En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Phase de poules
  3. // Gr.J
  4. // Anderlecht/Monaco

Ça donne quoi Anderlecht en 2015 ?

Puissance continentale dans les années 70 et 80 avec trois titres et trois finales européennes, Anderlecht a quelque peu perdu de sa superbe en 2015. Mais le Royal Sporting Club reste un adversaire que Monaco doit aborder avec sérieux, ne serait-ce que pour observer son prodige Youri Tielmans.

Modififié

Une équipe en rodage


Après 7 journées de Jupiler League, Anderlecht squatte la seconde place du classement derrière Ostende. Le haut du panier, les Mauves l'ont quitté ce week-end, la faute à un nul 0-0 à la maison contre Genk. Pour Eric Deflandre cependant, le club de Bruxelles a eu pas mal de réussite en ce début de saison, notamment parce qu'ils ont « gagné deux matchs à la dernière minute, et donc glané quatre points un peu inespérés » . Pour l'ancien Lyonnais, aujourd'hui entraîneur adjoint au Standard de Liège, le onze d'Anderlecht est prenable, « car il y a du déchet dans leur jeu actuellement, car il y a pas mal de nouveaux joueurs dont Obradović et Okaka » . Pour l'ex-Diable rouge, les Mauves ne sont d'ailleurs « pas forcément en confiance avant de jouer Monaco » , même si leur longue expérience européenne - 50 participations, 3 titres et 3 finales dans les années 70 et 80 - en fait des habitués des joutes continentales. Il faut dire que le troisième du dernier championnat et finaliste malheureux de la Coupe contre Bruges n'a plus vraiment brillé sur la scène européenne depuis des lustres, précisément une campagne 2000-2001 qui les avaient vu atteindre la seconde phase de poules en Ligue des champions. Depuis, les Mauves peinent à exister lorsqu'ils sont en C1, et stagnent en 16es ou 8es de finale quand ils sont appelés à disputer la C3. Quant à leur dernier souvenir du football français, il n'est pas des plus plaisants : une dérouillée 5-0 à la maison, puis un nul 1-1 au Parc des Princes lors de l'édition 2013-2014 de la Champions. Leonardo Jardim se contenterait probablement de les écraser deux fois 1-0...

Jeunesse et friabilité défensive


4-3-3 avec Okaka seul en pointe contre Genk, 4-4-2 avec milieu en losange pour une victoire 3-0 à Westerlo juste avant la trêve, difficile de savoir à l'avance dans quel système Besnik Hasi va faire évoluer son équipe. « Il change selon les joueurs disponibles ou qu'il estime les plus en forme. Il s'adapte aux profils de ses joueurs plutôt qu'à celui de son adversaire » , précise Deflandre. Pour l'ancien latéral droit, les Mauves ont pas mal de possibilités, grâce à « des joueurs intéressants comme Dennis Praet, Matías Suárez... » Et également le grand espoir national Youri Tielmans, seulement 18 ans, mais déjà international espoir et joueur important d'Anderlecht depuis deux ans. « Tielmans est un très bon joueur qui peut jouer sur le flanc gauche ou dans l'axe du milieu de terrain. C'est un excellent joueur de foot, beaucoup de ballons passent par lui. On le voit comme un futur grand en Belgique, même s'il faut être prudent. Il a été bon la saison passée et il confirme, il risque d'avoir un bel avenir. Mais il ne doit pas brûler les étapes, à Anderlecht, il a du temps de jeu, il ne doit pas partir trop vite à l'étranger pour ne plus jouer » estime Deflandre. En face, Monaco pourrait être tenté, connaissant l'attrait des dirigeants monégasques pour tout être humain susceptible de voir sa valeur marchande augmenter rapidement. Mais que les hommes de Leonardo Jardim ne s'y trompent pas : malgré tout son talent, Tielmans n'est pas encore la pierre angulaire des Mauves. « Anderlecht n'a pas un joueur qui ressort du lot » , tranche l'ancien Lyonnais, pour qui Suárez, Defour et Praet sont très bons, « mais à l'exception d'un Defour ou d'un Proto, cela reste de jeunes joueurs avec trop peu d'expérience pour porter l'équipe. » Un peu trop verts ces Mauves, et aussi poreux en défense : « Offensivement, ils font de belles choses, avec des joueurs capables de faire la différence individuellement, mais sur le plan défensif, c'est léger. Ils ont des difficultés dans les repositionnements, les couvertures. » Aux attaquants de l'ASM de savoir en profiter.

Besnik Hasi, l'homme de la situation


Si Monaco part favori, Anderlecht ne se présentera pas en victime idéale, en particulier parce que son entraîneur Besnik Hasi « est un homme de caractère » , prévient Deflandre. L'Albanais est inconnu en France, mais en Belgique, il a déjà sa petite réputation à 43 ans : « C'est un ancien joueur de très bon niveau. Il connaît la maison, c'est l'entraîneur qui leur fallait pour faire progresser les jeunes, car il est chez eux depuis la fin de sa carrière de joueur. Il a été le T2 (l'adjoint, ndlr) de plusieurs entraîneurs comme Ariel Jacobs dont il a appris beaucoup. » Nommé en mars 2014 suite au renvoi de John van den Brom, il a arraché le titre trois mois plus tard grâce notamment à une série de cinq victoires consécutives pour clore l'exercice 2013-2014 de Jupiler League. De quoi faire de l'Albanais, 50 sélections et une participation à l'épopée européenne de 2000-2001 des Mauves, un réel homme fort à Anderlecht. Un exploit contre Monaco renforcerait encore un peu plus son statut à Bruxelles.

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



vendredi 16 février 243€ à gagner avec la Juve & Naples 3
Hier à 16:48 Les maillots du PSG floqués en mandarin 17 Hier à 12:17 La panenka ratée de Diego Castro en Australie 16 vendredi 16 février Ligue 1 - 26e journée : Résultats et Classement vendredi 16 février Suivez SoFoot.com sur Facebook
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
vendredi 16 février Nîmes, Le Havre et Nancy pleurent, Brest rigole enfin 6