Italie - Serie A - 13e journée

Par Eric Maggiori

C'est quoi cette Serie A à 34 buts par journée ?

Souvent défini (à tort) comme un championnat fermé où règne le célèbre « catenaccio », la Serie A 2012/13 est en train de régaler. Depuis quelques semaines, plus de 30 buts sont marqués à chaque journée. Des explications ?

Note
18 votes
18 votes pour une note moyenne de 4.81/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note


Oui, Diego, l'Inter en a bien pris 3 à Bergame
Oui, Diego, l'Inter en a bien pris 3 à Bergame
34 buts ce week-end. 34 la semaine précédente. 33, encore, la journée d’avant. Une moyenne de 33,6 buts inscrits sur les trois dernières journées : personne n’a fait mieux en Europe sur la même période, même pas la traditionnelle Bundesliga, qui en a marqué 26,3, ni la prolifique Liga (31,3) ou la « spectaculaire » Premier League (24). Bah, c’est bizarre, ça. L’Italie n’est pas censée être le pays du catenaccio, avec des équipes ultra-défensives qui préfèrent jouer le 0-0 plutôt que d’aller chercher les trois points au risque de perdre ? Visiblement, non. On marque des buts en Italie. Beaucoup de buts, même. Et le fait que la moyenne de buts se soit stabilisée à 34 buts depuis quelques semaines n’est pas le fruit du hasard. De fait, il y a de plus en plus de coachs portés vers l’offensive en Serie A, et le 3-5-2 est devenu le système de jeu en vogue de l'autre côté des Alpes. Autant dire que les apôtres du football défensif se comptent désormais sur les doigts d’une main. Et ce n’est pas plus mal pour le spectacle.

Des entraîneurs qui osent attaquer

Conte, Mazzarri, Stramaccioni, Zeman, Montella, Petković, Stroppa… Voilà des entraîneurs qui aiment voir des buts. On a pu le voir lors de la dernière journée, notamment, lors du Pescara-Juventus. Deux équipes qui se sont affrontées avec l’envie de marquer des buts. La Juve a rapidement mené au score, mais Pescara a continué d’attaquer. Du coup, le match a vite tourné à la démonstration. Pescara aurait pu verrouiller, et se dire que perdre 3-1 contre le champion d’Italie, ce n’est pas si mal. Mais non. Giovanni Stroppa, qui a peut-être appris de son prédécesseur Zeman, a continué à inciter ses troupes, qui se sont créés des occasions, certes, mais qui ont finalement perdu 6-1. Même discours pour Zeman, dont on ne présente plus les méthodes. Cette saison, la Roma a disputé 11 matchs, a marqué 25 buts et en a encaissé 23. Ce qui veut donc dire que les tifosi giallorossi ont eu droit à une moyenne de 4,3 buts par match. C’est évidemment la plus haute moyenne en Italie. Mais Zeman n’est pas le seul à vouloir oser sur le plan offensif. Andrea Stramaccioni, le coach de l’Inter, est parvenu à briser l’invincibilité de la Juve en allant jouer à Turin avec trois attaquants, là où la plupart des autres équipes auraient surtout tenté de barricader derrière. Joli.

Une philosophie retrouvée chez Vincenzo Montella ou encore chez Vladimir Petković, le nouveau coach de la Lazio, qui, en arrivant à Rome, a tout de suite affirmé ses intentions. « Je veux imposer un jeu offensif, pour que les supporters se divertissent. Mon credo, c’est que la meilleure défense, c’est l’attaque », assurait-il. À croire que les mentalités ont bel et bien évolué. Autre preuve : les défenses, qui étaient autrefois le point fort des équipes italiennes, sont aujourd’hui pointées du doigt. En particulier, celle de la Roma (qui n’avait pas encaissé autant de buts depuis 62 ans) et du Milan AC. Les Rossoneri ont déjà encaissé 16 buts et ont parfois fait preuve d’absences incroyables, comme face à la Lazio (le but de Klose, seul dans la surface) ou la Fiorentina (Mexès qui laisse Borja Valero se balader dans les 16m50). Peut-être aussi qu’il n’y a plus d’immense défenseur à la Maldini ou Cannavaro dans les équipes italiennes... À l’inverse, de plus en plus de jeunes attaquants émergent des centres de formation (El Shaarawy, Insigne, Immobile, Caprari, De Luca). Forcément, cela peut avoir son influence.

La mort du 0-0

Est-ce dû au fait que les entraîneurs de Serie A sont de plus en plus jeunes ? Peut-être. Entre Strama, Montella, Ferrara, Donadoni et Stroppa, on tient là des techniciens qui étaient encore sur les pelouses il y a quelques années et qui ont forcément, en eux, une envie d’apporter une touche de fraîcheur au football italien. Un football italien en pleine mutation, toujours chamboulé par les histoires de Calcioscommesse, et qui, du coup, a envie de régaler sur les pelouses. Peut-être inconsciemment. Le discours du football porté vers l’offensive correspond aussi à la philosophie du sélectionneur national, Cesare Prandelli. Pendant l’Euro 2012, tous les observateurs se sont extasiés devant les prestations de la Squadra. Pas forcément une machine à empiler les buts (6 pions inscrits en 6 matchs), mais l’envie d’aller de l’avant et de ne jamais jouer le 0-0. Contrairement aux amis anglais, par exemple.

Le 0-0, tiens. L’an passé, lors de la 7e journée de Serie A, un record négatif avait été battu, avec cinq matchs nuls 0-0 en dix rencontres. À titre comparatif, au bout de 12 journées, le « score-nul-et-vierge » était sorti 18 fois du chapeau, contre 9 fois, seulement, cette saison. La moitié, donc. Même le Chievo, le roi du 0-0 emmerdant lors des dernières saisons, se met à marquer et à encaisser des buts (moyenne de 3 buts par match lors des rencontres du Chievo cette saison). C’est dire. Enfin, dernier facteur, certains buteurs sont en forme. Lors des dernières journées, Cavani, El Shaarawy, Milito, Klose, Di Natale, Palacio et Quagliarella ont tous scoré. La Serie A a peut-être perdu de sa superbe par rapport à ce qu’elle était il y a une dizaine d’années, mais cette saison, elle semble très bien partie pour offrir du spectacle, des buts et du suspense à chaque journée. Comme on dit : pourvu que ça dure, hein !


AS Roma les billets pour le prochain match à partir 145 €

Par Eric Maggiori

Parier sur les matchs de AS Roma

 








Votre compte sur SOFOOT.com

18 réactions;
Poster un commentaire

  • Message posté par Calmos le 15/11/2012 à 10:28
      Note : 1 

    Bon article, comme d'hab, mais une petite remarque cependant:
    En fonction des joueurs alignés, le 3-5-2 ça peut être un schéma très offensif... ou très défensif !

  • Message posté par LeJusticier le 15/11/2012 à 11:16
      

    Tout est dit... Heureusement Nancy est toujours là pour faire vibrer les mordus de football fébrile!

  • Message posté par damase le 15/11/2012 à 11:22
      

    Tout à fait d'accord avec Calmos, un système n'est pas offensif ou défensif, c'est l'animation du système qui détermine si l'équipe joue défensivement ou offensivement.

    Plus de buts, certainement, mais il y a d'autres explications. Déjà, le retour de Zeman, comme dit dans l'article, la moyenne de but pris et marqués par la roma est élevée. Après, il y a un faible Pescara (qui prend de temps en temps une valise). Il y a aussi un changement de mentalité...pour l'instant! Quand la lutte contre la relégation se fera plus pressante, je me demande quelles équipes joueront encore offensivement.

    MAIS, il faut aussi rajouter que si on faisait un moyenne des buts en première mi-temps et de ceux en deuxième, on verrait qu'il y a très peu de buts marqués en première mi-temps.

  • Message posté par declaubianco le 15/11/2012 à 11:31
      

    Excellent article, je mettrai bien une pièce sur le petit Quintero comme futur grand en Serie A .
    Aujourd'hui en Italie, on a la juve qui est largement au-dessus et une "meute" de très bonnes équipes en embuscade( inter,lazio,fio,roma,napoli).Des entraineurs jeunes avec un football porté vers l'offensive.
    Pour moi, la SERIE A est le championnat le plus plaisant à regarder.

  • Message posté par Jack Facial le 15/11/2012 à 11:33
      

    Ah, Telefoot m'aurait menti en fait ?

  • Message posté par IlPrincipe le 15/11/2012 à 11:39
      

    Cela vient aussi d'un changement dans la formation italienne. Comme le fait d'ailleurs remarquer Nesta dans le dernier So Foot, beaucoup de jeunes attaquants émergent en Italie (Insigne, Immobile, El Shaarawy...).

    Par contre, les jeunes défenseurs se font très rares. Le dernier à avoir été présenté comme un tout grand, c'est Ranocchia et, même s'il est meilleur depuis le début de saison (sans doute dû au passage à trois derrière), c'est quand même encore loin d'être le nouveau Nesta ou Maldini...

    Costacurta disait récemment que la défense à trois était de plus en plus répandue parce que les défenseurs n'étaient plus assez bons pour ne jouer qu'à deux dans l'axe. En y réfléchissant, il n'a peut-être pas tort...

  • Message posté par Roma51 le 15/11/2012 à 11:53
      

    Un article que je vais partager sur le mur de pas mal de potes qui me les casseent avec leurs remarques toutes faites depuis une dizaine d'années...

    Merci SF!

  • Message posté par Trap le 15/11/2012 à 12:09
      

    Les derniers très grands défenseurs avaient été formés à l'époque de l'individuelle et/ou des stoppeurs purs et durs. Il y avait là une véritable école technique et un savoir faire qui se sont purement et simplement perdus.

    Autrement bien d'accord avec Calmos à qui je n'ai pas pu mettre +1 b....l !

  • Message posté par Lebowski-The BIG one- le 15/11/2012 à 14:36
      

    Une chose est sure: le 3-5-2 va etre adopté par le "reste du monde" pour une décennie à venir.
    Un championnat qui surgit de nullepart alors qu'on l'a jugé de mort.
    Certes il y'a de grandes faiblesses aussi, mais les italiens trouveront toujours un moyen pour s'en sortir.
    L'italie est -et restera- le berceau du foot!!

  • Message posté par FootAddicted le 15/11/2012 à 14:49
      

    Damase, je suis d'accord avec ton analyse. Si tu pouvais nous sortir le nombre moyen de buts marqués par mi-temps, ça serait encore mieux ;)

  • Message posté par jugnaldo le 15/11/2012 à 14:55
      

    bon article , mais qui a une petite dizaine d années de retard. ca fait un bon moment qu la serie A regale et affole les compteurs buts

  • Message posté par FootAddicted le 15/11/2012 à 16:41
      

    Voici le classement des 5 plus gros championnats europeens selon le critère du nombre moyen de buts sur les 5 dernières saisons, càd de 2007-2008 à 2011-2012. (source :sites officiels des championnats)

    1- Allemagne : 2.87 buts/match.
    2- Espagne : 2.76 (je serais curieux de savoir la moyenne hors Barça et le Real qui ont claqué 114 et 121 buts la saison dernière par exemple).
    3- Angleterre : 2.70
    4- Italie : 2.57
    5-France : 2.36

    Pour la saison actuelle, le classement est le suivant (après 11 ou 12 journées selon les championnats, càd grosso modo après l'écoulement du tiers de la saison, ce qui permet d'avoir une idée)

    1- Espagne : 2.94
    2- Allemagne : 2.91
    3- Angleterre : 2.82
    4- France : 2.70
    5- Italie : 2.67


    Quelques conclusions s'imposent :
    - En Espagne, Angleterre et Allemagne, on marque toujours autant de buts, si ce n'est légèrement plus que les 5 dernières années.
    - On marque un peu plus en Italie cette saison, mais l'écart par rapport aux 3 championnats cités ci-dessus reste pratiquement le même (à savoir 0.2-0.3 but/match, ce qui fait 2 à 3 buts par journée).
    - La ligue 1 est vraiment prolifique cette année (2.7 buts par match contre une moyenne de 2.36 les 5 dernières saisons).

    Donc, oui on marque un peu plus en Italie cette saison mais il reste le 5ème parmi les plus gros...

  • Message posté par Puccino le 15/11/2012 à 17:45
      

    Sympa l'article.

    Petite correction : "Strama ... encore sur les pelouses il y a quelques années", non..

  • Message posté par Dilaw le 15/11/2012 à 18:31
      

    Pour moi, le 3-5-2 c'est juste une 5-3-2 déguisé...

  • Message posté par vinnyroma le 15/11/2012 à 19:58
      

    le problème c'est qu'on pouvait déjà dire la même chose il y a 5 ans, il y a 10 ans, il y a 20 ans...c'est que depuis le début des années 90, il y a beaucoup de buts en Italie.

  • Message posté par EternaJuve le 16/11/2012 à 08:35
      

    à Foot Addicted

    Désolé mon ami de venir détruire ton bel argumentaire, chiffré qui plus est. Cependant tes stats, du moins celles provenant du site SoccerStats, ne sont pas à jour, et sont les mêmes depuis maintenant 3 saisons. Leurs autres stats le sont pourtant.i

  • Message posté par Lothaire le 17/11/2012 à 00:53
      

    "Même le Chievo, le roi du 0-0 emmerdant lors des dernières saisons, se met à marquer et à encaisser des buts"

    J'ai ri.

  • Message posté par europa le 17/11/2012 à 18:00
      

    Première journée du championnat d'italie, saison 1982-1983 qui a suivi le mondial victorieux en espagne; ouverture de la page "buts étrangers" à stade 2; je me souviens encore de robert chapatte, commentant le fait que le "catenaccio" était mort en italie, car on y avait inscrit 33 buts ce dimanche-là. Cela se passait il y 30 ans, et tous les ans, toutes les semaines, j'ai pourtant souvent constaté la même rengaine dans la bouche de la plupart des journalistes français qui, pour analyser une journée de série a qui comptait à l'époque la majorité des plus grands joueurs mondiaux, ne s'attardaient que sur le nombre de buts dominicaux marqués en italie, sans évoquer les différentes tactiques proposées par la roma, la juve ou le milan...Seuls le nombre de buts inscrits et le fait que platini ait bien joué ou pas avec son nouveau club turinois, étaient tenus en compte; ce qui faisait, et a fait durant de nombreuses années, des téléspectateurs français, des "ignares" du football italien, avec des préjugés perpétuels, des infos tronquées et des à-priori qu'ils ne pouvaient confirmer ou pas que, lors des rares confrontations européennes opposant les clubs des deux pays ou, lors des différents coupes du monde. le "calcio" a toujours été "maladroitement" présenté par les médias français depuis des lustres, volontairement ou pas, cela est un autre débat!


18 réactions :
Poster un commentaire