1. // Bilan – Ligue 1 – Caen

Caen cale

Après un été intéressant à flirter avec le top 5 de L1, le SM Caen est rentré dans le rang, avant de s’écrouler lors des derniers matchs. L’effectif a indéniablement de la qualité, mais il ne s’épanouit pas assez convenablement pour espérer viser autre chose que le maintien.

3 0
La tendance

En forte baisse. Les Normands ont terminé l’année 2011 à une 14e place, leur plus mauvais classement depuis le début du championnat. Caen n’avait même quitté le top 10 de la L1 qu’à deux reprises jusqu’alors, au cours de la cinquième et de la sixième journées. Leur positionnement moyen ? Entre la 8e et la 10e place. Sauf que les mois de novembre et décembre ont été très moches, avec une vilaine série en cours de 4 défaites et 2 nuls. La dernière victoire remonte au 6 novembre et un 3-0 infligé à Dijon au stade Michel d’Ornano. Ce fut pour le public normand une des rares occasions de s’enthousiasmer de la performance des leurs. Car pour le reste… Caen n’a signé que trois victoires dans son antre (19e de L1 à domicile). Fébriles défensivement (16e défense), peu en réussite offensivement (9e attaque et aucun buteur à plus de 5 buts), les hommes de Franck Dumas ne sont parvenus qu’une seule fois à dominer une des grosses écuries de L1 : c’était face à Lyon le 21 septembre. La saison dernière, sous l’impulsion de la révélation Youssef El-Arabi, Caen maltraitait les « gros » . Cette fois, les points sont obtenus contre des candidats directs au maintien. C’est moins spectaculaire mais pas moins efficace : le club normand arrive à la trêve avec deux points de plus qu’à Noël dernier.

Le fait

Réalisant jusqu’à présent une saison neutre et sans trop de saveur, Caen s’est distingué en tribune, avec la longue et inédite grève observée par les membres du Malherbe Normandy Kop (MNK96), principal kop à d’Ornano. En tout, deux mois de grogne pour protester contre les tarifs prohibitifs mis en place par la direction, le flicage permanent et le mépris dont les supporters seraient victimes. Pas de banderole, pas d’encouragement, rien. Débutée en septembre, la grève a finalement pris fin deux mois plus tard, après que le président Jean-François Fortin a promis de faire des efforts sur la politique tarifaire, d’assouplir le règlement et de reconsidérer les relations entre le club et les supporters. Happy end d’un conflit géré avec intelligence par les deux parties.

Les satisfactions

Trois joueurs à distinguer pour la demi-saison qu’ils ont réalisée. Premier d’entre eux, le portier Alexis Thébaux. Deuxième aux notes « L’Equipe » des gardiens, derrière Salvatore Sirigu, mais devant Hugo Lloris, il ne s’est jamais troué, malgré une défense pas toujours très rassurante. Un temps convoité cet été par le PSG pour jouer les doublures, Thébaux a bien fait de rester. Discret mais efficace et régulier, il réalise une saison pleine, dans la lignée de l’an passé. Deuxième joueur à féliciter, la jeune recrue Frédéric Bulot. Les stats de l’international espoir sont très intéressantes, avec 3 buts et 5 passes décisives. Au fond du trou à Monaco, il bénéficie de la confiance de Franck Dumas. Après Mollo la saison passée, Caen peut vraiment remercier l’ASM de refiler ses bons joueurs. Un mot enfin sur Romain Hamouma. A la vue de son grand talent, la plus grosse valeur marchande du club normand n’a pas forcément été toujours rayonnante, mais il éclaire à l’occasion le jeu de son équipe. Auteur d’un but et de trois passes décisives, il semble néanmoins accuser le coup, après avoir été l’une des révélations l’an passé. Francis Gillot chercherait d’ailleurs à le récupérer du côté de Bordeaux pour le relancer.

Les déceptions

Auteur d’un début de carrière fracassant, M’Baye Niang devait confirmer cette saison. Ce n’est pas le cas pour l’instant. Tout juste âgé de 17 ans, il a encore tout le temps de s’affirmer et de progresser, mais c’est justement son attitude qui pose problème. Son dilettantisme agace, alors que Franck Dumas en avait fait une priorité pour compenser le départ d’El Arabi. On peut d’ailleurs reprocher au technicien caennais d’avoir accordé une telle responsabilité à un joueur si jeune. En plus, rayon expérience sur le front de l’attaque, Pierre-Alain Frau n’apporte pas autant qu’attendu. En manque de buteur attitré et en confiance, le SM Caen a donc vu pas moins de 12 joueurs scorer depuis le début de saison. C’est Nivet, avec ses 5 buts (donc 4 pénos), qui est pour l’instant le plus efficace, devant Frau, 4 pions.

La suite ?

Désormais empêtré dans le second tiers du classement, Caen n’a qu’une marge de manœuvre très limitée par rapport à la zone de relégation. Si les Malherbistes pouvaient légitimement essayer de viser mieux au sortir de l’été, il va bel et bien falloir se battre comme d’habitude pour ne pas descendre. Ils ne sont tout de même pas les plus mal lotis des candidats à la L2, avec un effectif a priori bien équilibré entre vieux grognards et jeunes talents. « Notre problématique, c’est que tout le monde n’est pas bon au même moment » , stigmatisait Nicolas Seube en décembre. Il va donc falloir s’attacher à retrouver l’envie de gagner ensemble. Franck Dumas espère aussi un ou deux renforts durant le mercato hivernal, afin de disposer de paires de testicules supplémentaires à poser sur le terrain.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3 0