1. //
  2. // Réflexion

C'est quoi ce bordel avec les quintuplés ?

Cristiano Ronaldo, Lewandowski, Agüero... En un mois, ils sont trois à avoir marqué cinq buts au cours du même match. Le quintuplé est-il en train de se normaliser ?

Modififié
2k 23
Au commencement était le hat-trick, ou coup du chapeau. Un terme venu du cricket, désignant en football la performance exceptionnelle d'avoir inscrit trois buts au cours du même match. Popularisé par le triplé de Geoffrey Hurst en finale du Mondial 1966, le terme draine avec lui la rareté de l'exploit. Seulement voilà, depuis un mois, l'on a vu par trois fois les compteurs s'affoler. Ce n'est pas le spectacle de trois, pas quatre, mais bien cinq buts inscrits au cours du même match que l'on a vu trois fois au cours des trente derniers jours. D'abord par Cristiano Ronaldo face à un Espanyol Barcelone atomisé, puis Lewandowski, en 9 minutes, face à un Wolfsburg médusé, et enfin Agüero, le week-end dernier, face à des Magpies pulvérisés. Évidemment, les trois joueurs concernés ne sortent pas de nulle part. L'extraterrestre Ronaldo a révolutionné, avec Messi, la notion de buts marqués au cours d'une seule saison. Quand Henry, Van Nistelrooy, Raúl ou Ronaldo - le Brésilien - approchaient des quarante buts inscrits par saison, le Portugais, lui, va chercher dans la soixantaine. Un monstre. Ce n'est donc pas une surprise que ce soit lui qui soit auteur de cette performance exceptionnelle. Tout comme Lewandowski ou Agüero, tous deux considérés unanimement comme deux des meilleurs attaquants actuels.

Un rythme accéléré depuis 2000


Non, ce qui étonne, c'est la fréquence, anormale, de l'exploit. Si, l'an passé, Carlos Eduardo, avec l'OGC Nice, avait flambé face à Guingamp, celui-ci faisait figure d'étoile filante. Avant cela, nous avions pu assister à un quintuplé de Klose face à Bologne en mai 2013 ou de Falcao face à La Corogne lors de la même saison. Deux attaquants d'exception de nouveau. Encore avant, on trouve la trace de Jermain Defoe ou de Dimitar Berbatov en Angleterre, ou de Fernando Morientes avec le Real Madrid face à Las Palmas lors de la saison 2001-2002. En Allemagne, le quintuplé est bien plus commun puisque, dans l'histoire de la Bundesliga, ils sont 13 à avoir réussi l'exploit, dont quatre fois pour le seul Gerd Müller. Mais voilà, si un quintuplé ne peut, par essence, se prévoir, et s'il semble être le fruit d'un état de grâce portant aux nues un attaquant de talent, une question mérite d'être posée : doit-on s'attendre à voir des quintuplés plus régulièrement ?

Des clubs tout-puissants


Face à Wolfsburg, Lewandowski devait batailler avec une défense Rodríguez-Naldo-Dante-Träsch et Diego Benaglio dans les bois. Que des joueurs internationaux. Une situation similaire pour Agüero, qui, hormis le jeune Mbabu, avait face à lui Coloccini, Mbemba, Janmaat et Krul au goal. Pas des peintres. Alors, doit-on se demander si le niveau global des attaquants a augmenté et que, du coup, les meilleurs sont capables de marquer cinq buts plus régulièrement ? Ou si le niveau global des défenseurs a baissé ? Un peu facile. Voire farfelu. Non, le point commun de Ronaldo, Lewandowski et Agüero, au-delà de leur talent devant le but, est qu'ils ont tous derrière eux une équipe rassemblant les plus grands talents de la planète, à tous les postes. Si les trois ont réussi à marquer cinq buts, c'est aussi que durant ce laps de temps, leur équipe asphyxie l'adversaire dans sa moitié de terrain, tant la différence de niveau technique global est abyssale entre les deux camps.

Cinq buts, voire plus ?


Devant, les buteurs sont assistés par Silva, De Bruyne, Götze, Müller, Benzema, ce qui se fait de mieux dans l'expression du jeu, dans la recherche de décalages permanents, et tout simplement dans le jeu offensif. Si le PSG est souvent pris en exemple en France, force est de constater que l'écart de niveau entre les huit clubs les plus puissants d'Europe et le reste s'applique aujourd'hui à tous les championnats. Alors bien sûr, il n'est pas question de voir des quintuplés tous les week-ends, ou de minimiser l'exploit, mais cet écart qui ne cesse de croître favorise grandement les scores fleuves et, donc, la récurrence de ce genre d'exploits individuels chez les attaquants. Pas question pour autant de bouder son plaisir. Mais l'on attend de voir la même performance, en quarts de finale de Ligue des champions, entre deux géants d'Europe. Lewandowski s'était essayé au quadruplé contre le Real Madrid en demi-finale aller de Ligue des champions. Alors, cap' ou pas cap' ?

Par Paul Piquard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Good Kompany Niveau : DHR
et 5.
Voilà.
Moi aussi ai eu mon quintuplé!
Bien joué! Et tout ça en moins d'une minute!
Lewandowsky peut aller se rhabiller!
Concernant Ronaldo ( même si son niveau semble baisser), je ne serais pas étonné qu'il marque 6 buts voire 7 buts dans un même match car pour lui, c'est le graal absolu, il pourra se convaincre qu'il est le meilleur joueur de tous les temps grâce à cette performance.
Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
Qu'est-ce que ça a de si impressionnant les quintuplés ? Ce n'est rien a côté des OCTUPLÉS que Monsieur Lassana Diarra mettra a toutes les rencontres de l'Euro deux-mille seize,du match d'ouverture jusque à la finale.Le tout avec un bandeau obstruant sa vue et les mains ligotées derrière le dos,bien entendu.
Pour les quintuplés, même si ça fait cliché, il ne faut pas oublier que Lawandoski et le Kun sont des attaquants de "métier", contrairement à Messi et Ronaldo
ruudvannistelrooy Niveau : DHR
C'est bien beau de mettre des quintuplés, mais l'important c'est les 3 points !
PenoIndirect Niveau : Loisir
Le meilleur c'est celui qui mettra un décuplé !
PenoIndirect Niveau : Loisir
C'est un drame de l'insémination artificielle ....
Le meilleur sera celui qui mettra une déculotté en string Bob l'éponge.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Quand on dit quintuplé, je pense direct à celui de Salenko contre le Cameroun. Y a pas dû en avoir 50 en CDM d'ailleurs...
Le plus fort avec Morientes contre Las Palmas en 2002, c'est qu'il aurait dû en mettre 6 s'il n'avait pas raté un penalty ... Messi en avait mis 5 en ligue des champions face à Leverkusen si je m'en souviens bien.

Faut quand même avouer que l'écart entre les gros clubs riches possédant un sureffectif et "les autres" commence à être préoccupant. Ce qui m'amène à une autre réflexion: la multiplication des clubs issus des meilleurs pays européens réalisant le triplé en 1 saison.
Auparavant, ça arrivait très peu:
- le Celtic Glasow en 1967 (C1 - scottish cup - championnat + league cup et l'importante Glasgow Cup à l'époque, donc un quintuplé!)
- l'Ajax Amsterdam en 1972 (C1 - knvb cup - championnat, 30 victoires et 1 défaite en 34 matchs)
- Liverpool en 1984 (C1 - league cup - championnat)
- le PSV Eindhoven en 1988 (C1 - knvb cup - championnat)
- Manchester United en 1999 (C1 - FA cup - championnat)

Depuis 1999, on a assisté au triplé du Barça en 2009, celui de l'Inter Milan en 2010, du Bayern Munich en 2013, du Benfica en 2014 et à nouveau le Barça la saison passée, plus le PSG. Bien sûr vous allez me dire que ça arrive fréquemment dans d'autres continents, commes les égyptiens de Al-Ahly au milieu des années 2000, et je ne minimise pas ces exploits, mais le football d'Europe de l'ouest est censé être le meilleur de la planète, non ?
@ZizouGabor Mouais faut dire aussi que maintenant, les grands championnats ont 3 ou 4 clubs de LDC chaque année. Donc c'est bien plus simple d'être en LDC tous les ans. Avant, pour réaliser le triplé il fallait déjà être champion en titre en plus...
Après c'est vrai que la LDC se joue entre 3 clubs + 5 énèrgumènes qui tentent l'exploit. Et avec l'argent qu'ont ces clubs, ils ont des bancs incroyables et peuvent tout jouer à fond. Donc triplé moins rare forcément.
Même si un p'tit Leverkusen, Benfica ou Valence champion d'Europe ce serait beau... On peut toujours rêver.
@ZizouGabor :

J'avais aussi fait ce parallèle sur la multiplication des triplés il y a quelques jours sur un autre fil. Autant dire que je suis complètement d'accord avec toi.

Je pense qu'on peut aller plus loin, et considérer que, contrairement à tout le matraquage qu'on se tape en permanence, le niveau moyen du football de club en Europe aujourd'hui est plus faible que par le passé. Il y a quelques armadas qui sont plus fortes que tout ce à quoi on a pu assister auparavant, mais le reste, TOUT le reste, est plus faible.
Moi aussi j'ai réalisé un quintuplé dernièrement mais je vous assure que c'était totalement involontaire...

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/imag … AMaotRwmAR
@ZizouGabor  : complètement d'accord sur la multiplication des triplés ou l'écart de niveau entre clubs. La « disparition » de certaines ligues européennes (ligues écossaise, belge, hollandaise...) est un autre sujet d'inquiétude : elle appauvrit énormément l'intérêt du football européen (championnats, coupes domestiques et européennes) et bizarrement, on n'en parle pas beaucoup.

@.Pelusa : Globalement d'accord avec ton post, comme souvent d'ailleurs. Mais je ne sais pas si le niveau moyen de foot des clubs européens a réellement baissé. L'intensité physique des matchs, les qualités physique ou technique... des joueurs et des staffs sont même meilleures aujourd'hui, à mon avis. Si on s'ennuie en suivant les ligues et compétitions européennes c'est en grande partie à cause de l'absence de suspens et la disparition des cycles. Le foot européen des clubs n'était peut-être pas le plus fort mais il était incertain et très disputé. Les matchs que je regarde me font désormais penser à des spectacles de catch ou de cirque. Et ça ne devrait pas aller en s'améliorant.
Message posté par Slibard
Pour les quintuplés, même si ça fait cliché, il ne faut pas oublier que Lawandoski et le Kun sont des attaquants de "métier", contrairement à Messi et Ronaldo


Ouais enfin Ronaldo est très souvent si ce n'est tout le temps dans la surface.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Adieu « Domi »
2k 23