Brésil : Scolari fracasse d’entrée

Modififié
0 11
Ils ne l’ont pas rappelé pour qu’il trie les lentilles. À peine intronisé pour la deuxième fois sélectionneur du Brésil, Luiz Felipe Scolari a répondu sans détour aux questions des journalistes.

Conscient de l’enjeu majuscule du Mondial brésilien, Scolari déclare : « Nos joueurs savent que ce sera l'un des titres les plus importants jamais conquis par le Brésil. Ils doivent travailler dans ce sens. Si vous (les joueurs) ne supportez pas la pression, vous pouvez aller travailler à la Banque du Brésil. Vous vous retrouverez dans un bureau et vous ne ferez rien. »

Sauf que, il fallait s'y attendre, l’image employée par le champion du monde 2002 a agacé la fameuse « Banco do Brasil » . Qui, dans la foulée, s’est fendue d’un communiqué : « Banco do Brasil regrette le commentaire malheureux de l'entraîneur Luiz Felipe Scolari et affirme qu'elle possède 116 000 employés qui, chaque jour, portent le maillot de la Banque, avec les couleurs du Brésil, et travaillent avec dévouement et engagement. »

Les starlettes de la Seleção sont prévenues. Les cadres aussi.
PG
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Jean-Bonbeur Niveau : CFA2
J'aime bien la réponse de banco do Brasil
Jack Facial Niveau : CFA
Note : 1
Les banques, c'est le diable.
Il ferait mieux de pas trop se la raconter.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Defoe éternel Spur ?
0 11