Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Buts de légende (6e) - Maradona, son slalom et ses imitateurs

La coutume veut qu'on l'appelle le « but du siècle » . Il paraît même que ce slalom a inspiré Alberto Tomba. Mais pas seulement. S'ils ont été nombreux à essayer d'écrire sur ce fabuleux but de Diego Armando Maradona en quart de finale de la Coupe du monde 1986, ils ont également été quelques-uns à imiter le Pibe de Oro sur le pré. Chacun dans leurs styles, chacun dans des contextes différents, ils sont un peu entrés dans l'histoire. Mais parce que l'histoire, justement, est faite par des pionniers et aime les contextes, l'Argentin restera inégalé. Et inégalable.

Modififié

Le modèle


Roberto BaggioNaplesFiorentina, 1989.


Exécution maradonienne : 3,5/5 La classe était comme inscrite dans le code génétique de Roby Baggio. Un homme capable d'être élégant avec une telle coupe de cheveux a, de toute façon, quelque chose d'exceptionnel. Ce slalom de 1989 fait partie de sa légende. Celle d'un joueur de « toucher de balle » , d'un génie créateur et d'un esthète. Il hérite de la balle au milieu de terrain, lève la tête et fonce. S'il avait été d'humeur à parler ce jour-là, Diego aurait certainement dit que « les crochets étaient un peu longs pour que ce but soit aussi beau que le mien » , et il aurait raison. Cependant, la dernière touche juste avant la frappe pour être sûr d'éliminer le gardien est un chef-d'œuvre à elle seul. Roby manque au football, c'est une certitude.

Difficulté : 3,5/5 Une contre-attaque, donc, une défense adverse éparpillée et surtout, beaucoup d'espace. Servi entre deux Napolitains, Baggio hérite du ballon avec un immense boulevard devant lui. Le contrôle est bon, et le Rital n'a besoin que de deux crochets, un extérieur et un intérieur, pour mystifier des défenseurs apparemment désireux de tacler comme dans Olive et Tom. Au fond, dans ce but, le plus dur et surtout, le plus beau restent la facilité déconcertante avec laquelle Roby élimine le gardien en trois touches de balle et une feinte de corps.

Contexte : 4,5/5 Au San Paolo, face au grand Napoli qui va ramasser le Scudetto et, surtout, face au maître en la matière, Diego Armando Maradona. On peut difficilement faire mieux. D'ailleurs, le jeune Roberto terminera deuxième du classement des buteurs cette année-là, à deux longueurs de Marco van Basten et un pion devant Maradona. Ouais, il y avait quelques noms en Serie A.

Vidéo

Lionel MessiFC BarceloneGetafe, 2007.


Exécution maradonienne : 4,5/5 Il n'y a qu'à voir la réaction du stade, de ses coéquipiers, de son président et de n'importe quel commentateur ayant assisté à ce match pour comprendre qu'un truc fou vient de se passer. Lionel Messi, 19 ans, hérite du ballon dans sa moitié de terrain et, en deux temps trois mouvements, se débarrasse de deux joueurs. L'accélération est vive mais, contrairement à beaucoup d'imitateurs de Maradona, le ballon colle aux pieds. La suite est plus classique, crochet, crochet, bisou au gardien et conclusion du mauvais pied. C'est souvent tabou, car on n'aime pas trop se palucher sur le football moderne et encore moins sur Lionel Messi, mais ce but, dans la réalisation, et seulement dans la réalisation, n'est quand même pas très loin de celui de son illustre compatriote.

Difficulté : 4/5 Parce que la position dans laquelle il hérite du ballon n'est pas confortable. Parce que la balle lui colle au pied tout au long de l'action. Parce que le double crochet dans la même foulée élimine les deux derniers défenseurs. Parce qu'il finit sur une frappe du mauvais pied et que s'il rate, Eto'o pourrait bien râler jusqu'à la fin de ses jours.

Contexte : 1,5/5 Le Barça mène déjà 1 à 0 lors d'un match de Coupe un peu naze face à un adversaire tout aussi naze. Malgré ça, les supporters présents dans l'enceinte catalane pourront dire « J'y étais » , grâce à Leo.

Vidéo

Hatem Ben ArfaNewcastle–Blackburn, 2012.


Exécution maradonienne : ?/5 Au vrai, on n'est plus sur de l'exécution « ben arfienne » que sur autre chose. La totalité de l'action se passe dans le camp d'un Blackburn regroupé, et Hatem Ben Arfa, pas vraiment emmerdé par la technique, va faire parler le pied gauche. Ce magnifique pion est une bonne illustration du football moderne et permet de voir ce qu'un gaucher qui ne s'appelle par Arjen Robben peut faire sur le côté droit : de la magie.

Difficulté : 4,5/5 Contrairement au bijou qu'il a inscrit face à Bolton, ou aux autres slaloms en général, Hatem Ben Arfa n'a aucun espace sur ce but. Le joueur de Newcastle n'a jamais un adversaire à moins d'un mètre de lui. Pire, lors de la deuxième partie de l'action, celle qui se déroule dans la surface de Blackburn (!), ils sont quatre autour de lui. Et cette fois, pas d'élimination du gardien, hein. Une bonne minasse du gauche.

Contexte 2,5/5 Un match de FA Cup contre l'équipe la plus mauvaise équipe de Premier League cette saison-là. Moyen, quoi.

Vidéo

Vidéo

Saeed al-Owairan – BelgiqueArabie Saoudite, 1994.


Exécution maradonienne : 3,5/5 L'ami Saeed aurait pu choper une meilleure note sans la faute grave commise sur la dernière touche de balle. Un peu hasardeuse sur la fin, à cause de la fatigue, certainement, la conduite de balle du Saoudien manque presque de lui faire perdre la balle et, par la même occasion, la possibilité de marquer un but d'anthologie. Positionné en sixième place du classement des buts du siècle de la FIFA, ce but d'Al-Owairan est quand même totalement fou. Surtout quand on sait que le pauvre Saeed a ensuite été exclu de sa sélection pour avoir bu un coup.

Difficulté : 3,5/5 Bien aidé par le dernier défenseur, Al-Owairan a quand même inscrit un but bien compliqué. Sa technique ? Chercher l'espace, pousser le ballon là où il y a du vide et laisser parler ses jambes de feu. Là encore, pas de dribble sur le gardien, mais une belle finition au sol. Propre.

Contexte : 5/5 Sans aucun doute le plus proche de celui de Diego Maradona en terme d'enjeu et d'importance, surtout pour un joueur de la sélection saoudienne. En effet, ce but inscrit lors de la phase de poules de la Coupe du monde 1994 envoie pour la première fois la sélection saoudienne, deuxième de son groupe, au second tour de la compétition. Bon, la Belgique passera aussi, mais en tant que meilleur troisième.


Vidéo

George WeahAC Milan – Verone, 1996.


Exécution maradonienne : 4/5 Il n'est pas anodin, ce contrôle orienté, George. Seul au deuxième poteau sur un corner adverse comme celui qui, le dimanche matin, a envie de récupérer le ballon pour partir en contre, l'attaquant de l'AC Milan se met le ballon dans la course. C'est parti mon kiki. Le numéro neuf s'engouffre dans l'axe et ne connaît comme seul accroc qu'un petit tacle au milieu de terrain qui l'oblige à pivoter sur lui-même. La vraie valeur ajoutée du but de Weah est cette folie de grand pont après avoir déjà traversé deux tiers du terrain balle au pied. Un bon Mister George.

Difficulté : 4/5 Ici, elle réside principalement dans le fait que Mister George traverse l'intégralité du terrain tout seul, balle au pied, et a la lucidité de se remettre en marche après un tacle et de claquer un grand pont avant d'ajuster le gardien. Le but d'un type en bonne condition physique… Le but d'un génie, aussi.

Contexte : 2,5/5 Comme pour Messi, contexte moyen, mais but qui rend le match légendaire.

Vidéo

Mais aussi…

Álvaro Recoba, un homme qui a claqué un slalom après avoir été sollicité par son gardien et qui termine par une grosse mine du gauche…

Vidéo

Retrouvez le top 100 des buts de légende


Pour les fous furieux, un forum spécial est ouvert, ici.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 14
Partenaires
Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall lundi 16 juillet La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT)