Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options

C'est quoi ces tacles assassins en Argentine ?

On connaissait le petit pont, le dribble et autres prouesses techniques des gamins venus des potreros argentins. Désormais, dans le football local, il reste surtout les patadas, les attentats, dont le dernier en date, un immonde tacle par derrière lors d'un match amical, a fait le tour de la toile. Explications.

Modififié
De quoi parle-t-on en Argentine depuis le week-end dernier ? De ce chef-d'œuvre, à montrer dans toutes les boucheries du pays - et elles ne manquent pas. Un charcutage aussi précis que violent. C'est l'été dans l'hémisphère sud, alors le centre du football argentin se déplace de Buenos Aires à Mar del Plata, station balnéaire de la côte Atlantique qui fait le plein au mois de janvier. Deux semaines, neuf matchs, dont un maximum de Clásicos. Histoire de rentabiliser la pré-saison. Samedi dernier, au stade José-Minella, Boca Juniors affronte donc le Racing de Diego Milito, dernier champion en date. Un premier match de préparation pour la bande du Basque Arruabarrena, à la quête d'un renouveau après des championnats peu glorieux, le départ des idoles (Bianchi et Riquelme) et des affronts à répétition face à l'ennemi millonario (défaite à la Bombonera en championnat et élimination en demi-finale de Sudamericana, notamment). Problème, la rencontre a duré à peine une demi-heure. En grosse difficulté derrière, Boca est déjà mené 2-1 quand ses joueurs sont devenus fous. La victime : Ricky Centurion, un ailier technique, un poil provocateur et souvent simulateur. À la 24e minute de jeu, Erbes se venge d'un petit pont avec un coup de coude dans la face. Rouge direct. Quatre minutes plus tard, c'est l'heure de l'attentat de Marin : un énorme tacle derrière le genou. Boca jouera une heure à 9, pour une défaite 4-1.

Vidéo

« On se bagarre, mais on ne joue plus »


Le lendemain, sur les réseaux sociaux, un peu d'humour : Yo Soy Centurion, Je suis centurion, apparaît un peu partout. Le bonhomme s'en est sorti avec un simple hématome. « Je l'ai senti arriver très fort, donc j'ai légèrement sauté avant l'impact, ce qui a allégé le choc. Ça faisait longtemps que je ne m'étais pas fait découper comme ça » , sourit-il. Soulagement, et interrogation : comment deux professionnels, évoluant dans le club le plus populaire et médiatique du pays, peuvent-ils réagir comme des voyous à un petit pont et quelques passements de jambe, tronquant complètement la préparation de leur équipe ? Une réponse : c'est ce qu'est devenu le foot argentin, dans lequel le tacle en retard est devenu le geste technique numéro un. Observateurs et supporters sont presque tous d'accord là-dessus. Derrière la passion et l'engagement se cache la pauvreté technique. Selon Carlos Bianchi, aujourd'hui en Argentine, « on se bagarre, mais on ne joue plus » .

Gerardo Martino, lui, parle de « football hystérique » . Il y a peu, Tomas Carlovich, El Trinche, une légende du football à Rosario (Pékerman, Bielsa et Menotti ne rataient jamais un de ses matchs), nous racontait qu'à son époque (70's/80's), les équipes argentines possédaient « sept ou huit joueurs de bons pieds. Depuis plusieurs années, si elles en ont un, c'est déjà pas mal. » Les causes sont connues : l'arrêt Bosman, l'émigration massive des joueurs talentueux (parfois avant même de débuter en première division), la disparition progressive des potreros, le déclin économique des clubs, tous lourdement endettés. Résultat : à quelques exceptions près, les effectifs des clubs professionnels argentins se composent de joueurs de seconde zone et de revenants sur le déclin. Y compris à Boca, club le plus puissant du pays.

La culture de l'aguante


Ne reste alors qu'une seule arme aux joueurs dont l'Europe, le Brésil, le Mexique et le Moyen-Orient n'ont pas voulu : los huevos. Les couilles. N'ayant plus droit au jeu au sol, au toque de Bochini ou à la gambeta d'Ortega, les supporters exigent de ceux qui portent leur maillot d'être irréprochables sur le pré. « Regardez dans les stades. Les gens applaudissent quand leur équipe aligne deux passes ou quand l'un des leurs démonte un adversaire » , constate Juan Barbas, mondialiste avec l'Albiceleste en 1982 et passé par les meilleurs centres de formation du pays depuis. La culture footballistique locale tourne autour du concept de l'aguante, que Diego Murzi, sociologue et membre de l'asso Salvemos al futbol ( « Sauvons le football » ), définit comme « être plus fort, plus résistant, plus courageux que le rival » .

En tribunes, dans les chants, les affrontements, l'aguante est une obsession. Les joueurs doivent suivre sur le terrain. L'idée de « marcher sur l'adversaire  » est passée du sens figuré au sens propre. On peut ne pas savoir cadrer une frappe, mais pas lever le pied, au risque de passer dans la catégorie des pecho frio ( « torse froid » ), ces joueurs (Lucho González et Pastore, par exemple) qui n'ont pas le sang assez chaud au goût des supporters. Hormis quelques exceptions (le Newell's de Martino il y a deux ans, le San Lorenzo de Pizzi, puis Bauza, par moments le River de Gallardo), le football argentin ressemble davantage à un combat de gladiateurs qu'à un jeu de ballon. Ce n'est pas Ricky Centurion qui dira le contraire.

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall
Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier