1. // CM 2018
  2. // Qualifs
  3. //

Buffarini, le plan anti-Neymar

Pour la première fois de sa carrière, Julio Buffarini a été appelé en sélection nationale. Et le latéral droit de São Paulo pourrait avoir une lourde responsabilité : le marquage de Neymar.

Modififié
2k 2
On le décrit souvent comme un entraîneur défensif. Lorsque San Lorenzo remporte la Copa Libertadores en 2013, Edgardo Bauza expliquait son plan de jeu dans les colonnes d’Olé. « Pour ceux qui aiment le football moderne, vertical et où tous les joueurs montent, San Lorenzo n’est pas une bonne équipe à regarder. Honnêtement, je m’en bats les couilles qu’on me qualifie de défensif.   » Aujourd'hui à la tête de la sélection argentine, qui ressemble bien plus à un bateau qui tangue qu’à la meilleure nation du monde selon le classement FIFA, Bauza va montrer, face au Brésil, dans une rencontre qui pourrait être décisive, qu’effectivement le football offensif n’est pas sa priorité. Dans un 4-4-2 extrêmement défensif, Julio Buffarini ou Enzo Pérez luttent pour une place sur le côté droit. Pour sa première convocation avec l’Albiceleste, le latéral de vingt-huit piges qui joue à São Paulo, pourrait donc avoir la lourde tâche de passer quatre-vingt-dix minutes au marquage de Neymar. Présentation d’un joueur inconnu en Europe, qui a quitté San Lorenzo cet été avec le statut d’idole.

Julio Bascuñán, arbitre de la discorde

« Je suis un latéral ailier »


« Je suis arrivé comme un joueur inconnu de l’ascenso (les divisions inférieures en Argentine, ndlr) et je pars comme un supporter. » Quand vient l’heure de quitter San Lorenzo, Julio Buffarini s’épanche dans une lettre.


Il faut dire que le latéral droit argentin doit tout au club de Boedo. Avant de rejoindre le club du pape, Buffa a porté le maillot de trois clubs de seconde division. Qu’il a failli rejoindre dès sa première saison sous le maillot de San Lorenzo, quand le club de la capitale argentine s’est sauvé en barrage. Formé comme ailier, Buffarini devient latéral lorsque Pizzi débarque à San Lorenzo. Edgardo Bauza le confirme à ce poste quand il prend les rênes des Cuervos. Avec l’actuel sélectionneur argentin, San Lorenzo remporte la première Copa Libertadores de son histoire, avec comme tête d’affiche Ortigoza et Buffarini, auteurs d’une campagne exceptionnelle. Souvent décrit comme un joueur limité techniquement, comme un guerrier aussi, le gamin qui livrait les poulets que cuisinait son père est devenu l’un des meilleurs latéraux du continent. Dans une interview pour El Gráfico, le natif de General Cabrera revenait sur son adaptation en défense : « Au début, ça ne me plaisait pas. Je n’arrivais pas à défendre, je n’étais pas attentif, je ne maîtrisais pas le placement pour le hors-jeu adverse. J’étais tout le temps à la limite. Mais j’ai progressé, je me suis adapté à ce poste. Aujourd'hui, je dis que je suis un latéral ailier. »

Buffarini en balance avec Enzo Pérez


Quand Bauza part entraîner São Paulo, il insiste pour le recrutement de Buffarini. La direction du club brésilien met environ trois millions d’euros sur la table de son homologue argentine pour s’attacher les services du véloce latéral, excellent centreur. L’expérience brésilienne de Bauza ne dure pas, puisque le Patón a répondu à l’appel de la patrie. Dès son arrivée, la presse argentine affirme que le nouveau sélectionneur compte s’appuyer sur certains joueurs du football local ou sur d’autres qu’il a connus lors de son passage sur le banc de San Lorenzo. Pour les deux rencontres face au Brésil et à la Colombie, Bauza a donc fait appel à Buffarini, qu’il connaît parfaitement. Et n’a pas caché ses intentions, expliquant qu’il pourrait être aligné au poste d’ailier dans un 4-4-2. L’intéressé a confirmé en conférence de presse qu’il était prêt pour débuter : « C’est un poste auquel j’ai joué pendant ma carrière, je m’y sens bien, je le maîtrise. Même si je suis latéral depuis quelques années, je n’ai pas oublié les bases d’un ailier droit. J’essaierai d’être utile à l’équipe et à l’entraîneur. » Selon les dernières informations de la presse argentine, Bauza hésiterait entre Buffarini et Enzo Pérez pour ce poste. Alors qu’il a déclaré qu’il « n’oserait pas demander une photo à Messi » , Buffarini pourrait se retrouver au marquage de Neymar pour sa première sélection. Sûr que ça ne mérite pas une petite photo ?


Le match Brésil-Argentine sera à suivre en direct sur SoFoot.com, cette nuit, à 00h45



Par Ruben Curiel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Il m'a toujours fait bonne impression Buffa. Petit gabarit mais accrocheur, en espèrant qu'il vive bien sa sélection!
Des suiveurs du champ brésilien pour me dire comment il tourne à Sao Paulo ?

Content que Bauza appelle des joueurs qui jouent encore en AmSud, ça fait plaisir, parce que un mec comme Marcos Rojo, je sais pas ce qu'il a comme totem, mais c'est le même fournisseur que Cabaye.
Kwak, je suis le championnat brésilien, article flatteur concernant ce joueur, pas le nivrau pour jouer avec l équipe nationale, c est l homme de confiance de Bauza mais à são paulo, il défend mal et prend le bouillon sur son couloir... offensivement intéressant mais pas de quoi casser trois pattes à un canard.... d ailleurs, hier il s est fait dépasser sur son couloir... à sa décharge, toute l argentine s est fait dépasser ...
1 réponse à ce commentaire.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
2k 2