1. //
  2. // Seizièmes de finale

C3 : Ces "petits" dont il faut se méfier

Ce soir, c'est l'Europa League. L'occasion de voir à l'œuvre des belles équipes (Chelsea, Napoli, Benfica…) mais aussi quelques formations plus discrètes qui vont forcément en emmerder plus d'un.

Modififié
0 7
Genk
Adversaire de Stuttgart

C'est peut-être le petit poucet de la compétition. Genk, champion de Belgique en 2011, est actuellement quatrième du championnat belge, derrière Lokeren, Zulte-Waregem et l'irrattrapable Anderlecht. Lors des phases de poules de cette Europa League, Genk a pourtant réalisé une double performance : sortir invaincu de son groupe (trois victoires, trois nuls) et éliminer le Sporting, notamment grâce à cette victoire 2-1 obtenue à la 88e minute lors de la confrontation directe. N'allez pas chercher des stars à Genk, il n'y en a pas. L'équipe entraînée par Mario Been (qui, à tout moment, risque de se prendre une vanne sur Has Been ou Mister Bean) mise surtout sur un collectif bien huilé et des joueurs déterminés à prouver qu'ils ne sont pas arrivés là par hasard.

Le joueur à suivre : Jelle Vossen a 23 ans, mais compte déjà une jolie statistique. Il a planté 60 buts en première division belge, et terminé les deux derniers exercices à 20 buts. Cette saison, il en est déjà à 16 et risque donc bien d'exploser son compteur. Il aura surtout à cœur de bien faire sur la scène européenne, puisque, pour le moment, il n'a marqué que deux buts dans cette campagne 2012/13.



Dnipro Dnipropetrovsk
Adversaire du FC Bâle

On ne présente plus cette équipe du Dnipro Dnipropetrovsk. L'équipe ukrainienne peuplée de Brésiliens (tiens, ça nous rappelle une autre équipe ukrainienne) a réalisé un premier tour incroyable, en obtenant 15 points sur 18 dans une poule où se trouvaient pourtant le Napoli, deuxième de Serie A, et le PSV Eindhoven, leader du championnat néerlandais. Le Dnipro a battu tout le monde, et ne s'est incliné qu'une seule fois, sur la pelouse de Naples (le soir du quadruplé de Cavani). Mieux : avec ses 16 buts marqués, il compte actuellement la meilleure attaque de l'Europa League. Et ce show se poursuit même en championnat d'Ukraine, où le Dnipro se paie le luxe de ravir actuellement la deuxième place du classement au Dynamo Kiev. A la trêve, les hommes de Juande Ramos comptent en effet un point d'avance sur les futurs adversaires de Bordeaux. Une sacrée révolution, en Ukraine. Le FC Bâle est prévenu : cette équipe-là va être très compliquée à arrêter.

Le joueur à suivre : La nouvelle pépite brésilienne du championnat d'Ukraine ne se trouve pas forcément au Shakhtar. Le Dnipro a dans ses rangs un certain Giuliano qui illumine son équipe. A 22 ans, ce milieu de terrain tout en fantaisie est meilleur buteur de son club cette saison, mais affiche surtout un niveau impressionnant. Tellement impressionnant que Mano Menezes l'avait régulièrement convoqué pour les derniers matches amicaux du Brésil. Scolari, pour ses deux premiers matches à la tête de la Seleçao, ne l'a pas encore appelé, mais en même temps, cela fait deux mois que Giuliano est au repos à cause de la trêve en Ukraine. Le moustachu ferait bien d'être devant son téléviseur ce soir.



CFR Cluj
Adversaire de l'Inter Milan

Cluj, c'est l'équipe que l'on aime bien retrouver chaque saison, parce que l'on connaît son parcours à l'avance : des phases de poules de Ligue des Champions honorables, une troisième place, un seizième de finale d'Europa League et une élimination en huitièmes. Mais cette saison, le club roumain a bien l'intention de faire bonne figure en C3. Il faut dire que sa prestation en Ligue des Champions a de quoi laisser de sacrés regrets. L'équipe a obtenu 10 points, et ne s'est pas qualifiée uniquement à cause d'une différence de buts particulière défavorable avec Galatasaray (1-1 à l'aller, 3-1 pour les Turcs au retour). Pourtant, Cluj a peut-être réalisé l'exploit du premier tour, en allant s'imposer 1-0 à Old Trafford. C'est renforcé par cette expérience que l'actuel cinquième du championnat roumain aborde son seizième de finale de C3 face à l'Inter. Une Inter qui n'a pas brillé dans cette compétition, et qui, en cinq matches à domicile (tours préliminaires inclus), n'a obtenu qu'une seule victoire. Cluj serait bien inspiré de s'inspirer du nul 2-2 obtenu à San Siro par ses compatriotes de Vaslui.

Le joueur à suivre : Il y a de sacrés noms rigolos dans cette équipe de Cluj. Entre le Français Godemèche, le Portugais Camora ou l'Italien Piccolo, il y a de quoi faire un Top. Mais le joueur le plus intéressant de l'équipe ne se distingue pas par son blase. Rui Pedro, lui, se démarque à coups de buts importants. Ancien pensionnaire de Liga Sagres, il rejoint Cluj lors de l'été 2011. Pas franchement utilisé lors de sa première saison, il ne baisse pas les bras, et finit par obtenir la confiance du coach cette année. Les supporters l'ont définitivement adopté le 20 novembre dernier, lorsqu'il claque un triplé en Ligue des Champions face à Braga. Cap de rééditer un tel exploit en C3 ?



Viktoria Plzen
Adversaire du Napoli

Déjà, une bonne chose : tout le monde a désormais assimilé que Plzen se prononce « Pilzen » , ce qui évite les horreurs que l'on a pu entendre lorsque cette équipe tchèque est sortie du chapeau. De fait, avant la saison dernière, on avait rarement entendu parler d'une autre équipe que le Slavia et le Sparta Prague. Ou le Sigma Olomouc, tiens. Mais la nouvelle réalité du football tchèque, c'est bien cette équipe de Plzen, championne en 2011 et actuel leader cette saison. L'an passé, elle avait fait bonne figure en Ligue des Champions, en obtenant notamment un nul 2-2 face au Milan AC. Mais cette saison, elle a fait beaucoup mieux, en terminant première de sa poule de C3, au nez et à la barbe de l'Atletico Madrid, tenant du titre. Battus à Vicente Calderon (1-0), les Tchèques se sont payé le luxe de s'imposer au match retour (1-0 aussi), chipant ainsi la première place du groupe à Simeone et sa bande. Le Napoli est en forme, certes, mais les Napolitains ont affichés quelques lacunes, cette saison, sur la scène européenne. Attention à ne pas sous-estimer cette équipe tchèque.

Le joueur à suivre : La République Tchèque a toujours sorti des milieux de terrain d'exception. La relève des Nedved et autres Poborsky pourrait bien s'appeler Vladimir Darida. A 22 ans, le joueur est déjà le patron du milieu de terrain du Viktoria, et est le seul joueur de son équipe à avoir disputé tous les matches de championnat cette saison. Sélectionné pour la première fois en équipe nationale en mai 2012, Michal Bilek, le sélectionneur, a eu un coup de cœur et l'a emmené à l'Euro, même si Darida n'y a disputé que 60 minutes de jeu. Surtout un signal fort pour dire que le petit Vladimir est amené à devenir le pilier de l'équipe nationale. Rien que ça.



BATE Borisov
Adversaire de Fenerbahce

Tout comme le Dnipro, on ne présente plus le BATE Borisov. L'équipe biélorusse, seule en son royaume en Biélorussie, se qualifie chaque année pour la Ligue des Champions, mais ne passe jamais le cap du premier tour. Du coup, on la retrouve soit l'année suivante au même endroit, soit en janvier, reversée en Europa League. Or, c'est peut-être là sa place. Souverain chez lui, le BATE a visiblement plus de chances de réussir en C3 qu'en C1 même si, cette année, le club de Viktor Goncharenko a bien failli réaliser une sacrée sensation. Lors des deux premières journées, ils tapent Lille et le Bayern Munich et se positionnent en tête du groupe. Mais derrière, patatras. Démolis par Valence (3-0 à l'aller, 4-2 au retour), ils perdent tout espoir de qualification en s'inclinant à domicile contre le LOSC, puis à l'Allianz Arena. Leurs six points obtenus en début de compétition leur permettent tout de même de faire mieux que Lille et de se retrouver en Europa League. Bien payé. A noter que la défaite face au Bayern, le 5 décembre dernier, est le dernier match officiel disputé par le BATE. Depuis, l'équipe a hiberné, et n'a disputé qu'un seul match amical, la semaine dernière, contre le Zénith. Forcément, les jambes vont être lourdes.

Le joueur à suivre : On serait évidemment tenté de dire Hleb, l'ancien du Barça et d'Arsenal. Mais ce serait justement trop évident. Non, le vrai joueur à suivre, c'est Vitali Rodionov. L'attaquant va devoir récupérer sur ses épaules le poids de tout le secteur offensif de l'équipe, après le départ de Renan Bressan cet hiver pour Alanya, en Russie (drôle de choix de carrière). Rodionov, déjà septuple champion de Biélorussie avec le BATE, a planté 4 buts en Ligue des Champions cette saison, et a bien l'intention de faire aussi bien en Europa League. Bon, et si Hleb veut lui filer un coup de main pour marquer quelques pions, ce ne sera pas de refus, hein.



Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

FCB Stern des Südens Niveau : Ligue 2
Vu que c'est du foot, c'est sûr que tout peut se jouer en quelques minutes. J'ai du mal à pronostiquer un vainqueur cette saison pour la C3... pas mal de postulants vraiment crédibles. J'espère en tout cas que Bordeaux et Lyon feront honneur lors de cette compétition et qu'ils ne la joueront pas par dessus la jambe (façon de parler car très difficile à réaliser).
nononoway Niveau : CFA
A penser que Genk avait Benteke, Courtois et De Bruyne voici quelques mois !
Note : -1
"Déjà, une bonne chose : tout le monde a désormais assimilé que Plzen se prononce « Pilzen », ce qui évite les horreurs que l’on a pu entendre lorsque cette équipe tchèque est sortie du chapeau."

Parce que vous, vous le saviez chez SoFoot ?
Une ville qui a donné son nom à une variété de bière ça se retient non?
Pas faux, pour la peine j'ai voulu me mettre -1 à moi même mais apparemment c'est pas possible.
J'ai trouvé que tu faisais un peu le mariole, avec tes états d'âme, alors je te l'ai foutu, moi, le -1.
La sanction tombe.
J'ai cru qu'il s'agissait d'un article sur Valbuena.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 7