Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Nîmes-Ajaccio

Cadamuro : « En Espagne, on ne demande pas à un défenseur central de balancer »

Presque dix ans après avoir quitté la France et Sochaux, Liassine Cadamuro (29 ans) est rentré au pays. Recruté par Nîmes l’été dernier, le défenseur international algérien a passé de longues années en Espagne, a fait un crochet par la Suisse, disputé la Coupe du monde 2014 et la CAN 2017 et s’est marié en 2016 avec Louisa Necib, l’ancienne internationale (144 sélections) de l’Olympique lyonnais.

Modififié
Nîmes est deuxième, au moment d’accueillir l’AC Ajaccio, quatrième à deux points. On doit commencer à parler Ligue 1 chez les Crocos, non ?
Le championnat est encore long... On en parle un peu, et c’est normal. Nous occupons la deuxième place, et nous aimerions aller au bout. Mais il y a beaucoup d’équipes qui peuvent monter ou accrocher les barrages. Et puis, Nîmes est attendu. La saison dernière, l’équipe aurait pu monter. La saison précédente, elle s’était maintenue malgré une pénalité de huit points. Je n’étais pas là, mais je pense que ces deux dernières années ont renforcé la cohésion.

Et puis Nîmes est une vraie ville de foot...
Oui, ça se sent. Il y a une osmose entre l’équipe et son public. Un public exigeant, qui a également envie de retrouver la Ligue 1. Nous allons tout faire pour y parvenir. Nous avons des atouts ; Nîmes a moins de moyens que Lorient, Reims, Sochaux, Lens ou Nancy, on a peut-être des joueurs avec des CV moins parlants, mais il y a un bon collectif, un groupe de guerriers, ce qui ne nous empêche pas de pratiquer un football intéressant. Le fait d’avoir un budget moins élevé que d’autres prétendants à la montée met un peu moins de pression sur Nîmes. Mais nous sommes des professionnels et nous sommes ambitieux.

« J'ai expliqué aux dirigeants suisses que je voulais partir, notamment pour des raisons personnelles, car ma femme, Louisa Necib, vivait en France. »

Au fait, pourquoi êtes-vous venu à Nîmes ?
Il y a un peu plus de deux ans, alors que j’allais m’engager avec le Servette Genève, les dirigeants nîmois m’avaient contacté. Mais je venais de donner ma parole au Servette. Quand Nîmes m’a recontacté lors du mercato estival, j’ai expliqué aux dirigeants suisses que je voulais partir. Pour des raisons personnelles car ma femme, Louisa Necib, vivait en France, et je ne voulais pas rester loin d’elle encore un an. Et pour des raisons sportives : Nîmes souhaitait ma venue.

On a parlé de Nîmes. Évoquons le Servette Genève. Quand vous y signez, début 2015, ce grand nom du foot suisse se traîne en troisième division. On ne vous attendait pas vraiment à ce niveau...
Je venais de rompre mon contrat avec la Real Sociedad. J’avais entendu dire que j’avais signé en D3 au Servette car j’étais blessé, et inapte à jouer au plus haut niveau. C’était faux, bien sûr. D’accord, la D3 suisse, ça a pu surprendre. Mais le Servette, ce n’est pas n’importe quel club. En Suisse, ça représente quelque chose. Il y a un stade, des structures, un public, des ambitions de retrouver l’élite. Le club a connu ces dernières années de gros soucis financiers et donc sportifs. On m’a donc proposé d’y venir. J’admets que c’était un challenge. Financièrement, je ne gagnais plus la même chose qu’en Espagne, et sportivement, je repartais de plus bas, mais cela m’a fait du bien. J’ai donc joué des matchs en D3, parfois dans des petits stades, avec l’herbe un peu haute. On partait le jour même du match, avec parfois quatre ou cinq heures de bus. Mais j’en garde de bons souvenirs, car il y avait une vraie équipe de potes, un super staff technique, de bons dirigeants, et des supporters toujours présents, même lors des déplacements à l’autre bout du pays. J’ai pris du plaisir et l’équipe est montée en Ligue 2. On a ensuite raté l’accession en Super League.

« Philippe Montanier m'a donné ma chance en Liga en septembre 2011, en me faisant entrer à vingt minutes de la fin contre le FC Barcelone. Je m'étais arraché comme un fou. »

Pourquoi aviez-vous décidé de quitter la Real Sociedad ? Après tout, c’est le club qui vous a donné votre chance quand vous avez quitté Sochaux, votre club formateur, en 2008...
C’est vrai. Mais je ne voulais plus y rester. J’avais fait le tour de la question. Des choses ne m’avaient pas plu. Par exemple, je n’avais pas compris pourquoi Philippe Montanier, qui avait qualifié l’équipe pour la Ligue des champions en 2013, s’était retrouvé à la porte alors qu’il s’était tapé tout le sale boulot. Je n’avais pas compris non plus pourquoi son successeur (Jagoba Arrasate, ndlr), avec qui le courant ne passait pas vraiment, m’avait écarté lors du match retour du barrage de Ligue des champions en août 2013 contre Lyon (2-0, 2-0 à l’aller à Gerland). Il ne me faisait pas confiance, et c’est pour cela que j’avais demandé à être prêté, à Majorque (D2) en vue de la Coupe du monde 2014.



Montanier a-t-il joué un rôle important dans votre progression ?
Bien sûr. C’est lui qui m'a donné ma chance en Liga en septembre 2011, en me faisant entrer à vingt minutes de la fin contre le FC Barcelone, un club que j’adore (2-2). Je m’étais arraché comme un fou. Le match suivant, à Séville, il me fait de nouveau entrer, toujours milieu droit. Il m’a donné du temps de jeu, m’a donné sa confiance. C’est vraiment un bon entraîneur. Je n’ai toujours pas compris pourquoi il avait été écarté du club...

En 2014-2015, vous êtes de nouveau prêté, à Osasuna Pampelune. Quel bilan tirez-vous de ce second prêt ?

Que je ne veux plus jouer défenseur latéral ! Quand Osasuna s’est montré intéressé par ma venue, c’était pour me faire évoluer à ce poste. OK, j’aime bien. Mais je ne suis pas formé pour ce poste. Pas plus que pour jouer milieu droit. Même si je peux y rendre des services. En fait, depuis que je joue au foot, j’ai joué partout, sauf gardien et attaquant.



Ne pas avoir joué en Ligue 1 avec Sochaux, où vous avez été formé, c’est un regret ?
Non. J’ai vécu de très belles années à Sochaux, avec des éducateurs comme Sébastien Mérieux ou Éric Hély. On avait aussi une belle génération : Martin, Butin, Nogueira, Privat, Peybernes, Duplus... Je ne suis pas resté à Sochaux, car nous n’avons pas réussi à trouver un accord contractuel. Je suis parti en Espagne, et je ne le regrette pas. J’ai continué ma progression à la Real Sociedad, d’abord en Division 3, puis avec l’équipe A. En Espagne, où on travaille un peu moins physiquement, j’ai beaucoup appris tactiquement et techniquement. On demande à un défenseur central de relancer proprement, pas de balancer.

Vous êtes international algérien. Un nouveau sélectionneur – Rabah Madjer – a été nommé à l’automne, mais les Fennecs traversent une période compliquée, marquée par une élimination de la Coupe du monde...
C’est vrai que depuis 2014 et la Coupe du monde au Brésil, il y a eu plusieurs sélectionneurs (Gourcuff, Rajevac, Leekens, Alcaraz et Madjer, ndlr). Or, il faut plus de stabilité. Cela dit, les joueurs aussi ont leur part de responsabilité. On avait les atouts pour aller en Russie. Mais le Nigeria mérite sa qualification. On doit maintenant se concentrer sur la CAN 2019.

Vous avez épousé Louisa Necib, laquelle a pris sa retraite après les Jeux olympiques de Rio en 2016, alors qu’elle n’avait même pas 30 ans...
Moi aussi, j’ai trouvé qu’elle avait arrêté trop tôt, mais je respecte son choix. Elle pouvait encore jouer. Parfois, ça lui manque. Elle vit le foot à travers moi. Mais contrairement à ce qu’on pourrait penser, nous ne passons pas notre temps à parler foot à la maison, bien au contraire. Il nous arrive de regarder quelques matchs. Elle assiste aux miens à Nîmes et ensuite, nous en parlons. Si elle envisage de rejouer ? Ce n’est pas d’actualité. Elle a d’autres projets.

Propos recueillis par Alexis Billebault
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 18:11 Le maillot du Maroc pour le Mondial enfin dévoilé 48
Hier à 16:00 La finale de la C1 2020 à Istanbul 28 Hier à 13:39 Roy Contout en garde à vue 33 Hier à 13:38 Ronaldinho va se marier avec deux femmes 88
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 11:57 Falcao condamné à 9 M€ d'amende par la justice espagnole 55 mercredi 23 mai Will Smith interprétera l'hymne officiel du Mondial 68 mercredi 23 mai Un but chelou en D2 irlandaise (via Facebook SO FOOT) mercredi 23 mai Pas de sanction pour Rabiot 79 Podcast Football Recall Épisode 20 : Vieira l'opportuniste, Real-Liverpool et la lutte contre la drogue mercredi 23 mai Six ans de prison requis contre Vincenzo Iaquinta 35 mercredi 23 mai Un but inscrit en seulement quatre secondes en Écosse 10 mercredi 23 mai L'équipe type des absents du Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT)
À lire ensuite
Hot Spurs