Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Lyon-Beşiktaş (2-1)

Bravo Mister President

Au milieu du chaos, alors que sa pelouse était envahie et que le match menaçait de ne jamais commencer, Jean-Michel Aulas a été aussi costaud que courageux et est descendu dans l'arène pour remettre de l'ordre dans son stade. La vraie marque d'un vrai président.

Modififié
Il y a ses provocations plus ou moins débiles, ses messages de pleurnicheur, ou les moments où il apostrophe les supporters d'autres équipes pour les chambrer comme un gamin. Insupportable et immature dès qu'il touche à son smartphone, Jean-Michel Aulas n'a eu aucun mal à devenir l'une des personnalités les plus suivies, mais aussi les plus haïes de Twitter. Et comme les réseaux sociaux sont une jungle où les prédateurs sont partout, face à lui, Aulas a toujours trouvé du monde pour répondre à ses coups de menton et sortir les griffes. Résultat des courses, parcourir ce qui se dit sur Président Jean-Mimi sur l'oiseau bleu revient souvent à parcourir un champ de bataille, ou les insultes proposant toutes sortes de faveurs à la maman d'Aulas côtoie les tentatives de défense de ses thuriféraires. Alors que s'est-il passé en ce jeudi 13 avril pour que tout d'un coup, le petit monde des commentaires en 140 caractères ne se mette à applaudir unanimement Jean-Michel Aulas et à parler de lui comme d'un président hors norme ? Il y a d'abord eu ces scènes aussi ahurissantes que prévisibles au stade des Lumières, son « formidable outil » à lui, où quelques supporters turcs sur les vingt mille présents ont décidé qu'il serait amusant de donner quelques gnons aux abords du stade, et de balancer quelques projectiles une fois entrés dedans. Puis il y a eu cet envahissement de terrain, visiblement par des supporters lyonnais souhaitant se mettre à l'abri des assauts des Stambouliotes. Et enfin, comme cerise improbable sur ce gâteau fourré à la nitroglycérine, il y a eu un président Aulas qui a surgi de nulle part pour mettre de l'ordre dans tout ça. Avec succès.

L'article 16


À l'heure où stadiers et membres du service de sécurité étaient noyés sous le flot des supporters se glissant sur la pelouse, Aulas est descendu de sa tribune présidentielle pour venir renifler l'odeur du sang dans l'arène. Une façon d'en rajouter et de mettre de l'huile sur le feu ? Loin de là. Dans ce genre de moment où seul un président incarne une autorité suffisamment puissante pour pouvoir raisonner des supporters apeurés et instables à cause de l'adrénaline, Aulas a parfaitement joué son rôle en œuvrant au retour du calme sur sa pelouse. Berger ramenant son troupeau pour les plus champêtres, président utilisant l'article 16 de la Constitution pour mettre fin au chaos pour les plus gaulliens, chacun choisira son image. Faire de la politique, c'est aussi ça. Prendre une foule à bras-le-corps. Regarder le peuple, son peuple, les yeux dans les yeux, sans intermédiaire, et lui faire entendre raison. Et après avoir fait remonter tout le monde en tribunes, Aulas ne s'est pas enfui vers ses loges, avec le sentiment du devoir accompli et en estimant avoir gagné ses galons de super héros. Il est allé se planter au virage Sud, au beau milieu des supporters qui l'ont applaudi et a attendu avec eux le début du match. Toujours en discutant avec ceux qui l'interpellaient, et avec un service de sécurité minime. Qui imagine Nasser venir haranguer des ultras parisiens avant de les accompagner en virage Auteuil après un envahissement de terrain ? Le pouvoir présidentiel, c'est aussi ça, mettre ses couilles sur la table quand il le faut. Alors qu'en même temps, de l'autre côté de l'Atlantique, son homologue américain sortait les siennes en balançant la plus grosse bombe non nucléaire de l'histoire sur l'Afghanistan. Pas la même classe.


Par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 6 heures Une finale de Ligue des champions hors d'Europe ? 79
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
À lire ensuite
Les notes de l'OL