrent direct. Il faut attendre le mois de mars pour que la révolte gronde pour de bon dans les rangs caennais. Au soir d’un improbable match nul concédé face à Châteauroux (1-1) suite à un but du volleyeur Christopher Maboulou, Caen trouve de quoi alimenter son orgueil. Et là, les amis, c’est indigestion de plomb pour tout le monde…

Un sprint lancé de loin

Pendant que le SCO Angers claque des genoux et libère gentiment une place sur le podium, Malherbe se sent pousser des ailes. Dans la foulée d’un match nul arraché dans les ultimes secondes à Nancy (1-1), les joueurs de Patrice Garande canardent à tout va et réussissent une série de 6 victoires consécutives (de la 31e à la 36e journée). Au menu du festin, le RC Lens (1-0), le SCO Angers, écarté des débats pour de bon (1-2), le Stade brestois, qui revenait en trombe vers les premières places (0-1)…

Porté par l’efficacité de son goleador Duhamel (13 buts lors des 16 dernières journées) et par une réussite insolente qui lui permet de cueillir des grappes de points dans le money time (victoires arrachées dans les cinq dernières minutes face à Clermont, Istres puis Angers), le Stade Malherbe retrouve une place sur le podium au soir de la 32e journée pour ne plus l’abandonner. Les Normands assurent tranquillement leur place dans l’élite lors de la réception de Nîmes (1-1), et reviennent décidément de très loin.

Pour ne pas connaître le même triste sort que lors de ses précédentes expériences en Ligue 1, le Stade Malherbe devra sans nul doute conserver cet état d’esprit qui lui a permis de jaillir comme un diable de sa boîte dans la dernière ligne droite. Et pour commencer, prolonger Mathieu Duhamel et Fayçal Fajr, respectivement meilleur buteur (24) et meilleur passeur (15) du championnat et tous les deux en fin de contrat, pourrait être une bonne idée… Patrice Garande a déjà prévenu : « Malherbe est à la croisée des chemins. » Espérons pour les Normands qu’ils ne fassent pas une nouvelle fois fausse route sur les sentiers rocailleux de la Ligue 1.

Par Julien Mahieu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
C'est OUF comment tout le monde semble s'en battre les couilles ^^

Y'a pas internet en Basse-Normandie?...

T'inquiète Julien Mahieu il est cool ton article

Steve Zissou Niveau : District
Incroyable cette saison.

Je pensais honnêtement qu'à la suite du but de Maboulou, et du scandale autour, le club allait s'écrouler et finir aux alentours de la 8ème place.

Mais là, ça a vraiment été l'élément déclencheur d'une fin de saison énorme où tout semblait nous réussir (ce qui est plus que rare pour le stade Malherbe!).

Gros plaisir de revoir le stade Malherbe en ligue 1 !
Oui bon article qui résume bien la saison du SMC.

Sidney, il faut dire que les montées/descentes se sont tellement banalisées par chez nous, qu'on en deviendrait presque blasé ;)

Félicitations aux joueurs qui se sont arrachés les tripes en fin de saison et à Cavéglia pour son recrutement judicieux, c’était pas gagné d'avance après la dernière descente.

@Julien Mathieu, il devrait y avoir des news croustillantes (pour un supporter du SMC) autour de l'embauche de Gravelaine qui ne fait pas du tout l'unanimité au sein du club. Affaire à suivre.

Allez Malherbe !
Stéphane Zianique-ta-race Niveau : Loisir
Message posté par Sidney G'Ovule
C'est OUF comment tout le monde semble s'en battre les couilles ^^

Y'a pas internet en Basse-Normandie?...

T'inquiète Julien Mahieu il est cool ton article



parle-nous un peu d'alejandra, steup'
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 4