Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Gr.C
  3. // Allemagne-Pologne (0-0)

C’est Jérôme !

Très justement élu homme du match nul entre l’Allemagne et la Pologne (0-0), Jérôme Boateng a une nouvelle fois prouvé qu’il était l’un des meilleurs défenseurs du monde.

Modififié

Le 6 mai 2015, George Clooney avait beau fêter son anniversaire, le seul épisode d’Urgences proposé par la télévision internationale est un inédit en direct de Barcelone. Venus supporter leur FC Barcelone, les supporters présents au Camp Nou assistent au prélèvement de rein de Lionel Messi sur Jérôme Boateng. Mis à terre par le crochet de l’extraterrestre, le défenseur allemand est mis sous terre par le web. À une époque où le football se vit essentiellement sur les réseaux sociaux, le tsunami est inévitable. La vidéo fait le tour du monde et les détournements se multiplient. Boateng qui tombe dans un cratère, Boateng plaqué par un catcheur, Boateng abattu par un sniper. Certains joueurs sont nés sur YouTube, le Bavarois lui, semble y mourir au soir de cette demi-finale aller de Ligue des champions. Pourtant un plus tard, l’Allemand a prouvé toute sa force de caractère et surtout son talent. Car si on compilait les soirs comme ce jeudi, où Jérôme a dégusté Lewandowski et Milik, les serveurs des hébergeurs de vidéo pourraient bien tomber en rade.

Le quatrième salopard


Un parmi tant d’autres à s’être fait croquer par l’épouvantail Messi, Boateng est pourtant un défenseur unique. Dans un Euro jusqu’ici défensif, où les « trois salopards » italiens, Chiellini, Bonucci et Barzagli, ont mené la vie dur à la Belgique, le Berlinois est à sa place. À son aise, que ce soit aux côtés de Mustafi ou de Hummels, l’ancien de Manchester City compile des qualités assez impressionnantes. Costaud au duel, excellent à la relance où son jeu long n’est d’ailleurs pas sans rappeler celui de Bonucci, l’Allemand de 27 ans brille aussi par son intelligence tactique. Ce jeudi soir, il a récupéré 18 ballons, passé avec 95% de réussite en jouant très haut, gagné 100% de ses duels aériens et surtout, il a alterné le jeu dur et le placement impeccable pour s’occuper du cas de son coéquipier Robert Lewandowski. Dans un match où les actions défensives ont été plus impressionnantes que les phases d’attaque, son coup d’œil et sa réactivité pour mettre le neuf polonais hors jeu suite à une montée éclair d'Hummels prouve que Boateng est un des meilleurs. Mieux, il est faillible et il s’en moque. Quand on lui demandait de réagir à ce qu’il s’était passé avec Messi, il répondait tranquillement : « Ça ne m’affecte pas vraiment. Je riais de moi-même. Quand tu tombes ou glisses dans une situation et que quelqu’un marque un but, c’est normal. Je me fiche de ces choses-là. Je suis un défenseur, cela ne me tue pas. » Mais visiblement, ça l’a rendu plus fort.

Par Swann Borsellino, au stade de France
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 49 minutes Carrasco offre 10 000 euros à un coéquipier qu'il a envoyé à l'hôpital
il y a 5 heures Mediapro ne revendra pas ses droits 35 il y a 5 heures Rivelino dézingue le jeu de l'équipe de France 136

Le Kiosque SO PRESS

il y a 6 heures Football Leaks : pour Agnelli et Čeferin, c'est une « fiction » 21
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom
Hier à 16:51 Le double raté d'un joueur du Lesotho 8
À lire ensuite
Les notes de la Pologne