1. // JO 2012
  2. // Bilan
  3. //

Brésil, un mal pour un bien ?

Tout le monde les annonçait vainqueurs des JO londoniens, c'est finalement le Mexique qui a décroché la médaille d'or. Le Brésil essuie donc un nouvel échec olympique, le premier pour l'impétueuse génération des Neymar & co qui va devoir changer de formule pour briller chez elle dans deux ans lors de sa Coupe du monde.

Modififié
5 33
Jamais deux sans trois. Voilà trois fois que le Brésil loupe l'or olympique et se contente de l'argent. Le bloc collectif mexicain a eu raison des fortes individualités brésiliennes. Comme Dunga, Mano Menezes échoue dans sa quête d'or et devra aborder le Mondial 2014 dans une position il est vrai peu confortable, mais toujours meilleure que celle de son prédécesseur après les JO de Pékin. Car oui, la Seleção a échoué au pied du but, mais elle a montré beaucoup de caractère et de créativité. Seulement, Neymar, Oscar, Damiao et le reste de la bande, sont des mioches qui réalisent encore à peine que tous les espoirs d'une nation reposent sur leurs épaules. Mis à part les Hulk, Thiago Silva et Marcelo, tous ont joué pour s'amuser avant de gagner. C'est ce qui a fait la différence contre le Mexique et c'est ce qui aurait déjà pu être fatal en quarts face au Honduras. A force d'être trop sûrs de leur force, les surdoués auriverde ont fini par céder, par orgueil et laxisme.

Un nouveau départ

Pour cette raison, cette défaite lors d'une rencontre aussi importante que la finale des JO est peut-être moins une calamité qu'un mal nécessaire. Cette nouvelle génération portée aux nues par les médias et l'opinion publique depuis l'après-Coupe du Monde 2010 va sans doute commencer à prendre conscience de ses fautes et du fossé qui les sépare du top niveau. Neymar en avait déjà fait l'amère expérience contre le Barça en décembre dernier, ses coéquipiers vont désormais le suivre. Dorénavant et jusqu'en 2014, cette génération d'enfants gâtés va devoir se passer de l'indulgence de son entourage. Pour autant, résumer les jeux de la Seleção au seul échec final serait une erreur. Cette équipe-là va aborder la dernière ligne droite de sa préparation pour le Mondial dans un bien meilleur état que la fois précédente. Le Brésil a inscrit au moins trois buts par match avant la finale, Leandro Damiao termine meilleur buteur de la compétition, Neymar a dribblé au moins trois fois tous les joueurs des équipes adverses, Oscar a plus ou moins justifié le prix de son transfert et Hulk a bien rempli son rôle de papa poule autour de tous ces puceaux.

Les Auriverde ont de plus définitivement renoué avec le jeu ultra offensif et spectaculaire qui fait d'eux une équipe si singulière, représentant à merveille un pays enjoué dont le goût particulièrement prononcé pour le spectacle n'est plus à présenter. La Seleção est redevenue l'équipe du peuple, celle qu'on regardait volontiers jouer pour se délecter des gestes techniques fantaisistes de ses artistes. Celle qui attaquait à outrance même dans les matchs à enjeu sans forcément se soucier des représailles - on a parfois vu la team de Menezes évoluer en 2-4-4 ou 4-2-4, à l’ancienne. Celle qui prend un malin plaisir à vouloir humilier l'autre, quoi. Alors oui le Brésil, presqu'au complet, n'a croisé le fer qu'avec des sélections olympiques et a perdu la finale. Les équipes présentes en 2014 seront forcément des adversaires plus coriaces, mais marquer 16 buts en six matchs, ce n'est pas à la portée du premier venu. Autant dire que dans deux ans, il faudra s'attendre à ce que les Auriverde plantent banderille sur banderille.

Soucis défensifs

Derrière en revanche, la copie est nettement moins convaincante, pour ne pas dire pourrie. Si la Seleçao devait aligner cette arrière-garde lors du prochain Mondial, nul doute qu'elle passerait difficilement les quarts de finale. Malgré la présence de Thiago Silva dans la capitale anglaise cet été, la défense de Mano Menezes s'est révélé être une sacrée passoire. Juan n'a pas encore le niveau pour épauler la nouvelle recrue du PSG, alors que sur les ailes, Rafael, mais surtout Marcelo, jouent beaucoup trop haut et laissent bien souvent leurs centraux dans la merde. Si le Fabrice Eboué brésilien défend comme ça au Real, Fabio Coentrão passera de mouton noir à chouchou du public madrilène. Et malgré les retours de David Luiz et Daniel Alves, qui devraient régler pas mal de choses sur le plan défensif, le problème de l'aile gauche ne sera pas résolu si facilement.

On a vu Mano Menezes essayer de densifier son milieu de terrain contre la Corée du Sud et le Mexique pour pallier la fragilité défensive de son équipe, à chaque fois au détriment de Hulk, laissé sur le banc. Or le joueur du FC Porto use énormément les défenses adverses grâce à ses capacités physiques et son volume de jeu disproportionné. D'un autre côté, il ne peut pas se permettre de sortir Neymar ou Damião (ou Pato) pour ajouter un milieu de terrain. L'entraîneur brésilien n'a plus que deux ans pour résoudre cette énigme. Le temps presse...

William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Manquait plus que Ronaldinho, et ça faisait la totale joga bonito/fiesta.
Travis Bickle Niveau : Ligue 1
Quelqu'un sait comment cette nouvelle déconvenue a été perçue au Pays du "foutcheball" ?
et quelqu'un sait si le coiffeur de Neymar est encore de ce monde ?
moucletche Niveau : DHR
De mon expérience perso, le ressenti est mauvais, une véritable déconvenue qui suscite une certaine part de honte. J’ai maté la moitié du match depuis une salle d’attente dans un labo d’analyses et les mecs autour de moi ont passé leur temps à tailler les relances parfois maladroites de la défense mexicaine… qui n’est pas perçue ici comme une grande nation du ballon rond. Il va sans dire que cela s’inscrit aussi dans la perspective du maigre bilan olympique brésilien… on parle d’une nation de 190 M d’habitant et prochain organisateur. Aussi, dans la mentalité locale, le 2ème est le 1er perdant. De plus c’était Mano au coaching, le sélectionneur de la A et cette équipe olympique comptait presque tous les cracks même si ces derniers sont encore jeunes et vont progresser. Pour faire simple, ils redoutent un peu le mondial tant espéré qui les attend dans 2 ans à peine.
raide débile Niveau : DHR
La passe décisive de Rafael aurai pu être posté en pièce jointe, cette séquence reflète totalement le corps de l'article.
garrrrrrincha Niveau : District
Pour compléter ce que dit moucletche, le coach Menezes est pas mal critiqué ici au vu des prestations de la seleção tant olympique que nationale et ce, pratiquement depuis qu'il en est au commande.
Maintenant il faut savoir aussi que malgré le fort esprit patriotique qui règne au pays auriverde, dans l'esprit d'un supporter brésilien, l'équipe nationale passera quasi toujours au second plan du club qu'il supporte. cf la copa libertadores remportée par les Corinthians cette année, on se serait presque cru un fameux soir du 12 juillet 98.
Le problème du Brésil, c'est qu'ils ont du mal à trouver un sélectionneur digne de ce nom. Menezes est vraiment incompétent... Mettre hulk sur le banc la moitié de la compétition c'est totalement débile. Mettre trois joueurs dans le couloir gauche en finale, t'as envie de dire, pourquoi ???
Ne pas sélectionner Ramires même pour les matchs amicaux est tout aussi débile.

Bref un tas de bêtises qui coutent cher au brésil. Alors oui devant il y a du talent mais derrière c'est plus dur...
Moi ma sensation est que le sélectionneur recoit des pressions considérables des clubs brésiliens pour aligner leurs cracks, qu'ils espèrent vendre en Europe pour 10x leur prix réel. Comment expliquer le banc pour Pato et Hulk et tous les matchs titulaires de Neymar, Oscar, Damiao et toute la clique. En plein mercato européen, c'est du pain béni ces JO pour tous les mettre titulaires. Du coup Menezes n'a pas les libertés de choix tactiques, d'équilibre défensif etc.

Enfin, ce n'est qu'une supposition de ma part, peut-être je me trompe, mais ca me parait gros comme une montagne.
moucletche Niveau : DHR
@garincha : tu vis à Sampa ? j'ai loupé le sacre corinthiano, j'étais rentré au bled... j'aurais bien aimé voir la bagunça puisque je les suis depuis mon arrivée...
J'ai malgré tout l'impression que le Brésil s'identifie beaucoup à cette sélection, ce qui rend ce relatif échec d'autant plus douloureux. Nombreux sont ceux qui voient cette sélection avec davantage de "proximité" de par le fait qu'un grand nombre de joueurs jouent au Brésil, avec le crack Neymar en tête de gondole bien sûr. La conforntation avec d'autres football (et je trouve le parallèle avec Santos-Braça assez pertinent dans l'article) les ramenant à quelques désillusions. Et puisqu'il faut bien un coupable, Menezes semble tout désigné. Je suis favorable à sa maintenue (et pas que comme supporter des Corinthians), puisque je suis favorable à la continuité. Tout changer à 2 ans du mondial serait vraiment périlleux
moucletche Niveau : DHR
*à son maintient...
mon français vaut désormais celui de JC Van Damme
garrrrrrincha Niveau : District
Moucletche, je vis effectivement à SP et fais parti des 30 milhões de loucos do Timão ;) Un pote brésilien m' a emmené au Pacaembu pour mon premier match au pays, j'ai tout de suite adoré l'ambiance de feu. Tu es encore sur Sampa?
En tout cas la finale de la Libertadores était une folie, je n'étais pas dans le stade mais l'atmosphère dans les rues parlait d'elle même, uma loucura!
Pour revenir à la seleção, je suis d'accord qu'il est trop tard pour tout changer à même pas 2 ans de la coupe du monde, c'est juste qu'avec tous les talents que composent cette équipe, c'est rageant de ne pas la voir aller plus haut. Mais je note quand même une amélioration dans le jeu comme le souligne l'article, j'espère vraiment qu'ils seront prêt en 2014.
Offensivement, c'est énormément talentueux (en même temps, c'est le Brésil quoi!). Par contre, ça manque encore beaucoup d'expérience et c'est naïf. Va falloir qu'ils viennent en Europe progresser avant 2014.
Par contre, défensivement, je ne me fait pas trop de soucis, il manquaient quand même Dede, David Luiz, Daniel Alves, Ramires, Paulinho et Ralf.
garrrrrrincha Niveau : District
Chattard, je ne sais pas si ta théorie est avérée mais ce qui est sûr, c'est que n'importe quel joueur qui acquière le statut d'international devient une monnaie d'échange encore plus intéressante pour le club qui le possède. Maintenant si l'équipe et le joueur réalisent des prestations médiocre, ça ne sera pas forcément toujours à son avantage d'être autant exposé. D'autant plus qu'au Brasil la tendance s'est un peu inversée ces dernières années et le pays tend à garder d'avantage ses cracks (parce qu'ils en ont aussi les moyens) qui sont une formidable vitrine dans l'optique de la coupe du monde. Il n'y a qu'à voir un Neymar , malgré la disparition de son coiffeur (désolé Travis), sa tronche est partout!
@garrrrrrincha et moucletche
C'est vrai que les Brésiliens s'identifie beaucoup plus à leurs clubs qu'à la seleção. Enfin, s'identifie c'est peut être pas le mot, se passionne plutôt.
J'ai été surpris, depuis que je suis arrivé de votre finalement assez peu d'attention accordée à l'équipe nationale. Même pendant les matchs amicaux (contre l'Argentine notamment) ou durant les JO. J'ai pas entendu les cris de joie que j'entend durant les matchs de championnats. Même à la TV, je vois beaucoup plus de reportage sur le dernier entrainement de Seedorf que sur la vie de la seleção aux JO. Bon, c'est mon ressenti.
Après je sens énormément d'attente par rapport à la coupe du monde, je pense que ça risque d'être autre chose.
garrrrrrincha Niveau : District
Tubarão, t'es du côté de Recife ou Santa Catarina? ;)
Je suis tout à fait d'accord avec toi et effectivement le mot "passion" serait plus juste afin de caractériser le supporter brésilien. Quand on dit que le foot ici est une vrai religion, le terme n'est pas usurpé! Pour 2014, c'est vrai l'attente sera énorme et j'ai vraiment hâte de vivre l'événement em vivo!
Non j'habite à Rio mais mon épouse est de Recife donc je connais pas mal (d'où le pseudo).
Je vais me faire mon premier match mercredi (Botafogo-Sport), mais je pense que le stade va sonner un peu creu.
Je pense qu'on aura surement un avant-goût à la coupe des conf. D'ailleurs la France devait faire 2 matchs amicaux au Brésil, j'attend les dates.
nononoway Niveau : CFA
Faut arrêter avec cette idée d'un mal pour un bien.

Un échec est un échec. C'est comme les "préparations pour compétitions à venir", juste une excuse pour éviter d'assumer un échec.

Oui, ça servira de leçon pour la prochaine compétition (Coupe des Confédérations 2013) mais en attendant, c'est une finale perdue. Dommage.
moucletche Niveau : DHR
@garrrrrincha : yes, je vis depuis 4 ans du côté de Vila Pompeia, à 2 pas de la palestra Italia de Palmeiras (faut être un peu maso !)... et encore pour quelques années !
garrrrrrincha Niveau : District
@Tubarão : Botafogo, l'équipe de mon idole! je suis passé plusieurs fois devant le stade, j'aime bien le quartier. bon premier match en tout cas, y aura surement de l'ambiance! Pour les matchs de l'EDF, il faut que je regarde où ils vont jouer mais un Brasil-France ça peut avoir de la gueule.

@Moucletche, je suis à Vila Madalena, pas loin donc! j'ai déjà tapé le foot au society de l'autre côté du pont vers le shopping Bourbon. Mais pour un corinthiano, habiter à côté de l'ennemi juré, ça doit pas être facile tous les jours! On pourrait aller se boire une bière un de ces 4, je suis également ici pour un ptit bout de temps encore.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
A la santé d’Ortega
5 33