En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 4e journée
  3. // Caen/Lyon

Caen-Lyon, des airs de revanche

Ce samedi, l'OL se déplace à Caen pour tenter, déjà, de rattraper un début de saison plus que mitigé. Mais également pour prendre une revanche, car c'est bien sur la pelouse du stade Michel-d'Ornano que les Gones ont dit adieu au titre, en fin de saison dernière.

En débarquant sur la pelouse de Caen, ce samedi 9 mai, les Lyonnais le savent, ils n'ont pas le droit à l'erreur. La veille, Paris a étrillé Guingamp, 6-0, prenant par la même occasion six points d'avance sur l'OL. Dans un sprint final à l'intensité folle, aucun faux pas n'est toléré, et pour continuer à espérer, Lyon doit donc s'imposer en terres caennaises. Pas d'autre alternative en vue. Face à un adversaire largement à sa hauteur, Lyon va pourtant trébucher. Et se faire mal. Très mal, même. Méconnaissables pendant 90 minutes, les hommes d'Hubert Fournier sont comme absents et ne peuvent qu'assister, impuissants, à la déferlante caennaise. Score final, 3-0. Une fessée. Surtout, un adieu définitif au titre. Comme un retour brutal à la réalité après une saison qui avait jusqu'alors pris la forme douce et angélique d'un rêve.

La chute avant la ligne d'arrivée


L'histoire est plutôt belle. Après un début de saison catastrophique, l'OL est peu à peu parvenu à remonter la pente. Une longue ascension guidée par un duo Fekir-Lacazette en premier de cordée. Et après avoir remarquablement bien gravi les chemins sinueux de la Ligue 1, ils sont parvenus tout en haut. Au sommet. De façon inattendue. Trop inattendue. Alors forcément, seuls sur un fauteuil presque trop grand pour eux, les Gones regardent leurs adversaires avec les yeux défaitistes de ceux qui savent qu'ils n'ont rien à foutre là. Et quand on a du mal à y croire, on finit par lâcher. En fin de saison, le PSG enclenche la seconde et écrase l'accélérateur, quitte à doubler par la droite. Tétanisé par sa position, l'OL finit par craquer à domicile, face à Lille (1-2), laissant le champ libre à Paris. Mais rien n'est encore perdu et en cas de faux pas parisien, tout reste jouable. C'est pourquoi Lyon continue d'y croire. Car à trois points des hommes de la capitale, alors qu'ils leur restent trois matchs à disputer, c'est peu dire que l'espoir est encore là.

Le coup fatal porté par le SMC


Mais encore faut-il le concrétiser sur la pelouse de d'Ornano. Une formalité. Ou presque. Sans doute paralysés par l'enjeu, assurément éreintés par une saison épuisante, les Lyonnais vont totalement passer à côté de leur rendez-vous bas-normand. Face à une équipe caennaise au taquet pour assurer son maintien, l'OL tombe. De haut. Un doublé de Benezet en trois minutes (41e et 44e) avant le coup fatal porté par Privat à cinq minutes du terme de la rencontre. Trois buts dans le buffet, les Lyonnais sont à terre. Surtout que pour ne rien arranger, leur ancien gardien, Rémy Vercoutre, vient de réaliser le match parfait dans l'équipe d'en face. Une prestation de haute volée qu'il conclut en chambrant son ancien coéquipier, Clément Grenier. Lequel ne bronche pas. Un match sans, comme on dit.

L'heure de la revanche


La suite est n'est que logique, Paris s'envole vers son troisième titre d'affilée. L'OL concédant même le nul la semaine suivante, face à Bordeaux, comme pour confirmer que ce titre était décidément trop lourd à soulever pour eux. Mais peu importent les derniers matchs, le tournant de la saison s'est bien joué là, sur la pelouse de Michel-d'Ornano. Cette même pelouse que les Lyonnais s'apprêtent à refouler ce samedi après-midi. Mais cette fois, l'objectif n'est pas le même. Les espoirs de titre n'en sont même pas à l'état embryonnaire. Pour tout dire, ils n'existent pas vraiment. Car le début de saison de l'OL est plus que mitigé. Presque raté. Sauf qu'après seulement trois journées, il est possible de rapidement inverser la tendance. Après tout, les Gones l'ont bien prouvé la saison dernière. Mais s'ils veulent enfin lancer la machine, Fekir et son crew n'ont pas le choix, la victoire est presque déjà obligatoire dans l'antre caennais. Et pour se motiver, quoi de mieux que d'attiser l'esprit de revanche. Retourner sur le champ de bataille où ils ont perdu la guerre, voilà l'idéal pour prouver qu'ils en ont dans le bide. L'heure de la revanche a sonné. Reste à savoir si les Gones sont prêts à livrer bataille.

Par Gaspat Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 15:44 414€ à gagner avec Barça & Bayern 1 il y a 34 minutes Lamine Sané signe à Orlando 2 Hier à 12:46 160 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !
il y a 8 heures Ronaldinho se lance dans la musique 11
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 12:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Chelsea - Barcelone 1 Hier à 09:45 Le derby de Bahia se termine avec dix expulsés 18 Hier à 08:00 Un supporter met le feu tout seul en D8 anglaise 11