1. //
  2. // Stades

Cachons ces stades vides que les sponsors ne sauraient voir...

L'image d'un stade vide rend paraît-il le spectacle ennuyeux, et une ambiance de feu rend presque surmontable un nul insipide. Or comment arriver à concilier la tranquillité d'esprit des partenaires commerciaux et le besoin de leur garantir un produit de qualité, unique en son genre ? Entre le public du SC Bastia et les rangées vides de Louis-II, quel est le point d'équilibre ? La LFP d'y apporter un bout de réponse en préconisant de privilégier les caméras. Pas sûr que le bon peuple suive aussi docilement...

Modififié
Le football se trouve dans une situation étrange, voire paradoxale. Sport numéro un à travers une bonne partie du monde, il s'avère de plus en plus difficile, c'est-à-dire payant, de regarder les matchs sur petit écran, sans oublier que les stades ont tendance à se vider, du moins dans l'Hexagone (cette inquiétude concerne aussi la future Coupe du monde en Russie). Or, tout comme les dieux anciens ne pouvaient survivre sans la dévotion des hommes, le ballon rond a besoin de communion et de vrais croyants, aussi certes en monnaie sonnante et trébuchante. C'est à cette menace de banalisation et désaffiliation, et donc de ramener le foot au rang des autres disciplines, que la LFP semble désireuse de s'attaquer désormais. Il n'est pas seulement question d'argent. La foi ne s'achète pas. Mais elle a un prix et une valeur... et elle doit aussi bien se montrer qu'être vue. Mais comment amener les fidèles au temple s'ils n'ont pas le droit de prier ?


Pendant que la moitié de la France détournait sur les réseaux sociaux la photo officielle de notre président de la République, et que l'autre pleurait Louis Nicollin, quelques irréductibles supporters et ultras s'amusaient à partager une étrange info. La Ligue, si honnie, désirerait sanctionner les clubs dont les tribunes, du moins celle « face caméras » lors des retransmissions, ne laisseraient contempler qu'un public clairsemé. Le mode de punition serait fort simple : une sanction économique via les droits TV alloués dans le cadre de la licence club. Il ne faut pas voir dans cette idée une simple réaction au titre de Monaco, une équipe qui a l'habitude d'évoluer dans une enceinte aussi magnifique qu'intime. Surtout, on peine encore à deviner quels types de solutions sont suggérés de manière subliminale : baisse des tarifs ? Concentration des abonnements ? Intermittents du spectacle ?

La LFP en pompier pyromane

Didier Quillot, le directeur général exécutif de la LFP, a par sa déclaration en marge de la convention 2017 du football professionnel à Cannes, laissé poindre une inquiétude bien plus sourde et ancienne. Certes, la réaction amusée d'un grand nombre d'associations de supporters, choquées de voir cette belle instance endosser si facilement le costume du pompier pyromane, peut se comprendre. Cet acteur du foot français n'a eu de cesse de jouer la carte de l'assainissement des tribunes et de la mort du mouvement ultra pour mieux vendre, du moins selon elle, son « produit » . Elle se retrouve aujourd'hui contrainte, après des années de guerre froide, de retourner ses foudres sur des clubs qui n'arrivent plus à garnir convenablement leurs gradins. Comme le demande l’association nationale des supporters dans un post en réponse à cette nouvelle ligne : «  Pourquoi ne pas remplir les stades par le dialogue et la compréhension de la culture des supporters ? En choisissant des horaires adaptés aux familles et aux travailleurs ? En arrêtant les sanctions collectives (huis clos, fermetures de parcages) pour punir des comportements individuels ? En construisant des stades ni trop grands, ni inadaptés au supportérisme ? En écoutant les besoins des supporters comme les tribunes debout ? En travaillant sur l'accessibilité des stades par les transports en commun ? En travaillant sur l'accessibilité tarifaire des stades ? »

Le foot est devenu populaire avant que la télé n'apparaisse

Les réponses à cette liste de questions se trouvent dans le simple fait que la position de la LFP, qui peut sembler donc hypocrite voire incohérente, révèle aussi un probable désarroi. Les « gros » du football découvrent petit à petit en France un risque qu'ils n'avaient jamais envisagé : la dépréciation de leurs Ligue 1 et Ligue 2, aux si bon naming si chèrement attribués. Avec pour source de cette perte de foi, et donc du don, un oubli d'un des éléments essentiels qui avait assuré le triomphe populaire du ballon rond. Le foot est devenu populaire avant que la télé n'apparaisse, même en France. Son succès s'est bâti sur une large démocratisation de la pratique et un engouement communautaire, certes plus mesuré et tardif chez nous, qui conduisait nos pieds et nos mains vers le stade. Ce n'est ni la télé ni même Canal+ qui firent les « meilleurs publics » de France, de Marseille à Lens, ou qui ont par exemple fini par remplir le Parc des Princes. Seul problème : à aseptiser les formes d'encouragement, à bloquer les bus de supporters en déplacement, à décaler les horaires en L2, etc., avec la conviction que tout le monde serait toujours prêt à payer plus cher le droit de regarder les moindres 90 minutes estampillées LFP, si possible assis et en silence, le résultat fut d'omettre qu'il s'agissait également d'un bien collectif dans des stades appartenant la plupart du temps aux collectivités, donc aux citoyens-supporters. L'angoisse est d'autant plus vive que les stades de l'Euro, si coûteux pour les poches du contribuable, loin de favoriser la flambée des entrées, ont laissé la L1 s'égayer devant des enceintes un tiers vide. À l'heure des comptes, les discussions avec les mairies se révèlent d'un coup beaucoup moins faciles.


À surestimer l'attractivité de ses têtes de gondole, la Ligue a fini par pécher par arrogance et suffisance. Dans le même temps, un peu partout, d'autres signaux arrivent : rétablissement des places debout, baisse des tarifs, fan projects en Allemagne... Pas d'angélisme évidemment, cela peut conduire comme au PSG aujourd'hui à des convergences d'intérêts, y compris financiers, entre propriétaires soucieux de valoriser leur investissement et « nouveaux ultras » pragmatiques, pour le bonheur de tout le monde, quitte à marcher sur la préfecture de police.

Il n'empêche, la mesure annoncée par la LFP n'est certainement que la première d'une série de contre-feux pour tenter de conjurer un mauvais alignement des astres, une malédiction qu'elle a elle-même en grande partie provoquée, poussant les clubs à se couper de leur public et réduisant l'accès gratuit à ce sport. Car la réalité saute vite aux yeux. Notamment de ceux qui vont devoir sortir leur chéquier pour les droits télé.

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Rud Sükur Niveau : DHR
populaire signifie qui a mérité, ou du moins obtenu la faveur du peuple. Le foot l'était avant la TV certes parce que l'accès était identique pour tout le monde. Aujourd'hui, la quasi totalité des matchs de bon niveau sont cryptés, accessibles qu'à une partie de la population (le profil type étant le retraité qui s'emmerde). La plupart de jeunes que je connais et qui aiment le foot n'ont pas d'argent pour se payer un abonnement et se détournent des compétitions. D'ailleurs il y a peu de jeunes forumeurs. Ils préfèrent simplement jouer entre eux, discuter du foot à un niveau local. C'est peut-être plus sain et c'est comme ça que le foot populaire (re)vivra. Comme avant la TV...
Je pense que tous les gamins qui ont des iphone 6s ou 7 ont surtout d'autres priorités.
1 réponse à ce commentaire.
GLOBULES ROUGES ET BLANCS Niveau : CFA2
Quand tu vois la LFP baisser son froc devant C+ pour remettre le math du dimanche soir à 21h00 au lieu de 20h45 car le canal football club perdait 1/4h en clair , tu te dis qu'on est pas près d'inverser les choses...
GLOBULES ROUGES ET BLANCS Niveau : CFA2
Par ailleurs quand on voit les futures horaires de la LDC avec des matchs à 19h en pleine semaine cela ne va pas dans la bonne direction non plus
Bel article.

La LFP a réussi en quelques années à dégoûter tous les types de supporters.

Les supporters de stade actifs de qui l'on attend le moindre débordement pour dans un même temps montrer son pouvoir de sanction, pondre des articles et faire ses bandes-annonces pour la saison à venir.
Les supporters de stade passifs de qui l'on attend de donner toujours plus d'argent pour voir... la même chose qu'avant.
Les supporters de bars qui vont devoir changer de bar à chaque match selon le diffuseur choisi.
Et les supporters de canapé qui doivent engager des crédits s'ils veulent voir tous les matches de leur équipe...
PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 2
Note : 5
Il y a tellement de facteurs.

La popularité grandissante de nouveaux sports.
L'accumulation d'un trop grand nombre de matchs.
Le tarif des places.
Le faible niveau des clubs à l'échelle européenne.
Les horaires des matchs.
Le streaming qui fait qu'on puisse voir n'importe quel match.
La répression contre les ultras.
Etc.

Je pense que tout ça entraîne une certaine lassitude générale.
Je suis d'accord. On peut bouffer du football 7j/7 maintenant, ce qui fait qu'on finit par se rassasier rapidement, c'est dans la nature humaine...
1 réponse à ce commentaire.
Für immer WS Niveau : DHR
Ils arrivent à modifier les panneaux publicitaires pour afficher des pubs différentes que celles du stade selon le pays où le match est retransmis, à trafiquer le son d'ambiance pour faire croire au téléspectateur crédule qu'il y a de l'ambiance et de la ferveur au Camp Nou, à l'Allianz Arena ou à l'Emirates, il me semble que technologiquement il devrait être possible d'ajouter quelques milliers de spectateurs virtuels dès lors que la tendance actuelle incline à penser que le foot est davantage conçu pour le client derrière sa TV que pour le fan dans le stade.
Ce commentaire a été modifié.
LesSeinsDeRomaneBohringer Niveau : CFA
Note : 5
Ou à contrario, Bein est coutumier du fait, c'est de baisser volontairement le son venant de tribunes quand y a trop d'ambiance... faudrait pas trop déranger le beauf qui regarde et le priver des commentaires brillants de Christophe Josse & Co...
Tout à fait, méthode insupportable au possible.
Ce commentaire a été modifié.
Pouretcontre Niveau : CFA2
Faut surtout pas qu'on entende la vulgarité du petit peuple, surtout quand elle a pour cible la ligue ou un président de club. Merde quoi, ça suffit cet acharnement contre les élites dirigeantes ! On remettra le son quand il n'y aura plus un bruit dans les stades de France.
3 réponses à ce commentaire.
D'un côté, c'est "normal" qu'il y ait des menaces de sanction puisque le contrat signé par la ligue pour les droits TV exige un minimum de supporters.

Voilà pour le plan légal.

Pour le reste, personnellement, je suis un fan "classique" qui adorais regarder les matchs diffusés gratuitement, j'ai pu regarder l'intégralité des matchs de la Coupe du Monde 2002 en clair (merci à Franck Leboeuf qui débutait aux commentaires et qui était... unique).

Et petit à petit, la Ligue des Champions passe en crypté, certains matchs des Coupe du Monde ou Euro passent en chaines payante.

Bref aujourd'hui, les seuls matchs que je peux voir sans avoir à payer sont quelques matchs de Coupe de France et de la Ligue, ou de l'EDF...

Je me demande même pourquoi je continue de supporter mon club, je vois jamais les matchs.

En bref, monétiser son championnat c'est bien, mais ça tue toute la passion qu'y avait au tour, et les gamins d'aujourd'hui ne connaitront que le foot payant, c'est triste pour notre sport
Pouretcontre Niveau : CFA2
La coupe de la ligue en clair c'est fini maintenant, Canal en a racheté les droits. Putain, même la coupe de la ligue quoi...
Merde même les matchs de merde on a plus le droit de les regarder
Heureusement que c'est Canal qui l'a rachetée.

Si ça avait été racheté par SFR, auquel je ne suis pas abonné, je n'aurais plus pu la boycotter !!!
3 réponses à ce commentaire.
TheDoctor Niveau : CFA2
Excellent article, on n'hésite pas à tirer sur l'auteur quand c'est mauvais donc autant le féliciter dans le cas inverse.

La tendance actuelle du supportérisme en France est juste dramatique : j'ai bien peur de ne pas faire connaître à mon gosse ce que moi j'ai pû vivre par le passé.

"Les « gros » du football découvrent petit à petit en France un risque qu'ils n'avaient jamais envisagé : la dépréciation de leurs Ligue 1 et Ligue 2, aux si bon naming si chèrement attribués."
J'ai bien aimé cette phrase qui anticipe peut-être une théorie que j'apprécie poser par ci par là : ce qui a fait la richesse du monde pro va se retrouver dans le monde amateur.
Trop de contrainte, passion bridée au max, édulcoration du supportérisme, prix prohibitif, LE passionnée va se tournée de plus en plus vers le monde amateur pour retrouver cette forme de liberté et de popularité.
L'essentiel est de bien comprendre que chaque passionné du ballon rond est décideur de ce qu'il veut en faire à l'avenir et quel est sa signification du supportérisme.
Allah Votre Niveau : Loisir
Le foot au depart c'est un partage.

Partage entre supporter et joueurs , entre direction du club et associations de la vie locale.

Avant les dirigants des clubs etaient des entrepreneurs issus du peuple avec un vrai attachement à la región et/ou au football.

Tout ceci est fini, on a maintenant des investisseurs mondialisés acteurs du liberalisme echevelé.

Hors quelle est la caracteristique principale de ce liberalisme: c'est l'accumulation de capital pour des groupes de personnes toujours plus restreint.

Cette accumulation de capital est contraire aux valeurs de partages c'est pourquoi on demande toujours aux memes ( en gros le public et les supporters) a payer plus, a crier moins, a rester assis, a pas fumer,a pas boire a fermer sa gueule.

Comment voulez-vous qu'il n y ait pas un clash a un moment donné? Une fissure d'autant plus grande que le capital des petites gens n'est pas infini.

Alors la LFP pourra toujours demander de mettre des acteurs a la place du public, faire venir des touristes, creer des fausses ambiances digitales, tout ceci est mettre une rustine sur une jambe de bois.

C'est le systeme entier qu'il faut changer, et le football n'en est que'une tres petite partie.

Voila c'etait mon analyse marxisto-bolchevique du jour, je vais braquer une banque , je reviens..
Pouretcontre Niveau : CFA2
À la Bernard Stiegler ! J'aime ce style, +1 pour toi camarade!
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 6
Article très intéressant, merci NKM.

Ça fait un moment maintenant que je m'intéresse à l'évolution du foot en tant que phénomène de masse, mais aussi intrinsèquement dans la chair même du jeu (évolution des règles, des particularismes culturels, des morphotypes des joueurs...).

Dès sa création, le foot a été instrumentalisé afin de promouvoir un modèle culturel bien précis : le catholique athlétique. C'est ce modèle que les anglais sont allés "vendre" dans leurs comptoirs coloniaux, en Afrique (où le cas du Ghana est particulièrement révélateur) jusqu'en Amérique du Sud.
Ce qui a rendu ce sport si beau et si populaire, c'est une sorte de justice immanente : plutôt que de subir un modèle imposé (et pour le moins rudimentaire), les peuples se sont appropriés le football. Ils l'ont dévoré, digéré puis intégré à leur culture. C'est particulièrement criant avec le foot Rioplatense comme avec le foot brésilien.

L'un des grands textes fondateurs de la modernité brésilienne, "Le Manifeste Anthropophage" d'Oswald de Andrade (1928) explique cela d'une façon limpide. Plutôt que de rejeter en bloc toute influence étrangère, l'auteur prône l'assimilation forcenée, non pas pour se plier aux influences extérieures mais au contraire les plier à la mesure de la culture brésilienne.

A force d'observer les élites pratiquer ce sport barbare, le petit peuple (au Brésil, il est essentiellement constitué de descendants d'autochtones amérindiens et d'esclaves africains) s'est emparé du jeu pour le pratiquer non pas sur des gazons qui lui étaient de toute façon interdits, mais dans la rue, sur la plage ou les potreros.
Cela a considérablement modifié la nature et l'esprit du jeu. Un exemple parlant : là où les anglais pratiquaient un foot pragmatique fait de longues ouvertures pour aller chercher le but au plus vite (c'est à dire mettre fin au jeu par le but), les brésiliens eux - peuple ô combien plus joueur et plus jeune d'esprit - prirent plaisir à maintenir le jeu en vie en multipliant les passes et les touches de balle. Les racines du joga bonito en somme.

C'est ça qui était formidable avec le foot, il était le reflet du climat moral et culturel des peuples.

Lorsqu'on a braqué pour la première fois une caméra de télé sur un terrain, c'est le foot qu'on a braqué. A partir de là, la virtualisation et l'uniformisation du foot étaient inévitable.

Qu'on comprenne bien, je ne suis ni nostalgique ni passéiste, une telle mutation était nécessaire et la diffusion massive du foot n'est que le fruit de la ferveur des peuples. Aujourd'hui on est arrivé à l'endroit où à force d'être partagé diffusé consommé, le foot s'est vidé de sa magie primitive.

C'est en redescendant du Mont Sinaï avec les tables de la loi que Moïse découvrit que son peuple avait fondu tous ses bijoux pour en faire une idole, un veau d'or. Une paire de boucles d'oreilles ou un bracelet en or valent bien un abonnement à Bein Sport.

Voilà c'était mon analyse pagano-cannabique du jour, sur ce je vais mater un Pasolini, je reviens...
Allah Votre Niveau : Loisir
J'avais lu un roman de Sebastien Lapaque, auteur truculent et amoureux du Bresil, qui s'appelait " La Convergence des Alizés"

Il y parle d'amour, d'exil, de crime et surtout de foot avec le fameux derby Fla-Flu.

Je ne sais pas pourquoi mais ton commentaire m'y a fait penser.

Peut etre justement parceque, dans ce roman, on ressent ça , cette fameuse anthropophagie bresilienne!
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Merci du tuyau, je note le bouquin !
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
L'un des mouvements musicaux les plus représentatifs de cette anthropophagie, c'est le Tropicalisme (mouvement crée par ce génie de Caetano Veloso, Gilberto Gil, Tom Zé et Os Mutantes). Un mix improbable de samba, de bossa et de rock psyché, le tout dans un esprit libertaire et barbare, limite punk sauf que c'est le contraire du No Future.
goozigooze Niveau : DHR
On finit toujours par revenir à Os mutantes!
Ah mazette, le premier bonheur du jour...
Ton braquage de banque a réussi ?
montrealyonnais Niveau : DHR
@Allah Votre: Tout ce que tu dis me fait penser à deux auteurs structurants de ma pensée, et apparemment de la tienne (?)

Henri Lefebvre avait commencé à le noter dans les années 1970, la valeur d'usage de la ville disparait au profit de la valeur d'échange. Un des marqueurs de "l'urbanité", les espaces communs (parmi eux les stades), sont accaparés par certaines classes et leur accès devient restreint à ceux qui paient un droit d'usage. Le droit à la ville disparait alors.

l'Américain David Harvey a fait évoluer les idées de Lefebvre en les adaptant à ce qu'il appelle le mode d'accumulation flexible du capital (donc le néo-liberalisme). Parmi ses constats, il soulève la montée du "New urban entrepreneurialism". Les villes ne sont plus dirigées par des "administrateurs" mais par des entrepreneurs, pour le marché. La construction de stade en PPP, relevée plus tôt, fait partie des plus criantes manifestations. Quand l'autre connard de la LFP réclame plus de transport en commun pour mener au stade (sans même penser à évoquer une baisse des tarifs des places), on réalise à quel point cette idéologie est profondément ancrée.
Pouretcontre Niveau : CFA2
Si tu apprecies l'approche radicale dans l'étude des villes tu devrais aimer Mike Davis, notamment City Of Quartz, bouquin absolument génial. Ou encore Jean-pierre Garnier en France. si évidemment tu ne connais pas déjà.
Note : 1
En effet le parallèle avec David Harvey n'est que pertinent.

Pour l'entrepreneurialisme urbain, j'ajouterais (pas pour toui mais pour ceux qui ne le connaisse pas) que pour le géographe, c'est un mode de gouvernance urbaine qui est un modèle de "comportement" qui rassemble autant l'administration politique et publique (élus et conseils terriotoriaux à différente échelle), que le secteur privé. Les formes que ça peut prendre ce sont les PPP ou les nouveaux modèles de gouvernance territoriale type Métropole, ex Grand Lyon/Grand Paris etc.

Donc l'objectif c'est de créer une synergie suffisante au sein du processus d'urbanisation pour que les intérêts privés et politiques (surtout l'Etat, qui est non dénué d'intérêts, qui est un "partenaire" dans ce cas) puissent créer et réaliser des "rentes de monopole" ( => les rentes de monopoles sont un concept central de ses thèses).

PS : David Harvey est Anglais ;)
Note : 1
@Pouretcontre

Mike Davis, très bonne référence.
"Planet of Slums" est incontournable pour une analyse de la géographie urbaine dans les pays dits "du Sud".

En tous très sympa de parler de Harvey et Davis, figures de la "Radical Geography" :)
Allah Votre Niveau : Loisir
Je connais Lefebvre de nom mais je ne connaissais pas Harvey. Merci en tout cas , je me procurerai ça le plus vite possible.

Il faut dire que ma culture político-economique est resté bloquée au XIX eme siecle avec Marx et Proudhon à gauche et Evola et De Maistre a droite (oui je pique des deux cotés car je me fous des etiquettes, les etiquettes je laisse ça au supermarché!)

Non par contre j'ai pris une belle claque il n'y a pas si longtemps en lisant "Le Capitalisme de la Seduction" de Michel Clouscard, magnifique pamphlet contre le monde liberalo-moderne et tres belle explication des mefaits de l'acccumulation du capital et de l'extorsion de la plus-value en temps bobo-hyppie!

Il est evident que l'enlaidissement des peripherie a coup de supermarché, de hangards desafectés et , dans le même temps, l'exil des petites gens vers ces mêmes peripheries dit tout de comment ce systeme considere le peuple: comme d'un dechet à traiter !
Ce commentaire a été modifié 2 fois.
goozigooze Niveau : DHR
ça signifie quoi pour toi bobo-hyppie?
Si c'est pas une étiquette ça... Le sens que tu y mettras dans ta définition va grandement influencer la lecture de ton commentaire.
Mais arrêtez de conseiller des bouquins intéressants je suis déjà à mort à la bourre sur mes lectures. Merci à tous pour les découvertes.
Allah Votre Niveau : Loisir
Tu as raison c'est un raccourci ou une etiquette si tu veux.

Mais bon resumer la pensée de Clouscard dans un commentaire sur Sofoot je n'en ai ni le temps et encore moins le talent.

En gros Clouscard, communiste orthodoxe, explique que le Mai 68 estudiantin (et non le mai 68 ouvrier , oublié des medias et qui lui a apporté en avancée sociale), influencé par la sous culture americaine, a été le masque grace auquel s'est caché la pensée liberale pour continuer son expansión.

Le hyppie Cohn Bendit est donc l'ancêtre cool de la domination financiere.

Bref, je te conseille de lire le livre, tu m'en diras des nouvelles
montrealyonnais Niveau : DHR
Merci pour vos contributions !

Mike Davis est vraiment un auteur passionnant. J-P Garnier, je connais pas! en fait à part Lefebvre et Foucault, je connais peu les auteurs français. Au Québec, nous nous inscrivons dans les urban studies anglo-saxonnes, où on va mobiliser et combiner les approches (souvent américaines, canadiennes et anglaises) des géographes, sociologues, philosophes, environnementalistes sur l'objet de la ville et de l'urbain. Sans forcément se spécialiser dans une discipline "classique", donc à trop brasser, on passe facilement à côté d'auteurs fascinant !
Sinon, merci de la correction concernant Harvey, à force de l'entendre parler de Baltimore et des villes américaines, de lire ces papiers dans Antipode, j'ai fini par lui donner la nationalité américaine !

@Allah Votre: Lefebvre est mon auteur clé. Ces textes sont souvent assez lourds, puisqu'il les dictait à voix haute à sa secrétaire. Donc beaucoup d'aller-retours et de formules alambiqués. Pis des fois, tu tombes sur des phrases qui condensent et synthétisent tout ce qu'il a déblatéré et tu es là "Criss qu'il est brillant". "Le droit à la ville", c'est le bouquin de lui que je te conseillerais.

Pour revenir au foot, "le droit au stade", ça pourrait faire un méchant beau papier ça.
goozigooze Niveau : DHR
Intéressant alors.
J'avais un peu peur de la tournure.
J'essaierai ce bouquin.
17 réponses à ce commentaire.
pierrot92 Niveau : CFA
Quand tu entends ou lis partout que les nouveaux stades de Bordeaux et surtout Nice, ils (derrière le il, je pense aux pouvoir publics mais aussi aux gestionnaires) ont pas réfléchi (ou alors très mal) à l'accessibilité, tu te dis que les décisionnaires prennent vraiment les supporters et spectateurs pour des couillons.
Ce commentaire a été modifié 3 fois.
Pouretcontre Niveau : CFA2
Alors là c'est clair. Tous ces nouveaux stades, frigos étendus de tout leur long, vides et froids, construits en partenariat public privé (gains pour le privé, risques pour le public) dans une logique hyper court-termiste sont une honte. Loin des villes, sans aucune cohérence en termes de capacité d'accueil... À chaque fois je me demande comment on peut laisser faire ça et quand on va se réveiller et se rebiffer contre les quelques personnes qui prennent des décisions autant éloignées du bon sens...

Mais bon je relativise vite : Quand je parlais de ça pendant l'euro à des suiveurs ou suiveuses très occasionnels du foot, on me prenait pour un rabat-joie, le coco de service et on ne cherchait pas vraiment à comprendre les enjeux et le ridicule d'une telle situation.
Je ne connais pas le cas de Bordeaux, mais bien celui de Nice. Minot, j'allais au Ray avec mon père à pied, nous coltinant tout Auguste Raynaud et Gorbella (Nice, ça monte), pour enfin accéder au stade, en passant à côté des terrains d'entraînement où je m'ébattais le mercredi.

Le Ray était planté au beau milieu des immeubles, j'enviais les chanceux qui n'avaient qu'à se mettre à leur balcon pour voir le match, ne se trouvant pas plus loin des joueurs qu'un spectateur lambda au Stade de France aujourd'hui.

Puis on redescendait tranquillou et commentant le match. 20 minutes à pattes et c'était plié. Je croisais souvent des copains, chose impossible s'il avait fallu prendre la bagnole. De toute façon, à Gorbella, c'eut été impossible de se garer un soir de match (à moins de s'y présenter à 18h).

La nostalgie aidant, j'ai un souvenir magnifique de ces soirées durant lesquelles nous étions en pleine ville. Cette époque (années 80) correspond à une période durant laquelle l'OGCN n'avait pas des résultats formidables ; bien que très accessible, le Ray était loin d'être plein.
C'est justement ce que j’apprécie avec le Vélodrome de Marseille. Le stade est en ville, tu peux t'y rendre à pied ou en métro (bon plus souvent en métro qu'à pied pour moi), mais tu discute, tu partage, tu commente le match avec les types en sortant du stade. Pas forcement besoin de prendre la bagnole quand tu vis à Marseille, franchement c'est parfait. Je suis effectivement allé à Bordeaux et Nice, mais quel bordel (surtout Nice) !
3 réponses à ce commentaire.
luxe, calme et volupté Niveau : National
Je n'y vois absolument pas de retour de bâton pour le LFP.
J'y vois juste un organisme qui a poussé le bouchon très loin en dépossédant les amoureux du foot de leur passion et qui cherche juste à aller encore plus loin et qui y voit des freins ou un "plafond de verre".
Ils font les Calimero. Tels des actionnaires qui demandent maintenant un résultat à deux chiffres à la direction d'une entreprise du CAC 40.
anteouane Niveau : CFA2
Deboout en latéral au stade de l'Aube pour un ESTAC - Monaco : un vague souvenir peut-être un peu fantasmé d'une de mes premières fois au stade à 12-13 ans. J'ai l'impression que ces tribunes latérales debout permettent de diffuser la ferveur et la "popularité" issus des virages.
Je me souviens du stade de l'Aube quand l'ESTAC s'appelait encore l'ATAC avec sa tribune, si on peut appeler sa une tribune, un terrain vague derrière le but. J'y allais avec mon petit club de village, c'était le gros délire pour nous quand on avait 8-10 ans et l'ATAC était en D2 à l'époque.
1 réponse à ce commentaire.
Ce commentaire a été modifié.
Note : 6
Un retour de bâton bien mérité.

Cette nouvelle mesure débile montre que la LFP semble aux abois depuis quelques saisons, c'est une nouvelle fois la politique réactionniare pour endiguer l'inévitable: l'érosion populaire du football. On nous vend le football sport populaire par excellence, que des mensonges dans sa forme la plus développée: le haut niveau professionnel.

Quasiment plus aucuns matches de coupes d'Europe diffusés en clair; des stades qui ont coûté très chers (en plus des scandales des PPP, des impacts indirects et des expulsions), démesurés et construits en périphérie dans des zones commerciales sans âme; fichage et répression des supporters et ultras (avec leurs lois bien calées sur le tout-sécuritaire et répressif des gouvernement successifs), et j'en passe des meilleurs.

donc n'aller pas aux demander aux classes populaires d'aller supporter leur équipe de foot quand le but est de les chasser que ce soit géographiquement (localisation des nouveaux stades, politiques urbaines générales...), économiquement (prix des places, abonnements tv multiples...) et culturellement (élitisation du "nouveau" public des stades, culture et codes populaires du supporter réprimés, politiques des droits tv/horaires orientés prioritairement vers les marchés chinois, usa etc. ...).
roue doux roux Niveau : DHR
baisse des prix...
Pouretcontre Niveau : CFA2
C'est marrant qu'à la LFP ils ne signent pas encore leur leurs communiqués :

#Maketheligue1ConforamaGreatAgain
Autant je me fiche des spectateurs canapé, autant ceux qui veulent aller au stade et qui pour diverses raisons, ne le peuvent plus, là effectivement c'est triste et dommage.

Le football est le spectacle qui fait le plus déplacer les foules. Devant le cinéma ou tout ce qu'on veut.

Les supporters n'ont plus le droit de se déplacer. Plus le droit de fumer, si on fout trop le bordel on nous demande de nous rassoir. Et puis le prix des places, histoire de rentabiliser les formidables outils mis à disposition, faut pas déconner.

Si on rajoute à cela le niveau global des équipes, leurs intentions de jeu quasi inexistantes, quelle équipe cette année méritait qu'on se déplace pour elle ?

Hormis être supporter du club, à part Monaco et le PSG, il y a peu de promesses.

Des monstres de clubs français comme Marseille ou Lyon, ils arrivent même à dégouter leurs propres supporters.
Jeune quille Niveau : CFA
Note : -3
V'là les mecs qui nous ressortent leurs analyses sociologiques marxisantes pour évoquer le grand complot des libéraux contre les classes populaires qui a incidemment tué le Football.

Les stades sont vides parce qu'on s'y fait globalement carrément chier.

Une ligue 1 remplie de joueurs soit jeunes et bons qui rêvent de se casser soit aigris de n'avoir pas eu le niveau pour se casser, des entraîneurs frileux car fouettés par leur président pour assurer le maintien de manière à éviter la fessée annuelle face à la toute puissante et totalement illégitime DNCG, couplé à un esprit franchouillard bien mesquin qui transpire la médiocrité gagne-petit du boutiquier. Un système fiscal de toute façon suffisamment hardcore pour imposer aux clubs de mettre 30% de sous en plus que leurs concurrents pour attirer un joueur. Une gestion du foncier urbain qui croule sous les normes et l'éclatement des responsabilités, et rend de fait quasi impossible l'investissement privé et un développement un tant soit peu ambitieux des clubs par eux-mêmes.

En face de ça ? Des pouvoirs publics à la culture répressive bien ancrée. Un surmoi bien hygiéniste du législateur qui interdit l'alcool dans les stades pour montrer qu'il lutte contre le hooliganisme (alors qu'il suffit de voir à quelle les mecs de Boulogne arrivaient pour se la coller avant de rentrer dans le stade pour comprendre la débilité du truc...). Un virage "Leproux" de certains clubs pensant qu'attirer "les familles" remplira leurs caisses, et qu'il faut donc interdire aux supporters de crier, de sauter, de fumer pour ne pas effrayer David, 43 ans, qui a ramené ses deux mômes et sa femme au stade pour essayer de se convaincre qu'il est encore capable de ressentir un peu d'enthousiasme, comme avant.

Et n'oublions pas le streaming qui permet à tous les amateurs de football de visionner gratuitement tous les matchs de Série A, Liga et Bundesliga qu'il veut, lui permettant de réaliser tant qu'il le souhaite la tristesse infinie du championnat de France. Il faudrait me traîner par la peau des couilles pour aller voir gratuitement Guingamp - PSG au Roudourou pendant que Acestream diffuse Dortmund - Leipzig (Dortmund Leipzig, en Allemagne, c'est le Marseille - Montpellier de 2012, hein, pas non plus l'affiche du siècle).

Mais effectivement, mieux vaut démontrer à grand renfort d'auteurs d'IEP de province que tout est dû à la gestion entrepreneuriale de l'urbanisme, aux iniques PPP et bien sûr aux odieux libéraux. La preuve, le stade Bauer (avant la montée en D2), enceinte rustique et rouillée sise au beau milieu des classes populaires (les vraies, celles qui triment ou font des attentats, pas celles qu'on fantasme en lisant Germinal ou Das Kapital), cénacle d'un club local et historique, jouait à guichet fermé tous les weekends.

Allianz Arena, au milieu des champs, neuf, 13km/30min en voiture, 45min en transports, blindée.

Matmut Atlantique, au milieu des champs, neuf, 8km/22min en voiture, 37 min en transports, vide.
Ce commentaire a été modifié.
Pouretcontre Niveau : CFA2
Au goulag, raclure capitaliste!
montrealyonnais Niveau : DHR
En effet, on s'est emballés, car il est rare sur d'autres forums ou avec nos amis (en tout cas, les miens) de pouvoir parler de soccer et de radical geography ou de sociologie. Mais toi aussi t'es une caricature. Si les stades sont vides en France et chez moi au Québec et remplis en Allemagne ou en Angleterre, c'est surtout culturel. Pas complètement la faute de la DGNC, des fiscalités avantageuses (ou non) ou même du tournant libéral.

Tu dresses ces constats :
"plus le niveau augmente, plus y a de monde" : merci de nous ouvrir les yeux.
"plus y a de streaming, moins y a de monde" : Une hypothèse qui mériterait quand même d'être confrontée à une vraie étude hein. Car s'il faudrait te "trainer par la peau des couilles pour aller voir gratuitement Guingamp - PSG au Roudourou", crois bien que ton opinion n'est pas forcément représentative de ce que la plupart des footeux ferait.
"moins y a de limites aux flux de capitaux et à l'investissement, plus y a de monde" : ça aussi ça mériterait d'être vérifié. Coucou Monaco, le Qatar, les EU, le Canada.

Tu donnes l'exemple du Matmut Stadium. Donc, restons économiquement rationnels. On sait que Bordeaux ne fait pas se déplacer les foules. Alors que font les Gigis ? Bah ils demandent à la ville de les aider à construire un outil dont ils retireront la majorité des bénéfices. Parce que la ville se dit "oui, Bordeaux DOIT avoir un grand stade!". Grosse convergence d'intérêt entre le club, les sponsors, les diffuseurs et les boites de construction, alors la ville se met à leur service. Juppé et ses amis, de leur côté, se disent "Oui Bordeaux, grande métropole, un joli stade pour quatre matches de l'Euro, ça va révolutionner le tourisme".

Les pouvoirs publics (que tu conchies) sont alors mobilisés pour financer le stade, construire la voirie, les accès en transport en commun, connecter l'ensemble aux réseaux d'eau et d'électricité... On est bien au delà de l'économiquement rationnel, de l'argent public utilisé pour un projet sur le court terme! Et là, je m'excuse, pour ce genre de situation, les auteurs que tu as l'air de mépriser (je n'ai aucune idée de ce que c'est un IEP de province mais on comprend que c'est pas bon) donnent des cadres interprétatifs très intéressants qui soulèvent des problématiques réelles. Je suis Nord-Américain francophone, à 6h de route du berceau du néolibéralisme, et les auteurs critiques n'ont jamais été autant utilisés et considérés, même dans les écoles de gestion ! Parce qu'ils soulèvent des problématiques qui remettent en question la durabilité du système.

Bordeaux, je connais à peu près pour y avoir fait un échange y a trois ans. Quand tu regardes la construction de la cité du vin, du stade, du tram qui passe par tous les plus beaux endroit de la ville en évitant les quartiers les moins regardables, du Quai des marques mais que dans un même temps, les assos culturelles et les bars associatifs souffrent ou disparaissent, bah là tu te dis "oui, ce que disent les Harvey, Soja, Davis, Hodkinson... c'est pas con, et c'est aussi le réel!".

Il faut que cette lecture de l'espace se dégage de l'ultra structuralisme marxiste, car la grande majorité des gens qui travaillent agit en toute bonne foi et ne cherche aucunement à accomplir un "complot libéral". Mais on peut rester critique envers un développement sportif qui se ferme aux classes populaires, de penser qu'effectivement, un stade qui ressemble à un théâtre où les places sont minimum 30E, devient inaccessible aux plus démunis.
2 réponses à ce commentaire.
Hier à 22:52 Le triplé de Valère Germain 11 Hier à 21:12 La boulette de la gardienne portugaise 14
Hier à 20:09 Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC Hier à 11:03 Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 101
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 27 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2
mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 127 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 19 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 163 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4 lundi 24 juillet Reading présente ses maillots en réalité virtuelle lundi 24 juillet Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 53 lundi 24 juillet Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26 lundi 24 juillet Quand des joueurs s'essaient aux glissades à plat ventre 6 lundi 24 juillet Ronald McDonald donne le coup d'envoi de Real-MU 28 lundi 24 juillet Ronaldinho régale au beach soccer 16 dimanche 23 juillet Benjamin Bourigeaud se la joue comme Beckham 7 dimanche 23 juillet Neymar claque un doublé contre la Juve 33 samedi 22 juillet Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 33 samedi 22 juillet Le fils de Pelé retourne en prison 8 samedi 22 juillet La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 25 samedi 22 juillet Le beau geste de Boateng pour Nouri 11 samedi 22 juillet Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 15 vendredi 21 juillet Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 11 vendredi 21 juillet Manchester City passe au foot US 12 vendredi 21 juillet La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 20 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 11 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 9 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66