En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options

Brandao, pour quoi faire ?

Didier Deschamps et Vincent Labrune se sont regardés droit dans les yeux : ils ont mis le sens moral de l’OM dans le coffre d’une épave, avant de précipiter cette dernière au fond d’un lac. En clair, ils ont rappelé Brandao, toujours mis en examen pour viol. A quoi va-t-il servir ?

A redevenir titulaire à part entière
Dire que Brandao est un footballeur limité, c’est comme poster un statut sur Xavier Niel et Free : tout le monde s’y met, avec le sentiment à chaque fois d’apporter un élément nouveau à l’affaire. Pour la première conférence de presse de Didier Deschamps sur le sujet, certains journalistes n’ont pas hésité à jouer aux consultants/experts en assurant à l’entraîneur que le potentiel de l’attaquant était restreint, ressortant bien évidemment le monumental raté de San Siro. Réponse directe de DD : « Vous, vous n’avez pas dû beaucoup jouer au football de haut niveau » . Le Basque ne donne pas forcément dans la réplique facile. Son palmarès parle pour lui. Et Deschamps, tout comme le technicien préféré de ses détracteurs, Eric Gerets, celui du beau jeu au Vélodrome, ont fait de Brandao un titulaire à l’OM. Sur un banc aussi exposé que celui de Marseille, on prend pourtant rarement des décisions pareilles pour faire plaisir à un coéquipier modèle, « qui a tout le temps le sourire » dixit Rod Fanni. Et puis même si le football, ce n’est pas la NBA, il y a une stat qui parle pour le bélier brésilien : sur les journées cumulées de son premier passage en France, de janvier 2009 à mars 2011, l'OM est largement en tête avec 174 points, Lille n'arrivant qu'à la deuxième place avec 157 points. Alors si la Brandade revient, c’est pour occuper le front de l’attaque. Avec Rémy tout proche de lui, pour profiter de son travail de sape. Vu son abattage au pressing dans une Ligue 1 à la technique limitée, Deschamps peut ressortir son 4-4-2 sans crainte, aucun adversaire ne va pouvoir relancer correctement. A eux le podium.

A jouer les utilités en fin de match
Dès le stage de reprise de 2012 en Espagne, à Peralaba, le staff olympien a pu constater qu’avec les nombreuses épreuves que l'OM a traversées cet automne, un groupe s’était créé. Une bande de potes, unis sur et en dehors du terrain. Devant tant de complémentarité, les décideurs olympiens en sont mêmes venus à se demander s’il était utile de faire venir un buteur étranger pour faire le nombre si c’était pour le voir rester à l’écart de ce noyau, comme c’est le cas d’un Argentin tatoué de l’effectif. Dans le jeu, après les deux parties de reprise contre le Red Star et Caen, un constat s’impose : l’OM n’est jamais aussi dangereux que lorsque les clés du jeu sont confiées à l’homme en feu du moment, Mathieu Valbuena. Le fameux retour du 4-2-3-1. Et dans ce système, Brandao n’a pas trop sa place. Lors de son dernier match avec l’OM contre Lille en mars (défaite 1-2 au Vél), il était en pointe avec pour mission de contrôler les obus tirés de sa défense, de temporiser, de protéger sa balle pour permettre à son bloc équipe de monter. Autant dire mission impossible pour la technique du Brésilien. Surtout, depuis son départ, Loïc Rémy s’est révélé au poste d’avant-centre. Alors Brandao se contentera de miettes. Des entrées en fin de partie où il va foncer sur tous les ballons en espérant avoir un contre favorable, que ce soit dans l’axe ou sur le côté gauche.

A faire des expérimentations avec Gignac

Certes, début 2011, leur association avait plutôt bien marché. Mais si Deschamps a rappelé Brandao, c’est peut-être pour une autre raison. Fort de son passage à la Juve, DD a quelques notions dans la médecine du sport. Il avait regardé avec intérêt les reportages sur Marijana Kovacevic, la sorcière serbe qui soigne les footeux de Premier League à l’aide du placenta de jument. Un coup de GoogleImages avec les mots clés "Brandao + Shakhtar + coiffure" le conforte dans son idée de tenter le coup de la transfusion. Dans l’anonymat d’un bâtiment de la Commanderie, il tente donc de remplacer les adducteurs de Gignac par ceux du Brésilien. En hommage au sacrifice de son coéquipier, APG promet sur son compte Twitter de se laisser pousser les cheveux jusqu’à pouvoir porter la queue de cheval.

PS : des éléments farfelus se sont peut-être glissés dans la dernière hypothèse. Désolé.

Par Mario Durante
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


il y a 4 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 8 il y a 5 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6 Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 85 lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 41