1. //
  2. // Matchs amicaux
  3. // Slovaquie/République tchèque

C'était la Tchécoslovaquie

La Slovaquie et la République tchèque s'affrontent en amical ce mardi à Žilina. L'occasion de revenir sur l'histoire commune des deux pays entre 1920 et 1993, marquée par deux finales de Coupe du monde et une victoire en championnat d'Europe.

Modififié
18 23
En 73 ans d'histoire, 67 si l'on exclut la parenthèse de la Seconde Guerre mondiale qui a vu la sélection mise en sourdine, l'équipe nationale de Tchécoslovaquie a écrit quelques pages glorieuses. Et un palmarès que plus d'un pays à l'histoire plus pérenne pourraient lui envier. Pour sa première compétition officielle en 1920, les Jeux olympiques d'Anvers, l'équipe de Tchécoslovaquie atteint brillamment la finale sous l'impulsion de l'attaquant du Slavia Prague, Jan Vanik. 7-0 contre la Yougoslavie, 4-0 contre la Norvège, puis 4-1 contre la France en demi-finale. Rien ne semble alors en mesure d'arrêter l'équipe d'Europe centrale, si ce n'est l'arbitre de la finale contre la Belgique, l'Anglais John Lewis.

Hockey et Panenka


Un penalty « généreusement  » accordé, une expulsion sévère et un second but litigieux selon leur point de vue incitent les Tchécoslovaques à quitter le terrain à la 43e minute, en guise de protestation. Résultat, la plus belle équipe du tournoi est disqualifiée et repart à la maison sans la moindre breloque. Consolation pour le capitaine Karel Pešek, il remporte le bronze avec l'équipe tchécoslovaque... de hockey sur glace. Cette première compétition internationale profile bien le côté perdant magnifique qui sied si bien à cette sélection d'Europe centrale : deux finales de Mondial perdues, contre l'Italie en 1934, contre le Brésil en 1962, cette dernière faisant suite à une 3e place à l'Euro 60. Durant son âge d'or, la Tchécoslovaquie parvient néanmoins à décrocher le Graal, à l'Euro 1976 d'abord - où Antonín Panenka a immortalisé sa technique de tir des penalties en finale contre la RFA - et aux Jeux olympiques de Moscou 1980. Une période faste et éphémère, le dernier coup d'éclat de la sélection tchécoslovaque étant son quart de finale du Mondial 90, éliminée par un penalty du cruel Lothar Matthäus.

Les joueurs : Masopust, Nehoda, Panenka et Moravčík


Star du Dukla Prague dans les années 50 et 60, Josef Masopust apparaît comme le plus grand joueur que la Tchécoslovaquie ait enfanté pour la simple et bonne raison qu'il est le seul à avoir remporté un Ballon d'or, en 1962. L'année même où ce milieu de terrain complet a emmené son équipe nationale en finale de la Coupe du monde, pour un match perdu contre le Brésil, malgré son ouverture du score au quart d'heure de jeu. Finaliste du Mondial 1934, Antonín Puč restera quant à lui l'éternel meilleur buteur de l'équipe nationale avec 34 perles en 60 sélections. Son coéquipier de l'époque en attaque, Oldřich Nejedlý, aura été un peu moins prolifique en sélection (29 buts), mais a gagné son droit à la postérité en terminant meilleur buteur de la Coupe du monde italienne (5 buts).

Quant à la génération dorée championne d'Europe 1976, son meilleur ambassadeur restera Zdeněk Nehoda, recordman des sélections en équipe de Tchécoslovaquie et accessoirement joueur de Grenoble de 1984 à 1986. À cette liste non exhaustive, on pourra ajouter Antonín Panenka, sûrement le nom le plus connu du football tchécoslovaque pour son geste fou en finale de l'Euro 1976, ou encore Ľubomír Moravčík, acteur de la dernière grande épopée du football tchécoslovaque durant la Coupe du monde 1990, et symbole de ces footballeurs slovaques qui évoluent désormais sous d'autres couleurs.

République tchèque et Slovaquie depuis 1994, what's up ?


Depuis la partition de la Tchécoslovaquie, les équipes nationales tchèque et slovaque ont partagé des fortunes diverses. La première, sorte de continuité historique, a vu l'émergence de la génération de Pavel Nedvěd lors de l'Euro 1996, avec une finale perdue sur un but en or de l'Allemand Bierhoff. Mais ces bonnes dispositions européennes - demi-finale 2004, quart de finale 2012 - n'ont jamais trouvé d'écho en Coupe du monde, avec une seule qualification en 2006, pour un fiasco dès le premier tour des hommes de Karel Brückner. Des résultats mitigés quand on sait que la République tchèque a vu sortir quelques cadors comme Petr Čech, Pavel Nedvěd, Karel Poborský, Vladimír Šmicer ou encore Tomáš Rosický.

Côté slovaque, la partition a mis du temps avant d'accoucher d'une équipe compétitive. Encore jamais qualifiée pour l'Euro, la Repre a dû attendre 2010 pour disputer sa première grande compétition et valider ses progrès. Lors du Mondial sud-africain, la bande à Marek Hamšík - le meilleur joueur de l'histoire slovaque à ce jour - a même décroché un ticket pour les huitièmes de finale à la faveur d'une victoire d'anthologie contre l'Italie (3-2) au premier tour. Désormais en tête de son groupe de qualification à l'Euro tout comme son voisin tchèque, l'équipe de Jan Kozák compte sur ses piliers tels Martin Škrtel et Ján Ďurica pour disputer le prochain Euro en France.

Le témoignage de l'ancien : Vladimír Šmicer (une sélection avec la Tchécoslovaquie, 80 sélections, 27 buts avec la République tchèque)


« Je me sens tchécoslovaque, car pour moi, nos différences étaient infimes. Après la Révolution de velours, les Slovaques ont voulu partir, et les Tchèques ont accepté. Je considère toujours les Slovaques comme mes amis, mes frères. À Bratislava, je suis chez moi. La séparation en deux équipes nationales n'a pas changé grand-chose pour nous les joueurs, à la différence que les matchs contre la Slovaquie sont désormais des derbys qu'il faut gagner. Ces matchs sont tendus entre supporters plus que sur le terrain, car nous, on aurait préféré rester ensemble, on aurait été plus compétitifs. Aujourd'hui, la sélection de la République tchèque est la continuité de la Tchécoslovaquie, car la séparation vient du peuple slovaque. Mais sans cette séparation, on aurait eu une superbe équipe, car on n'avait pas les mêmes profils de joueurs. Avec les Slovaques, on a fait de belles choses, ils nous manquent. Je pense notamment, qu'avec eux, on aurait gagné l'Euro 1996. Notre situation ressemble à ce qu'il s'est passé pour les pays de l'ex-Yougoslavie. Toutes ces sélections étaient meilleures quand elles étaient réunies... »


Par Nicolas Jucha // Propos de Vladi Smicer recueillis par NJ
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Les historiens du jeu disent que l'équipe de Tchécoslovaquie des années 20-30 est la première équipe artistique et romantique du Football.
Vu que personne parmi nous ne les a vus. On va tenir ça pour parole d'Evangile.
En tous cas la République Tchèque en 2004 était incroyablement talentueuse.
Karel Bruckner au cours des matches et au gré des changements pouvait faire jouer 6 à 7 joueurs à vocation offensive ou créatrice. Du jamais vu depuis le Brésil de 82 !
En encore merci pour République Tchèque vs Pays Bas de l'Euro 2004 qui reste tout en haut de mon panthéon des plus beaux matchs jamais vus.
zinczinc78 Niveau : CFA
Note : 1
Message posté par aerton
Les historiens du jeu disent que l'équipe de Tchécoslovaquie des années 20-30 est la première équipe artistique et romantique du Football.
Vu que personne parmi nous ne les a vus. On va tenir ça pour parole d'Evangile.
En tous cas la République Tchèque en 2004 était incroyablement talentueuse.
Karel Bruckner au cours des matches et au gré des changements pouvait faire jouer 6 à 7 joueurs à vocation offensive ou créatrice. Du jamais vu depuis le Brésil de 82 !
En encore merci pour République Tchèque vs Pays Bas de l'Euro 2004 qui reste tout en haut de mon panthéon des plus beaux matchs jamais vus.


La république Tchèque qui m'a le plus marqué, c'est la première qu'on ait jouée en 94.. On en prend 2 en 2 minutes puis Zizou est apparu
fcsmchampionsleague Niveau : District
cette fin d'article me donne l'envie de faire un 11 "yougo"



----------------Begovic--------------
Ivanović---Tomović---Spahić---Kolarov
-------Rakitić---Modrić---Matić------
-----------------Pjanić--------------
--------Mandžukić------Džeko---------

Les lateraux montent, jeu direct


Je me demande ce que ca donnerait...
Vous auriez mis qui?
leopold-saroyan Niveau : Ligue 1
Note : 3
Je valide pour ce match face aux pays bas qui figure dans mon top 10 des matchs de légende. Arrêts incroyables de Cech, frappe de 35 mètres de Nedved sur la barre sans oublier ce but fantastique : centre de Nedved, remise poitrine de Koller et reprise de volée surpuissante de Baros. Inoubliable.
>> https://www.youtube.com/watch?v=ELhE0t2CfnE

Comme le disait justement Smicer sans la scission des 2 pays la Tchéco aurait pu avoir des équipes démentes. Imaginer l'équipe de l'euro 2004 avec par dessus le marché les meilleurs éléments slovaques, bonjour la dream team..

Ou ne serait-ce que la fusion des 2 équipes actuelles premières respectives de leur groupe pour l'euro 2016..quel effectif bandant ça pourrait faire..pff
 //  21:16  //  Passionné de l'Ukraine
Note : 2
La Slovaquie qui a donné naissance à mon premier amour de football "Ľubomír Moravčík", après je n'ai vraiment aucun souvenir du joueur en lui même, juste de la vénération que je lui portait étant gamin (5-6ans).

Mais ce joueur avait quand même des valeurs et des principes il a refusé de rejoindre l'OM en 92 pour rester à Saint-Etienne car c'est ce club qu'il l'avait fait venir en France et l'avait révélé aux yeux du grand public, et apparemment il a laissé un bon souvenir aux fans du Celtics.
Message posté par leopold-saroyan
Je valide pour ce match face aux pays bas qui figure dans mon top 10 des matchs de légende. Arrêts incroyables de Cech, frappe de 35 mètres de Nedved sur la barre sans oublier ce but fantastique : centre de Nedved, remise poitrine de Koller et reprise de volée surpuissante de Baros. Inoubliable.
>> https://www.youtube.com/watch?v=ELhE0t2CfnE

Comme le disait justement Smicer sans la scission des 2 pays la Tchéco aurait pu avoir des équipes démentes. Imaginer l'équipe de l'euro 2004 avec par dessus le marché les meilleurs éléments slovaques, bonjour la dream team..

Ou ne serait-ce que la fusion des 2 équipes actuelles premières respectives de leur groupe pour l'euro 2016..quel effectif bandant ça pourrait faire..pff


Cette frappe j'y pense dès qu'on me parle de Nedved....
Le match est d'une qualité technique inouie, en y rajoutant la vitesse du jeu et le retournement de situation on là l'essence même du football.
Le nombre de tirs cadrés est hallucinant (je me demande s'il n' y en pas plus de 30!).Van Der Sar et Cech, malgré les buts encaissés, font un match de dingue
sinon on aurait un score de tie break 8/9 !
Et dire que j'ai failli ne pas regarder ce match; c'est un orage qui m'a fait rester chez moi.
on a là l'essence même du foot.
vennegoor of hesselink Niveau : District
Message posté par fcsmchampionsleague
cette fin d'article me donne l'envie de faire un 11 "yougo"



----------------Begovic--------------
Ivanović---Tomović---Spahić---Kolarov
-------Rakitić---Modrić---Matić------
-----------------Pjanić--------------
--------Mandžukić------Džeko---------

Les lateraux montent, jeu direct


Je me demande ce que ca donnerait...
Vous auriez mis qui?


J'en parlais l'autre jour avec un pote.... si la yougo avait pas éclatée, ils auraient certainement gagné un euro ou une CDM.
j'y suis giresse Niveau : Ligue 1
Note : 1
L'équipe tchèque en 2004... J'ai soulé tout mon bahut pendant un an avant l'euro et il a fallu que Nedved soit le joueur parmi les plus malchanceux d'europe.

Je me souviens d'une démonstration qu'ils avaient mis au stade de France en 2003 je crois. Eux, ils m'ont vraiment envoyé du kiff
Ah cette Tchécoslovaquie Championne d'Europe 76 : éliminer les Pays-Bas de Cruyff puis battre aux t.a.b l'équipe allemande Championnne du monde en titre avec des joueurs tels que Beckenbauer ou Maier ; tout simplement Impressionnant ! tout comme Ondrus leur capitaine impérial, lui aussi passé en fin de carrière par la D2 française dans les années 80
Cette Rep Tchèque et l'Argentine, avec un Saviola intenable, sont les 2 nations qui m'ont le plus impressionné face à l EDF au Stade de France. L'écart technique était impressionnant
Here it's Cape Town Niveau : DHR
Message posté par vennegoor of hesselink


J'en parlais l'autre jour avec un pote.... si la yougo avait pas éclatée, ils auraient certainement gagné un euro ou une CDM.


A mon avis, l'Euro 92 était pour eux clairement, l'équipe championne du monde des moins de 20ans en 87 + ceux déjà en place avec les Savicevic, Prosinecki, Mijatovic,Pancev, Stojkovic,Jugovic, Mihajlovic sans oublier les Hadzibegic et Bazdarevic... l'équipe fait mal à la tête
Josef Bican !!!
Question idiote, qui a gardé le trophée de l'Euro 76 ?
Si tchèques et slovaques étaient restés ensemble, cela n'aurait rien donné de plus. Idem pour la Yougoslavie ou l'URSS.

Je vous rappelle que ces gens ont été réunis pendant des décennies.

Vous fantasmez, les mecs.
Message posté par fcsmchampionsleague
cette fin d'article me donne l'envie de faire un 11 "yougo"



----------------Begovic--------------
Ivanović---Tomović---Spahić---Kolarov
-------Rakitić---Modrić---Matić------
-----------------Pjanić--------------
--------Mandžukić------Džeko---------

Les lateraux montent, jeu direct


Je me demande ce que ca donnerait...
Vous auriez mis qui?


Je préfère Subasic et Kovacic au lieu de Begovic et Pjanic. Mais ça reste loin en terme de qualité à la dream team qui aurait pu voir le jour lorsque la guerre a éclaté.
Message posté par Here it's Cape Town


A mon avis, l'Euro 92 était pour eux clairement, l'équipe championne du monde des moins de 20ans en 87 + ceux déjà en place avec les Savicevic, Prosinecki, Mijatovic,Pancev, Stojkovic,Jugovic, Mihajlovic sans oublier les Hadzibegic et Bazdarevic... l'équipe fait mal à la tête


Oui et non. Cette génération, la plus forte qu'ait connu ce pays, était composée de l'ossature de l'Etoile Rouge championne d'Europe 1991 + ceux qui jouaient en Croatie (Boban et Suker).
Sur le papier, ils auraient pu former une équipe monstrueuse mais... comme l'a ensuite expliqué Boban, il y avait déjà des dissensions ethniques au sein de cette équipe et ils ne donnaient pas tout. Donc vraiment pas sûr pour l'Euro 92 (le seul truc certain c'est que le Danemark ne l'aurait pas gagné!).
J'irai même plus loin en disant qu'ils n'auraient jamais accroché la 3ème place de la Croatie en 98 (avec un effectif pourtant moins fourni), car les Croates avaient la motivation qui manquait justement à cette sélection Yougoslave pour aller au bout.
Message posté par KoopRaï
Question idiote, qui a gardé le trophée de l'Euro 76 ?


L'UEFA?
georgesleserpent Niveau : Loisir
Mario

Oui et non, tu as pas tort sur le fait que c'est un peu du fantasme et que ces sélections n'ont finalement pas fait grand chose, mais la Yougoslavie du début des années 90 était pour moi une des toutes meilleurs générations qu'on ait vu en Europe.

Rappelle toi de la CDM 90, au cours de laquelle ils éliminent l'Espagne et se font éliminer au TAB en quart face au futur finaliste (l'argentine), match qu'ils auraient d'ailleurs très largement pu gagner avec plus d'efficacité, tant Stojkovic était étincelant ce jour là et avait distribué de très nombreux caviars à ses potes qui ont vendangé à mort.

Donc je me dit que l'Euro 92 et la CDM 94 auraient pu être à leur portée, puisqu'en plus du monstre absolu Stojkovic (qui, à mon avis, était à l'époque pas loin d'avoir le niveau pour gagner une compétition à lui tout seul en mode Maradona 86 ou Baggio 94) et de l'éclosion d'autres monstres tels Savisevic, Prosinecki et autres Mijatovic pour ne citer qu'eux, ils auraient pu faire un très sérieux candidat au titre.

Maintenant c'est clair que ça reste du domaine du fantasme et que le papier a jamais fait gagner une compet.
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Message posté par georgesleserpent

Donc je me dit que l'Euro 92 et la CDM 94 auraient pu être à leur portée, puisqu'en plus du monstre absolu Stojkovic (qui, à mon avis, était à l'époque pas loin d'avoir le niveau pour gagner une compétition à lui tout seul en mode Maradona 86 ou Baggio 94) et de l'éclosion d'autres monstres tels Savisevic, Prosinecki et autres Mijatovic pour ne citer qu'eux, ils auraient pu faire un très sérieux candidat au titre.



J'étais amoureux de l'Italie en 94 et comme il y a eu d'autres articles où tu as réagi comme celui sur Italie Bulgarie, je trouve que tu as tendance à idolâtrer Baggio au delà de ce qu'il a fait et à te lire, on a l'impression qu'il était la star d'une équipe moyenne.

Sans le retour de Baresi en finale ou plusieurs interventions de Maldini, je vois mal comment la cage aurait pu rester vierge face au Brésil. Albertini était au sommet de sa carrière.

Bref, j'étais fan de Baggio à 13-14 ans, j'ai jamais cru une seconde qu'il était le meilleur joueur du monde, trop fragile.

Mais évidemment tu as le droit de le penser, de même que les jurés du Ballon d'Or.

Les Yougoslaves de 87-92 je suis on ne peut plus d'accord avec toi. Celui qui dit "ils auraient sûrement gagné quelque chose" ne doit pas connaitre l'histoire de cette sélection ("les éternels sous-performeurs"), mais à cette époque la sélection a eu quelque chose en plus, et peut être même plus de cohésion, face à la montée des nationalistes, pour prouver au monde qu'ils étaient amis.


par contre arrête un peu avec les joueurs qui gagnent tout seul, déjà Baggio a perdu (en équipe), et quelque chose me dit que tu considères que ce n'est pas du tout de sa faute (alors que le mérite lui revient d'aller en finale...)
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
18 23