En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options

C'est fort, Abdelaziz Barrada ?

Un parcours semé d'embuches, une préparation physique tronquée, un relatif anonymat et un coût : 4,5 millions d'euros. Arrivé ce mercredi en provenance d'Al-Jazira, Abdelaziz Barrada, 25 ans, est la troisième recrue estivale de l'Olympique de Marseille. Une venue qui fait suite au départ de Lucas Mendes et qui fait basculer l'OM dans un déséquilibre important entre un secteur offensif bien rempli et une défense décimée. Un problème sportif que devra gérer le board phocéen qui vient toutefois de s'attacher les services d'un joueur intéressant.

Modififié
« L'effet Bielsa » a bon dos. Il justifierait même les trois buts encaissés par l'Olympique de Marseille face à Bastia samedi dernier (3-3), en ouverture de la douce Ligue 1. Cela coule de source : qui dit Loco dit « à l'abordage » et qui dit « à l'abordage » dit buts encaissés. Pas bête. Mais sans manquer de respect à l'autre fou de la soirée, ce Maboulou, les trois pions que les Phocéens ont pris dans le buffet étaient évitables. Le premier est pour Sparagna puis Mandanda, le second est pour Benjamin Mendy, auteur d'une faute dans la surface plus Naïve que les Kooks et le dernier est une phase défensive si drôle et malheureusement si classique qu'elle recevrait les « RIP » de toute la planète si elle venait encore à se suicider ce week-end. Samedi dernier, pour la première journée de Ligue 1, l'OM était privé de Mario Lemina et Alaixys Romao. Samedi dernier, pour la première journée de Ligue 1, Marcelo Bielsa a aligné un minot et Jérémy Morel dans sa défense à trois. Initialement entré à la place du jeune Sparagna pour apporter son jeu de tête, Lucas Mendes est en fait apparu pour son jubilé. Le Brésilien, peut-être moins à l'aise dans une défense à trois, va partir pour El Jaish, laissant un secteur défensif marseillais déjà maigre, complètement anorexique. Presque dans le même temps, sur la Canebière, on apprenait l'arrivée d'un certain Abdelaziz Barrada. Un nom discret, comme le joueur. Un homme qui ne règlera pas les problèmes défensifs de l'OM. Mais qui pourrait bien rendre quelques services une fois en état de marche.

Embouteillage et retard physique


Venus en nombre pour assister au premier entraînement de Marcelo Bielsa ouvert au public ce mardi, les supporters de l'Olympique de Marseille ont donc eu droit à une petite surprise. Là, en train de courir sur la pelouse de la Commanderie, apparaît un joueur au maillot trempé qu'ils ne connaissent pas. Ce type sue parce qu'il est en retard. « Je n'ai pas suivi de préparation cet été. Le championnat émirati reprend seulement à la mi-septembre. Mon premier objectif est de retrouver mon niveau physique. » Interrogé sur le site officiel de l'OM, Abdelaziz Barrada le sait : ces gouttes de sueur qui ruissellent sur son front sont loin d'être les dernières. Les Marseillais font partie de ceux qui ont repris le plus tôt en Ligue 1. Ça, ajouté au fait que le système de Marcelo Bielsa est exigeant pour les organismes, a de quoi laisser perplexe quant à l'arrivée de ce joueur méconnu. Né à Provins, passé par le Paris FC et l'US Sénart Moissy, Barrada, formé au Paris Saint-Germain, a un parcours atypique qui l'a mené de France aux Émirats arabes unis, en passant par l'Espagne. Là-bas, le milieu de terrain a côtoyé un certain Éric Gerets, qu'il a connu en sélection marocaine. À Marseille, il arrive dans un secteur offensif rempli avec un retard dans sa préparation. Suffisant pour que des premiers doutes, logiques, soient émis à son sujet. Des doutes appelés à disparaître.

Suivi par Porto, très apprécié de Bielsa


Le mercato à Marseille, c'est comme un Noël en famille. On parle, beaucoup. On se dit que ça va bien se passer parce que de toute façon, « ça peut pas être pire qu'au Noël dernier » . On ouvre de jolis cadeaux. Mais à un moment, on retombe dans ses travers. Une engueulade à cause d'une discussion politique qu'on s'était juré de ne plus jamais avoir ou simplement un nouveau cadeau tout pourri. C'est dans ce contexte difficile qu'arrive Abdelaziz Barrada. Concrètement, après les années Robert-Louis Dreyfus - José Anigo, il est impossible quand on n'est pas une valeur sûre (et encore) de ne pas être considéré comme une banane. Barrada part donc de loin et il le sait. Mais il part avec un avantage : il est apprécié de Marcelo Bielsa depuis un jour de Getafe - Bilbao où il avait brillé. L'entraîneur apprécie ses qualités, notamment sa verticalité, qui sied à merveille à son idée du foot, et pourrait très bien lui donner les clés du jeu dont l'OM semblait avoir perdu le trousseau face à Bastia. Face aux Corses, les latéraux ont été bien exploités, Giannelli Imbula a tenté des choses dans l'axe, Alessandrini et surtout Payet ont peiné à créer du jeu. Ce dernier, quoique capable techniquement, a souvent réalisé les mauvais choix. En Espagne, à Getafe, il était un créateur intéressant et surtout le joueur de l'équipe qui filait le plus de balles de tirs au but (108 entre 2011 et 20&3 selon Opta). De plus, l'international marocain est excellent sur coups de pied arrêtés. De quoi aider le gaucher Thauvin et faire un peu oublier Valbuena, auteur de deux passes décisives dans ce secteur de jeu ce mercredi avec le Dinamo Moscou. Last but not least, le joueur était sur les tablettes du FC Porto. Des gens qui ont rarement des mauvaises idées en terme de mercato. Pour l'OM, il ne reste plus qu'à trouver un ou deux défenseurs qu'ils suivaient…

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4 vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3