Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Braquages à l'OM : début du procès

Modififié
Se dépouiller en match est louable. Se faire dépouiller, en revanche, c'est une sale histoire.

Aujourd'hui et durant quinze jours, sept Marseillais sont jugés par la cour d'assise des mineurs d'Aix-en-Provence pour une série de braquages, dont les agressions à domicile de Hilton, Ayew et Lucho.

Après une série de vols au début des années 2000, le cauchemar marseillais avait repris de plus belle en mars 2011, lorsque Lucho, les frères Ayew et Hilton s'étaient tous fait cambrioler en l'espace de quelques mois. Bijoux, cartes de crédit, vêtements, argent, la totale. Au-delà du football, la bande dite « multicartes » continuait à braquer à tire-larigot. Au programme : tabacs, supérettes et particuliers. Le climat de psychose s'installant à Marseille, les dirigeants de l'OM commençaient à flipper de ne pouvoir signer personne au mercato.

Pourtant, c'est lors du braquage de Hilton qu'une erreur va faire basculer l'enquête. Une trace ADN est détectée sur une paire de lunettes laissée par un malfaiteur et, quelques jours plus tard, le nom du commando est livré par des appels anonymes. Les cambrioleurs, accablés par les preuves, finiront par passer aux aveux.


L'addition risque d'être salée... GF
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25