Brandao, la chasse est ouverte

Le taureau Erding contre le buffle Brandao. La Ligue 1 n’a rien à envier à la CAN en ce qui concerne les surnoms à donner aux joueurs. Pour l’attaquant marseillais, pas non plus besoin d’envier la versatilité du public : pour l’instant, il est derrière lui. Jusqu’à quand ?

Modififié
0 1
Rennes – Marseille, c’est la belle alternative de Canal + à la CAN. Les deux plus gros fournisseurs hexagonaux de la compétition ont eu la bonne surprise de voir leurs appelés faire n’importe quoi : Souley Diawara, Mangane, Pitroïpa, Kaboré et Hadji vont d’ailleurs rentrer fissa. Et pour ce choc, les téléspectateurs pourront faire avec de l’avant-centre, du vrai, puisque Marseille et Rennes ont ce mois-ci lancé les rotatives pour floquer de nouveaux maillots avec le numéro 9. Rennes a recruté Mevlut Erding, un joueur qui a souvent bien réussi contre l’OM. Un taureau, puissant, rapide, qui n’a qu’une envie : montrer à tout le staff du Paris Saint-Germain que l’alternative à Tevez elle était là, sous leurs yeux, et qu’ils n’ont rien fait. De son côté, le club marseillais pourra compter sur Brandao. Un buffle, puissant, peu rapide, qui n’a qu’une envie : montrer à tout le staff de l’Olympique de Marseille qu’ils ont bien fait de choisir la solution qui était là, sous leurs yeux. «  Parfois pour réussir, il ne faut pas que du talent, il faut aussi la force de persévérer, d’aller au bout  » commente, malicieux, le Brésilien, quelque part conscient de ses limites. « Quand José m’a appelé, c’était une surprise. On m’a dit qu’on avait besoin de moi rapidement, qu’il fallait que je donne le maximum. L’important, c’est le cœur qu’on y met  » .

Comme l’an dernier, Marseille enchaîne en championnat la réception de Lille par un déplacement au stade de la Route de Lorient. La Brandade, qui avait du quitter la France entre les deux, va donc mettre les pieds là où l’an dernier ses coéquipiers avaient exhibé son maillot après la fameuse affaire, foutant la France du foot dans un moment de gêne. Ce n’est plus le cas désormais, tout le monde a oublié ce qu’il s’est passé, l’attaquant a même été acclamé après son but contre le Havre. « C’est vrai que cette ovation était très forte. Parce qu’elle ne venait pas que des supporters. Mais aussi du président, des dirigeants, de tous les employés du club  » ajoute-t-il. En Bretagne, il devrait être titularisé en pointe. Mais pas aux côtés de Loïc Rémy, Deschamps préférant éviter de jouer dans un système à deux pointes. « Ca modifie les tâches des autres joueurs sur le terrain, il faut voir s’ils sont capables de s’y astreindre, ça ne vaut peut-être pas le coup » précise le coach. Selon toute vraisemblance, DD devrait préférer jouer avec une ligne de trois joueurs (Rémy à gauche, Valbuena dans l’axe, Amalfitano à droite) postée juste derrière l’homme bélier. Un schéma qui a de quoi déstabiliser plus d’un hôte. C’est dans ce dispositif que l’OM avait d’ailleurs bouclé la saison 2008-2009 avec le record de points pris à l’extérieur dans l’histoire du championnat.

Reste à savoir si Brandao est de nouveau en pleine possession de ses moyens. Car si l’OM n’a pas été brillant contre Le Havre, elle peut aussi chercher l’explication dans le rendement du Brésilien. Il n’a pas vraiment été transcendant dans le pressing d’une défense de Ligue 2 qui est, par définition, limitée. Il est donc prié de se retrouver assez rapidement à 100%, d'être du début à la fin du match « un chien fou » comme le surnomme Alou Diarra. De toute façon, comme ce fut le cas lors de son premier passage sur la Canebière, il ne sera pas jugé à son nombre de buts. Même s’il porte le numéro 9.

Par Mario Durante
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

"Un taureau, puissant, rapide, qui n’a qu’une envie : montrer à tout le staff du Paris Saint-Germain que l’alternative à Tevez elle était là, sous leurs yeux, et qu’ils n’ont rien fait." vous parlez de Mevlut?? j'ai failli m'étrangler..vous avez pas oublié "qui ne cadre pas ses frappes, à qui on a donné de (trops) nombreuses chances de briller, capable de loupés que Pascal Nouma n'aurait pas renié, qui comme stats à souvent plus de hors-jeu que de frappes au but.. il a du falloir 2 séances à Carlo pour matter ce potentiel, tout comme les selectionneurs turcs..
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Rennes à l'heure du test
0 1