1. //
  2. // Braga/Benfica

Braga, pour l'histoire

Des quatre demi-finales européennes se jouant cette semaine, le match entre Braga et Benfica est sans nul doute le moins sexy mais aussi sûrement le plus intéressant. La raison? Un duel fratricide qui a su conserver intact son capital suspense à l'orée du match retour.

Modififié
0 1
Question championnat plié avant la fin, celui du Portugal n'a pas à rougir de son voisin espagnol. On sait le FC Porto champion depuis longtemps, l'équipe dirigée par Villas Boas comptant désormais 20 points d'avance sur le second au classement, Benfica. Lequel Benfica met 10 points dans la vue de tous ses poursuivants, dont Braga. On l'a donc compris ce championnat est encore plus déséquilibré que la Liga et pour le suspense en haut du tableau, on repassera. Du coup, les Lusitaniens profitent de l'Europa League pour nous jouer une sorte de spin-off de leur Superliga. Avec cette fois-ci du jeu, du spectacle et surtout de l'imprévu. En plaçant trois de ses clubs en demi-finale de la C3, le Portugal nous prouve cette année la bonne santé de son football. A défaut de soigner celle de son économie.

Un match qui vaut le détour

Vu ce qu'il s'est passé jeudi dernier, le vainqueur du match de ce soir entre Braga et le Benfica Lisbonne sait qu'il faudra très probablement se farcir Porto et Falcao sur la pelouse de l'Aviva Stadium de Dublin où se jouera la finale. Mais avant cela, il y a une manche retour à disputer, bien plus séduisante que l'affiche ne veut bien le faire croire. En effet, cette double confrontation est bien la seule demi-finale européenne du cru 2010/2011 à proposer un dénouement encore incertain à l'issue du match aller. Une première manche qui avait vu Benfica s'imposer deux à un sur ses terres grâce à des réalisations de Jardel et Cardozo (sur coup-franc), tandis qu'entre temps, Vandinho plantait ce but à l'extérieur si important pour Braga. Pas aisé de dire laquelle des deux équipes a réalisé une bonne opération ce soir-là, hein. Ce qui est certain en revanche, c'est que l'on devrait voir des buts ce jeudi, les défenses n'ayant pas été très éclairées la semaine dernière à l'Estadio da Luz, spéciale dédicace au gardien de Benfica, Roberto, pas franchement rassurant sur plusieurs phases de jeu...

Alors voilà c'est dit, ce match retour mérite toute notre attention. Pourtant si la plupart des footeux identifie sans problème Benfica, l'un des trois grands clubs portugais, comme l'équipe où a joué le grand Eusébio et où jouent désormais des joueurs reconnus comme Aimar, Saviola ou encore Coentrão, l'on sait finalement très peu de choses de Braga. À vrai dire, quelques touristes mis à part, le commun des supporteurs a découvert le nom de cette ville l'année dernière, lorsqu'à la surprise générale, l'équipe emmenée par Domingos Paciencia s'est hissée à la seconde place du championnat, coiffant au poteau le FC Porto, tenant du titre. Déjà une sacré performance en soi. Que dire alors de cette année, celle de confirmation, réputée comme la plus difficile et où Braga s'accroche à la 3ième place du championnat se payant à côté le luxe d'un glorieux parcours en Coupe d'Europe. Pour un club qui, hors de ses terres, n'avait jusque ici remporter que la coupe Intertoto, ça le fait.

La meilleure saison de l'histoire de Braga

A y regarder de plus près, tout ceci n'est pas usurpé car à défaut d'accumuler les patronymes opulents, Braga a su se construire un groupe solide, Vandinho, Hugo Viana ou le gardien Guilherme Arthur en tête. Sur le papier, cette équipe n'a certes pas de quoi faire sauter la braguette d'un président du Real ou de Chelsea, mais elle a ce qu'il faut dans les mollets pour passer le col lisboète. Ajoutez à cela, un entraîneur charismatique et vous comprendrez que le Sporting Braga est peut-être à 90 minutes d'ajouter une nouvelle ligne à l'histoire de sa saison, la plus accomplie en 96 années d'existence.

Thomas Lecomte

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

En parlant de rivalité naissante entre 5enfica et Braga, l'équipe Lisboète s'est entrainée ce matin à Guimaraes, dans le stade du rival de Braga.

A suivre.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Edu, dur et dingue
0 1