Caen est aux commandes

La reprise des hostilités est intense, en Ligue 2, après une première journée fructueuse (30 buts marqués) et un premier tour de Coupe de la Ligue disputé en milieu de semaine. Seulement cinq matchs ce vendredi soir, qui a vu le Stade Malherbe s’asseoir sur le trône.

Modififié
2 4
Les têtes de série

Les Caennais ont abordé la saison avec des résultats à la hauteur de leurs ambitions, en s’imposant lors de la première journée et en enchaînant par une qualification en Coupe de la Ligue face à Metz (2-0). Arborant leur nouveau maillot célébrant le centenaire du club et qui donne l’impression que la Juventus a atterri en L2, les favoris normands sont pourtant malmenés au stade Francis Le Basser, face à une équipe lavalloise percutante en contre, et paient l’addition, quand Bakamenga décoche une patate monumentale en première intention de l’entrée de la surface. Cueillis à froid, les Caennais prennent leur temps mais finissent par réagir avec orgueil : le jeune N’Golo Kanté, tout juste débarqué de Boulogne-sur-Mer et déjà auteur d’un énorme match lors de la première journée, conclut son déboulé jusqu’à l’entrée de la surface d’une frappe qui vient embrasser le petit filet. La seconde mi-temps est clairement lavalloise, mais ce sont bien les Normands qui exultent, à cinq minutes de la fin, grâce à un centre de Nabab parfaitement coupé par Duhamel. Un but qui suffit aux Caennais pour prendre les commandes de la L2, suivis de près par Créteil et Clermont. C’est ce qu’on appelle être en bonne compagnie.

Duel de promus entre le Créteil de Jean-Luc Vasseur et les jeunes pousses messines d’Albert Cartier. Et il faut avouer que le début de rencontre a un joli parfum de National, la faute à des maladresses techniques qui privent les deux formations de toute velléité offensive. Des contrôles qui partent en touche, des fausses touches, des passes dans le vide, et puis, enfin, un amour de passe en profondeur de Jean-Michel Lesage qui permet à Andriatsina de fusiller Johann Carrasso. Mais c’était sans doute un peu trop beau pour être vrai, et suite à une énième passe loupée en plein cœur de la défense cristolienne, Sakho remet les compteurs à zéro. Bref, ça joue un peu n’importe comment, mais au moins, il y a de l’action. Au retour des vestiaires, N’Doye profite d’une frappe contrée pour redonner l’avantage aux joueurs du 9-4. Rocchi réplique mais touche du bois, Kerboriou repousse plusieurs tentatives, puis finit par craquer sur un nouveau jaillissement de Sakho. Heureusement pour Créteil, Metz n’est pas à court de maladresses, et suite à une relance digne de la VHS « Le Foot en folie » que Tata Françoise vous a payée pour vos 12 ans, le doublé de N’Doye permet à Créteil de passer devant, et de décrocher sa deuxième victoire.

Les déceptions

On manque visiblement de sérénité en Bourgogne : premier péno de la saison à l’Abbé-Deschamps, face à Nîmes, et première engueulade entre Ben Idir et N’Tep pour savoir qui aura le droit de le frapper. Ben Idir a le dernier mot face à son jeune partenaire, mais pas face à Cyrille Merville, qui détourne. Pas la meilleure façon d’aborder une rencontre, pour l’AJA, qui accuse le coup, et laisse Nîmes se mettre en jambes. Sorín détourne un pétard de Nouri sur coup franc, et puis le jeu s’équilibre… Pas inintéressants dans le jeu, les Auxerrois manquent cruellement d’efficacité, et sont punis sur une partie de billard conclue par Pierre Bouby, profitant d’une sortie hasardeuse de Sorín. Heureusement, N’Tep a droit lui aussi à son péno, et canarde sous la barre pour le premier but de la saison de l’AJA, qui devra se contenter du point du nul.

Giflés par Arles-Avignon lors de la première journée (2-0), et soucieux de se remettre dans le sens de la marche, les Havrais sont cueillis à froid par Clermont, sur une incursion de Mana Dembélé qui s’échappe dans le dos de la défense et trompe Boucher. Le Havre est asphyxié, serre les dents à chaque prise de balle de Dembelé, s’escrime à maîtriser la gonfle, sans jamais convaincre. Le HAC vise le podium, mais pour l’instant, le HAC est bon dernier. Mortel ennui pendant plus d’une demi-heure pour les quelques supporters tourangeaux qui ont le courage de se coltiner ce Tours-Niort sans saveur, dominé au ralenti par les Chamois niortais. C’est sur une frappe des 25 mètres a priori anodine et toute écrasée qu’Andy Delort réveille ses supporters en logeant le ballon au ras du montant. Du coup, Tours est libéré, et Delort loupe de peu l’occasion de doubler la mise. Niort laisse passer l’orage, attend son heure et égalise en fin de match par Kevin Rocheteau (aucun lien). Les deux équipes engrangent leur premier point.

À consulter : Résultats et Classement de Ligue 2



Par Julien Mahieu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Laval 3 défaites à la 88' 89' et 94', un mental solide pour commencer la saison...
claude ma queue Leuleu Niveau : Loisir
Mon prochain vendredi soir de libre je bouge voir creteil en L2 . Allez le val de marne !!!
N'y vas pas pour l'ambiance ^^
Caen ca me dit vguement un truc faut que je resorte mes vieux albums paninis.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Montpellier accroche le PSG
2 4