1. //
  2. // 14e journée
  3. // Résumé de la soirée

Brest et Dijon carburent, Nîmes dans le dur

Vainqueur de Valenciennes, Brest fait un fringant leader alors que Dijon ne lâche pas derrière les Bretons. Dans la tourmente, Nîmes s'est incliné à Créteil alors que Tours laisse sa place de lanterne rouge à Arles-Avignon.

Modififié
3 10
  • Brest et Dijon confirment leur bonne passe


    Cette fois, ils ne peuvent plus se cacher : les Brestois ont une bonne gueule de promu en devenir. En déplacement à Valenciennes, le leader du championnat a fait honneur à son statut et a mené les débats dans un stade du Hainaut où les Valenciennois ont vite compris qui était le patron après avoir manqué leur chance en début de partie en touchant la barre transversale. Intraitables défensivement, les Finistériens s'appuient sur un bloc solidaire de plus en plus convaincant et difficile à bouger. Le colosse de Ligue 2 est donc brestois et bien défendre, ça paie. Car les Brestois ont aussi cette propension à savoir marquer. En première période, ils sont d'ailleurs à deux doigts ou plutôt à cinq de le faire. Mais une bonne tête de Belghazouani est repoussée par la main de Kévin Lala dans sa surface. Le Valenciennois ne doit l'absence de penalty et de carton rouge qu'à une défaillance oculaire du corps arbitral. Face à des Nordistes limités et après un coup franc de Bruno Grougi sur la barre, les Brestois inscrivent finalement un but rageur grâce à Traoré qui balance dans les filets un ballon traînant dans la surface valenciennoise. Le but du bonheur qui permet aux Bretons de conserver le leadership.

    Un leadership que leur ont longtemps contesté ce vendredi soir des Dijonnais bousculés cette semaine par l'affaire des matchs truqués. Mis en cause par la justice, l'entraîneur Olivier Dall'Oglio a pu mesurer le soutien populaire des supporters dijonnais à son égard lorsque ces derniers ont scandé son nom avant le coup d'envoi du match face à Orléans. Un public de Gaston-Gérard qui a d'ailleurs eu d'autres occasions de donner de la voix. Après trente minutes insipides, les vingt-deux acteurs se décoincent finalement les articulations. Bien servi par Romain Amalfitano dans un petit intervalle, Yohann Rivière résiste physiquement et trompe tranquillement Thomas Renault. Alors qu'à ce moment de la soirée, les Dijonnais ont les fesses sur le trône, Orléans va les en faire choir. Sur un contre, l'ancien Rémois Luigi Glombard s'en va battre un pauvre Baptiste Reynet pourtant auteur d'un grand match. Dijon n'en reste toutefois pas là et reprend sa course vers les sommets grâce à Romain Philippoteaux. Quelques grigris du milieu de terrain, un crochet et une frappe logée au ras du poteau achèvent finalement Orléans. Mais c'est de la deuxième place dont doivent se contenter les Bourguignons, car Brest a évidemment fait le taf.

    Valenciennes-Brest : 0–1
    Dijon-Orléans : 2–1


  • Sale semaine pour Nîmes


    La semaine du Nîmes Olympique ne pouvait pas plus mal se terminer. Mis à mal par un scandale de corruption qui obscurcit l'avenir du club, les hommes de José Pasqualetti sont allés s'incliner chez des Cristoliens qui chassaient de précieux points. S'ils ne se sont probablement pas pointés avec des caisses de vin, les Nîmois repartent avec une défaite complètement logique tant les joueurs de Créteil ont fait le travail pour s'offrir un match à sens unique. Aurélien Montaroup a d'abord rappelé que le meilleur défenseur du championnat de Biélorussie qu'il fut un temps était encore capable de bonnes choses. Son déboulé côté gauche et son bon centre en première période ont permis à Cheick N'Doye de marquer d'une frappe tendue. Ce même Montaroup loupera d'ailleurs un penalty en seconde période, mais sans conséquence. Auparavant, le goupil Essombé s'est chargé de marquer en renard pour offrir une victoire à domicile aux Franciliens.

    Autre victoire à la maison, celle du Gazélec Ajaccio. Les Corses ont conquis une cinquième victoire de rang à Ange Casanova et pointent désormais au quatrième rang. Ce vendredi soir, ils ont disposé d'une faible équipe de Laval qui a terminé à neuf après les expulsions de Chafik et Konaté. Le seul but d'une rencontre finalement soporifique a été inscrit par Mohamed Larbi sur penalty. Mais l'essentiel, c'est clairement les trois points. Et c'est toute la Corse qui aurait pu avoir le sourire ce soir car à quelques kilomètres de là, l'AC Ajaccio recevait Angers à François-Coty. Alors que le score est à 1-1 dans les dernières secondes, l'arbitre de la rencontre oublie, semble-t-il, un penalty en faveur des Corses. C'est la colère dans les rangs ajacciens : la sécurité doit même contenir des supporters enragés, prêts à s'engouffrer sur la pelouse. Auparavant, Ajaccio avait pourtant fait parler son duo de dynamiteurs. On connaissait Laurel et Hardy ou Rox et Rouky, désormais il faut aussi compter sur Fauvergue et Cavalli. Le premier a marqué son sixième but de la saison sur une sixième passe du second. Indissociables. Angers a réussi l'égalisation grâce à son ninja Kodjia, qui s'est effacé astucieusement pour contraindre Perozo à marquer contre son camp. Résultat des courses : les deux formations restent dans le ventre mou.

    Créteil-Nîmes : 2-0
    Gazélec Ajaccio-Laval : 1-0
    Ajaccio-Angers : 1-1



  • Tours respire un peu, Arles n'est pas au mieux


    Après leur victoire éclatante sur la pelouse des amateurs de Meymacois (6-0) en Coupe de France, les joueurs de Châteauroux sont revenus à la dure réalité du championnat. En déplacement dans l'Yonne, les hommes de Pascal Gastien ont subi la loi d'Auxerrois intraitables et très vite dans le bain. Huitième minute d'abord : l'ancien Caennais Livio Nabab profite d'une sortie bien foirée de Landry Bonnefoi pour mettre le cuir au fond des cages. Douzième minute ensuite : Châteauroux se fait punir par un produit de son centre de formation, Amary Baby, qui met une bonne tête sur corner et assomme ses anciens copains sans célébrer. Hors du coup malgré leur réduction du score tardive, les Castelroussins s'offrent un retour express dans la zone rouge après avoir encaissé un superbe coup franc bien enroulé par Vincent Gragnic. Avec ce succès, Auxerre se déleste de l'inconfortable costume d'équipe la moins performante à domicile, costume que porte désormais sur ses épaules une pâle équipe d'Arles-Avignon.

    En déplacement à Clermont, adversaire direct pour le maintien, les Sudistes se sont éteints en l'espace d'une seule période. Alors oui, Mamadou Niang a enfin marqué en Ligue 2, mais son penalty n'a suffi qu'à redonner un vain espoir à sa formation, alors menée 2-0. Car l'intenable Idriss Saadi s'était déjà mis en évidence dans cette rencontre. Son ouverture du score sur une frappe bien enroulée a appelé un doublé plein de panache sur un déboulé au cœur d'une défense arléo-avignonnaise qui ne semble pas connaître la règle du hors-jeu. Hors du coup, les hommes de Stéphane Crucet perdent Jonathan Zébina qui récolte un carton rouge un peu bête avant d'encaisser un but de Dugimont consécutif à un cafouillage. Résultat des comptes : Arles est la nouvelle lanterne rouge de Ligue 2, et ce, dès la pause.

    Car les Tourangeaux, mal en point, sont revenus vivants de leur déplacement à Niort. Et ce n'est pas la querelle invraisemblable entre Bryan Bergougnoux et Youssef Adnane en début de rencontre pour savoir lequel des deux allait tirer un penalty qui a mis plus encore la pagaille dans une maison déjà chamboulée. Vainqueur des débats, Adnane met rapidement les siens devant sur penalty, finalement félicité par Bergougnoux. Mais les atermoiements niortais ont finalement raison des lacunes tourangelles. Dans ce duel des deux formations les plus malades de Ligue 2 ces dernières semaines, Seydou Koné vient catapulter le ballon dans les cages de Kamara en deuxième période. Tours s'offre son premier point de la saison à l'extérieur, n'est plus dernier et ne va donc certainement pas se plaindre.

    Auxerre-Châteauroux : 3–1
    Clermont-Arles : 3–1
    Niort-Tours : 1–1




    ⇒ Résultats et classement de L2

    Par Aurélien Renault
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Note : 1
    7ème ce soir. Avec ce type de performance, la montée peut être là en fin de saison.
    Putain ça fait du bien de revoir Kerboriou dans les buts, j'espère que F. de Percin pourra s'imposer à long terme dans l'équipe première
    Ceux qui suivent la L2 et plus particulièrement Clermont. Saadi, ça donne quoi?

    Parce qu'en je vois l'efficacité de l'attaque de Sainté, et celle de Saadi, je me dis que l'ASSE a fait une belle connerie en le vendant définitivement.
    Go_Scousers Niveau : CFA
    Saadi porte l'attaque de Clermont à lui tout seul ou presque. Je l'ai vu jouer contre Châteauroux (doublé) il est bon, notamment dans ses déplacements. Il va très vite.
    Shabani Nonda Niveau : Loisir
    Saadi est un joueur puissant et rapide, généreux dans l'effort. Il peut progresser devant le but encore mais en effet il aurait pas fait de mal à sainté.
    En revanche, il ne porte pas à lui tout seul l'attaque de Clermont, il y a de bon joueurs avec lui (novillo, salibur,...). D'ailleurs et même si ça se reflète pas forcément au niveau du classement, j'ai jamais vu Clermont aussi bien joué que depuis que Diacre est la!
    Message posté par Go_Scousers
    Saadi porte l'attaque de Clermont à lui tout seul ou presque. Je l'ai vu jouer contre Châteauroux (doublé) il est bon, notamment dans ses déplacements. Il va très vite.


    Novillo, c'est une pipe?
    Ailier Gauche Niveau : DHR
    Luigi Glombard n'est pas un ancien rémois. C'est le grand frère de Christopher qui, lui, joue encore à Reims.
    Message posté par popeye


    Novillo, c'est une pipe?


    pas vraiment, mais il est clairement en-dessous du niveau qu'il pense avoir.
    Brest en leader à Valenciennes, il va quand même être temps que nos attaquants se mettent à planter..Sinon, la défense de dingue : 1 but encaissé tous les 3 matchs, c'est beau.
    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    3 10