En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Juventus-Real Madrid

Buffon et Zidane, le respect mutuel

La dernière fois qu'il se sont croisés sur un terrain de football, c'était lors de la finale de la Coupe du monde 2006. Depuis, Buffon et Zidane, qui auraient toutes les raisons de s'éviter, ne peuvent faire autrement que de se respecter.

Modififié
« Peut-être que je terminerai à la Zidane, en donnant un coup de boule à quelqu’un sur le terrain. » Il y a quelques mois, juste avant de disputer son 1000e match, Gianluigi Buffon adresse un petit clin d’œil à Zizou lorsqu'on lui demande comment et quand il compte terminer sa carrière. Une petite pique, en référence au fameux coup de tête asséné à Marco Materazzi, que l’ancien capitaine des Bleus aurait pu mal prendre. Mais c’est loin d’être le cas, au vu des déclarations élogieuses de ZZ il y a quelques jours. « C'est un leader naturel. Il a été extraordinaire pendant toute sa carrière. C'est un leader sur la pelouse et un grand capitaine. Concernant tout ce qu'il a dit à propos des joueurs qu'il a rencontrés, il s'est toujours montré avenant envers ses collègues. Cela montre la personnalité qu'il a » , explique l’entraîneur du Real Madrid. Un respect mutuel, nullement entaché par une dernière rencontre pourtant douloureuse.

Panenka, parade et cafteur


Si le France-Italie 2006 a souvent été résumé au duel Zidane-Materazzi, buteurs tous les deux, et protagonistes de l’un des plus gros rebondissements d’une finale de Mondial, le vrai mano a mano a surtout opposé Zizou au gardien de la Juventus. Dès la septième minute, ZZ se présente face à Gigi pour tirer un penalty ô combien important. « Je ne pouvais le tirer pareil (croisé en bas à gauche, ndlr). Surtout quand il y a ce qu’il y a en face. » Alors, pour surprendre le gardien qui a l’honneur de semer le trouble dans son esprit, Zizou lâche une panenka. Un geste que les gardiens détestent et ont tendance à prendre comme une humiliation. Mais pas Buffon, qui sait simplement reconnaître le geste d’un grand joueur. Après l’égalisation italienne et une fin de match haletante où la France domine, les rôles s’inversent. C’est Buffon qui devient le bourreau du Français.


En prolongation, malgré une douleur à l’épaule, Zidane continue de porter les siens. Et à la 103e minute, sur un centre millimétré de Willy Sagnol, il décoche une énorme tête qui pourrait le faire entrer dans l’histoire en signant un deuxième doublé en finale de Coupe du monde. Mais le gardien italien se dresse miraculeusement sur la trajectoire. Un geste qui aurait pu valoir une haine irrationnelle de Zizou envers Buffon. Mais il sait, lui aussi, simplement reconnaître le geste d’un grand joueur. Quelques minutes plus tard, Buffon fait pire. Zidane vient de péter un plomb et d’envoyer sa tête dans le torse de Marco Materazzi. Personne ne l’a vu. Sauf Buffon, qui s’empresse d’aller cafter auprès des arbitres. Le carton rouge est sorti, et renvoie Zidane aux vestiaires par la petite porte. Pour le dernier match de sa carrière.

Les retrouvailles


Là encore, Zizou aurait pu lui en tenir rigueur. Mais sa colère est, peut-être encore aujourd’hui, uniquement dirigée contre celui qui l’a provoqué. « C'est bien que Buffon ait alerté l'arbitre pour lui signaler ce que j'avais fait. Je ne sais pas comment j'aurais pu vivre avec ça si les Bleus avaient été champions du monde et si j'étais resté sur le terrain » , déclare-t-il même en 2009 à France Football, alors qu’il assure encore n’avoir aucun remord à avoir frappé « le vrai coupable, celui qui provoque » .

Depuis ce 9 juillet 2006, les chemins de Zinédine Zidane et Gianluigi Buffon ne se sont plus recroisés sur un terrain de football. Ce samedi soir, cela va enfin être le cas. Buffon est toujours, plus que jamais, le formidable gardien qu’il était. Zidane s’est transformé en un entraîneur à qui tout sourit depuis qu’il est au Real. Rien ne pouvait être plus parfait qu’une nouvelle finale pour réécrire l’histoire. Et se témoigner, enfin, face à face, tout le respect qu’ils s’inspirent. En champions.

  • Profitez de nos bonus et pariez sur la finale de Ligue des champions

    Par Kevin Charnay
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Finale de la Ligue des Champions
    Juventus - Real Madrid




    Dans cet article


    jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
    il y a 3 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 4 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12