En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 35 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ligue 1 – 35e journée – Nantes-Marseille

C. Arribas : « Le jeu prime sur les résultats, c'était ça papa »

Il y a un quart de siècle disparaissait l'un des plus grands théoriciens du football français, José Arribas, l'inventeur du jeu à la nantaise, passé par le FCNA de 1960 à 1976, avant une courte pige à l'OM, rapidement avortée. Claude Arribas, son fils aîné passé pro sous ses ordres (Nantes, PSG, Bordeaux, Rennes, Cannes, Angers), a accepté d'évoquer la gloire de son père.

Modififié
Voilà presque 25 ans que votre père a quitté ce monde, mais les références à son sujet sont encore nombreuses. Vous qui êtes abonné à la Beaujoire et toujours proche du club, ressentez-vous l’importance de l’héritage laissé ?
Oui, on le ressent toujours dans la mesure où ça a été transmis. Le fait que des gens comme Budzinski, Suaudeau, Blanchet ou Michel soient restés dans les sphères dirigeantes après son passage, des Amisse, Baronchelli, Le Dizet qui sont tous passés par le staff, puis grâce à Coco Suaudeau ou Raynald Denoueix sur le banc de touche, tout cela a participé à préserver cette histoire. Dans la tribune où je suis abonné, je retrouve d'anciens dirigeants et joueurs, donc ça arrive qu'on en reparle. Chez les jeunes que je fréquente, c'est plus rare, mais ça se produit, avec des gens comme Patrice Loko, Nicolas Ouédec ou Nicolas Savinaud, bien qu'ils ne l'aient pas connu. Je crois que quel que soit le club, on est encore toujours attaché à ces valeurs anciennes, à cette histoire. C'est une reconnaissance du travail établi et ce n'est pas propre à Nantes. Même si tout ça s'érode avec le temps.

Cette reconnaissance envers José Arribas va même sans doute bien plus loin que les simples frontières de la Loire-Atlantique, non ?
Tout à fait. À titre personnel, durant ma carrière, à Nantes où j'ai démarré, comme à Paris, Bordeaux, Rennes ou Cannes, j'avais quelquefois du mal à exister en temps que Claude Arribas, j'étais toujours le fils de... Après ma carrière, je travaillais dans l'agroalimentaire. Et lorsque je me rendais chez mes clients, je ne me présentais jamais sous le nom de ma société, mais toujours comme Claude Arribas. Et bien neuf fois sur dix, on me demandait si j'étais parent avec José Arribas. Même si durant ma carrière de joueur, je voulais quand même exister en tant que Claude Arribas. Je suis d'ailleurs parti de Nantes en 1974 un peu à cause de tout ça. Je voulais m'évader. Pour être un joueur comme les autres, je ne vivais plus chez mes parents, mais avec Bertrand-Demanes lors de ma première année en pro. Mon père était plus exigeant envers moi qu'avec les autres. Pour vous dire, j'ai joué certains matchs grâce à l'insistance d'Henri Michel, de Coco Suaudeau et de Guelso Zaetta. Je plains les fils de Claude Puel d'ailleurs... Bref, pour en revenir à mon père, du Nord au Sud du pays, il était reconnu. Je me souviens aussi d'un match en équipe de France juniors en Espagne, à Bilbao, là où il est né, avant de fuir à cause de la guerre civile. J'étais capitaine pour le match et même là-bas on m'appelait « le fils de José Arribas » .

Est-ce que vos partenaires ou entraîneurs que vous avez côtoyés ailleurs vous demandaient de leur révéler des infos sur sa méthode, ses entraînements, etc ?
Non jamais. Il y a peut-être eu des entraîneurs avec qui j'avais plus d'affinités, donc on discutait, mais c'était un peu comme des conversations de voisinage. On parlait de la santé, de la famille, mais jamais d'aspects tactiques ou de style de jeu. Après, oui, son jeu était craint, ça c'est vrai.

« Nous étions une quinzaine, presque logés chez l'habitant »
Ce jeu particulier a pourtant commencé à se façonner dans un village, Noyen-sur-Sarthe et son petit club amateur. Vos premiers souvenirs de football avec votre père datent de cette période-là ?
J'étais jeune à Noyen, j'avais 11 ans. Je me souviens qu'il m'emmenait à tous les entraînements. C'était un petit bourg. Le football de village. Il avait joué à l'US du Mans, le club phare à 25 km du bourg, donc était tout de même un peu connu. Là-bas, il travaillait dans une usine de matelas et ma mère était gérante d'un bar derrière la mairie, qui appartenait au président du club. Et Henri Guérin, qui entraînait Rennes et allait bientôt prendre en charge l'équipe de France, l'a suggéré au président du FC Nantes en voyant ses beaux résultats (NDLR : Noyen est passé de la 1re division de district à la DH). Mon père n'a jamais été un homme d'argent, il se trouvait bien dans son petit club de patelin. Il serait resté si le président avait accepté de vendre le bar pour qu'on en soit les propriétaires. Mais il n'a jamais voulu. Comme cela ne s'est pas fait, papa a choisi de venir à Nantes. Comme quoi, ça tient à peu de choses...

Et donc, vos premiers souvenirs sur un terrain ?
Mes premiers souvenirs de football remontent au moment où j'ai rejoint le FC Nantes, j'avais 11 ans, c'était en 1963. C'était M. Zaetta qui s'occupait des jeunes, donc j'ai grandi sous ses ordres, tout en ayant mon père pas très loin. En 1969, j'ai commencé avec les pros, pendant l'éclosion de Bertrand-Demanes, Gardon, Rampillon... Il n'y avait pas de centre de formation, que des stagiaires pro rassemblés en gros. Il y avait Raynald Denoueix, Georges Eoet, j'en oublie. C'était novateur, nous étions une quinzaine, presque logés chez l'habitant. Les prémices de la formation d'aujourd'hui en quelque sorte, oui. Quand je suis parti en 1974, il y avait des structures en place pour faire de la vraie formation.

Quand Nantes vient le chercher en 1960, alors qu’il est coach d’une équipe de DH, la nouvelle ne suscite pas un enthousiasme général, tout comme ses méthodes avant-gardistes, non ?
La seule chose qui me revienne, c'est que pour l'un de ses tout premiers matchs, il en avait pris dix à Boulogne (10-2) et avait changé dans la foulée de système (NDLR : pour adopter le 4-2-4, comme l'équipe du Brésil de 1958, et délaisser le WM). Après, est-ce qu'il était avant-gardiste ? Je pense. Dans le jeu sans ballon, à trois, en mouvement, c'était assez nouveau. J'ai joué dans d'autres clubs, et bien longtemps après que Nantes ait adopté ces nouveaux concepts, ces équipes évoluaient encore avec un stoppeur et un libéro, le marquage individuel... Dès le début des années 60, ce n'était plus le cas à Nantes. Mon père a été un précurseur à ce niveau-là, sur l'alignement, la défense en zone, le hors-jeu. Quand Budzinski jouait en défense centrale, on voyait la ligne de quatre qui montait le plus haut possible. C'était assez déroutant.

Avait-il des maîtres à penser, des sources d’inspiration particulières en matière de football ? On a parlé de Bill Shankly, le mythique entraîneur de Liverpool
Je ne me souviens plus, mais maintenant que vous le dites, oui, ce n'est pas impossible. Il était très lié à une époque à Georges Boulogne, mais ce n'était pas non plus un maître à penser. Par contre, le jeu du grand Liverpool de l'époque lui plaisait, c'est clair. Tout comme ce que faisait Snella à Saint-Étienne. Mais là encore, je ne dirai pas que c'étaient des sources d'inspiration pour lui.

« Qu'une seule séance sans ballon par semaine »
C’est alors que se forge le fameux jeu à la nantaise. On le définit comme un style offensif, fait de jeu court, de mouvement, de justesse technique et tactique, etc. Mais n’est-ce pas avant tout un état d’esprit et l’idée d’aller plus loin dans l’aspect collectif de ce sport ?
Oui. Déjà, le jeu sans ballon, prépondérant dans cette philosophie, était un moyen d'intéresser ceux qui n'avaient pas le ballon, de les préparer à recevoir, à faire des courses. Avant ou ailleurs, c'était bien plus stéréotypé avec du marquage individuel, un stoppeur, un libéro et j'en passe... Sa façon d'entrevoir était novatrice. Maintenant, quand on parle de jeu à la nantaise, c'est présent partout, c'est la base de toutes les équipes. La défense du PSG actuel joue comme le faisait le Nantes d'Henri Michel. Quant aux entraînements, pour arriver à ce jeu, c'était toujours avec le ballon et du jeu. Je me rappelle qu'on n'avait qu'une seule séance sans ballon par semaine, le jeudi matin, dans le parc de Procé.

Est-ce qu’il y a des matchs particuliers, des moments précis qui vous ont rendu fier de votre père et de son équipe, durant ses 16 années au FCNA ?
Oui, il faudrait que je revérifie les stats, mais à chaque fois que je revenais à Nantes avec les clubs dans lesquels je jouais, je prenais de belles volées (rires). C'était impressionnant. Quand on venait à Marcel-Saupin, on savait qu'on allait passer un sale moment.

Question piège : qui de José Arribas, Jean-Claude Suaudeau ou Raynald Denoueix a-t-il le mieux usé de ce fameux jeu à la nantaise selon vous ?
C'est compliqué, je ne mettrais pas de personne en avant. Je dirais que Coco a été au milieu de terrain le relais de mon papa en tant que joueur. Il est devenu plus tard entraîneur de la réserve, puis des pros. Je dirais qu'il est juste question de continuité. Mon père en était l'instigateur, et Coco a prolongé la chose. Et comme Raynald a bénéficié des entraînements de papa…

Petit bémol, José Arribas n’a jamais trop brillé en Coupe d'Europe et buté à plusieurs reprises en finale de Coupe de France. Est-ce qu’il s’expliquait ces échecs ?
Je pense qu'à l'époque, c'était plus un esthète que quelqu'un qui veut absolument la gagne, même si c'est convenu en football de dire qu'on souhaite gagner... Peut-être que la coupe, ce sont des matchs particuliers alors que le championnat récompense fatalement le plus méritant. La coupe fait appel à d'autres valeurs, parfois cultivées plus facilement dans d'autres clubs, comme le combat, la force mentale, Nantes étant plus axé sur la circulation de balle, le jeu rapide.

« Marseille était déjà ce club où l'affectif n'avait pas lieu d'être »
Comment a-t-il vécu son départ de Nantes pour Marseille en 1976 ?
Il l'a vécu avec une forme d'excitation. Déjà à l'époque, comme de tout temps, l'OM a été un club avec un environnement passionné. Est-ce que c'était un défi personnel ? Je ne sais pas, avec le recul, je peux par contre dire qu'y aller, c'était une connerie (rires). Quand on voit toute l'histoire de l'Olympique de Marseille, s'il y a bien un endroit où la continuité et le temps pour travailler sont des vains mots, c'est bien celui-là (rires).

L’expérience tourne court et votre père est licencié avant la fin de saison…
(Il coupe) Oh ça a été très rapide, ça s'est fait à la trêve, ce qu'on appelait alors pas encore le mercato hivernal. Donc la fin de saison, il ne l'a pas vue.

Comment l’a-t-il vécu ?
Il était un peu dégoûté, car cela s'est fait dans une atmosphère délétère, je m'en souviens, et mes frères, plus jeunes, qui étaient là-bas avec mes parents, doivent s'en souvenir mieux que moi (NDLR : le frère de Claude, José, évoque lui aussi une période très dure, « où chacun tirait la couverture à lui » , notamment avec des articles dans la presse, et une atmosphère humaine et amicale au sein du club phocéen aux antipodes de l'atmosphère chaleureuse de sa période nantaise, les anciennes générations coachées par José Arribas se côtoyant encore pour la plupart à la Beaujoire les soirs de matchs). Ça a été une sale période. Dans l'état d'esprit, ça n'engage que moi, mais Marseille était déjà un peu aussi ce club où l'affectif et le sentiment de reconnaissance n'avaient pas lieu d'être. Quand ça ne va plus, on ne vous reconnaît plus, on vous intente des procès... Je pense qu'il n'a pas réussi parce qu'il n'a pas eu le temps. Après, est-ce qu'il y avait du sous-marin dans le club ? C'est possible, oui.

Ensuite, votre paternel termine sa carrière sur un bail de quatre ans à Lille, qu'il fait remonter en première division...
Il a bien bouclé la boucle. Il est arrivé dans un club où il y avait une bonne mentalité, qui laissait le temps de travailler. Dès lors, il n'y a pas de mystère. Il ne pouvait pas travailler seulement six mois, comme une solution d'urgence. Il lui fallait le temps de mettre en place ses préceptes.

Finalement, avec le recul, qu'est-ce qui définit mieux l'œuvre laissée par José Arribas ?
Le plaisir de jouer collectivement, c'était ça, papa. Le jeu prime sur les résultats, ce qui ne serait plus possible aujourd'hui. Et c'était très apprécié cette mentalité, d'où le fait qu'on en fasse toujours référence en 2014.


Propos recueillis par Arnaud Clement
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:48 359€ à gagner avec Chelsea, Bayern & Juve - Barça il y a 3 heures Steven Gerrard n'a pas une bonne mémoire, mais beaucoup de répondant 10 mardi 21 novembre Pronostic Juve Barça : 365€ à gagner sur l'affiche de C1 ! 2
Hier à 11:15 Un espion, des drones et des caméras cachées à la solde de Grêmio 8
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 10:53 Il marque un doublé, puis voit naître son enfant 19 mardi 21 novembre Le capitaine de l'Atalanta reçoit un disque d’or 15 mardi 21 novembre Vincent Labrune veut lancer une nuit du football 34 mardi 21 novembre Tavecchio accusé de harcèlement sexuel 45 mardi 21 novembre Mexique : un assassinat lié au procès FIFA 19 lundi 20 novembre Galway United : vingt matchs en vingt-quatre heures 4 lundi 20 novembre Des associations d'ultras français s'unissent pour leur liberté 21 lundi 20 novembre Une pancarte « Wenger Out » lors d'une manifestation au Zimbabwe 27 lundi 20 novembre Il marque et adresse un doigt d'honneur à son coéquipier 15 lundi 20 novembre Ce but marqué en D8 anglaise va vous émouvoir 30 lundi 20 novembre Le merveilleux csc de Fankaty Dabo 16 dimanche 19 novembre Un supporter s'installe en tribune avec son scooter à Crotone 15 dimanche 19 novembre Le carton rouge complètement idiot de German Lux 18 dimanche 19 novembre Italie : « Ancelotti, Conte, Allegri, Ranieri et Mancini » ciblés par Tavecchio 29 dimanche 19 novembre Tapie : « C'est la plus belle cure de chimiothérapie » 9 dimanche 19 novembre Le raté de l'année signé Neal Maupay 13 samedi 18 novembre Orlando City donne 280 000 euros pour les victimes de l’ouragan Maria samedi 18 novembre Chris Coleman, du pays de Galles à Sunderland 3 vendredi 17 novembre 320€ à gagner avec Caen-Nice & Espanyol-Valence vendredi 17 novembre Une enquête du fisc espagnol menace le poste de Tebas 51 vendredi 17 novembre Le classement FIFA réformé après le mondial 39 vendredi 17 novembre Bebeto rejoint le parti politique de Romário au Brésil 8 vendredi 17 novembre Chapecoense assure son maintien 3 vendredi 17 novembre Deux éducateurs d'un club amateur écartés pour radicalisation 131 vendredi 17 novembre L’effigie d’un serial killer sur le drapeau d’un supporter 24 jeudi 16 novembre Parme passe sous pavillon chinois 41 jeudi 16 novembre Mondial 2022 : Le Qatar fixe un salaire minimum pour les travailleurs immigrés 24 jeudi 16 novembre Des spectateurs payés pour remplir les stades du Qatar 91 jeudi 16 novembre Corinthians sacré champion du Brésil 23 mercredi 15 novembre La boulette de Carragher lors d'un match amical 8 mercredi 15 novembre Les Danois arrosent un plateau TV avec de la bière 11 mercredi 15 novembre Valderrama fait de la prévention contre le cancer des testicules 14 mercredi 15 novembre Poursuivi pour corruption, un ancien dirigeant argentin se suicide 15 mardi 14 novembre Un jeune joueur suspendu par son club après un salut fasciste 46 mardi 14 novembre Des drapeaux LGBT sur les poteaux de corner anglais 33 mardi 14 novembre Tony Chapron va prendre sa retraite 48 mardi 14 novembre Les Suédois ont cassé le plateau d'une chaîne de TV après la qualif' 30 lundi 13 novembre Évra tracte une Jeep à Dubaï et promet de revenir plus fort 103 lundi 13 novembre Ryan Giggs futur directeur d'une académie au Vietnam 13 lundi 13 novembre Le GRAND TOURNOI de la #SOFOOTLIGUE 40 lundi 13 novembre Benzema : « Il ne faut pas être bête... » 189 lundi 13 novembre OM : la photo souvenir d'Évra 43 dimanche 12 novembre Le geste de grande classe de la réserve du Rayo Vallecano 14 dimanche 12 novembre Un penalty d'une dimension parallèle marqué en D4 roumaine 21 dimanche 12 novembre Le golazo de Ronaldinho 23 dimanche 12 novembre Un chien tacle un joueur en plein match de D3 argentine 20 dimanche 12 novembre Un gardien explose le record de matchs de Peter Shilton 14 dimanche 12 novembre Real Madrid : 450 millions d'euros pour Neymar ? 59 samedi 11 novembre Privé d'arbitrage à cause de son nom 22 samedi 11 novembre Van Basten teste des nouvelles règles en D4 néerlandaise 28 vendredi 10 novembre Mondial 2018 : un ancien responsable russe reconnaît avoir détourné 735 000 euros 5 vendredi 10 novembre Bernard Ross toujours porté disparu 28 vendredi 10 novembre Un joueur de NBA lâche un « Matuidi Charo » en plein match 49 vendredi 10 novembre Le but classieux de Lys Mousset lors de France-Bulgarie 6 jeudi 9 novembre Coupe du monde : Un rapport inquiétant du Conseil des droits de l'homme de la FIFA 9 jeudi 9 novembre Ben Arfa piégé comme un bleu par Hanouna 50 jeudi 9 novembre Le but de furieux signé Keisuke Honda en Coupe du Mexique 16 jeudi 9 novembre Rémi Garde reprend du service à l'Impact de Montréal 18 jeudi 9 novembre Guangzhou : Cannavaro remplace Scolari 3 mercredi 8 novembre 735€ à gagner avec France, Brésil & Allemagne 2 mercredi 8 novembre So Foot Club 100% Neymar 7 mardi 7 novembre Le coach de Vélez Sársfield démissionne, car on lui a craché dessus 10 mardi 7 novembre Modène fait faillite 12 mardi 7 novembre Manfredonia perd un match sur tapis vert en Serie D 5 mardi 7 novembre Il entre sur le terrain en glissant sur les escaliers 14 mardi 7 novembre Ronaldo de retour au Corinthians ? 54 mardi 7 novembre Polémique autour des secouristes d'un match de D4 allemande 19 mardi 7 novembre Un match de Gambardella interrompu à cause d'un sabre 24 mardi 7 novembre Un fan anglais mate Chorley-Fleetwood depuis sa fenêtre 17 mardi 7 novembre Allemagne : le chef de la VAR limogé pour favoritisme 17 mardi 7 novembre Maradona va jouer avec le président Maduro 39 lundi 6 novembre Al Ahly veut déposer un recours contre l'arbitrage 22 lundi 6 novembre Makelele nouvel entraîneur d'Eupen 24 lundi 6 novembre L'attentat d'Ignacio Fernández pendant River-Boca 25 lundi 6 novembre Cannavaro du Tianjin Quanjian au Guangzhou Evergrande 6 dimanche 5 novembre Le tacle assassin d'un U17 de Fenerbahçe face à Galatasaray 22 dimanche 5 novembre Le but magnifique de Meijers face au Feyenoord 1 dimanche 5 novembre Yoann Barbet humilie un adversaire pendant Brentford-Leeds 8 dimanche 5 novembre Al-Quwa Al-Jawiya remporte l'AFC Cup 5 dimanche 5 novembre Le Wydad remporte la Ligue des champions africaine 12 samedi 4 novembre 259€ à gagner avec Man City & Inter Milan samedi 4 novembre Chengtou, premier club tibétain dans une ligue professionnelle chinoise 15 samedi 4 novembre Marco Simone viré par le Club africain 23 samedi 4 novembre La pelouse du club d'Hyde United prend feu face à MK Dons 5 samedi 4 novembre EXCLU : 120€ offerts pour parier chez Unibet ! vendredi 3 novembre Patrice Évra mis à pied par l'OM 54 vendredi 3 novembre LE RÉCAP DE LA #SOFOOTLIGUE: BILAN DU MOIS D'OCTOBRE 8 vendredi 3 novembre L'Albirex Niigata Singapore champion du Singapour 4 vendredi 3 novembre Un club de D4 roumaine a payé ses supporters pour jouer 6 vendredi 3 novembre MHD présente le nouveau maillot du Cameroun 9 jeudi 2 novembre 326€ à gagner avec Valence & Porto jeudi 2 novembre Un jeune espoir belge décède d'une crise cardiaque 10 jeudi 2 novembre La blessure impressionnante d’Ustari 9 jeudi 2 novembre Un joueur de MLS suspendu pour violences conjugales 13 jeudi 2 novembre Un joueur argentin prend deux cartons jaunes en dix secondes 10 mercredi 1er novembre Ballon d'or africain : la liste des 30 nommés 28 mercredi 1er novembre L'ancien international ghanéen Abubakari Yakubu est décédé 13 mercredi 1er novembre Envahissement de terrain pendant l'entraînement d'Al Ahly 4 mercredi 1er novembre Les joueurs du Club africain refusent de s'entraîner 3 mercredi 1er novembre Le superbe but d'une joueuse de Nancy face à Grenoble 3 mercredi 1er novembre Boca Juniors interdit les cheerleaders à la Bombonera 16 mercredi 1er novembre Éric Abidal cartonne la prolongation de Deschamps 51 mardi 31 octobre 350€ à gagner avec Séville & Naples - Man City mardi 31 octobre Pronostic Besiktas Monaco : 500€ à gagner sur le match de C1 ! mardi 31 octobre Un entraîneur de D4 anglaise contraint de rejouer 1 mardi 31 octobre Le but « messiesque » d'un jeune de 14 ans du Benfica 11 mardi 31 octobre L’entraîneur d’Ipswich pète un câble en conférence de presse 21 mardi 31 octobre Pour Diego Maradona, Sampaoli est « un charlatan » 19 mardi 31 octobre Il se coince dans un mur pour assister à un match de Boca 11 mardi 31 octobre Le but insolent de Marcus Maddison avec Petersborough 11 lundi 30 octobre La Pro League belge envisage d'impliquer les entraîneurs pour la VAR 13 lundi 30 octobre Un promu en D2 chinoise offre 3,5 millions d’euros à ses joueurs 8 lundi 30 octobre 225€ à gagner avec Man U, Bayern & Atlético 3 lundi 30 octobre Des joueurs feront leur coming out dans le jeu Football Manager 2018 82 lundi 30 octobre La minute la plus folle en Angleterre 23 lundi 30 octobre Colombius Crew pourrait changer de ville 7 dimanche 29 octobre Malbranque rebondit à Chasselay ! 8 dimanche 29 octobre Deux Dunkerquois en viennent aux mains pour tirer un penalty 17 dimanche 29 octobre L'hommage des fans de Willem II à Fran Sol dimanche 29 octobre Thuram : « Je me demande s'il y a une réelle volonté d'en finir avec la haine » 62 dimanche 29 octobre Bittolo se fait poser dix points de suture sur le pénis à cause d'un coéquipier 17 dimanche 29 octobre Expulsé pour avoir uriné en plein match 9 vendredi 27 octobre Le Récap "Coupe de la Ligue" de la #SOFOOTLIGUE 7 vendredi 27 octobre Pronostic Lille OM : 380€ à gagner sur le Bielsasico ! vendredi 27 octobre La Coupe des confédérations remplacée par un Mondial des clubs ? 31 vendredi 27 octobre Olimpia vainqueur de la première CONCACAF League 1 vendredi 27 octobre Youssef Rabeh (WAC) attaqué avant la finale de LDC africaine 4 vendredi 27 octobre Un ultra d’Independiente recherché par Interpol 3 vendredi 27 octobre Shaw « espère rejouer pour Pochettino » 10 vendredi 27 octobre Participez à la Coupe du monde de Football Manager ! 16 vendredi 27 octobre David Trezeguet candidat pour devenir directeur sportif à River 12