1. // CM 2018
  2. // Qualifs
  3. // Congo-Égypte

Bouka-Moutou : « La sélection m’a permis de découvrir ma famille »

Il y a quatre ans, Arnold Bouka-Moutou n’espérait plus devenir footballeur professionnel et s’imaginait vendeur. Aujourd’hui, il joue à Dijon en Ligue 1 et compte seize sélections avec la République du Congo, terre de ses ancêtres que le football lui a permis de fouler pour la première fois. Désormais, son après-carrière, l’arrière latéral gauche de vingt-sept ans la voit dans l’écologie. Récit d’un parcours initiatique.

Modififié
Hé Arnold ! Si je te dis 31 janvier 2012, qu’est-ce que ça t’évoque ?
La signature de mon premier contrat pro à Angers. Je m’en souviens bien. À l’époque, je suis à l’Amiens AC en CFA. Là-bas, ils disent Amiens Nord, comme c’est le club du quartier nord. Le championnat se passe bien. On est dans les premiers avec une bonne équipe. Début janvier, on joue contre la réserve du PSG. Ça se passe plutôt bien, on gagne 1-0. Je fais un bon match. Après la rencontre, je reçois un message vocal, mais je ne fais pas vraiment gaffe… On était en train de me tresser les cheveux. Dès que j’entends : « Monsieur Lablatinière, recruteur au SCO d’Angers » , je coupe la messagerie et je le rappelle direct. C’est peut-être ma chance ! Lorsque je suis revenu à Amiens Nord, mon objectif était de taper dans l’œil d’un club pro pour essayer de me relancer. J’espère qu’il va décrocher (rires). Il me dit qu’il a vu le match contre le PSG, qu’il est content de moi, qu’il aimerait me voir. Je fais trois jours d’essai, ça se passe bien. Je dois signer pour la saison suivante, mais deux trois jours avant la fin du mercato d’hiver, je pars m’entraîner avec Amiens, et là, il m’appelle : « En fait, tu vas signer tout de suite. Prépare tes affaires. » Je prends le premier train, et je signe dans la foulée.

Un soulagement ?
À vingt-trois ans, je me disais que ça allait être compliqué. J’avais fait des essais un peu partout, ça n’avait pas trop marché. C’était l’année ou jamais, sinon je n’aurais pas continué dans cette voie. J’ai connu beaucoup de personnes qui ont fait des centres de formation, qui n’ont pas réussi à signer pro et qui jouaient dans des clubs de CFA ou national, voire en dessous. Ce n’était pas la vie que je voulais. Je me disais : « J’arrive à atteindre mes objectifs ou alors je reprends le cours de mes études pour travailler en suite. » Je ne voulais pas être entre les deux.

Si tu n’étais pas devenu footballeur, qu’aurais-tu fait comme boulot ?
J’ai un bac pro commerce. J’avais commencé un BTS de management. À la base, je voulais travailler dans un magasin de sport. Maintenant, j’ai une tout autre idée de métier que je veux faire. J’aimerais bien bosser dans les énergies renouvelables ou dans l’écologie.

Pourquoi ?
En août 2014, j’ai eu ma première sélection avec le Congo Brazzaville. C’était la première fois que j’allais en Afrique, la première fois que j’allais dans mon pays d’origine. Il y a des choses qui changent de la France. J’ai eu pleins de flashs, j’ai vu plein de choses à faire. J’ai un ami qui travaille dans les panneaux solaires. J’ai pris contact avec lui pour qu’il m’explique un peu comment il travaillait. J’aimerais bien faire quelque chose comme lui ou me mettre dans le tri des déchets, faire quelque chose qui puisse aider la population, et puis c’est mon deuxième pays.

« J’ai vu ma grand-mère pour la première fois. C’était un moment magique. Elle comprend le français, mais elle ne le parle pas. Mon cousin était là pour assurer la traduction en lingala. J’ai pu aussi rencontrer mes oncles, mes tantes. »

Tu te sens plus congolais que français aujourd’hui ?
Non, je suis un mélange des deux, mais je ne parle pas la langue, je la comprends « vite fait » . J’ai toujours vécu en France, je suis né en France, j’ai la culture française en moi. J’ai des habitudes de Français, et en même temps, mes deux parents sont nés au Congo. Je les entends parler la langue du pays chez moi tous les jours. Ils me racontent aussi comment était leur vie là-bas. En allant au Congo, j’ai vu des membres de ma famille pour la première fois à vingt-cinq ans. La France et le Congo sont mes deux pays. C’est indissociable. J’aimerais bien apprendre le lingala. Après, les gars en sélection m’apprennent quelques mots. Quand ils me parlent, j’essaie de leur répondre du mieux que je peux. Je sais qu’avec le temps, ça viendra. Je ne m’inquiète pas. Et puis à partir du moment où on arrive à se comprendre, c’est le principal.

Qu’est-ce que tu as ressenti au moment de fouler le sol congolais pour la première fois ?
C’était super bien. Avant ça, c’était l’inconnu, même si mes parents m’en parlaient un peu, mais ça faisait des années qu’ils n’étaient pas repartis. Ça avait déjà beaucoup changé. En plus, j’arrive dans le cadre du foot. J’ai vu ma grand-mère pour la première fois. C’était un moment magique. Elle comprend le français, mais elle ne le parle pas. Mon cousin était là pour assurer la traduction en lingala. J’ai pu aussi rencontrer mes oncles, mes tantes. J’ai pu découvrir la ville de Pointe-Noire. La sélection m’a vraiment permis de découvrir ma famille et de penser à l’après-foot. Je pense que lorsqu’on revient là où tout a commencé pour ses parents, lorsqu’on sait d’où ou vient, on sait où on veut aller. En tout cas, je sais désormais ce que je veux faire de ma vie plus tard.

Vidéo

La première fois qu’on t'a proposé la sélection, qu’as-tu ressenti ?
J’étais super content. J’ai eu la première convocation en mars 2014. C’était pour un match amical contre la Libye. Une personne de la sélection m’avait appelé pour me prévenir. Je ne savais pas si c’était sérieux ou pas. J’appelle mon père direct : « Je vais jouer pour le Congo ! » Être pro, c’était déjà magnifique, mais devenir international, c’est la cerise sur le gâteau. Mais une semaine avant d’y aller, je me blesse. Deuxième convocation, je me blesse encore une semaine avant : déchirure aux abdos. Je me dis : « Putain. À chaque fois que je dois y aller, il se passe un truc. » La troisième est la bonne. En plus, c’est l’année de la montée avec Angers. Jouer pour le Congo, c’est quelque chose de magnifique. On n’a pas tous les jours l’occasion de représenter son pays. J’étais super content et fier, mes parents aussi. Ils savaient que j’ai connu des moments difficiles lorsque j’ai quitté Épernay pour rejoindre Amiens en 2007, ça ne s’est pas très bien passé. J’ai joué en CFA et CFA 2. Mes parents étaient inquiets pour mon avenir. Au final, je signe pro. L’année d’après, on m’appelle en sélection. Je me suis vraiment accroché à mon rêve. Ça a marché. Je suis content et fier de ce que j’ai fait pour en arriver là aujourd’hui.

« On fait partie d’une bonne génération. On a des joueurs qui évoluent à un bon niveau en Europe, mais aussi des joueurs locaux d’un très bon niveau. On a réussi à allier les deux. »

La première fois que tu as entendu l’hymne congolais ?
En fait, je ne le connaissais pas. Là-bas, ils sont très patriotes. On jouait à domicile contre le Rwanda. Lorsque l’hymne a commencé, tout le monde s’est levé. La main sur le cœur. Quand j’y repense, j’en ai des frissons. Le stade est bondé, tout le monde chante à l’unisson. Quand c’est comme ça, on sait que rien ne peut nous arriver. On gagne le match, j’étais fier. Voir tous les petits avec le drapeau congolais. On était tous contents : « On joue pour la sélection, pour notre pays. On représente le Congo en Afrique et dans le monde. » Si on arrive à se qualifier pour une Coupe du monde… ce serait magnifique, spécial.

Comment se passe le rapport entre les expatriés et les locaux ? Vous n’êtes pas considérés comme des « babtous » ?
Non, ça va ! Parfois, ils blaguent parce que je ne parle pas la langue. Ils me charrient un peu, mais ça reste toujours bon enfant. Il n’y a pas de piques. On échange sur nos expériences. Ils apprennent de nous et on apprend d’eux. On n’a pas les mêmes conditions de travail. Ils ont même plus de mérite que nous d’être en sélection avec ce qui se passe là-bas, ce n’est pas facile. Ils montrent qu’ils sont au niveau et ça rend le Congo plus fort.

Vidéo

Tu fais partie d’une génération congolaise ambitieuse et performante. Vous avez atteint les quarts de finale de la Coupe d’Afrique. Comment perçois-tu les attentes des Congolais. Jusqu’où pouvez-vous aller ?
On peut aller très loin. On sait qu’aujourd’hui les meilleures sélections africaines sont la Côte d’Ivoire et le Cameroun, ils l’ont prouvé. L’Afrique du Sud monte bien. Il ne faut pas oublier le Maroc et l’Algérie. Il faut prendre exemple sur elles pour avancer. Mais c’est vrai qu’en 2015, on a réussi à faire une bonne CAN. On est allés jusqu’en quarts de finale, alors que ça faisait plusieurs années que le pays n’avait rien fait. On fait partie d’une bonne génération. On a des joueurs qui évoluent à un bon niveau en Europe, mais aussi des joueurs locaux d’un très bon niveau. On a réussi à allier les deux. Durant la compétition, je crois qu’on avait 50-50 en joueurs locaux et en expatriés. C’est vraiment bien. Si on l’a fait une fois, même si on n’a pas réussi à se qualifier pour la deuxième CAN, il faut quand même s’appuyer là-dessus. Il faut toujours se remettre en question, surtout après l’échec qu’on a vécu contre le Kenya. Il faut qu’on gagne en régularité, en rigueur, qu’on se qualifie régulièrement pour la CAN et puis pourquoi pas aussi pour une Coupe du monde. Ça serait vraiment bien. Ça aiderait les joueurs, la sélection, le pays aurait une visibilité. Les gens connaîtraient un peu plus le Congo. On sait qu’en Afrique, le foot, c’est super important. Si on arrive à faire des bons résultats au niveau du football, les répercutions seront positives. Quand je pense à la CAN, c’était super bien. Une fois, à l’aéroport, on a été escortés jusqu’à l’hôtel. Il y avait un hélicoptère, c’était la folie.

« Il y eu les élections au mois de mars. J’y suis allé à ce moment-là. Les communications ont été coupées pendant les trois jours du scrutin. Aujourd’hui, il y a un président en place et on sait tous comment ça se passe. »

Durant la CAN 2015, vous avez affronté l’autre Congo en quarts de finale. (Défaite 3-2) C’est un match particulier.
C’est sûr, ce sera toujours un match particulier. En plus, j’ai vu dernièrement qu’on n’a jamais gagné en match officiel contre la RDC. En menant 2-0 à 20 minutes de la fin, on aurait pu le faire, mais après, comme je l’ai dit tout à l’heure, si on avait eu plus de rigueur et d’expérience, je pense qu’on aurait gagné le match. On sait qu’il y a beaucoup de rivalités entre les deux pays, mais nous, entre joueurs, sur le terrain, il ne s’est rien passé de mauvais. Le match s’est passé dans un bon esprit. Je pense qu’on a montré l’exemple. On peut s’entendre les uns et les autres. Ils ont gagné, félicitations à eux et tant pis pour nous. On prendra notre revanche plus tard.

Comment as-tu vécu la Coupe d’Afrique ?
On était les petits poucets du groupe. On retrouvait le Burkina Faso qui a été champion d’Afrique aussi. La Guinée équatoriale : le pays organisateur et le Gabon qui était un des favoris du groupe. On arrive à faire premier en faisant un nul et deux victoires. On perd en quarts de finale. On a été sous le feu des projecteurs aussi parce qu’on avait Claude Leroy comme sélectionneur. On le surnommait Mister CAN. Il a beaucoup de Coupes d’Afrique à son actif. Ça a aidé d’autres joueurs de la sélection à progresser par la suite, donc c’était bien.

Comment est l’ambiance au pays en ce moment ?
Il y eu les élections au mois de mars. J’y suis allé à ce moment-là. Les communications ont été coupées pendant les trois jours du scrutin. Aujourd’hui, il y a un président en place et on sait tous comment ça se passe. Après, les gens font comme ils peuvent. Chacun essaie de gagner sa vie. On sait qu’il y a des richesses. À ceux qui les détiennent d’aider aussi le peuple. Nous essayons de le faire à notre niveau. On les rend heureux avec un bon résultat, mais arrivé chez eux, ce n’est pas ça qui va les faire tenir une année ou toute une vie. On essaie de donner du bonheur aux gens, montrer le meilleur spectacle possible, pour qu’ils soient contents de nous voir. Les politiques nous aident bien au niveau football. Ils nous mettent dans des bonnes conditions. Donc s’ils le font pour nous, ils peuvent le faire aussi pour leur population. La balle est dans leur camp.

Propos recueillis par Flavien Bories
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Champion-mon-frère Niveau : Ligue 1
Belle carrière !
Je me souviens encore jouer contre lui lorsqu'il était à Epernay.
C'était déjà un sacré joueur.
Chatperché Niveau : CFA2
Excellent, lui souhaite de réussir
ThomasDandy Niveau : Ligue 2
Message posté par Chatperché
Excellent, lui souhaite de réussir


plussun
Juan_Sanchez Niveau : Loisir
C'est mignon comme tout lorsqu'il parle de son rapport avec la selection Congolaise. Tres belle article. Je lui souhaite une belle carriere. Allez les diables rouges!
Hier à 22:21 City remporte le derby de New York 5
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 09:50 Le championnat d'Arabie saoudite s'ouvre aux étrangers 10 vendredi 23 juin La douceur de Bruma 10
vendredi 23 juin Les U21 anglais s'entraînent avec le Subbuteo 6 vendredi 23 juin Un crowdfunding pour une équipe de National 3 11 vendredi 23 juin Le FC Sochi prend une année sabbatique 16 jeudi 22 juin Le bilan de la saison est en kiosque ! jeudi 22 juin Pamela Anderson et Adil Rami en couple ? 121 jeudi 22 juin Un petit bijou en MLS 4 jeudi 22 juin Trejo de retour au Rayo 19 jeudi 22 juin Oscar suspendu huit matchs 27 jeudi 22 juin Canal + autorisé à se rapprocher de beIN Sports 43 jeudi 22 juin Zlatan vers Los Angeles ? 38 jeudi 22 juin Parme va passer sous pavillon chinois 35 jeudi 22 juin La panenka d'Alessandrini 17 mercredi 21 juin L'accueil bouillant pour Ménez à Antalyaspor 36 mercredi 21 juin F. Hollande fait la promo d'un tournoi de sixte 26 mercredi 21 juin Walter Samuel va devenir entraîneur-adjoint en Suisse 10 mercredi 21 juin La volée monstrueuse de Bruma 28 mercredi 21 juin Un festival pyrotechnique depuis un immeuble en Coupe d'Algérie 22 mercredi 21 juin Paul Le Guen en route pour Bursaspor 28 mercredi 21 juin Boca Juniors champion grâce à San lorenzo 7 mardi 20 juin Un nouveau rebondissement dans l'affaire de la sextape 79 mardi 20 juin Le rap Depay 25 mardi 20 juin Girard déplore l'arrivée des techniciens étrangers 200 mardi 20 juin Dumas bientôt sélectionneur de la Guinée équatoriale ? 11 lundi 19 juin De la bière à vie pour séduire Cristiano Ronaldo ? 48 lundi 19 juin Infantino se félicite de l'arbitrage vidéo 28 lundi 19 juin Premier match de l'histoire sur le Kilimandjaro 13 lundi 19 juin Les rencontres du premier et du deuxième tours de C1 30 lundi 19 juin La Côte d'Ivoire rend un dernier hommage à Cheick Tioté 2 dimanche 18 juin Le retourné savoureux de Lorenzo Pellegrini 23 dimanche 18 juin Les buts de Cédric et Moreno 1 dimanche 18 juin Quand Oscar provoque une échauffourée sur le terrain 32 dimanche 18 juin L'égalisation de Chicharito contre le Portugal 8 dimanche 18 juin Quaresma ouvre le score face au Mexique 2 dimanche 18 juin L'entraîneur de Huesca met un « front » à son joueur 6 dimanche 18 juin Higuaín annonce à tort le départ de Dani Alves 22 dimanche 18 juin Michy Batshuayi en moonwalk à LA 12 dimanche 18 juin Asensio claque trois buts monstrueux en un match 27 samedi 17 juin Un entraîneur viré pour avoir gagné 25-0 55 samedi 17 juin Parme remonte en Serie B 20 samedi 17 juin L'International Board propose de nouvelles règles de jeu 56 samedi 17 juin L'UEFA lance un guide de prononciation des noms des joueurs 27 vendredi 16 juin Carabao Cup : Charlton hérite de... deux adversaires 10 vendredi 16 juin Ronaldinho lance son hand spinner 68 vendredi 16 juin Un joueur recruté par deux clubs différents 7 vendredi 16 juin Trezeguet claque une volée sous la barre 51 vendredi 16 juin Découvrez BRUT SPORT sur Facebook ! 10 vendredi 16 juin Un club de D9 anglaise sauvé par le crowdfunding 4 jeudi 15 juin Un système de play-offs en Ligue 2 23 jeudi 15 juin Vers la fin des matchs rejoués en Cup ? 19 jeudi 15 juin Le but de fou marqué par le Chicago Fire en US Open Cup 5 jeudi 15 juin Cissé pourrait retrouver les terrains 13 jeudi 15 juin Mbappé et Dembélé : jeunes les plus chers selon le CIES 38 jeudi 15 juin Un club chinois annonce son nouvel entraîneur par un poème 18 jeudi 15 juin La campagne de Monaco avec Henry et Mbappé 54 jeudi 15 juin Quand un défenseur argentin joue avec des aiguilles 19 jeudi 15 juin Reynet, l'iguane et Higuaín 20 mercredi 14 juin Torres joue les mannequins pour Van der Wiel 37 mercredi 14 juin La police dubaïote offre un tour de voiture à Benzema 42 mardi 13 juin Le but d'Ousmane Dembélé qui offre la victoire aux Bleus 2 mardi 13 juin Les trois buts de la première mi-temps mardi 13 juin L'entrée frissonnante des joueurs sur le son d'Oasis 16 mardi 13 juin Usain Bolt devient footballeur... dans PES 38 mardi 13 juin Berizzo officiellement présenté à Séville 5 mardi 13 juin Le Brésil ouvre le score après 10 secondes 7 mardi 13 juin Le bijou d'Insigne avec l'Italie 28 mardi 13 juin Derniers jours : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! mardi 13 juin Un mort dans une bagarre entre supporters à Cali 10 mardi 13 juin Pronostic France Angleterre : jusqu'à 390€ à gagner sur le match amical des Bleus lundi 12 juin La merveille de Bradley contre le Mexique 11 lundi 12 juin Figo plante un coup franc contre la Roma 17 dimanche 11 juin Pep Guardiola soutient le référendum d'indépendance en Catalogne 58 dimanche 11 juin Des matchs de Premier League à 11h30 ? 28 dimanche 11 juin Infantino n'est pas inquiet pour le Mondial au Qatar 11 dimanche 11 juin Drogba réussit ses débuts avec Phoenix 8 samedi 10 juin Capello en Chine 16 samedi 10 juin Roger Schmidt va signer en Chine 1 samedi 10 juin L'explosion de la télé suédoise 26 vendredi 9 juin L'ouverture du score magnifique de Giroud 13 vendredi 9 juin L'agent de Verratti tacle encore le PSG 77 vendredi 9 juin Le coup franc juninhesque de Guerrero 12 vendredi 9 juin Un footballeur ghanéen en prison pour violences conjugales 8 vendredi 9 juin Tu sais que tu es un Mercatix quand... 15 jeudi 8 juin Benevento décroche sa promotion en Serie A 19 jeudi 8 juin Kurzawa à fond pour les Warriors 48 jeudi 8 juin Un fan de Split en colle une à l'ancien président du Dinamo Zagreb 15 jeudi 8 juin Pronostic Suède France : jusqu'à 445€ à gagner sur le match des Bleus jeudi 8 juin La finale de la C1 2019 se jouera à Madrid ou à Bakou 36 jeudi 8 juin L'ES Sétif sacrée championne d'Algérie 10 jeudi 8 juin Marcelo remet son tatouage à jour 13 jeudi 8 juin Mauro Cetto prend sa retraite 16 mercredi 7 juin Un club tchétchène prend le nom du père du président 20 mercredi 7 juin Un fan de Sheffield en phase terminale grimpe l'Everest 13 mercredi 7 juin Un club américain sponsorisé par un site porno 25 mercredi 7 juin Alexis Sánchez en vieillard pour la Coupe des confédérations 6 mercredi 7 juin L'acte héroïque d'un supporter de Millwall au moment des attentats de Londres 44 mercredi 7 juin Voilà pourquoi Ben Arfa s'entraîne à la plage... mercredi 7 juin Vers des play-offs en Ligue 2 ? 55 mercredi 7 juin Beckham va pouvoir construire son stade de MLS 10 mercredi 7 juin SO FOOT #147 - En kiosque vendredi !! mardi 6 juin Bundesliga : Lewandowski meilleur joueur, Dembélé meilleur espoir 19 mardi 6 juin Le président de la Fédé tchèque démissionne depuis sa prison 2 mardi 6 juin Emery et Zubizarreta vont se rencontrer pour l'Euro 2020 11 mardi 6 juin L'OM vire un jeune de son centre de formation 51 mardi 6 juin La nouvelle vidéo de Ben Arfa 42 lundi 5 juin Quand des caravanes font irruption pendant un match à Angers 12 lundi 5 juin Karim Benzema égale Raymon Kopa, mais... lundi 5 juin La situation diplomatique du Qatar inquiète la FIFA 44 lundi 5 juin Qui est Ederson Moraes, le 2e gardien le plus cher du monde ? lundi 5 juin Quand Nike et CR7 font de la pub pour Adidas 31 lundi 5 juin Boca Juniors file vers le titre 7 lundi 5 juin Gérone monte en Liga 16 dimanche 4 juin Finale Serie B : Carpi accroché par Benevento 8