1. //
  2. // Hors-Série
  3. // Supporteurs

Boulogne et Auteuil, histoire d’une opposition

Modififié
14 2
Le kop de Boulogne apparaît à la fin des années 1970. Très vite, il accueille certaines des nombreuses bandes qui écument alors la capitale, dont des skinheads nationalistes. Le kop s’est ainsi constitué comme la tribune historique des supporters du PSG, tout en portant en son sein deux traditions fortes, de violence et d’extrémisme politique. La récupération politique directe des supporters par l’extrême droite n’a pourtant jamais été vraiment couronnée de succès: les observateurs ne repèrent pas de transfert massif du stade vers la scène politique. En revanche, la présence de supporters nationalistes a donné une coloration politique à cette tribune, qui s’est affirmée comme le seul territoire purement blanc de la région parisienne. En 1991, les dirigeants du PSG, récemment repris par Canal+, favorisent l’émergence de groupes de supporters à l’image moins négative, dans la tribune d’en face. « Avec le recul, la création d’Auteuil est déjà un moyen de lutter contre le racisme. Histoire que les amoureux du club qui ne répondaient pas aux critères de Boulogne puissent avoir une tribune à eux » explique un ancien. Les groupes d’Auteuil revendiquent le modèle des ultras italiens, alors qu’à Boulogne, l’inspiration dominante est anglaise. Symboliquement, Auteuil préfère se qualifier de « virage » . Tout au long des années 1990, les ultras d’Auteuil montent en puissance dans le soutien vocal, la qualité des animations, la présence en déplacement. Mais ils ne remettent pas en cause l’hégémonie du kop, ils demeurent pacifistes et n’affichent pas leur cosmopolitisme. La situation change au début des années 2000, notamment quand les Tigris Mystic, situés dans la partie basse du virage Auteuil, prennent de l’ampleur et acceptent de se positionner sur le terrain de la violence, face aux supporters adverses mais également face à Boulogne, ce qui remet en cause l’équilibre tacite des forces. Après de premières escarmouches en 2003-2004, au prétexte d’une banderole des Tigris pour leur dixième anniversaire ( « L’avenir nous appartient » ) peu appréciée par Boulogne, un conflit ouvert éclate lors de la saison 2005-2006 entre les Tigris et Boulogne. Des violences récurrentes et d’une extrême gravité émaillent cette saison. Les autres groupes d’Auteuil dénoncent alors le racisme de Boulogne, notamment suite à un déplacement à Nantes marqué par de nombreux débordements, et suivent vocalement les Tigris quand ceux-ci chantent la Marseillaise en brandissant leur carte d’identité française. Mais du fait de tensions internes à Auteuil et de leur attitude jugée extrémiste, les Tigris ne sont pas soutenus par l’ensemble de la tribune et finissent par jeter l’éponge en annonçant leur autodissolution.
Par JF, JPM et NH
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Qu'est-ce que c'est que cet article ???
Incomplet, orienté, démago, enfonceur de portes ouvertes, mal écrit...juste posté pour provoquer un débat stérile dans les commentaires ???
Ou tout simplement un extrait du numéro hors série de SoFoot qui cause du sujet. Même si c'est mal mis en forme, on peut aussi réfléchir.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Qui était Yann Lorence?
14 2