1. //
  2. //
  3. // Brest-Strasbourg (2-1)

Brest se paie Strasbourg dans le Furlan time

Modififié
0 5

Stade brestois 29 2-1 RC Strasbourg

Buts : Battochio (38e, sp), Maupay (92e) pour Brest // Sacko (24e) pour Strasbourg

Décidément, le Stade brestois adore maintenir le suspense jusqu'à la dernière minute. Face à Strasbourg, les joueurs de Jean-Marc Furlan ont encore attendu les arrêts de jeu pour s'offrir les trois points.

Au taquet en fin de match, Brest ne l'était pas franchement au début de la rencontre. Baptiste Guillaume manque le cadre une première fois, pas Sacko : à la réception d'un bon centre de Boutaïb, le gamin pique sa tête du haut de ses dix-neuf printemps et refroidit les ardeurs locales (1-0, 24e). Boutaïb n'est pas loin de doubler la mise dans la minute suivante, mais Brest revient finalement dans le match grâce à M. Turpin. L'arbitre désigne le point de penalty pour une main de Nogueira, Battochio ne se prive pas de battre Ouidja et de remettre les compteurs à zéro (1-1, 38e).

Les occasions sont plus rares que les nuages en seconde période. Diallo, à côté, répond à Guillaume, contré, et c'est tout. La plus belle performance est pour Marester, deux cartons jaunes qui font un rouge en trois minutes : une faute sur Joseph-Monrose à la 84e, une seconde sur le même Steven à la 87e, douche à la 88e. Propre.

À 11 contre 10, Brest et Maupay, d'un bon coup de boule, profitent de l'avantage numérique pour reprendre le sceptre de la Ligue 2 (2-1, 92e). Sept buts pour Maupay, trois points pour Brest et trois coups de sifflet de M. Turpin pour renvoyer les vingt et un présents aux vestiaires, le compte est bon.

  • Résultats et classement de Ligue 2 Par Éric Carpentier
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Dans cet article

    Perdre face à Jean-Marc Furlan.

    Voilà une humiliation dont on va pas se remettre de sitôt.

    Je ne comprends toujours pas comment la LFP peut laisser faire ça.

    On se réveille la ligue et on commence à donner les bonnes consignes aux arbitres.

    Je connais pas un seul sport pro ou on laisse faire cela, bordel.
    1 réponse à ce commentaire.
    Très intéressant pour nous ce pret de N.Maupay! Je le vois bien tourner autour de Beric l'année prochaine, il me semble très complémentaire.
    Jemincruste1 Niveau : CFA
    C'est clair, ce prêt se passe à merveille et c'est tant mieux car Maupay avait déjà laissé entrevoir un certain talent et une belle intensité l'année dernière.

    A voir sur le moyen et long terme.
    1 réponse à ce commentaire.
    Furlan en ligue 2, c'est un tueur. Et en ligue 1 avec un plus gros effectif, ça pourrait faire très mal, n'en déplaise aux moqueurs. Excellent coach, d'un point du vue du jeu en tout cas...
    Légende urbaine.

    Je rappelle que le gars a perdu 11 matchs d'affilée alors qu'il avait une triplette sexy chocolat Mouloungui - Renteria - Gameiro.

    Sans doute un des plus gros imposteurs du monde pro.

    Un gars qui ne parle que de valeurs et qui passe son temps à les trahir.
    gwynplaine76 Niveau : CFA2
    C'est marrant, ça, les quelques supps strasbourgeois que je connais sont tous unanimes dans ce sens. Genre dans leur panthéon des pires ennemis, il doit y avoir dans l'ordre: Hilali, Le Roy et Furlan.
    Ouais, y a Bernard Gardon qui est pas loin non plus de ce trio.

    Ca se joue dans un mouchoir de poche.
    Des entraineurs qui réussissent partout où ils passent, j'en connais pas des masses. Un entraineur, il peut être bon dans un contexte propice à ses méthodes et mauvais quand les conditions ne sont pas réunies.
    A Brest comme à Troyes, il est dans un environnement qui lui convient.
    Je suis pas un grand spécialiste de Strasbourg mais de mémoire, les années qui ont précédé la chute, y'avait quand même de gros problèmes de dirigeance dans ce club. Le seul souvenir que je garde du passage de Furlan là-bas c'est l'épisode où il traite Grosso de sale rital, ce qui témoignait d'une étonnante nervosité puisque lui même est très lié à l'Italie.
    Pour en revenir au Furlan time (je compatis à ta déception, il a fait le même coup contre Reims il y a 3 semaines), je repense aux propos de Dupraz, autre spécialiste des finish canon, sur la mauvaise nutrition de certains joueurs qui s'écroulent au bout de 60 minutes. J'avais jamais envisagé la question sous cet angle, pensant naïvement que tout professionnel (au foot ou ailleurs) maitrise parfaitement son alimentation, mais je suis de plus en plus convaincu qu'il a raison et que ce n'est pas le cas.
    4 réponses à ce commentaire.
    Avec Furlan t as le cul entre deux chaises, pour une L2 avec budget sympa c est monté assuré mais une fois un L1 c est la cagadue aussuré aussi.
    Non, ses performances strasbourgeoises et nantaises ne doivent et ne peuvent en aucun cas occulter son travail remarquable à Troyes (meilleur entraîneur en 2005 et 10 ans plus tard), ni son parcours avec Libourne (outre la montée en national, le jeu, les joueurs qu'il a fait grandir, chalmé, valbuena (grandir, footballistiquement j'entends), les parcours en cdf...). Aucune légende urbaine impossible à prouver que d'affirmer qu'à des nombreuses reprises, les équipes de Furlan ont pratiqué un jeu leché, porté vers l'avant. Et pas forcément avec de gros moyens, notamment à Troyes.
    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    0 5