1. //
  2. // FC Séville

Ça va ressembler à quoi, le Séville de Sampaoli ?

Emery parti passer un cap au PSG, le FC Séville a confié son destin à Jorge Sampaoli. Un entraîneur argentin qui a mené le Chili sur le toit de l’Amérique, et qui va affronter son premier défi sur le continent européen. Décryptage d’un projet prometteur.

Modififié
Il y a une semaine, le bordel argentin a traversé les frontières, pour s’immiscer dans la calme Séville. Jorge Sampaoli a signé depuis longtemps déjà pour le triple vainqueur de la Ligue Europa. Mais voilà que la Fédération argentine veut mettre son grain de sel dans le début d’une nouvelle ère. Après la démission de Tata Martino au poste de sélectionneur de l’Albiceleste, la valse des possibles successeurs débute. Dans le lot, un certain Marcelo Bielsa qui a planté la Lazio, d’autres entraîneurs qui ne quitteront pas leurs clubs de sitôt (Gallardo et River, Pochettino et Tottenham), et Jorge Sampaoli. Un homme qui, après son départ tumultueux du Chili, se cherchait un nouveau défi. Alors que des discussions ont été entamé avec Boca Juniors ou Independiente pour le chauve et guide de la nation chilienne vers la conquête de l’Amérique en 2015, son fanatisme pour River Plate l’a fait changer d’avis. En Argentine, Sampa ne dirigera aucun autre club que celui à la bande rouge. Sa signature à Séville en remplacement d’Unai Emery, parti prouver qu’il peut gagner autre chose que la Ligue Europa du coté de Paname, apparaît alors comme une évidence. Une cellule de recrutement efficace, un chantier à retaper depuis zéro, et une attente énorme autour de son premier défi en Europe. Monchi se charge d’aller le chercher à l’aéroport, de présenter l’Argentin comme un « entraîneur confirmé du football mondial » , et lui file les clés d’un Sánchez Pizjuán qui digère doucement le départ d’Emery. Mais quand l’Argentine perd Gerardo Martino, le nouvel entraîneur du FC Séville apparaît sur toutes les lèvres sur sa terre natale. La presse locale affirme même que Juan Sebastián Verón va être envoyé par l’AFA pour convaincre Sampaoli de venir prendre les rênes d’une sélection en pleine crise. Les journaux espagnols avancent même qu’une clause lui permet de rompre son contrat avec Séville pour répondre à l’appel de la mère patrie. Finalement, toutes ces rumeurs ont été balayées rapidement. Sampaoli peut tranquillement prendre ses marques du côté de Nervión et entamer une nouvelle ère prometteuse.

Des recrues adaptées au style de Sampa


D’abord, Jorge Sampaoli s’est occupé de coucher sur le papier une liste de possibles recrues. Et son duo avec l’architecte Monchi promet. Comme chaque année, le FC Séville a dû faire face à une vague de départs. Banega a signé à l’Inter Milan, et Krychowiak a suivi Unai Emery. Soit deux titulaires indiscutables, et deux piliers du jeu prôné par Emery. Lors de sa présentation devant les médias, Sampaoli a tenu à calmer le jeu quant à la perte du milieu polonais : « Dire que Krychowiak est indispensable et irremplaçable, c’est exagéré. Quand je suis arrivé, on parlait déjà de son départ. Le club a une politique de reconstruction et le fait très bien. Ce sont des faits qui donnent de la crédibilité à ce club. Je suis plein d’illusions, grâce à ceux qui arrivent et ceux qui restent. » Pour remplacer l’ancien Rémois et l’international argentin, Séville a conclu le prêt de Kranevitter, cinco à l’argentine qui n’a pas fait son trou à l’Atlético et le transfert de Joaquín Correa, meneur de jeu qui ne s’est pas adapté à la Serie A. Deux recrues qui collent au style de Sampaoli. Les signatures de Kiyotake et de Pablo Sarabia, et celles attendues de Roque Mesa, du Mudo zquez ou de Ganso (dont Sampaoli a affirmé qu'il voulait en faire son Pirlo) montrent parfaitement la volonté de Sampaoli de changer le style de jeu de Séville, d’imposer ses idées.

Sampaoli, le bâtisseur


Le chauve hyperactif qui écoutait des discours de Bielsa quand il faisait du footing a bien changé. Depuis la victoire du Chili sur ses terres lors de la Copa América 2015, Jorge Sampaoli est convoité de toute part. La raison ? Sa capacité à bâtir. Lors de sa première conférence de presse en Espagne, il a mis les choses au clair : « Je ne peux pas garantir que l’on va gagner autant de titres qu’avant. Ce que je peux vous assurer, c’est que nous allons travailler sur un projet, une idée, qui génère de l’illusion chez le public. » Comprendre, il sera difficile d’aller chercher une quatrième C3 de suite et de venir se hisser sur le podium indétrônable de la Liga. Devant les médias qui lui rappelaient que Carlos Bilardo était le seul entraîneur argentin à s’être assis sur le banc du FC Séville, Sampa a tenu à bien s’en démarquer : « Je reconnais son travail, c’est un entraîneur qui a marqué une époque, et j’ai célébré son succès en Argentine. Il a une méthode de travail qui lui a apporté des résultats. J’ai une manière de penser et de travailler totalement différente. »


Si le projet est prometteur, le FC Séville sait qu’il prend un risque. L’échec ne serait pas pardonné et Sampaoli pourrait longtemps entendre la comparaison avec Emery. En conférence de presse, Daniel Carriço, cadre du vestiaire andalou, a tenu lui à marquer les différences entre le natif de Casilda et le nouvel entraîneur du PSG : « Unai avait ses idées, Sampaoli en a des différentes. Il faut s’y adapter le plus vite possible. C’est un homme qui a gagné des titres, qui se base sur la pression haute. On a quelques matchs pour lancer la machine, et être prêt pour les Supercoupes. On repart à zéro avec un nouveau concept, mais on a un groupe très fort. » Le FC Séville a pris un risque en offrant son destin à un novice en Europe. En espérant que ce dernier connaisse la même réussite qu'au Chili. Le mot de la fin revient à Carlos Arias, adjoint de Monchi au FC Séville : « Les méthodes du club n'ont pas changé. On s'adapte aux besoins de l'entraîneur et de sa philosophie. Mais le modèle du club ne changera pas. On a toujours vendu pour grandir. Par exemple, on ne recrute jamais pour trouver un remplaçant à celui qui est parti, mais plutôt un joueur qui va entrer dans le moule. Nous sommes convaincus que le nouveau Séville va plaire au public. »

Par Ruben Curiel Propos de Carlos Arias recueillis par RC.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Note : -2
A la lecture de l'article, on arrive à la conclusion que la seule et unique chose qui rend le "projet" de Séville prometteur, c'est Sampaoli.

C'est pas cet article qui va me faire rennoncer à la conviction que le mot "projet" est le mot le moins bien compris du monde du foot. On parle de "projet sportif" et de "projet de jeu" dans tous les sens, sans que ces termes aient la moindre signification concrète, la moindre définition cohérente.
On leur fait dire ce qu'on veut, en changeant avec les circonstances.

Ce sont surtout des poncifs opportunites qui servent à faire joli pour expliquer qu'on s'emballe sur quelque chose ("ya un vrai projet de jeu") ou expliquer sans un échec en s'éconimisant une vraie analyse ("ya pas de projet de jeu").

Quoique, "fond de jeu" est également haut placé dans le ranking des termes les plus fourres tout et poncifs non expliqués du foot actuel.

Bref, Sampaoli c'est sexy, oui.
Mais cet article nous que "l projet est prometteur", tout en n'écrivant absolument rien sur le projet en question.

Ah si, pardon, à l'échelle du foot d'aujourd'hui, qu'un entraineur veuille amener ses idées, c'est un projet de jeu...

Rien contre Sampaoli ni contre Séville, hein, mais cet article m'a semblé le bon défouloir pour me lâcher sur à quel point je déteste ces termes de merde.

Ah, et celui qui a une définition des termes en question, précise, concrète, je suis preneur. Mais bon courage pour se mettre d'accord avec le reste du monde.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
On en parle moins que des arrivées de Guardiola et du Mou dans les deux Manchester ou de celle d'Emery à Paris, mais pour moi, le nouveau Séville de Sampaoli s'annonce comme le projet le plus excitant à suivre de cette nouvelle saison (après je suis pas objectif en tant que fan absolu du coach argentin) !
Même si on ne peut pas présager des résultats, une chose est sûre : niveau jeu, on ne risque pas de s'ennuyer au Sanchez Pizjuan, si on se base sur ce qu'a accompli Sampaoli avec la U et surtout le Chili...
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Message posté par Phil...
A la lecture de l'article, on arrive à la conclusion que la seule et unique chose qui rend le "projet" de Séville prometteur, c'est Sampaoli.

C'est pas cet article qui va me faire rennoncer à la conviction que le mot "projet" est le mot le moins bien compris du monde du foot. On parle de "projet sportif" et de "projet de jeu" dans tous les sens, sans que ces termes aient la moindre signification concrète, la moindre définition cohérente.
On leur fait dire ce qu'on veut, en changeant avec les circonstances.

Ce sont surtout des poncifs opportunites qui servent à faire joli pour expliquer qu'on s'emballe sur quelque chose ("ya un vrai projet de jeu") ou expliquer sans un échec en s'éconimisant une vraie analyse ("ya pas de projet de jeu").

Quoique, "fond de jeu" est également haut placé dans le ranking des termes les plus fourres tout et poncifs non expliqués du foot actuel.

Bref, Sampaoli c'est sexy, oui.
Mais cet article nous que "l projet est prometteur", tout en n'écrivant absolument rien sur le projet en question.

Ah si, pardon, à l'échelle du foot d'aujourd'hui, qu'un entraineur veuille amener ses idées, c'est un projet de jeu...

Rien contre Sampaoli ni contre Séville, hein, mais cet article m'a semblé le bon défouloir pour me lâcher sur à quel point je déteste ces termes de merde.

Ah, et celui qui a une définition des termes en question, précise, concrète, je suis preneur. Mais bon courage pour se mettre d'accord avec le reste du monde.


C'est vrai que le terme est un peu vide... Pour ma part, je l'entends surtout en tant que "projet de jeu", cad la tactique et le style que Sampaoli va essayer de mettre en place à Séville. Rien ne dit que ça fonctionnera en terme de résultats mais un peu comme pour Bielsa à l'OM, on peut pas penser qu'on ne s'ennuiera pas devant les matchs du FC Séville.
Après, Sampaoli est plutôt un "bâtisseur" qu'un coach à la Mourinho ou Hiddink, quelqu'un qui a besoin de diriger ses joueurs et construire un style propre sur le long terme donc espérons que les dirigeants andalous lui laissent le temps nécessaire...
clement6628 Niveau : CFA
En tout cas, ça risque de changer quand on voit tous les mouvements au milieu ! Ca risque de ne pas être évident dans un premier temps avec tous ces transferts.
"Emery parti passer un cap au PSG" je ne veux pas m'acharner et c'est vrai que Emery c'est royalement foiré en C1 l'an passé mais vous considérez vraiment que c'est un entraineur qui vient de gagner 3 coupes d'Europe d'affilées qui vient passer un cap dans un club qui cale en quarts de C1 depuis 4 saisons?
Sinon hate de voir le Séville de Sampaoli, si il les fait progresser comme le Chili ou comme Simeone avec l'Atletico, on pourrait avoir un Big 4 espagnol d'ici quelques années! La domination des clubs espagnols n'est pas prete de s'arreter!
LouisCroixVBaton Niveau : Loisir
Message posté par ofwgkta
"Emery parti passer un cap au PSG" je ne veux pas m'acharner et c'est vrai que Emery c'est royalement foiré en C1 l'an passé mais vous considérez vraiment que c'est un entraineur qui vient de gagner 3 coupes d'Europe d'affilées qui vient passer un cap dans un club qui cale en quarts de C1 depuis 4 saisons?
Sinon hate de voir le Séville de Sampaoli, si il les fait progresser comme le Chili ou comme Simeone avec l'Atletico, on pourrait avoir un Big 4 espagnol d'ici quelques années! La domination des clubs espagnols n'est pas prete de s'arreter!


Oui


Facile mais toujours aussi bon, de rien pour la perche tendue!
Il arrive avec pas mal de pression, j'espère qu'on lui donnera du temps mais c'est excitant, on ne pas dire le contraire. Ce qui est génial, c'est qu'on va pouvoir enfin juger Ganso en Europe, il a commencé l'année en feu, en portant le São Paulo sur ses épaules en montrant qu'il était capable de marquer des buts de crevards hypers importants. Je trouve ça dommage de le positionner plus bas sur le terrain, le gars flambe en 10, faut en profiter.
Message posté par Phil...
A la lecture de l'article, on arrive à la conclusion que la seule et unique chose qui rend le "projet" de Séville prometteur, c'est Sampaoli.

C'est pas cet article qui va me faire rennoncer à la conviction que le mot "projet" est le mot le moins bien compris du monde du foot. On parle de "projet sportif" et de "projet de jeu" dans tous les sens, sans que ces termes aient la moindre signification concrète, la moindre définition cohérente.
On leur fait dire ce qu'on veut, en changeant avec les circonstances.

Ce sont surtout des poncifs opportunites qui servent à faire joli pour expliquer qu'on s'emballe sur quelque chose ("ya un vrai projet de jeu") ou expliquer sans un échec en s'éconimisant une vraie analyse ("ya pas de projet de jeu").

Quoique, "fond de jeu" est également haut placé dans le ranking des termes les plus fourres tout et poncifs non expliqués du foot actuel.

Bref, Sampaoli c'est sexy, oui.
Mais cet article nous que "l projet est prometteur", tout en n'écrivant absolument rien sur le projet en question.

Ah si, pardon, à l'échelle du foot d'aujourd'hui, qu'un entraineur veuille amener ses idées, c'est un projet de jeu...

Rien contre Sampaoli ni contre Séville, hein, mais cet article m'a semblé le bon défouloir pour me lâcher sur à quel point je déteste ces termes de merde.

Ah, et celui qui a une définition des termes en question, précise, concrète, je suis preneur. Mais bon courage pour se mettre d'accord avec le reste du monde.


C'est vrai que le « projet » c'est fourre-tout, donc essayons d'y voir plus clair.

En général j'entends parler de projet soit par rapport à un entraîneur (Guardiola, Simeone), un club (PSG, Bayern) ou une sélection (Chili, Allemagne). Ça part d'une forte volonté de changement avec à l'origine un homme voire une institution. Ça se traduit par de profonds changements voire une rupture (structures et organigrammes, méthodes de travail, formation des joueurs, style de jeu...). Ça met les moyens (du temps et de l'argent). Ça prend forme sur le terrain par la construction d'une identité de jeu (possession, pressing, jeu au pied du gardien…). Ça possède souvent un côté dogmatique ou jusqu'au boutiste.

Après oui, c'est en terme de merde car c'est jamais tout à la fois et il y a rarement les explications qui vont avec. Du coup c'est pratique pour dire tout et son contraire en ayant l'air subtil.

Dans le même sac tu as aussi le grand club, la culture foot ou le grand attaquant.
Exemple avec l'article, qui annonce le « décryptage d'un projet prometteur ».

Le premier paragraphe annonce que Sampaoli sera l'homme clé du projet. Peu importe la situation de River ou les appels du pied de l'AFA. Ça c'est fait. Mais quelle est la durée du contrat ? Quels sont les objectifs de résultats en Liga et en coupe d'Europe ? Quels seront ses pouvoirs dans l'organigramme ? Quel est son staff ?

Le second annonce des recrues adaptées au style de Sampaoli. On a des noms et on a tous envie de voir Ganso en regista. Mais on n'apprend rien sur le style de Sampaoli. On apprend qu'il était le disciple de Bielsa mais sans plus.

Le dernier annonce que Séville a choisi son nouvel entraîneur pour sa capacité à bâtir. Une nouvelle équipe avec des nouveaux joueurs et un nouveau style. Ni du Emery, ni du Bilardo. Ok mais son style à lui, sa philosophie, le truc qui est au cœur du projet prometteur, c'est quoi ?

J'ai lu a plusieurs reprises que souvent, la tactique rebute les lecteurs. C'est peut-être ça, le problème. Mais même sans faire de cours magistral, au milieu de l'été, je suis convaincu qu'il y avait moyen d'en placer une ou deux dans cette article.

On verra la prochaine fois.
Cantona que l'amour du jeu Niveau : CFA
Message posté par SG9
Exemple avec l'article, qui annonce le « décryptage d'un projet prometteur ».

Le premier paragraphe annonce que Sampaoli sera l'homme clé du projet. Peu importe la situation de River ou les appels du pied de l'AFA. Ça c'est fait. Mais quelle est la durée du contrat ? Quels sont les objectifs de résultats en Liga et en coupe d'Europe ? Quels seront ses pouvoirs dans l'organigramme ? Quel est son staff ?

Le second annonce des recrues adaptées au style de Sampaoli. On a des noms et on a tous envie de voir Ganso en regista. Mais on n'apprend rien sur le style de Sampaoli. On apprend qu'il était le disciple de Bielsa mais sans plus.

Le dernier annonce que Séville a choisi son nouvel entraîneur pour sa capacité à bâtir. Une nouvelle équipe avec des nouveaux joueurs et un nouveau style. Ni du Emery, ni du Bilardo. Ok mais son style à lui, sa philosophie, le truc qui est au cœur du projet prometteur, c'est quoi ?

J'ai lu a plusieurs reprises que souvent, la tactique rebute les lecteurs. C'est peut-être ça, le problème. Mais même sans faire de cours magistral, au milieu de l'été, je suis convaincu qu'il y avait moyen d'en placer une ou deux dans cette article.

On verra la prochaine fois.


Matte des vidéos de la selection chilienne sur ces 4 dernières saisons et tu en sauras un peu plus.
Pepèrearnaud Niveau : Ligue 1
@SG9

"Projet prometteur" <=> Localisation foot. susceptible de fournir des tonnes de storytelling dans le domaine en question.

Et ainsi de suite dans la gradation: "Projet intéressant", etc.

Pas de décryptage au final? Bah tout simplement parce que la seule chose qui a été publiée est celle que tu cites: "Ganso en regista". Bref, très proche de néant (et ce, à voir -> tu te dis: "Marcelo Díaz et Sampaoli, alors Ganso et Sampaoli", et c'est fait!).

Tout est lié au même: qualité des infos, sources que l'auteur possède, etc.
Message posté par Cantona que l'amour du jeu
Matte des vidéos de la selection chilienne sur ces 4 dernières saisons et tu en sauras un peu plus.


Ça c'est fait. Je n'ai pas vu tous les matchs mais la qualité du jeu qu'il a réussi à produire est énorme.

Mais le problème n'est pas là.

Sampaoli est l'une des personnalités du foot pour qui l'expression "projet de jeu" peut avoir beaucoup de sens. Sauf qu'avec cet article on n'apprend rien, alors qu'on annonce un décryptage dès les premières lignes.

Tout le monde peut voir ou revoir les performance de sa Roja. Mais pour le décryptage ?
mark-landers Niveau : Loisir
Question aux connaisseurs, que pensent les locaux et autres journaleux des entraineurs étrangers qui pratiquent soit en liga ou en première ligue.
On sait qu'en France on à souvent la même valse des entraîneurs, et les critiques sont souvent très négatives sur les coachs extérieurs ( bielsa,ancelotti..)
Bin en Espagne, on juge sur les résultats. Les entraineurs ne sont pas chauvins comme ils peuvent l'être en France et ne vont pas critiquer ouvertement les étrangers. De tout temps ya eu des coachs étrangers et beaucoup ont réussi à la tête de grands clubs.
Pepèrearnaud Niveau : Ligue 1
Message posté par mark-landers
Question aux connaisseurs, que pensent les locaux et autres journaleux des entraineurs étrangers qui pratiquent soit en liga ou en première ligue.
On sait qu'en France on à souvent la même valse des entraîneurs, et les critiques sont souvent très négatives sur les coachs extérieurs ( bielsa,ancelotti..)


Le débat est long mais, grosso modo, en Espagne, la tendance est plus portée à juger un entraîneur en ce qui concerne sa capacité à façonner son équipe (donc le résultat est le plus important? Non.)
Autrement dit, le fait qu'il soit étranger n'a aucune importance.
Pepèrearnaud Niveau : Ligue 1
Message posté par mark-landers
Question aux connaisseurs, que pensent les locaux et autres journaleux des entraineurs étrangers qui pratiquent soit en liga ou en première ligue.
On sait qu'en France on à souvent la même valse des entraîneurs, et les critiques sont souvent très négatives sur les coachs extérieurs ( bielsa,ancelotti..)


Exception: Cf. Jurisprudence Neville, :).
Message posté par Pepèrearnaud
Exception: Cf. Jurisprudence Neville, :).


Neville a été mis en place parcequ'il était pote avec Lim et les résultats n'ont pas joué en sa faveur, donc forcément, niveau légitimité, c'était moyen. Après, si un entraineur étranger est nul, il va en prendre plein la gueule mais pas plus qu'un espagnol.
Message posté par mark-landers
Question aux connaisseurs, que pensent les locaux et autres journaleux des entraineurs étrangers qui pratiquent soit en liga ou en première ligue.
On sait qu'en France on à souvent la même valse des entraîneurs, et les critiques sont souvent très négatives sur les coachs extérieurs ( bielsa,ancelotti..)


N'exagérons rien, peu d'entraîneurs étrangers viennent en France mais en Espagne il n'y en a pas tant que ça non plus. Hormis les gros clubs, ce sont souvent les mêmes qui entrainent (Valverde, Jemez, Quique Flores, Garcia Torral, Abelardo, Juande Ramos...). Après, je suis tout à fait d'accord sur ce qui se passe en France, le corporatisme et le chauvinisme battent des records. Espérons que Favre et Emery seront mieux accueillis que ne l'ont été les Ranieri, Jardim, Bielsa, Ancelotti et autres.
Hier à 17:48 Le bilan de la saison est en kiosque ! Hier à 17:23 Pamela Anderson et Adil Rami en couple ? 109 Hier à 16:47 Un petit bijou en MLS 4
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 13:36 Trejo de retour au Rayo 17 Hier à 13:23 Oscar suspendu huit matchs 25 Hier à 11:38 Canal + autorisé à se rapprocher de beIN Sports 43 Hier à 10:40 Zlatan vers Los Angeles ? 37 Hier à 10:28 Parme va passer sous pavillon chinois 35 Hier à 09:11 La panenka d'Alessandrini 17
mercredi 21 juin L'accueil bouillant pour Ménez à Antalyaspor 36 mercredi 21 juin F. Hollande fait la promo d'un tournoi de sixte 26 mercredi 21 juin Walter Samuel va devenir entraîneur-adjoint en Suisse 10 mercredi 21 juin La volée monstrueuse de Bruma 27 mercredi 21 juin Un festival pyrotechnique depuis un immeuble en Coupe d'Algérie 22 mercredi 21 juin Paul Le Guen en route pour Bursaspor 28 mercredi 21 juin Boca Juniors champion grâce à San lorenzo 7 mardi 20 juin Un nouveau rebondissement dans l'affaire de la sextape 79 mardi 20 juin Le rap Depay 25 mardi 20 juin Girard déplore l'arrivée des techniciens étrangers 200 mardi 20 juin Dumas bientôt sélectionneur de la Guinée équatoriale ? 11 lundi 19 juin De la bière à vie pour séduire Cristiano Ronaldo ? 48 lundi 19 juin Infantino se félicite de l'arbitrage vidéo 28 lundi 19 juin Premier match de l'histoire sur le Kilimandjaro 13 lundi 19 juin Les rencontres du premier et du deuxième tours de C1 30 lundi 19 juin La Côte d'Ivoire rend un dernier hommage à Cheick Tioté 2 dimanche 18 juin Le retourné savoureux de Lorenzo Pellegrini 23 dimanche 18 juin Les buts de Cédric et Moreno 1 dimanche 18 juin Quand Oscar provoque une échauffourée sur le terrain 32 dimanche 18 juin L'égalisation de Chicharito contre le Portugal 8 dimanche 18 juin Quaresma ouvre le score face au Mexique 2 dimanche 18 juin L'entraîneur de Huesca met un « front » à son joueur 6 dimanche 18 juin Higuaín annonce à tort le départ de Dani Alves 22 dimanche 18 juin Michy Batshuayi en moonwalk à LA 12 dimanche 18 juin Asensio claque trois buts monstrueux en un match 27 samedi 17 juin Un entraîneur viré pour avoir gagné 25-0 55 samedi 17 juin Parme remonte en Serie B 20 samedi 17 juin L'International Board propose de nouvelles règles de jeu 54 samedi 17 juin L'UEFA lance un guide de prononciation des noms des joueurs 26 vendredi 16 juin Carabao Cup : Charlton hérite de... deux adversaires 10 vendredi 16 juin Ronaldinho lance son hand spinner 68 vendredi 16 juin Un joueur recruté par deux clubs différents 7 vendredi 16 juin Trezeguet claque une volée sous la barre 51 vendredi 16 juin Découvrez BRUT SPORT sur Facebook ! 10 vendredi 16 juin Un club de D9 anglaise sauvé par le crowdfunding 4 jeudi 15 juin Un système de play-offs en Ligue 2 23 jeudi 15 juin Vers la fin des matchs rejoués en Cup ? 19 jeudi 15 juin Le but de fou marqué par le Chicago Fire en US Open Cup 5 jeudi 15 juin Cissé pourrait retrouver les terrains 13 jeudi 15 juin Mbappé et Dembélé : jeunes les plus chers selon le CIES 38 jeudi 15 juin Un club chinois annonce son nouvel entraîneur par un poème 18 jeudi 15 juin La campagne de Monaco avec Henry et Mbappé 54 jeudi 15 juin Quand un défenseur argentin joue avec des aiguilles 19 jeudi 15 juin Reynet, l'iguane et Higuaín 20 mercredi 14 juin Torres joue les mannequins pour Van der Wiel 37 mercredi 14 juin La police dubaïote offre un tour de voiture à Benzema 42 mardi 13 juin Le but d'Ousmane Dembélé qui offre la victoire aux Bleus 2 mardi 13 juin Les trois buts de la première mi-temps mardi 13 juin L'entrée frissonnante des joueurs sur le son d'Oasis 16 mardi 13 juin Usain Bolt devient footballeur... dans PES 38 mardi 13 juin Berizzo officiellement présenté à Séville 5 mardi 13 juin Le Brésil ouvre le score après 10 secondes 7 mardi 13 juin Le bijou d'Insigne avec l'Italie 28 mardi 13 juin Derniers jours : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! mardi 13 juin Un mort dans une bagarre entre supporters à Cali 10 mardi 13 juin Pronostic France Angleterre : jusqu'à 390€ à gagner sur le match amical des Bleus lundi 12 juin La merveille de Bradley contre le Mexique 11 lundi 12 juin Figo plante un coup franc contre la Roma 17 dimanche 11 juin Pep Guardiola soutient le référendum d'indépendance en Catalogne 58 dimanche 11 juin Des matchs de Premier League à 11h30 ? 28 dimanche 11 juin Infantino n'est pas inquiet pour le Mondial au Qatar 11 dimanche 11 juin Drogba réussit ses débuts avec Phoenix 8 samedi 10 juin Capello en Chine 16 samedi 10 juin Roger Schmidt va signer en Chine 1 samedi 10 juin L'explosion de la télé suédoise 26 vendredi 9 juin L'ouverture du score magnifique de Giroud 13 vendredi 9 juin L'agent de Verratti tacle encore le PSG 77 vendredi 9 juin Le coup franc juninhesque de Guerrero 12 vendredi 9 juin Un footballeur ghanéen en prison pour violences conjugales 8 vendredi 9 juin Tu sais que tu es un Mercatix quand... 15 jeudi 8 juin Benevento décroche sa promotion en Serie A 19 jeudi 8 juin Kurzawa à fond pour les Warriors 48 jeudi 8 juin Un fan de Split en colle une à l'ancien président du Dinamo Zagreb 15 jeudi 8 juin Pronostic Suède France : jusqu'à 445€ à gagner sur le match des Bleus jeudi 8 juin La finale de la C1 2019 se jouera à Madrid ou à Bakou 36 jeudi 8 juin L'ES Sétif sacrée championne d'Algérie 10 jeudi 8 juin Marcelo remet son tatouage à jour 13 jeudi 8 juin Mauro Cetto prend sa retraite 16 mercredi 7 juin Un club tchétchène prend le nom du père du président 20 mercredi 7 juin Un fan de Sheffield en phase terminale grimpe l'Everest 13 mercredi 7 juin Un club américain sponsorisé par un site porno 25 mercredi 7 juin Alexis Sánchez en vieillard pour la Coupe des confédérations 6 mercredi 7 juin L'acte héroïque d'un supporter de Millwall au moment des attentats de Londres 44 mercredi 7 juin Voilà pourquoi Ben Arfa s'entraîne à la plage... mercredi 7 juin Vers des play-offs en Ligue 2 ? 55 mercredi 7 juin Beckham va pouvoir construire son stade de MLS 10 mercredi 7 juin SO FOOT #147 - En kiosque vendredi !! mardi 6 juin Bundesliga : Lewandowski meilleur joueur, Dembélé meilleur espoir 19 mardi 6 juin Le président de la Fédé tchèque démissionne depuis sa prison 2 mardi 6 juin Emery et Zubizarreta vont se rencontrer pour l'Euro 2020 11 mardi 6 juin L'OM vire un jeune de son centre de formation 51 mardi 6 juin La nouvelle vidéo de Ben Arfa 42 lundi 5 juin Quand des caravanes font irruption pendant un match à Angers 12 lundi 5 juin Karim Benzema égale Raymon Kopa, mais... lundi 5 juin La situation diplomatique du Qatar inquiète la FIFA 44 lundi 5 juin Qui est Ederson Moraes, le 2e gardien le plus cher du monde ? lundi 5 juin Quand Nike et CR7 font de la pub pour Adidas 31 lundi 5 juin Boca Juniors file vers le titre 7 lundi 5 juin Gérone monte en Liga 16 dimanche 4 juin Finale Serie B : Carpi accroché par Benevento 8 dimanche 4 juin Mondial 2030 : l'UEFA pousse l'Angleterre à se présenter 11 dimanche 4 juin Suivre SO FOOT sur les réseaux sociaux 1 samedi 3 juin Combien le Real Madrid a dépensé pour gagner la Ligue des champions samedi 3 juin Asensio clôt le débat 3 samedi 3 juin Casemiro et Cristiano mettent le Real en orbite 1 samedi 3 juin Le sublime retourné de Mandžukić pour l'égalisation 5 samedi 3 juin CR7 ouvre le bal 1 samedi 3 juin Le tifo des supporters turinois lors de l'entrée des joueurs 2 samedi 3 juin Les anciens de la Juve à fond derrière les Bianconeri samedi 3 juin Del Piero débarque à Cardiff en roi 2 samedi 3 juin Des ultras parisiens taquinent une hôtesse de l'air 17 samedi 3 juin Buffon pourrait détrôner Maldini ce soir 20