1. // Féminines
  2. // Amical
  3. // France/Roumanie

Buffet : « Le sport reflète le sexisme de la société »

Trop de préjugés entourent encore le foot féminin. La députée communiste de Seine-Saint-Denis Marie-George Buffet, ancienne ministre de la Jeunesse et des Sports, dresse ce constat sans appel en répondant à nos questions. Elle vient de préfacer le livre de la journaliste Fabienne Broucaret, "Le sport, dernier bastion du sexisme ?" (éditions Michalon, 2012). Interview à quelques heures du match amical de ce soir, à Orléans, entre les joueuses de l’équipe de France et la Roumanie.

Modififié
13 21
Le 25 juillet, les footballeuses françaises entameront les JO de Londres. Depuis la Coupe du monde 2011 où elle a fini 4e, on présente souvent cette équipe comme le contre-exemple vertueux de l’équipe de France masculine. Que pensez-vous de cette définition ?
Cette équipe de France féminine se caractérise par le fait que ces femmes n’ont pas la notoriété de leurs collègues masculins. De ce fait, elles n’ont pas non plus le même retour à l’image, elles ne sont pas touchées par le professionnalisme et l’argent qui court à vau-l’eau dans le football masculin. Leur rapport au sport est bâti différemment. Mais se contenter de dire qu’elles sont vertueuses, parce qu’elles ne touchent pas d’argent, c’est une attitude un peu naïve. Moi, j’aspire à ce qu’il y ait un véritable développement du football féminin avec, à un moment donné, une professionnalisation. Je ne vois pas pourquoi on refuserait aux femmes qui pratiquent le foot le droit d’être à plein temps sur leur pratique sportive. Déjà, si on met un salaire plafond pour les footballeurs, on va récupérer de l’argent pour payer les filles, ça, je peux vous le dire (Rires).

La professionnalisation des joueuses ne risque-t-elle pas d’entraîner les mêmes dérives que dans le football masculin ?
Chez les garçons, le problème, ce n’est pas trop le fait qu’il y ait du foot professionnel. Ce qui pose problème, c’est que ce foot professionnel n’a aujourd’hui plus de limites, un peu comme la spéculation. Les joueurs sont devenus les actifs de ces sociétés anonymes qu’on appelle encore clubs, mais qui sont avant tout des sociétés anonymes. On les vend, on les prête, on les achète. Les agents servent les intérêts des clubs, des joueurs, tout se mélange. Donc il faudrait que les filles entrent dans le foot professionnel avec des règles beaucoup plus strictes, qui s’appliqueraient aussi aux hommes.

Depuis 2009, même si en France le statut pro n’existe toujours pas pour les footballeuses, certaines joueuses sont désormais rémunérées grâce à des contrats fédéraux. En parallèle, d’autres joueuses de D1 féminine continuent de faire du foot sans rémunération. Regrettez-vous ce développement à double vitesse ?
Soyons clair, le foot féminin est encore très peu développé. Il y a énormément de clubs amateurs où il n’y a pas de sections féminines, où l’on fait des tentatives, puis, comme il n’y a que quelques filles, on les fait jouer avec les garçons, et elles se découragent. On dit alors : « Bah, on a essayé, mais c’est pas possible » . Il faudrait que la Fédération française de foot fasse un effort majeur pour aider les clubs. Mais ça demande une volonté politique, une orientation de la Fédération beaucoup plus importante que ça n’est le cas aujourd’hui, une action des élus locaux, etc.

Les contrats fédéraux n’ont-ils pas finalement un effet pervers ?
Seuls quelques clubs ont les moyens de proposer ce type de contrat. Et encore, excepté à Lyon, le montant des salaires oblige les joueuses à compléter leurs revenus avec un travail à côté du football… A part Lyon, le football féminin français, c’est quand même le grand vide. On n’y arrivera pas comme ça. Si on se contente du système actuel, on aura quelques équipes féminines qui seront un peu dans la lumière, mais on ne construira pas un véritable championnat qui a de la visibilité. Si on veut faire un vrai championnat de foot féminin, il faut d’abord qu’on ait la pépinière, il faut que ça pousse dans les clubs amateurs. Et seulement ensuite, on devra faire en sorte que la quasi-totalité des clubs pros masculins, et puis même ceux de CFA, etc, développent des structures féminines.

Six des douze équipes engagées en D1 féminine la saison prochaine appartiennent à un club pro masculin. A terme, chaque club pro masculin se dotera-t-il d’une section féminine ?
Ne faisons pas une création artificielle de sections féminines dans tous les clubs professionnels à coup d’argent, essayons que le foot féminin se développe en premier dans le foot amateur. Si on veut que chaque club professionnel ait son équipe féminine, il faut d’abord que l’on remplisse le réservoir. Et pour ça, il faut déjà qu’on réussisse l’accueil des petites filles. Ce serait une bonne enquête à faire pour la FFF : combien de clubs amateurs locaux ont des benjamines ou des minimes ? Si on dépasse les intérêts partisans de chaque club, il vaudrait mieux que deux ou trois communes se disent : « Voilà, on a une dizaine de petites filles inscrites, on rapproche nos moyens et on accueille toutes ces petites gamines au même endroit pour former une équipe » .

Le développement du foot féminin passe donc plus par la base que par le sommet ?
Les collectivités territoriales, qui sont l’une des principales bailleuses du sport français, peuvent encourager la pratique du foot féminin avec des subventions ou l’attribution d’infrastructure. Mais encore faut-il que tous ces décideurs, ou ces décideuses, aient envie. Je ne pense pas que ce soit une période d’acquis pour les droits des femmes. Je pense plutôt qu’on vit une période de stagnation dans les mentalités. J’ai vu lors de débats avec les jeunes les a priori encore omniprésents sur la pratique féminine du sport. Ça demande aussi qu’on ait une campagne d’idées sur le sport comme source d’épanouissement. Et le meilleur lieu pour faire une campagne de prévention c’est quand même l’Education nationale. Je pense que l’Education physique et sportive à l’école peut être un moment où l’initiation à la pratique sportive aide à faire tomber les clichés.

Le sport est-il bien le dernier bastion du sexisme, comme se le demande le livre que vous avez préfacé ?
Il reflète le sexisme dans la société. En politique, il y a aussi des barrages énormes parce que la femme serait censée rester au foyer, tandis que l’homme devrait s’occuper des affaires de la cité. Mais là, la femme peut se « déguiser » en homme assez facilement. Dans le sport, non. Le sport, c’est le corps. Et donc tout ce qui tourne autour du corps féminin - ce corps féminin fait « pour » engendrer - explique que les barrages culturels sont encore plus forts en sport que dans d’autres domaines. A cela s’ajoute la notion de pouvoir, et là on rejoint le politique, car ce sont les hommes qui dirigent la plupart des fédérations sportives.

A propos de corps, que répondez-vous à ceux qui estiment le football féminin trop peu physique, trop peu technique, pour être retransmis à la télévision ?
Dans des pays où le foot féminin se pratique depuis longtemps, et où il est un sport de masse, comme les USA, le niveau technique est très bon. Bien évidemment plus le vivier de femmes pratiquant le foot est grand, plus il y a de compétitions, et plus les joueuses gagnent en technicité. Est-ce qu’elles développeront un jeu à l’identique des hommes ? Pourquoi elles ne seraient pas aussi rapides que les hommes ? Pour l’instant, on en est tout au début. Vous savez c’est un peu comme l’idée en politique que les femmes seraient moins compétentes, ou moins disponibles. Dans la réalité, le travail domestique pèse plus sur les femmes que sur les hommes. Le nombre de fois où on s’est inquiété des études de mes enfants parce que j’étais le soir en mairie, c’était extraordinaire... Comme si j'étais la seule à pouvoir suivre les études de mes enfants !

L’été dernier, vous avez signé la pétition « Pas de filles hors-jeu » pour que la Coupe du monde de foot féminin soit reconnue par le gouvernement français comme un événement sportif majeur et qu’une large partie du public ait donc la possibilité de la suivre gratuitement. Est-ce que vous avez réussi à modifier ce décret de 2004 qui détermine les rendez-sportifs à retransmettre en priorité ?
Pas encore. On va se tourner vers Valérie Fourneyron. Maintenant qu’elle est là, Valérie (nouvelle ministre des Sports, ndlr), j’espère qu’elle va nous aider. Je pense que, sur le fond, il n’y aura pas de problèmes. Il suffit de changer le décret, ce qui peut être très rapide. C’est bien que l’association « Femmes solidaires » ait eu l’idée de cette pétition, car, dans l’histoire du féminisme, le sport a souvent été mis de côté. Dans les BD, dans les films, toutes les images liées au foot montrent des garçons qui jouent au ballon. Il faudrait encore plus donner à voir des filles qui font du foot. Hier, j’étais à une fête de quartier. Il y avait un tournoi de foot pour les garçons, le matin et l’après-midi. Et les filles, entre deux matches de foot, faisaient de la danse…

Propos recueillis par Adrien Pécout
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Oui et alors? ce qu'on appelle sexisme c'est un peu inhérent en fait à l'espece humaine...
Thematique de merde pour bobo parigo!!!
dede62137 Niveau : DHR
putain, y a Thiriez qui s'est déguisé juste derrière elle sur la photo ! Pas top ton déguisement fredo
Déjà son prénom c'est Marie ou Georges ? Parce que la photo donne pas beaucoup d'indice sur le sexe.
elle pèse combien dans l’échiquier politique Marie Georges Buffet ? 2% ?
Harry Redknapp Niveau : District
Franchement, le Foot Féminin c'est une très bonne chose. Mais alors que les médias français se pavanent sur les exploit de l'équipe Féminine de Lyon, je trouve ça un peu gros. En effet, Lyon est avec 4-5 autres la seule équipe vraiment professionnelle, alors lorsque elle s'impose avec des score Barcelonesque, il faut relativiser tout cela. Les médias citent cette équipe en exemple, mais si une équipe pro M jouait avec des amateurs, ce serait la même chose.
@Dirty Harry : Bah ça donne la Liga quoi.

Sinon quitte à faire le macho rétrograde, elles ont qu'à offrir du jeu intéressant et peut-être que l'éventualité que leur sport soit un temps soit peu aussi médiatisé que le judo et ainsi les joueuses seraient semi-pros. Parce que bon, rien que la finale de LDC féminines on dirait un match de CFA2, l'engagement physique en moins. Puis 80% du temps y a un tel écart de niveau qu'on dirait un Bayern Munich-Red Star Club de Montreuil (j'ai notamment le souvenir d'un pénible France-Croatie qui s'était terminé sur le score de 8-0, le tout aggravé par les commentaires de Delperrier et ses incessantes remarques sur ces magnifiques joueuses plus méritantes que leurs homologues masculins...). Bref content que cette hype ridicule ait cessée. Triste sport que le football féminin.
Childebert1 Niveau : DHR
La société sexiste comme le foot en France ? C'est vrai : les filles sont avantagées, la moindre petite de leur réussites est magnifiée et toutes leurs erreurs ou échecs sont tolérés avec bienveillance.
Non mais sans rire Buffet et autres Mélanchon ils vivent dans un monde parallèle ou quoi ? Y'a qu'un endroit de la société française où on traite mal les femmes aujourd'hui, mais faut pas en parler sinon c'est raciste, ça rappelles les heures les plus sombres, les colonies, hitler, tout ça.
Ferme ta gueule, communiste* !
"Cette équipe de France féminine se caractérise par le fait que ces femmes n’ont pas la notoriété de leurs collègues masculins."

Non parce que c'est des brèles c'est tout.

Les clubs féminins n'ont pas d'histoire, il n'y a pas de culture du foot féminin, pas de supporters, donc logique qu'il n'y ait pas de fric.
pier-rototo Niveau : DHR
buffet... la bétise dans sa plus belle forme.

et puis, si elle aime tant le sport féminin, qu'elle y aille.
MarvinUnited Niveau : Loisir
Roh les commentaires de beauf on s'en serait passé j'imagine. Buffet est la seule ministre des sports qui ai fait progressé le débat dans le bon sens, mais forcément avec un gouvernement social-démocrate infâme derrière on ne peut pas aller bien loin.
Je préfère largement son interview là que la conf' de presse de l'autre beauf de René Girard (et son pote loulou) qui ne fait que diviser le peuple sur des thématiques de campagnes vs. villes infectes en se victimisant, je mettrais avec ces ordures les dirigeants marseillais depuis pas mal d'années qui mènent également un travail de sappe de division à des fins lucratives évidemment, ainsi que les médias qui ont créé un "classico" spécial beauf qui pensent que c'est les campagnards contre les riches de la capitale.

Je rajouterais un bon point pour Sofoot qui entre divers articles people en carton arrive a publier quelques trucs sympas.
ce n'est plus so foot les commentaires ! c'est le figaro ou minute...
Le foot féminin mérite d'être plus médiatisé, mais il faut y aller petit à petit.
Diffuser sur les grandes chaines la league de champions féminine seraient dejà un bon débuts.

Les résultats de l'EDF féminine méritent qu'on se penche sur la question, certes le jeu est un peu moins spectaculaire, on un un impression de jeu au ralenti durant certains matchs mais il ne faut pas se voiler la face, même si certaines joueuses ont un statut quasi pro, les limites physiques des femmes ne leurs permettent pas les même possibilité que les hommes.

Lors de la finale de LdC, j'ai pu voir une équipe lyonnaise avec beaucoup de talent, une envie et une technique impressionnante. Et quelle maitrise du jeu.

L'OL domine depuis 5 ans la D1 et 2 ans l’Europe, mais il n'y a pas qu'elles. le PSG monte, Montpellier est pas mal et j'en passe. Je le redis encore une fois, même si le foot féminin ne vaut pas le foot masculin en terme de spectacle, elles méritent d'être plus médiatisée qu'a l'heure actuelle.
ReynaldPedros Niveau : DHR
Mme Buffet meuble son absence sur la scène politique par des déclarations en kit, à la suédoise. Elle voudrait bien retrouver un peu de crédit à la consommation de ce type d'article. Et il en faudra pour racheter la cuisine politique désordonnée des écologistes ces derniers temps. Parce que bon, il ne suffit pas d'être vert pour faire du Cetelem.

En tout cas sur cette photo, elle n'a pas l'air bien commode...

Tout ça pour dire que je suis atterré par le niveau des commentaires, qui finalement donnent raison à Marie-Georges.
Et je rajouterai même que le football, c'est pas un sport de gonzesse. Elles ont rien à foutre* ici. Hop ! Direction cuisine. Et vas laver mon slip, femme !
acqua di gio Niveau : DHR
Très honnêtement, j'ai entrainé pendant 6 mois une équipe féminine. Oui 6 mois car je n'ai pas continué plus loin et j'ai préféré partir.

Bien sûr, elles ont pas mal de qualités, mais leur problème majeur, c'est qu'elles n'ont pas bien compris dans l'ensemble que pour avoir des résultats, il faut avoir de la condition physique.

A titre personnel, je luttais pour qu'elles s'échauffent ne serait ce que 10 mns.

Il fallait toujours taper dans la baballe !

Jamais contentes des exercices proposés. Pourtant, je ne les ai pas inventé les exercices, je me suis inspiré d'entrainements spécifiques de Clairefontaine, Luis Fernandez au PSG ou encore Hiddink à l'époque du Real Madrid.

Mais non, ce n'était jamais assez bien. Là où on a touché le fond, c'est lorsque l'on ma reproché un exercice lors d'un entrainement où il fallait courrir pour rattraper le ballon, la distance était trop grande (!).

Tout le temps des histoire de vestiaire à gérer. Et elle, elle joue et pas moi... Te demande pas surtout s'il est normal de peser 73 kg pour 1m65...

Bref, du coup en match, à partir de la 60è minute, les joueuses de foot sont à la rue.
J'en ai discuté avec les autres entraineurs qui quasiment tous m'ont fait le même constat.

J'espère pour elles que cela va évoluer, mais franchement, ce sera sans moi.
Et j'ai essayé pourtant.
RRROOHH, les coms !!!
Décidément, même ici bonjour le sexisme !
C'est (mal)heureusement pas une spécificité des footeux : les cyclistes ne supportent pas de voir une fille sur la selle, les boxeurs ne veulent pas prêter leurs gants et les tennismen (en tout cas Simon) trouvent inconcevable qu'une championne gagne autant qu'eux !!!
Bref, le sport reflète bien le sexisme de la société.
Pour le foot féminin, moi je le trouve très intéressant.
Le niveau de jeu a grandement évolué ces dernières années.
Certains parlent de l'engagement, il serait stupide d'attendre le même niveau d'engagement que pour les hommes. Mais moins d'engagement ne veut pas dire moins de spectacle car la technique a une place plus importante dans ce football.
En fait tout dépend de ce que l'on attend d'un match de football et du sport en général, le terme d'engagement est relative puisque les américains trouvent le soccer trop peu physique par exemple et le réserve aux filles ...
Je rajoute que les matchs féminin comportent très peu voir aucune simulation, ce qui est réellement agréable.
Un bémol effectivement sur les différences de niveau entre certaines équipes, mais je pense que c'est une question de temps et de développement de la pratique (n'oublions pas que chez les hommes il y a 20 ans il était normal d'en passer entre 5 et 10 aux Féroé ou à Chypre).
Le niveau des commentaires est pathétique...
Pour une fois qu'il y a une interview intelligente de personnalité en dehors du foot, qui plus est concernée par le monde du sport... et oui car je l'apprends aux incultes qui postent ici qu'elle a été ministre des Sports, reconnue par l'ensemble du monde sportif et du monde politique comme une des meilleures à ce poste, tout couleur politique confondues.
ses positions dans la lutte anti dopage furent primordiales et courageuses.
Merci Arribas !
Je rajouterai qu'à l'époque du tout palmarès, elle pourrait se targuer d'être champion(ne) du monde 98 et d'Europe 2000 !!
Je précise que je ne partage pas ses opinions politiques et que je trouve navrant l'utilisation par certains du mot communiste comme d'une insulte !
Depuis quand quelqu'un qui a pris sa carte du PCF le 31 Mai 1968 a-t-il une quelconque légitimité pour parler ???
A part dans les pays régis par un système totalitaire marxiste-léniniste, il n'y a qu'en France où l'on accorde encore du crédit à ce que racontent les communistes. 100 millions de morts – (chiffres en cours) sur la conscience - qui ne l’empêche pas de dormir à mamie tartine Buffet – et elle vient causer de sexisme dans le sport. Crédibilité énorme.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
13 21