1. //
  2. // 6e journée
  3. // Groupes A, B, C et D

Ce soir débute la dernière journées des phases de poules de la Ligue des champions 2012/13. Certains clubs sont déjà qualifiés, d’autres déjà éliminés, mais il y en a pour qui tout se joue ce soir. Le point.

Modififié
6 11
GROUPE A : Paris veut la première place

Plus vraiment d’enjeux dans ce groupe, où l’on connaît déjà les deux clubs qualifiés pour les huitièmes de finale : le FC Porto et le PSG. En revanche, ce que l’on ne sait pas, c’est qui sortira premier de cette poule. Cela tombe bien, Portistes et Parisiens se retrouvent justement au Parc des Princes pour la finale du groupe. Les données sont assez simples : une victoire de Paris offre la première place aux coéquipiers de Zlatan, un match nul et une victoire de Porto permettront aux joueurs de Vítor Pereira de finir en tête. Au match aller, il n’y avait pas franchement eu photo. Porto avait dominé, Sirigu avait retardé l’échéance, mais James Rodríguez avait fini par offrir un succès mérité aux locaux. Depuis, le PSG a enfilé trois victoires de rang en C1 (huit buts marqués, aucun encaissé) et se présente donc au Parc des Princes avec une véritable envie de revanche et de rédemption après a défaite de samedi à Nice. Le Dynamo Kiev, pour sa part, disputera un match totalement inutile face à Zagreb. Les Ukrainiens sont déjà assurés d’être reversés en C3. Les Croates, pour leur part, tenteront au moins de marquer un but, et de faire mieux que la saison dernière, lorsqu’ils avaient terminé la campagne avec 0 point. Lose.


GROUPE B : Lutte à distance entre Schalke et Arsenal

Comme pour le groupe A, on connaît déjà tous les verdicts de cette poule : Arsenal et Schalke 04 au second tour, l’Olympiakos reversé en C3, Montpellier éliminé. Seul point d’interrogation : qui terminera premier ? Schalke et Arsenal, contrairement au PSG et à Porto, ne s’affrontent pas. Ce sera donc une lutte à distance. Les Allemands, qui comptent pour le moment un point d’avance, se déplacent à Montpellier, qui aura à cœur de bien terminer face à son public (car a priori, il n’y aura pas d’Europe avant quelque temps). Arsenal, après la défaite du week-end contre Swansea, ira en Grèce. L’Olympiakos n’a plus rien à jouer, et est déjà assuré de disputer l’Europa League au printemps prochain. Pas vraiment de favori, donc, entre les deux clubs. Seule indication : si les deux clubs terminent à égalité (défaite de Schalke 04 et match nul d’Arsenal), ce sont les joueurs de la Ruhr qui terminent premiers, grâce à une différence de buts particulière favorable. Schalke peut donc perdre et terminer quand même premier. Et connaissant Arsenal, c’est loin d’être impossible.


GROUPE C : Le Zénith veut au moins la C3

Lors du tirage au sort, on n’aurait pas pensé que tout aurait été joué à la fin de la cinquième journée. Málaga termine premier, et le Milan AC, pourtant pas brillant, s’assure la deuxième place devant un Zénith très décevant. L’équipe de Spalletti n’a remporté qu’un seul match, face à Anderlecht, et se retrouve donc dans une situation où elle va peut-être même terminer dernière de sa poule. Ce qui serait un coup dur pour une équipe qui avait pour ambition d’atteindre au minimum les huitièmes de finale. Pour obtenir cette troisième place, il faudra aller faire un résultat à San Siro, contre un Milan AC qui a déjà obtenu sa qualification grâce à la victoire face à Anderlecht il y a quinze jours. De fait, le Zénith et Anderlecht sont à égalité (4 points chacun), et se déplacent chacun chez une équipe déjà qualifiée. Pour être reversé en Europa League, il faudra donc faire mieux que son adversaire à distance. Et si les deux équipes font le même résultat, par exemple une défaite chacune ? Dans ce cas-là, cela dépendra de la différence de buts globale des deux clubs, puisqu’ils sont à égalité parfaite lors des confrontations directe (1-0 pour le Zénith à l’aller, 1-0 pour Anderlecht au retour). Situation folle : le Zénith peut donc s’imposer 1-0 à Milan et être tout de même dernier si, de son côté, Anderlecht gagne par trois buts d’écart à Málaga. Ouais, bon, faut pas rêver non plus.


GROUPE D : City cherche une première victoire

Le groupe de la mort, il est là. Mais ce groupe de la mort a déjà rendu ses surprenants verdicts. On attendait le Real Madrid. On a finalement trouvé le Borussia Dortmund. Le champion d’Allemagne a réalisé des phases de poules exceptionnelles, et, en plus d’être déjà qualifié, s’est assuré la première place du groupe. Le Real de Mourinho, de son côté, se contentera de la deuxième position. Le dernier enjeu du groupe, c’est donc de savoir si Manchester City va enfin réussir à gagner un match. Déjà éliminé au premier tour la saison dernière, le champion d’Angleterre a été la grosse déception de ce premier tour, avec un bilan famélique de trois nuls et deux défaites. À l’heure actuelle, City est dernier, avec un point de retard sur l’Ajax. Pour être au moins reversé en Europa League, il va donc falloir aller faire un résultat à Dortmund. Mais on parle là d’un vrai résultat : une victoire, quoi, pas un match nul. Un nul permettrait, au mieux, de revenir à hauteur de l’Ajax, qui sera de toute façon devant à la différence de buts particulière. Seule solution pour Mancini et ses boys : s’imposer à Dortmund (mouais), et espérer que l’Ajax ne s’impose pas à Madrid. Ce qui est déjà plus plausible.



Eric Maggiori
Modifié

 //  Socio del AJ Auxerroise
On est Lundi mais c'est pas grave hein!
mackallaway Niveau : CFA2
Note : 1
Frêche : je pense qu'il insistait vraiment sur l'Europa. Et ne parle pas de respect pour Schalke, lorsque le type qui te sert d'entraineur parle des Pink Floyd de Kiev (qui au passage, à un palmarès que n'égalera jamais Montpellier tant au niveau national qu'européen)
LaPaillade91 Niveau : Loisir
René Girard ne se tient pas toujours très bien, ok on a compris les instituteurs de tutelle (mackallaway et tant d'autres).
Mais il protège son groupe. Qui est champion de France en titre.

De même Loulou Nicollin parle beaucoup (trop), mais au moins sa passion pour son club est réelle (suivez mon regard) et il a compris les bases : aujourd'hui il faut faire comprendre à des joueurs qu'ils sont entièrement responsables d'eux-mêmes (voire que ce sont des "demi-mongoliens", lol).

La saison est très mal partir, la CL un échec, mais je suis toujours très optimiste (Stambouli, Cabella...).
6 11