Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Cabanas connaissait son agresseur

L'arrestation de "La Barbie", l'un des pontes du narcotrafic au Mexique et
aux Etats-Unis (il est de nationalité américaine), a des retombées inattendues.


Plutôt disposé à parler et visiblement pas effrayé par un séjour en prison, Edgar Valdez
Villareal, de son vrai nom, a lâché être frustré de ne pas avoir pu "mettre sa race"
à ses rivaux avant d'être arrêté. Aussi, qu'il avait donné refuge à l'agresseur de l'attaquant
paraguayen, Salvador Cabanas, le dénommé José Jorge Balderas Garza, dit "El JJ". Surtout, selon "La Barbie",
les deux hommes se connaissaient et étaient amis. « Ce jour-là, Cabanas était de mauvaise humeur
et ils ont commencé à se prendre la tête
 » a déclaré le narcotraficant. Un lien toujours nié par l'entourage de Cabanas.

Le médecin chargé de l'opération de l'ex attaquant de l'America a aussi toujours soutenu que le Paraguayen ne pourrait
pas se souvenir de la nuit du drame, où il reçut une balle dans la tête. Il y a peut-être des vérités bonnes à ne pas se rappeler.

Quoiqu'il en soit, "El JJ" se trouve toujours en cavale.

TG
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25
À lire ensuite
Rozenhal retrouve ses potes