1. //
  2. // 5ème journée
  3. // Résumé

Ça roule pour Tottenham

Sept nouveaux qualifiés pour ce soir. Barcelone maitrise. Benitez stoppe les antidépresseurs et Valence cartonne. Il n'y a pas que les clubs français dans la vie...

Modififié
0 2
Groupe A



Inter Milan – Twente : 1-0


Rafael Benitez prolonge son sursis. Cette information cruciale, digne d'un mauvais tabloïd anglais, masquerait presque la qualification de l'Inter Milan en phase finale. Les Lombards ont dominé Twente à San Siro par le plus petite des marges (1-0) et mettent ainsi fin à une série de cinq matchs sans victoire. Le récupérateur argentin Esteban Cambiasso s'est approprié la feuille de match d'une frappe imparable, après un coup-franc repoussé de Wesley Sneijder. Victoire méritée mais laborieuse, entre les passes avortées de Sneijder, les tergiversations du Français Jonathan Biabiany et le positionnement reculé de Samuel Eto'o. Mais rien ne sert de chipoter davantage, la qualif' est assurée. Twente bascule quant à lui en Europa League.



Tottenham – Werder Brême : 3-0


Les Spurs se mettent bien. L'épouvantail de l'Inter Milan, accompagné par son sprinter gallois Gareth Bale, a été convaincant à White Hart Lane face à une équipe du Werder Brême décimée et perpétuellement au bord de l'explosion. Cette fébrilité se traduit rapidement avec le premier but du Français Younès Kaboul. Mieux organisés ou tout simplement plus forts, les joueurs de Redknapp trouvent une deuxième fois la faille juste avant la pause grâce à Modric et aggravent la marque par Crouch... 3-0 à la 79ème, dans la boîte ! Tottenham se délecte d'une troisième victoire à domicile en C1 et passe en huitièmes. Cette fois-ci, le Werder ne peut pas en vouloir à Mickaël Silvestre, il n'était même pas sur la feuille de match. Parenthèse refermée, Brême est bon dernier !



Groupe B

Schalke - Lyon : 3-0

Hapoël Tel Aviv - Benfica : 3-0


La surprise du chef. Ce devait être une formalité pour le Benfica Lisbonne, ce fut tout le contraire. L'Hapoël Tel Aviv accroche la première victoire de son histoire en Ligue des Champions. “Opportunistes” est un doux euphémisme, tant les Israéliens ont réalisé le hold-up parfait. Trois occasions, trois buts. Eran Zahavi, homme du match, a joué la provocation jusqu'au bout, avec deux des trois buts de son équipe. L'ambiance survoltée du stade israélien n'a pas impressionné Benfica, qui doit sa défaite à une attitude défensive horripilante. Les Portugais, éliminés des 8e de finale, devront espérer une victoire de Lyon sur leurs adversaires de ce soir pour aller en Ligua Europa.

page]
Groupe C

Valence - Bursaspor : 6-1


Le feu d'artifice du soir. Valence, troisième club espagnol en lice, s'est qualifié pour les 8es de finale en écrasant les fantoches du Bursaspor (6-1). Fin du calvaire pour les Turcs, humiliés par Mata et Soldado au top de leur forme. Zéro pointé et bonnet d'âne pour Bursaspor, qui chaque année doit prendre un plaisir fou à jouer cette compétition, le principal étant de participer n'est-ce pas... Parlons peu, parlons victoire. Valence ira chercher la première place du groupe C sur la pelouse de Manchester United lors de la dernière journée. Les Red Devils s'étaient imposés sans briller 1-0 à l'aller. Une once de suspens pour la dernière journée : cool.

[Rangers-Manchester : 0-1


Groupe D



Rubin Kazan – FC Copenhague : 1-0


Qu'on se le dise, mis à part deux hippies du quartier danois de Christiana et trois commerciaux d'une marque de vodka, tout le monde se fichait éperdument de cette rencontre. L'avis général l'a emporté, au terme d'un match sans intérêt. Les deux formations n'ont rien montré, donnant l'impression de s'entrainer. Triste vainqueur, le Rubin Kazan peut dédommager l'arbitre, bienveillant sur le pénalty sifflé et concrétisé par l'Équatorien Cristian Noboa (45e+1). Les Russes se relancent dans la course à la qualification et se positionnent à un point du second, qui n'est autre que leur adversaire du soir. Joli coup, sans plus.



Panathinaïkos – Barcelone 0-3


Le Barça sans forcer, comme une vieille rengaine. Avec la défaite de Copenhague face au Rubin Kazan, Barcelone pouvait s'assurer la première place de ce groupe. Mission accomplie peinardement, grâce à deux pions de Pedro, au 18ème but de Messi en 23 matchs et aux limites offensives du Panathinaïkos. Malgré quelques percées de Djibril Cissé, quarante mètres devant ses équipiers, les Grecs ont regardé le ballon tourner. De l'autre côté, Daniel Alves et Iniesta ont été très bons. Messi a joué en marchant. Mais même au ralenti, il est au-dessus. Bref, à tous ceux qui stigmatisent la Liga comme un championnat sans outsiders, les Blaugranas répondent toujours sur la scène européenne. Qu'importe la compétition... Barcelone séduit et se qualifie logiquement pour les huitièmes de finale. Le Pana reste dernier du groupe et noie son chagrin avec Sidney Govou.

A voir : La vidéo du fou qui fait un doigt d'honneur à Messi

Victor Legrand

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

"18ème but de Messi en 23 matchs"
RECTIFICATION
MESSI c'est plutôt 13 buts en Liga en 10 matchs, 3 en supercopa en 2, 1 en copa en 1, 6 en C1 en 5, soit :
Total : 23 buts en 18 parties.

(sans parler de ses pions contre la roja et les brésiliennes...)
Bizarre, c'est jamais de la faute d'Eto'o.
Alors qu'il dézone tout le temps, fait des appels pourris, rate tous ses dribbles...etc.
Alors que Sneijder, meme en ratant des passes en général à cause de ses coéquipiers, a été le seul danger pour TWente
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Rooney : Power Rangers
0 2