Braga rêve du titre

Une fois n'est pas coutume. Porto s'est imposé à la Luz contre Benfica (2-3) lors du mythique classico malgré un accueil hostile des supporters lisboètes. Mais rien n'est joué pour les dragons, car derrière, Braga déboule à toute allure et ne va bientôt plus pouvoir cacher ses nouvelles ambitions. Plus loin, le Sporting a perdu à Setubal et dit bye-bye à la Ligue des champions.

Modififié
4 0
Le Classico

Perdre huit points en trois journées pour les nuls. Voilà comment résumer les deux dernières semaines de Benfica en championnat, qui, en s’inclinant face à Porto, se met tout seul dans une merde sans nom, alors qu’un mois plus tôt tout le monde voyait Jesus et ses troupes finir premiers avec 10 points d’avance sur Braga, Porto loin derrière et Vitor Pereira viré. Que nenni, aujourd’hui c’est Villas-Boas qui est au chômage et Pereira n’a jamais été mieux assis sur son fauteuil de coach que depuis vendredi soir. Une patate de Hulk dans la lucarne d’Artur ainsi que des buts de l’insomniaque James et de Maicon, boulet devenu héros d’un soir, ont eu raison de Cardozo, auteur d’un doublé, au terme d’une rencontre relativement agréable et équilibrée dans une ambiance de feu.

Comme en boxe, lorsqu’aucun des protagonistes ne tombe KO, ce sont les juges qui désignent le vainqueur, Porto étant l’heureux élu et Benfica le Mormeck. Car si les joueurs de Pinto da Costa pouvaient se plaindre d’une erreur de l’arbitre à la 80è minute sur une « Thierry Henry » de Cardozo non signalée dans sa surface, les casaniers, eux, ont encore de quoi gueuler après le but hors-jeu de Maicon, et de la non-expulsion de Djalma qui aurait été aussi indiscutable que celle d’Emerson pour un attentat sur Hulk. Injuste pour Benfica certes, mais ce n’est pas Pedro Proença qui a fait perdre 8 points en trois rencontres au club de Luis Filipe Vieira. Benfica va mal et se retrouve dans la même posture que Porto il y a deux semaines : à n’avoir plus que l’Europe pour sauver une désormais bien fade saison.

La bonne opération

Outre le FCP à présent seul en tête de la Liga Sagres, et qui a tranquillement fêté sa troisième victoire de suite à l’Estadio da Luz (sans coupure de courant), le grand bénéficiaire de la chute de l’aigle rouge s’appelle Braga. Les Minhotos restent troisièmes mais possèdent le même nombre de points que Benfica du fait de leur dixième succès d’affilée en championnat chez le Nacional (1-3) après avoir pourtant encaissé prématurément le premier but de la rencontre. Oui mais voilà, Braga n’est plus cette petite équipe qui bétonne derrière et se contente de tromper ses adversaires en contrant.

A l’inverse du discours des joueurs, de l’entraîneur et des dirigeants du club « arsenalista » , cette équipe a amplement les moyens de chiper le titre aux deux gros, et d’ainsi devenir le 3è club à empêcher l’un des membres du Big three portugais de gagner le championnat, après Belenenses et Boavista. Devant, Lima, auteur du but égalisateur samedi, tient la dragée haute à Cardozo au classement des buteurs (16 chacun). Au milieu, Hugo Viana est excellent dans le rôle de plaque tournante de l’entrejeu minhoto aux côtés de Custodio, le tout s’ajoutant au traditionnel savoir-faire défensif de la maison. En cette fin de saison, Braga ne sera pas là pour faire joli...

La mauvaise opération

Contrairement au troisième de la Liga Sagres, Maritimo n’est pas opportuniste. La surprise de la saison n’a pas profité de la première déroute du Sporting version Sa Pinto à Setubal. Du coup, les Leoes et les « Madeirenses » sont toujours 4è et 5è avec 38 points. Il faut dire que Maritimo se déplaçait à Guimaraes, premier bourreau de Benfica en Liga Sagres il y a deux semaines. Pour le Sporting, aucune excuse. Setubal venait à peine de se remettre d’une série de douze matchs sans victoire lors de la 20è journée, rien de bien terrifiant. Sauf quand les défenseurs lisboètes s’amusent à foirer toutes leurs transmissions de balle jusqu’à se prendre un but très discutable d’Amaro sur lequel on ignore si le ballon est vraiment entré dans la cage de Rui Patricio ou non. Ce week-end, Lisbonne n’a pas été gâté par l’arbitrage, et quand le Sporting se procure un pénalty, il faut que Diego Silva sorte la parade de sa vie. Pas de bol. Domingos ou pas, pour les Leoes, la C1, ce n’est définitivement pas pour cette année...


Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Rennes se place
4 0